Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Les Lectures de Florinette - Audenge (33)
  • Association Les Lectures de Florinette - Audenge (33)
  • : "Les Lectures de Florinette" vous souhaite la bienvenue sur son site dans lequel vous trouverez ses activités, les articles de Florinette sur les différents ouvrages que l'association met à votre disposition afin de vous faire découvrir de nombreux auteurs qui nous amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous !
  • Contact

Catégories

21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 10:39

Voici une histoire des plus insolite racontée par Guy Breton dans le Tome 1 des Histoires magiques de l’histoire de France dans lequel une personne du passé rencontre une personne du présent...

Cette histoire incroyable, que Guy Breton a eu l’autorisation de consulter, figure dans les archives de la préfecture de police en date du 6 juin 1925 et a été reprise par Didier van Cauwelaert dans le Tome 1 du Dictionnaire de l’impossible. (Extrait) :

***

Nous sommes en juin 1925, au jardin du Luxembourg. Un étudiant en médecine de vingt-quatre ans, Jean Romier, est en train de réviser ses cours au soleil, lorsqu’un vieillard en redingote vient s’asseoir à côté de lui. Rapidement, ce dernier engage la conversation et se met à parler de Mozart, une passion que partage le jeune homme.

« Venez donc chez moi vendredi soir à 9 heures, j’organise un petit concert de musique de chambre pour mes amis. Nous jouerons les quatuors avec flûte de Mozart. »

L’étudiant accepte, ravi de cette occasion d’entendre, sans bourse délier, son compositeur favori. Le vieillard se lève, donne son nom et son adresse : « Alphonse Berruyer, rue de Vaugirard, troisième gauche. »

Le vendredi 5 juin, à l’heure dite, Jean Romier sonne à la porte du vieux mélomane, et passe une soirée délicieuse en compagnie de sa famille et de ses amis. La seule chose qui l’étonne un peu, c’est que ces gens qui visiblement disposent d’une fortune confortable s’éclairent encore au gaz. Cela relève sans doute moins de la radinerie que du passéisme… D’ailleurs, ils sont tous habillés à la mode du siècle précédent, ont le teint pâle et les traits un peu figés, comme s’ils étaient en cire. […]

Entre deux quatuors, il devise avec les petits-fils Berruyer qui ont le même âge que lui : André prépare Navale, Marcel fait son droit… Ils grillent quelques cigarettes en buvant du madère. À minuit, il prend congé de ses hôtes, leur exprimant toute sa gratitude pour cette soirée hors du temps.

À peine arrivé sur le trottoir, il se rend compte qu’il a oublié son briquet en or. Un cadeau de ses parents auquel il tient particulièrement. Il remonte aussitôt, sonne. Pas de réponse. […]

Très perturbé, il entreprend de cogner à la porte. Le voisin de droite sort sur le palier, furieux de ce tapage nocturne. Jean lui explique la situation.

« Vous me prenez pour un idiot ? Cet appartement est vide depuis vingt ans ! » L’étudiant en médecine se dit qu’il a affaire à un fou, et lui répète sur un ton posé qu’il vient de passer la soirée chez Alphonse Berruyer. « Il est mort en 1905 ! riposte le voisin. Si vous êtes entré chez lui, c’est que vous êtes un cambrioleur. Au voleur ! »

Alerté par les cris, le concierge grimpe les marches et confirme la version délirante du troisième droite, qui appelle la police. Et le jeune homme en état de choc se retrouve au poste. Un coup de fil aux parents du prévenu permet d’établir sa moralité et sa bonne santé mentale.

Dès l’aube, le commissaire le ramène sur les lieux, pour vérifier ses dires. Aucune trace d’effraction. Ils sont rejoints par le propriétaire, un certain M. Mauger, qui ouvre de mauvaise grâce l’appartement laissé à l’abandon depuis qu’il l’a reçu en héritage. Jean Romier manque s’évanouir. L’appartement est tel qu’il l’a décrit, comme le constate le commissaire de plus en plus perplexe. Mais les meubles sont recouverts d’une épaisse couche de poussière, et les toiles d’araignées envahissent ce décor qui dégage une intense odeur de moisi.

« C’est lui, c’est Alphonse ! » s’exclame soudain Jean en désignant l’un des portraits. M. Mauger confirme : c’est bien son arrière-arrière-grand-père. Sur des photos encadrées, l’étudiant identifie dans la foulée le petit Marcel qui fait son droit, le jeune André qui prépare Navale… Atterré, le descendant ne peut qu’opiner […] il se souvient alors que pépé Marcel lui avait raconté un jour les concerts privés qu’organisait son propre grand-père […] « Qui d’autre pourrait s’en souvenir ? Même moi, j’avais oublié… »

Le commissaire demande à “l’invité du passé” pourquoi il a voulu revenir si vite dans cet appartement que, soi-disant, il venait à peine de quitter. Jean raconte l’oubli de son briquet, et les conduit dans le salon-bibliothèque où, quelques heures plut tôt, il fumait en compagnie de ce futur amiral défunt qui avait alors son âge. Et tous se figent devant le guéridon. Le briquet en or est bien là, frappé des initiales de Jean Romier. Mais il est recouvert, comme le reste, d’une épaisse couche de poussière et de toiles d’araignées...

 

Sources :

 

Petite info supplémentaire :

* Albert Einstein, passionné par ce fait divers, a prononcé une phrase que les exégètes n’en finissent pas de commenter : « Ce jeune homme a trébuché dans le temps, comme d’autres ratent une marche d’escalier. » Il est vrai que, si l’on applique les conséquences de la relativité, il n’est pas exclu qu’on puisse voir aujourd’hui Marie-Antoinette peindre au Petit Trianon, comme ce fut le cas pour ces deux Anglaises dont le témoignage figure dans Les Fantômes de Trianon.

* Vous pouvez également écouter, par la voix de Tom Novembre, cette incroyable histoire dans l'émission La France mystérieuse, une série France Bleu : d’après le livre de Fabrice Colin L'Atlas de la France Mystérieuse aux éditions “Autrement”.

Durée 2’30

Partager cet article

15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 16:24

Témoignages d'enfants sur leur voyage spirituel aux
frontières de la vie avec la collaboration de Paul Perry.
Préface du Dr Raymond Moody
Avant-propos du Père François Brune.

Editions Robert Laffont

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Spécialiste en pédiatrie et neuro-oncologie, Melvin Morse a été professeur associé à la faculté de médecine de l'Université de Washington de 1985 à 2007. Le Dr Melvin Morse était l'un des plus importants chercheurs sur les expériences aux frontières de la mort infantiles. Ses études étaient tout aussi bien publiées dans des livres que dans les bulletins de l'American Medical Association's scholarly Pediatric journals.

Résumé du livre :

Avec huit millions de cas recensés, les phénomènes de “mort approchée” ont pris aujourd'hui une dimension mondiale. Ces expériences sont généralement rapportées par des adultes. Pour la première fois, deux scientifiques ont recueilli les témoignages d'enfants qui ont été tout près de la mort.

Dans les années 80, le Dr Melvin Morse est un pédiatre qui commença à s'intéresser aux EMI à la suite du témoignage de Katie, une jeune patiente de 9 ans qui avait failli se noyer. La fillette, plongée dans un coma profond avec assistance respiratoire, luttait entre la vie et la mort. Tout le monde la croyait condamnée y compris le Dr Morse.

Au bout de trois jours, comme si elle se réveillait d'un profond sommeil, elle recouvra ses esprits sans aucune séquelle. Quand le Dr Morse voulut l'interroger sur les causes de l'accident, il recueillit des réponses évoquant en détail sa réanimation et également : un tunnel qui s'était ouvert où une grande et gentille femme à la chevelure d'or s'est avancée, la visite de son grand-père défunt et tout ce que faisaient ses proches restés sur Terre.

Voyant que Katie avait seulement conscience d'avoir été mêlée à quelque chose qu'elle ne comprenait pas tout à fait, le Dr Morse, subjugué et intrigué par ce récit qui se confirma, enquêta scientifiquement sur le phénomène des EMI infantiles au lieu de les attribuer systématiquement à un délire hallucinatoire.

Le Dr Melvin Morse, qui s'est bravement écarté des sentiers et paramètres traditionnels, nous délivre, dans ce fascinant témoignage, le fruit de ses années d'investigation en partageant ses réflexions autour des différents témoignages d'enfants qu'il a pu recueillir.

Le témoignage des enfants que j'ai rencontrés m'a enseigné, tout à la fois, que la capacité de contempler cette Lumière est présente en chacun d'entre nous, et qu'aucune vie humaine ne saurait être tenue pour moins importante ou moins précieuse qu'une autre.

Voici un extrait de ce que les enfants lui ont déclaré :

« Je vais te confier un secret merveilleux : je suis allé sur l'escalier qui conduit au Ciel. »
« Il y a plein de bonnes choses dans cette Lumière. »
« Chaque nuit, je pouvais voir cette Lumière juste avant de m'endormir. »
« Quand on se fait du mal à soi-même, c'est le monde entier que l'on blesse. »
« Vous verrez, le Ciel est très drôle ! »

 

Pour aller plus loin :

Dans cet extrait de 3mn40 vous trouverez, parmi d'autres intervenants, le témoignage du Dr Melvin Morse montrant des dessins d'enfants.

Enquête Evénement - Ils sont revenue de l'Au-delà - Révélations et Témoignages sur la vie après la mort. Un documentaire de Dimitri Grimblat

  • Ce documentaire est disponible sur Dailymotion : ICI

Partager cet article

12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 13:38

Située à quelques kilomètres du mont Rushmore (un emplacement qui ne doit rien au hasard), cette sculpture est plus qu'un monument. C'est un symbole !

Ce projet pharaonique qui culmine à 172 mètres de haut n’est pas nouveau. Il a démarré en 1947 avec Korczak Ziółkowski, sculpteur d'origine polonaise, qui s'est engagé solennellement à construire le mémorial de Crazy Horse.

Aujourd'hui ce projet commence à prendre forme, le visage du chef indien est désormais terminé et il ne "reste plus" qu’à sculpter son corps et son cheval… La famille Ziółkowski y travaille depuis près de 60 ans !

  

Le massacre du peuple indien est sans conteste l’un des pires épisodes de l’histoire de l’humanité. Pour les Indiens, qui financent le projet grâce au tourisme, cette sculpture est d’une importance capitale. Comme une réponse monumentale à une humiliation qui n’a jamais cicatrisé…

Plus qu’un chef d’oeuvre, le Crazy Horse Memorial est un symbole précieux et nécessaire !

Partager cet article

7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 16:31

Docteur en Psychologie clinique et Psychopathologie

Éditions Le Passe-Monde

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

La Porte à franchir - Eric Dudoit

Éric Dudoit est diplômé en Théologie et Docteur en Psychologie clinique et Psychopathologie de Aix Marseille Université (AMU), où il est co-coordinateur du Diplôme Universitaire et DIU Soins palliatifs et éthiques, chargé de cours en Médecine, Psychologie clinique et Psychologie sociale de la santé. Il est aussi enseignant-chercheur associé au Laboratoire de Psychologie Sociale de la Santé (EA 849), responsable de l'Unité de Psycho-Oncologie du Service de Soins Palliatifs et Oncologie Médicale du CHU La Timone à Marseille. Il a publié de nombreux articles scientifiques en Français et en Anglais sur la spiritualité dans les soins. Il est aussi l'auteur d'ouvrages à l'usage des soignants et des étudiants en Psychologie ainsi que des livres "Au coeur du cancer, le spirituel" et, avec Eliane Lheureux, "Ces EMI qui nous soignent".

Résumé du livre :

À une époque où notre société s'interroge enfin sur l'importance de l'accompagnement des personnes en fin de vie, ce livre est assurément un acte important. Son auteur, Éric Dudoit - responsable de l'Unité de Psycho-Oncologie du Service de Soins Palliatifs et Oncologie Médicale de l'hôpital La Timone à Marseille - y témoigne en effet de son vécu avec une authenticité et une audace rares. À sa suite, il nous entraîne de chambre en chambre au sein du quotidien qui est le sien depuis maintenant vingt ans. Il nous invite ainsi à pénétrer avec émotion dans un monde que trop souvent nous préférons ignorer mais qui peut pourtant se charger d'espérance et de découvertes, un univers qu'il partage avec ses patients lors de leurs derniers instants d'incarnation. De là une étonnante leçon de vie et un regard différent posé sur le temps et l'espace… pour approcher l'Éternel Présent. Courageux, ce témoignage aux portes de la mort l'est également. Éric Dudoit n'hésite pas à y franchir des frontières, celles qui se sont érigées entre la démarche scientifique de la clinique et la vérité intime de l'être, celle de l'expérience en prise directe avec les expressions de l'Invisible. Mais au cœur de tout cela, il y a avant tout l'humain. Avec sa fragilité et ses interrogations, celui-ci y approche le sens véritable d'une écoute et d'une compassion qui transcendent tout.

Il y a des livres comme celui-ci qui sont difficiles à résumer, à commenter, car il nous touche au plus profond de nous-mêmes et les mots risqueraient d'en altérer l'émotion que j'ai ressentie en lisant ce magnifique et émouvant témoignage.

Éric Dudoit nous invite avec beaucoup de douceur à le suivre dans l'accompagnement des personnes en fin de vie, faire un bout de chemin avec elles pour comprendre toute la richesse de ces itinéraires de vie, mais aussi la difficulté de mettre en mots l'expérience de la mort à venir, nécessaire pour franchir en paix cette porte s'ouvrant vers tous les possibles.

 

— Ainsi donc je m'en vais ! Sans avoir terminé… dit-elle en sanglotant.
— Si vous partez, c'est que le travail est terminé.
— Je ne sais pas… Pour moi, cela n'est pas terminé. Est-ce que d'autres personnes vous ont dit qu'elles en avaient terminé avec la vie ?
— Personne n'en termine avec la vie ! Car jamais elle ne s'arrête, tout au plus elle s'ouvre à tous les possibles. Mais le Moi, mais le "Je" ne veut jamais s'effacer. Nos craignons tant de nous dissoudre dans l'univers, de perdre notre identité, nos biens, tout ce qui se décline avec le verbe avoir, que nous en oublions que nous sommes des vivants déclinables à l'infini au verbe être.
— Merci… sanglote-t-elle. Lorsque vous êtes là, tout est tellement plus simple, cela me fait du bien.
— C'est que l'univers est simple, il n'est pas chargé de nos constructions mentales qui emprisonnent notre souffle d'être ce que nous sommes, à savoir, infinis. (p.209)

 

Pour aller plus loin :

Je vous invite à écouter ce super entretien conduit par Marie Johanne C- Meurois avec le Dr. Eric Dudoit à propos de son livre. Un fabuleux témoignages de ses cliniques à l'hôpital la Timone/ Marseille.

La Porte à franchir...témoignages d'un Passeur d'âmes - Editions Le Passe-Monde

Sa page Facebook : Eric Dudoit

Partager cet article

4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 09:22

Ce court documentaire a été réalisé pour la série de documentaires intitulée "Enquêtes extraordinaires" et sur laquelle Stéphane Allix a travaillé durant plusieurs années. Il a eu l’occasion de s'entretenir à bien des reprises avec des témoins, mais aussi des chercheurs, des scientifiques, qui l’ont dans leur grande majorité très impressionné par leur ouverture d’esprit et la modestie de leur position.

 

 

J'avais découvert cette vidéo dans le cadre de cette série documentaire et tous ces témoignages m'ont vraiment interpellée et poussée à en savoir plus d'où ma lecture du rapport de Cometa "Les Ovnis et la Défense" que je vous ai présenté récemment.

Vous pouvez également retrouver ce documentaire, de meilleure qualité d'image, posté par l'INREES sur Daylimotion, mais il y a de la publicité...

Partager cet article

Association loi 1901

Les Lectures de Florinette

à Audenge (33)

------------------------

Objectif de l'Association

------------------------

------------------------

Agenda 2024

------------------------

Évènements passés

------------------------

Catalogue

Livres à disposition

 

------------------------

------------------------

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche