Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 13:42

 

Nous sommes le 29 février 1879, à Southampton. Un gros bateau à roue, le Danube, s'apprête à appareiller. 

Sur le pont, un jeune officier de 23 ans, ému mais souriant, fait des signes à une femme vêtue de noir qui, sur le quai, pleure doucement.

Un hurlement de sirène, le bruit des pales qui commencent à tourner et le bateau quitte le port.

Rapidement, il gagne le large tandis que, sur le quai, la femme agite maintenant une écharpe blanche que le jeune homme s'efforce d'apercevoir le plus longtemps possible.

Ce sera la dernière vision qu'il aura de sa mère. Ces deux êtres, en effet ne se reverront plus.

Qui sont-ils ?

Lui, ce jeune officier élégant aux yeux bleus, dont les cheveux sont légèrement parfumés à la violette, c’est le prince impérial Louis, fils de Napoléon III.

 

Elle, cette dame en noir, c'est l'impératrice Eugénie, exilée en Angleterre depuis la chute du Second Empire, et veuve depuis six ans. 

Le prince impérial a obtenu du gouvernement britannique, alors en guerre contre les Zoulous, l'autorisation de s'engager dans la Royal Horse Artillery. C'est donc sous l'uniforme anglais que ce Bonaparte, arrière-neveu de Napoléon 1er, va se battre en Afrique du Sud. […]

Le 1er juin, il part en mission dans la brousse avec une dizaine d'hommes. Vers deux heures, le petit groupe s'arrête pour déjeuner. L'endroit est calme et l'on s'attarde. […]

Soudain, une horde de Zoulous, grimaçants et armés de sagaies, surgit des hautes herbes en hurlant et attaque le petit campement. Pris de panique, les Anglais sautent sur leurs chevaux et se sauvent sans tirer un coup de feu.

Le prince Louis reste seul contre les assaillants. Armé de son revolver, il tient tête désespérément pendant quelques minutes. Mais un javelot l'atteint au ventre ; un autre lui crève l'œil droit. Il s'effondre. Les Zoulous s'acharnent alors sur le mourant ; on retrouvera son cadavre transpercé de 17 coups de sagaie...

Le lendemain, une colonie anglaise va chercher le corps du prince impérial et le ramène à Durban où il est placé sur un bateau en partance pour l'Angleterre...

En apprenant la mort de son fils, l'impératrice Eugénie, nous disent les témoins, « poussa un cri horrible, puis s'effondra, comme hébétée ». Pendant des semaines, des mois, son désespoir est effrayant.

Puis, en Avril 1880, elle décide de se rendre en Afrique du Sud pour passer le jour anniversaire de la mort de Louis à l'endroit même où les Zoulous l'on tué. Elle arrive à Pietermaritzburg.

Aussitôt, accompagnée du marquis de Bassano, de quelques officiers anglais, de deux dames de compagnie, d’une escorte de vingt cavaliers et d’un guide zoulou, elle s’enfonce dans la brousse.

- L’endroit doit être facile à trouver, dit-elle en partant, puisqu’on y a élevé un tas de pierres en forme de pyramide. 

Hélas ! depuis un an, la végétation dévorante de la forêt tropicale s’est développée. Pendant plusieurs jours, on tâtonne, on tourne en rond dans un effroyable enchevêtrement d’herbes géantes, de lianes et de plantes hostiles.

Un soir, alors que tout le monde est las et découragé, l’un des Anglais, Sir Evelyn Wood, dit à l’impératrice :

- Je suis désolé, Madame, mais je crois qu’il faut renoncer à poursuivre nos recherches. […]

Eugénie baisse la tête. Elle aussi commence à penser que toutes ces recherches sont inutiles, que la forêt a effacé à jamais l'endroit où son fils a été massacré, que son entreprise est insensée et qu'elle a fait douze mille kilomètres pour rien... Elle rentre sous sa tente et passe la nuit à pleurer.

Au petit matin, tout le groupe commence à faire les préparatifs du départ. Encore quelques sacs à boucler et la petite expédition va reprendre le chemin de Dundee.

C'est alors qu'il se passe quelque chose d'extraordinaire. L'impératrice Eugénie, qui est prostrée au pied d’un arbre, se relève soudain comme si elle était touchée par une inspiration subite. Les Anglais la regardent. Elle paraît bouleversée :

- C'est par ici ! crie-t-elle.

Et s’emparant d’une hachette, elle s’enfonce dans la forêt suivie de ses compagnons éberlués. Marchant droit devant elle, tranchant des lianes, trébuchant sur des souches et des troncs d’arbres renversés […] elle se dirige sans hésiter vers un point mystérieux. 

Pendant des heures, ne s'arrêtant pas une seconde, comme poussée par une force surnaturelle, cette femme de cinquante-quatre ans, qui n'a aucune habitude des exercices physiques, marche ainsi sans manifester la moindre fatigue.

Tout à coup, ses compagnons l'entendent pousser un cri de triomphe : 

- C’est ici !

Incrédules, ils s’approchent et voient qu’effectivement Eugénie a trouvé, à demi caché dans les broussailles, le tas de pierres amoncelées en forme de pyramide. L'impératrice est tombée à genou et pleure. 

Quand elle se relève, Sir Evelyn Wood vient près d’elle :

- Comment avez-vous pu deviner, madame, que ces pierres se trouvaient là ?

Eugénie explique alors qu'au moment où, désespérée, elle allait suivre ses compagnons et rentrer à Dundee, elle a soudain senti un extraordinaire parfum de violette.

- Ce parfum, dit-elle, m'entourait, m'assaillait même avec une telle violence que j'ai cru défaillir. Or, vous l'ignorez sans doute, mon fils avait une véritable passion pour ce parfum. Il en usait à profusion pour ses soins de toilette. Alors, il m'a semblé que c'était un signe. Et j'ai suivi aveuglément cette senteur sans douter un instant qu'elle me mènerait à l'endroit où Louis était tombé... Et vous voyez, j'ai eu raison. C'était bien un signe...

Les Anglais la considèrent avec stupéfaction.

- Maintenant, ajoute Eugénie, soyez gentils. Laissez-moi seule...

Sir Evelyn Wood et ses compagnons se retirent à une centaine de mètres et établissent un campement, tandis que l'impératrice demeure toute la nuit seule, à genoux et en pleurs, auprès de la pyramide de pierre devant laquelle elle a allumé des bougies en guise de cierges.

Or, au petit matin, il se passe un fait étrange : bien qu'il n'y ait pas le moindre souffle de vent, l'impératrice voit tout à coup la flamme des bougies se coucher comme si quelqu'un voulait les éteindre. Très émue, elle demande :

- Est-ce toi qui es là ?... Tu veux que je me retire ?...

Alors, les flammes s'éteignent brusquement.

Et Eugénie s'en va en tremblant rejoindre ses compagnons.

 

Sources :

Partager cet article

10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 08:04

Editions Exergue

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Valérie Motté travaille depuis plus de trente ans dans les médias, radio, production audiovisuelle et de spectacles. Elle est également conférencière et auteure de plusieurs ouvrages et douée d’une intuition qui lui permet d’être à l’écoute de la nature, des messages et des signes que la vie lui transmet. Médium depuis toute petite, elle accompagne les personnes qui ont besoin de réponses. Adepte des médecines douces, elle utilise des "potions naturelles" pour prendre soin de son âme et de son corps. Autant de connaissances qu’elle souhaite partager à travers ses ouvrages. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages dont Pour tout ce que la vie nous donne et Grimoire féerique édité chez Pygmalion.

Résumé du Coffret :

Le monde féerique est un univers merveilleux et magique. Les fées enchantent le quotidien et veillent sur tous les êtres vivants. Elles vivent essentiellement en pleine nature, mais elles parcourent aussi les villes, saupoudrant de la poussière scintillante sur leur chemin, conscientes de la nécessité urgente d’élever les vibrations mondiales. Protectrices qui accompagnent sans jamais juger, elles diffusent de la lumière et de l’amour inconditionnel sur Terre. Quand vous êtes en connexion avec leur énergie, votre vibration se modifie et votre aura s’illumine. Dans ce coffret, vous découvrirez 55 cartes magnifiquement illustrées dont la vibration féerique est très élevée, de par leur présentation et leur symbolique. À travers cet oracle, les fées veilleront à répondre à vos questionnements et à colorer vos vies.

Féerique, c’est tout à fait le mot qui convient à ce splendide coffret composé de 55 lumineuses cartes qui donnent la parole aux fées. Quand vous ouvrez cet oracle, vous n’avez qu’une envie, c’est de prendre toutes ces cartes en main pour les admirer, les toucher.

Dans le livret explicatif qui l’accompagne, et tout aussi joliment orné des illustrations de Stéphanie Roze, on trouve différentes méthodes d’utilisation qui va du simple tirage à celui sur les thématiques qui nous intéressent (Vie amoureuse, Travail, Famille, Karma, Spiritualité).

En se connectant à l’énergie des fées, laissez-vous guider, éclairer par la ou les réponses qui vous seront données, et celles-ci peuvent être très surprenantes….

Un oracle limpide et de toute beauté qui m’a enchantée !

 

Pour aller plus loin :

✨ Découvrez plus en détail le site de Valérie Motté où vous retrouvez ses émissions et interviews qui nous font découvrir différemment des personnalités et artistes notamment dans les "Rencontres féeriques” ou dans son émission de radio "Douceur & Confidences” rediffusée en podcast, ainsi que tout ce qu’elle partage ! 

 

 

 

Partager cet article

9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 07:40

 

Je vous avais parlé récemment du livre Vive le Péricarde Libre ! de Montserrat Gascón et, depuis, j'ai eu la joie de la recevoir dans mon émission "Mes Rendez-Vous" dans laquelle Montserrat nous explique plus en détail le Secret du Coeur et pourquoi il est si important de libérer le Péricarde.

 

 

Bonne écoute !

 

  • Pour découvrir mes autres émissions, cliquez ICI

 

Partager cet article

6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 11:16

Glénat

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Éric Liberge se lance en 1996 dans le projet Monsieur Mardi-Gras Descendres. Il envoie des extraits aux revues PLGOgoun et Golem qui, les premières, publient quelques courts extraits du Petit monde du Purgatoire. Achevé en 1998, le tome 1, Bienvenue !, obtient le Prix Goscinny en 1999. En 2002, il publie Tonnerre Rampant puis Métal, chez Soleil. En 2003, il démarre une collaboration avec Denis-Pierre Filippi, Les Corsaires d'Alcibiade chez Dupuis. En 2008, il publie Aux heures impaires chez Futuropolis. Aux Arènes, il publie Le Cas Alan Turing et les deux volumes de La Jeunesse de Staline. Il a également participé, chez Glénat, aux séries Versailles et L’Art du crime. Entre 2018 et 2019, il dessine les trois volumes de la série remarquée Le Suaire, chez Futuropolis, scénarisée par le célèbre duo Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, et en parallèle, il fait publier Notre Part des Ténèbres aux Arènes, sur un scénario du même Mordillat. Éric Liberge réside en région bordelaise.

Résumé du roman graphique :

À 15 ans, alors qu'il intègre le prestigieux club de rugby de Bordeaux, Julien voit son avenir devant lui tout tracé : il sera rugbyman professionnel. Mais une violente chute au cours d'un match lui fait perdre connaissance et vivre une expérience de mort imminente (EMI : sensation de décorporation suivie d'un état modifié de conscience, parfois consécutive à un état de mort clinique) qui le met sur la piste d'un lourd secret de famille. Revenu de cette expérience bouleversante aux frontières de la vie, il demande à ses proches qui est l'homme qui l'a accueilli au seuil de la mort. Ce dernier dit s'appeler Paul et lui livre un glaçant secret de famille. Entre l'incrédulité des soignants, qui ne voient là qu'un simple épisode hallucinatoire, et le violent déni que ses proches lui opposent, Julien entreprend de soulever une chape de plomb que son père - tyran domestique - maintenait hermétiquement fermée sur le clan familial depuis des années.

À 15 ans, Julien, ce grand gaillard qui a intégré le prestigieux club de rugby de Bordeaux, n’a qu’une seule idée en tête : devenir rugbyman professionnel. Mais l’avenir en a décidé autrement, puisqu’une violente chute sur le terrain le stoppe net dans son élan. Du jour au lendemain, Julien se retrouve à l’hôpital de Bordeaux après avoir fait un arrêt cardiaque de seize minutes.

À son réveil, Julien se confie à sa mère en lui révélant ce qu’il a vu dans cet ailleurs où il a été transporté et où il se sentait en paix, les rencontres qu’il a pu faire, et surtout la révélation d’un lourd secret de famille par un homme qu’il ne connaît pas. 

Depuis cette EMI et malgré le rejet total et violent de son père neurologue qui cherche par tous les moyens à lui effacer la mémoire, le souvenir de cette expérience, Julien va se sentir bien seul, mais, sachant parfaitement que ce qu’il a vécu, et les capacités extrasensorielles qui se développent en lui sont bien plus réels que la simple matérialité, Julien est bien décidé à trouver des réponses.

Dès les premières pages, on se retrouve pris dans l’histoire tellement elle pourrait être du vécu ! Vivre une EMI vous montre la vraie nature de la mort et de la vie, vous revenez dans ce monde transformé, vous n’êtes plus le même.

C’est ce que décrit admirablement bien Éric Liberge à travers ses dialogues, le mal-être des proches, mais aussi par ses dessins qui nous dévoilent une tout autre réalité. C’est un magnifique roman graphique qui, dès le départ, nous ouvre un monde en noir et blanc pour finir vers un monde en couleur où tout devient plus clair, plus lumineux, nous invitant, comme ces protagonistes, à voir le monde autrement.

 

undefined
Cliquez sur l'image pour en feuilleter quelques pages

 

Pour aller plus loin :

En associant habilement le drame familial à la thématique des expériences de mort imminente, Eric Liberge signe en solo un puissant et passionnant récit. Présentation du roman graphique "Le corps est un vêtement que l'on quitte" par l’auteur Eric Liberge.

 

 

 

Partager cet article

31 mai 2021 1 31 /05 /mai /2021 14:35

La Vallée Heureuse

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Stéphanie Del Regno est la fondatrice des éditions La Vallée Heureuse et des éditions Sibylline, et auteure. Elle est également confondatrice d'Atrium WebTV, la chaîne du vivant, et accompagne les femmes vers leur épanouissement. Son site : Stéphanie Del Regno

 

Résumé du livre :

La femme occidentale – et française – du XXIe siècle est quasiment la même qu'au Néolithique : dominée, contrôlée, infériorisée, asservie, méprisée, violentée, tuée, rarement respectée. L'histoire des femmes et notre orgueil de modernité devraient pourtant servir d'électrochocs, mais, écrasés sous le poids de la morale, de la société et des traditions, tous autant que nous sommes, femmes et hommes, perpétuons cette exaction qui, pour beaucoup pourtant, n'a pas lieu d'être. Balayant tous les préjugés et pointant du doigt la réelle problématique que soulève le fait d'être une femme, cet ouvrage documenté et référencé, d'une part, fait le point sur les combats séculaires de violence et de maltraitance menés par les affranchi·e·s du modèle sexiste et leurs avancées, d'autre part, lève le voile sur le « mystère féminin », si mystère il y a : fonctionnements biologique et cérébral, amour, amitié, sexe, maternité, santé, couple, autonomie. Mesdames, Messieurs, vous le vouliez ? Le voici !

L’histoire de la femme a toujours intéressé Stéphanie Del Regno, qui a déjà consacré un livre sur sa création en dressant le portrait de Lilith, la toute première et mystérieuse compagne d’Adam qui fut chassée de l’Eden parce qu’elle comprit qu’elle était son égale et refusa de se soumettre à lui.

Dans cet ouvrage, Stéphanie explore toute l’histoire des femmes depuis la préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Fine observatrice de la société actuelle, elle met en avant la perception que l’on garde encore des femmes aujourd’hui en occident, et tout particulièrement en France.

Ce qui l’a frappée, et ce qui m’a frappée également en lisant ce constat, c’est que la position, le statut de la femme n’a pas évolué depuis le néolithique, puisqu’elle est toujours soumise à des diktats sociétaux qui continuent à l’enfermer et à la cliver. N’étant, bien souvent, pas prise au sérieux par cette société à dominante patriarcale, la femme continue de subir des moqueries et harcèlements moraux et sexuels, dont les violences gynécologiques et obstétriques.

J’ai appris énormément de choses en lisant ce livre dans lequel Stéphanie y a mis tout son coeur !

Devant tous ces divers sujets qui sont abordés, on comprend mieux comment, dans cette société qui se dit modernisée et civilisée, on en soit encore là ! Et surtout comment pouvons-nous construire un futur plus équilibré, plus solidaire quand nos connaissances historiques sont biaisées ?!

Car, comme l’explique l’auteure, en s’appuyant sur les récentes découvertes en préhistoire, c’est une tout autre histoire des femmes qui émerge, bien plus proche de la réalité puisqu’à l’instar des hommes elles chassaient et cueillaient également.

Pour mieux appréhender notre époque, Stéphanie Del Regno apporte sa pierre à cet énorme édifice en nous offrant un livre de société qui fait le point à travers les civilisations sur la place des femmes et celle des hommes également en souffrance.

Tout est si bien présenté, documenté, avec quelques illustrations humoristiques, que l’on se rend bien compte que, quelle que soit l’époque, les femmes ont toutes subi le même processus d’invisibilisation et de disqualification et qu’il serait temps de changer les mentalités.

Alors, commençons par retrouver notre humanité, non pas à travers la compétition, ni en copiant l’autre, mais simplement en étant soi, en se respectant les uns les autres, en se reconnectant à la Nature, en se reliant à notre part féminine et masculine pour qu’enfin nous puissions cheminer tous ensemble main dans la main vers ce juste équilibre.

 

⭐  Stéphanie Del Regno accompagne les femmes vers leur épanouissement, si vous désirez en savoir plus, n'hésitez pas à parcourir son site "Stéphanie Del Regno" dans lequel elle vous propose des Rendez-vous avec Soi et pleins d'autres beaux et bons moments en perspective :

Je suis heureuse de vous annoncer la naissance de mon projet longtemps mûri d'accompagnement des femmes. Certains d'entre vous me connaissent comme éditrice et auteure.

C'est lors de l'écriture de mon dernier ouvrage, Femmes !, au cours de laquelle j'ai écouté beaucoup de femmes et d'hommes aussi, que j'ai su qu'il était temps pour moi de manifester mon engagement sur le terrain.
 
Être femme et trouver sa place en tant que telle n'est pas toujours évident ni naturel tant notre histoire commune est lestée de schémas déséquilibrés.
 
Dès lors, je me mets à votre service, Mesdames, en vous proposant écoute attentive et boîte à outils qui vous serviront dans la recherche de vous-même et vous guideront ainsi vers votre épanouissement.
 
Pour ce démarrage, je vous offre jusqu'au 18 juin 20% sur tous les services et le livre avec le code promo FEMMES0621. ⭐

 

 

Pour aller plus loin :

Regards croisés féminin et masculin autour du dernier livre de Stéphanie Del Regno, "Femmes !", sorti le 8 mars dernier aux éditions La Vallée Heureuse. Un espace pour aborder la femme occidentale sous toutes les coutures : son histoire, son éducation, sa liberté, ses diktats, sa maternité, son couple, ses désirs, ses colères, ses injustices, etc.

 

Pour aller encore plus loin :

  • Héloïse Luzzati, ou la passion des compositrices Dans les conservatoires, les salles portent toutes des noms de compositeurs, alors que les compositrices étaient célèbres, en France, au 19e siècle qui en comptait plus un millier ! Mais pourquoi ces compositrices ont-elles toutes disparu du répertoire ? Heloïse Luzzati est violoncelliste. Sa passion : retrouver les partition et rejouer les oeuvres des compositrices aujourd'hui oubliées.

 

  • Artistes femmes, la fin de l'invisibilisation ? Alors qu’en 2019, les femmes représentaient toujours moins d’un tiers des artistes exposés en France, on aurait tort de croire qu’elles sont absentes de l’histoire de l’art. Le Centre Pompidou propose des cours en ligne, gratuits et ouverts à tous (les MOOC) sur les artistes femmes de 1900 à nos jours. Sur Instagram, Margaux Brugvin publie des vidéos pour leur redonner une place dans l’histoire de l’art. Des initiatives inédites qui redonnent aux femmes la place qui leur est due, avec une approche informelle et parfois ludique.

 

  • Un cadavre de femme datant de 9000 ans a été découvert enterré avec du matériel de chasse, laissant peu d'ambiguïté sur son rôle de chasseresse, relativement en contradiction avec l'image traditionnelle de la femme préhistorique.

 

Et j'en passe... Pour en savoir davantage, lisez le livre de Stéphanie Del Regno, vous allez être surpris !

 

Partager cet article

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche