Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 11:49

Guy Trédaniel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Le Dr Jean-Jacques Charbonier, anesthésiste-réanimateur, étudie en toute indépendance les états de conscience modifiés et les expériences de mort provisoire depuis plus de vingt ans. Auteur de plusieurs publications dont Les 7 Bonnes Raisons de croire en l'au-delà, La Mort expliquée aux enfants, La Conscience intuitive extraneuronale ou encore Contacter nos défunts par l’hypnose, il donne de nombreuses conférences en France et à l'étranger et est régulièrement invité dans les émissions de radio et de télévision.

Résumé du livre :

Pour beaucoup, Jean-Jacques Charbonier est une sorte d’O.S.N.I. (Objet Scientifique Non Identifié), car il évolue depuis des années dans des disciplines qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer, et ne se revendique d’aucun groupe de pensée dogmatique. Médecin anesthésiste-réanimateur toujours en exercice, il a collecté durant plus de trois décennies des centaines de témoignages de personnes ayant vécu des histoires époustouflantes lors d’arrêts cardiaques ou de comas. Curieux de tout ce qui touche au domaine de la conscience et sans a priori, il a accueilli avec un grand respect l’enseignement de chamans et de médiums, tout en s’intéressant également à d’autres approches scientifiques telles que la physique quantique. Enfin, il a recueilli avec beaucoup de rigueur et d’attention les expériences qu’ont vécues plus de 10 000 personnes qu’il a lui-même placées sous hypnose. L’ensemble de ses recherches lui a permis de mettre au point une technique simple et accessible à tous qui nous transforme en individu hyperconscient. Cet ouvrage expose en détail son cheminement, cet état d’hyperconscience et les manières de l’atteindre. Il démontre que nous avons tous en nous des capacités extraordinaires telles que la médiumnité, la vision à distance, la voyance, la régression dans des vies antérieures, l’intuition, la télépathie, la guérison, l’inspiration, la connexion aux informations divines et bien d’autres encore, tout aussi surprenantes.

Beaucoup se demandent comment l’on pourrait atteindre un état d’hyperconscience sans avoir à subir un accident ni être plongé dans le coma où vivre une EMI. C’est ce qu’a voulu expérimenter Jean-Jacques Charbonier en proposant des ateliers de Trans Communication Hypnotique (TCH), protocole qu’il explique en détail dans son précédent livre "Contacter nos défunts par l’hypnose".

Plus de 10 000 personnes ont déjà répondu présentes pour tester cette technique originale grâce à l’hypnose, une méditation guidée qui facilite les vécus subjectifs. Les époustouflantes perceptions récoltées des TCHistes, qui à l’issue de ces séances collectives ont réussi à se connecter à leur conscience intuitive extraneuronale (CIE) en inhibant leur conscience analytique cérébrale (CAC), ont permis à Jean-Jacques Charbonier d’affiner ses recherches et d’aller plus loin dans la compréhension et le fonctionnement de la conscience.

Cet ouvrage est donc une synthèse de tout cet enseignement que Jean-Jacques Charbonier a reçu en tant que médecin anesthésiste-réanimateur durant les quarante dernières années sur cette expansion de la conscience qui a déclenché chez certains expérienceurs, y compris des TCHistes, une transformation de leur existence, une nette amélioration de leur santé, et plein d’autres choses tout aussi salutaires pour eux, comme pour leur entourage.

Afin que tout le monde puisse en bénéficier, Jean-Jacques Charbonier nous délivre les différents moyens d’accéder à cet état d’hyperconscience qui amène à débrancher le bavardage incessant de notre CAC, afin d’accéder à cette subtile dimension d’informations et de perceptions qui vient transcender l’habituel, le connu.

 

Pour la petite anecdote, j’ai participé à un atelier de TCH et, comme j’avais mal au dos à cette époque, j’ai juste vu deux visages souriants apparaître, celui de ma maman et mon petit frère, tous deux décédés, mais la douleur m’empêchait d’aller plus loin.

Par contre, il y avait une personne qui était venue faire cette séance juste par curiosité. Réfractaire dès le départ, elle n’a pas réussi à se détendre et comme le temps lui semblait long, tout en gardant le casque sur les oreilles, elle en a profité pour essayer de dormir et c’est là que, d’un seul coup, tout est arrivé.

Quand elle a raconté ce qu'elle venait de vivre, cette personne était très émue, car, durant ce lâcher-prise, elle a vu des êtres lumineux et reçue un amour immense, je voyais, pendant qu’elle nous racontait son expérience, sa stupeur, elle était complètement chamboulée et interloquée par ce qu’elle venait de vivre.

J’ai été sidérée de la voir ainsi se transformer pratiquement sous mes yeux. En quelques minutes, toutes ses certitudes se sont effondrées et c’est vraiment à cet instant que je me suis rendu compte du bienfait de ces ateliers, car ils peuvent aider les personnes à prendre conscience qu’à tout moment l’on peut avoir accès à cet autre plan extrasensoriel dans lequel nous pouvons reprendre confiance en la Vie, en quelque chose de bien plus grand qui nous reconnecte avec nous-mêmes, en nous amenant à voir le monde différemment...

 

Pour aller plus loin :

Rencontre avec Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste français, référent en réanimation qui s'est spécialisé dans les expériences de mort imminente.

 

 

Partager cet article

9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 16:44

*************************************************

 

Parasciences - Le magazine des cultures alternatives n°115

"Mes contacts avec l'au-delà - L'expérience Milligan!"

Dans ce dernier numéro de l’année, Parasciences nous propose de faire un tour du monde sur les recherches paranormales....

Nous partons donc de France avec les expériences de transcommunication qu’avait obtenues François Brune avec son frère défunt. Ensuite, nous voici transportés en Grèce, à la découverte d’une bien curieuse machine "la sphère Bellosean" qui permettait de photographier les esprits…

Et le voyage ne s’arrête pas là, outre Atlantique, d’autres expériences étonnantes nous attendent, dont la rencontre avec un bien étrange fantôme prénommé Philip…

J’ai donc pris mon billet et je m'apprête à parcourir cette incroyable traversée que nous a concoctée cette revue !

 

 

Parasciences - Le magazine des cultures alternatives n°114

"Hommage à Charles Fort - La maison aux visages"

Je vous invite également à découvrir l’avant-dernier numéro de Parasciences qui rend hommage à une figure des plus marquantes du monde de l’inexpliqué : Charles Fort, qui publiait, il y a 100 ans, son fameux Livre des Damnés dans lequel il a répertorié une sélection de faits des plus époustouflants !! 

Pour découvrir le sommaire de ce numéro, cliquez ICI.
 

Pour info :

La revue Parasciences est disponible sur leur site ainsi que sur les sites de vente en ligne et dans quelques librairies.

 

Partager cet article

4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 14:40

Dans cette vidéo, Christine Clémino-Naéglé raconte comment elle a été menée à vivre une expérience de mort imminente, et quelles en ont été les conséquences sur sa vie par la suite. 

Ne pouvant plus accepter ce qu’elle vivait, Christine a sombré dans une dépression qui l’a amené à se défenestrer. Dans ce touchant témoignage, Christine nous explique son geste, mais aussi les étapes  qui l’amènent à franchir différents états en fonction de ses pensées de ses émotions qui si elles varient, l’espace dans lequel elle se trouve peut changer à tout instant.

Ce remarquable et limpide témoignage nous fait prendre conscience que c’est nous qui construisons notre devenir, que ce soit dans ce monde ou dans l’autre… Magnifique !

 

 

 

 

Partager cet article

29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 10:49

Guy Trédaniel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Dominique Labarrière, ancien professeur de philosophie, passionné d’histoire, auteur de nombreux ouvrages et romans historiques, a récemment participé en tant que consultant historique au tournage de Secrets d’histoire, l’émission de Stéphane Bern, consacré à Mary Stuart. Il est de surcroît originaire des environs de Chambord et du Clos Lucé où Léonard a fini sa vie. Dominique Labarrière en connaît chaque recoin.


Résumé du livre :

Le livre retrace les moments forts du parcours de Léonard de Vinci venu passer les trois dernières années de son existence en France, à Amboise, près de son protecteur le jeune roi François 1er, alors au sommet de sa gloire. Ce livre, qui se lit comme un roman, explore ce qu’on peut appeler « le mystère Chambord », jamais élucidé jusqu’alors. Le château, mondialement connu, est construit d’après des croquis laissés par Vinci, notamment le très célèbre escalier monumental à double révolution qui en est la pièce maîtresse. Pourquoi Léonard a-t-il conçu un tel plan si différent de ceux des autres châteaux de la Renaissance ? Quel message, quel testament intellectuel, spirituel, symbolique, ésotérique a-t-il voulu nous laisser en plaçant au cœur de cet édifice cet escalier extraordinaire qui, en fait, ne mène nulle part ?

Dans la première partie du livre, afin de cerner au mieux Léonard de Vinci, Dominique Labarrière nous invite à rentrer dans son intimité en remontant à la source, retraçant ainsi les grandes étapes de cet incroyable inventeur qui très tôt, bien qu’il ait été un enfant illégitime et donc dénigré par les grandes filières académiques, fut doté d’un très grand sens d’observation et d’ingéniosité.

Épris de connaissance, c’est une quête sans fin dont il noircit ses carnets d’innombrables croquis. Tout l’intéresse, Léonard veut tout expérimenter, explorer, que ce soit l’anatomie, la peinture, la sculpture, la musique, la cartographie… livrant ainsi de nouvelles révélations sur ses intuitions visionnaires et audacieuses, même si certaines œuvres picturales restaient bien souvent inachevées, ce qui lui a valu de ne pas figurer parmi les artistes florentins envoyés à Rome pour travailler au décor de la chapelle Sixtine…

Même s’il se retrouve sans emploi ni donneur d’ordres, l’instabilité politique de l’Italie ne le perturbe pas, il continue à proposer ses services aux grands seigneurs et mécènes, jusqu’à la mythique victoire de Marignan remportée par le jeune monarque français François 1er. Ce dernier, séduit par ce grand homme, l’invite au château du Clos-Lucé, près d’Amboise, où il séjournera durant les trois dernières années de sa vie, entouré de ses trois tableaux fétiches, dont "La Joconde".

Dans la deuxième partie du livre, nous voilà transportés en France, où la Renaissance est encore à ses premiers élans artistiques et où Léonard de Vinci, parmi tant d’œuvres, nous a laissé un héritage architectural des plus impressionnant dans la pièce centrale du château de Chambord : l’escalier à double révolution.

Cette merveille qui renferme bien des mystères et dont l’auteur, à travers ce très bel et captivant ouvrage orné de magnifiques reproductions de tableaux et photos, nous apporte une lecture plus spirituelle, plus symbolique du message qu’a voulu nous laisser Léonard de Vinci à travers cette énigmatique structure hélicoïdale implantée au centre d’un donjon en croix grecque… 

« Le mouvement est le principe de toute vie » Léonard de Vinci

 

Pour aller plus loin :

Alors que s'accélèrent les célébrations pour les 500 ans de la Renaissance, Dominique Labarrière, essayiste et écrivain d'origine giennoise, propose dans son dernier livre de s'interroger sur "le mystère Chambord", légué par Léonard de Vinci, avec son intriguant escalier.

 

Pour aller encore plus loin :

2019 : "L’année Vinci" et "L’année Chambord" les cinq cents ans de la mort de Léonard de Vinci et de la construction du château de Chambord sont conjointement commémorés tout au long de cette année.

 

Partager cet article

23 novembre 2019 6 23 /11 /novembre /2019 12:13

Quand l’imaginaire d’un écrivain rejoint les données ultérieures de la science… 

C’est en visionnant la vidéo ci-dessous, dans laquelle la NASA dévoile des images de la planète Mars, que je me suis souvenue de cette anecdote que raconte Philippe Vidal dans son ouvrage Les histoires inconnues de l’Histoire.

En voici un résumé :

« S’il faut en croire les encyclopédies, c’est en 1877 que furent observées pour la première fois dans l’histoire de l’humanité les deux lunes de Mars, et c’est à l’astronome Asaph Hall que la science devrait cette découverte.

Mais voilà… Si nous acceptons cette thèse officielle, et surtout la date généralement admise pour cette découverte, nous nous retrouvons en face d’une énigme, car l’auteur irlandais Jonathan Swift, dans Les Voyages de Gulliver, évoque lui aussi les deux lunes tournant autour de Mars, mais en… 1726, soit cent cinquante et un ans avant la découverte d’Asaph Hall !

Si l’on se réfère au niveau technologique traditionnellement associé à son siècle, Jonathan Swift ne pouvait disposer d’aucun instrument suffisamment puissant pour réaliser une telle observation ! Alors comment l’auteur a-t-il pu effectuer une pareille description dans son ouvrage ? […] Quelle solution allons-nous proposer ? Allons-nous parler de hasard ?

Dans des impasses similaires, se lève généralement quelqu’un qui propose de tout faire reposer sur la notion éculée, mais ô combien commode, de coïncidence. Cette réponse n’est pas satisfaisante, car si nous reprenons les termes utilisés par Jonathan Swift nous verrons qu’à l’évidence on ne peut pas, raisonnablement, se contenter de parler de coïncidence…

« Les savants de l’île de Laputa ont découvert deux étoiles, ou satellites de moindre importance, qui effec­tuent des révo­lu­tions autour de Mars ; le satellite inté­rieur est distant du centre de la planète principale de trois fois son dia­mètre, le satellite exté­rieur de cinq fois son diamètre. Le premier effectue sa révo­lution en dix heures et le second en vingt et une heures et demie… »

Comment Jonathan Swift pouvait-il savoir qu’un des deux satellites effectue sa révolution dans un temps double de l’autre(1) ? Comment pouvait-il avoir une connaissance, même approximative, de la distance qui sépare les satellites de la planète autour de laquelle ils tournent inlassablement ? Quel document Jonathan Swift avait-il bien pu consulter pour disposer de pareilles informations ? Ou quel savant avait-il pu lui faire partager ce savoir secret, sans doute conservé et confisqué au profit de quelques rares privilégiés ?

Ces questions, Asaph Hall fut évidemment amené à se les poser au moment de baptiser solennellement les deux astres qui faisaient leur entrée dans le dictionnaire des corps célestes.

Imaginez l’étonnement, l’incompréhension pour ne pas dire l’effroi qui devaient habiter le savant dans cette circonstance… Cent cinquante ans plus tôt un écrivain, qui n’était pas particulièrement versé dans l’astronomie, avait disposé des mêmes informations que lui !

Alors il baptisa du nom de Phobos et Deimos(2) les deux lunes dont il venait de découvrir l’existence… Phobos et Deimos : peur et épouvante… »

Rappelons également que, dans le conte philosophique de Voltaire Micromégas paru en 1752, on trouve de nouveau une allusion aux deux lunes de Mars : les habitants de Sirius ont observé « deux lunes qui servent à cette planète et qui ont échappé au regard des astronomes ». Il est fort probable que Voltaire fut influencé par l'hypothèse de Kepler ou qu’il ait lu Les Voyages de Gulliver...

Malgré tout, les mérites de cette découverte restent attribués à Asaph Hall qui, en 1879, se vit décerner la médaille d’or de la Société Royale d’Astronomie de Grande-Bretagne. Seuls deux cratères sur Deimos portent le nom de... Swift et Voltaire…

 

(1)Jonathan Swift ne s'est pas trompé de beaucoup en attribuant une période de révolution de 10 heures pour le premier satellite (Phobos, qui tourne en 7h 39 min) et de 21 heures pour la deuxième lune (Deimos, qui tourne en 30h 18 min) !

(2)Les noms de ces deux satellites proviennent de Phobos (peur en grec) et Deimos (terreur en grec), les jumeaux que le dieu Arès (Mars pour les Romains) eut de la déesse Aphrodite (Vénus pour les Romains).

 

Après cette incroyable histoire, je vous propose une petit virée d'à peine 30 secondes sur la planète Mars...

Cliquez sur l'image pour visionner la vidéo

Bon voyage !

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche