Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 18:39

Vivalavida

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Montserrat Gascon est « pure énergie qui expérimente La Vie ». Depuis toute petite, Montserrat est en quête de compréhension du fonctionnement de l’Être humain et de la Vie en général. Pour trouver des réponses, elle va beaucoup étudier dans des domaines divers et variés : Institutrice, infirmière, quatre années de médecine, professeur de Morphopsychologie, Neurologie et Ostéopathie, grâce à laquelle Montserrat a découvert, de manière approfondie, la relation entre le Péricarde et les émotions… Ses 40 ans d’expérience dans des hôpitaux de plusieurs pays et dans son propre cabinet, en tant qu’Ostéopathe Bioénergétique Cellulaire, lui ont permis de développer sa propre méthode : La Libération du Péricarde. Montserrat Gascon donne également des cours et des conférences qu’elle dispense de par le monde. Elle est également auteure de plusieurs ouvrages : "Vive le Péricarde Libre" "Le Secret du Cœur" et "Quand j’habitais Jérusalem".

Résumé du livre :

Découvrez les aventures de Saleh, jeune adolescent insouciant, qui voit son existence basculer lorsque son père l’envoie malgré lui à Jérusalem afin d’y étudier les textes sacrés… Au fil de ses aventures et des rencontres, il partagera le quotidien de familles musulmanes, juives et chrétiennes et apprendra à voir avec clarté que, malgré les difficultés, chacune de ces situations ont été des pièces maîtresses dans son apprentissage. Alors, rempli de JOIE et de GRATITUDE, il pourra finalement comprendre la justesse de la décision de son père, qui l’a poussé vers son propre destin… Un Aller-Retour pour Jérusalem qui lui permettra de déployer ses ailes au fur et à mesure qu’il comprendra et intégrera que « Tout tourne autour de UR » …

Comme vous pouvez le constater, tout est splendide dans cet ouvrage paré de sa belle couverture, sur laquelle une ferrure nous convie à partir à la découverte de Jérusalem où réside Saleh, un jeune adolescent curieux, joueur et aventurier qui n'a plus, suite à la mort de sa mère, que Omar, son vieux sage de père.

Nous découvrons à travers de magnifiques illustrations l'histoire d'Omar et son fils Saleh. Ce dernier va voir son existence basculer suite à la décision de son père de l'envoyer à Jérusalem, sous la protection d'un ami, afin de rencontrer de grands sages qui lui apprendront les écritures sacrées. 

C'est un déchirement pour Saleh, mais, comme lui dit Omar, il est temps pour lui de suivre son propre chemin, de partir à la rencontre de lui-même. Après douze années inoubliables ponctuées de Joie et d'Amour, il quitte son père en emportant ses dernières paroles qui résonnent tout au fond de son être :

« N'oublie pas qui tu es ! »

Pas à pas, nous suivons l'apprentissage de Saleh qui arrive à s'intégrer dans le quotidien de familles musulmanes, juives et chrétiennes, que la destinée met sur son chemin, et où il apprend à observer, à être plus attentif à tout ce qui l'entoure, jusqu'à trouver ce qui va donner un sens à sa vie. 

À travers cette histoire, c'est un véritable voyage initiatique que nous entreprenons auprès de Saleh, durant lequel, il nous apprend que nous ne sommes jamais seuls, la séparation n'est qu'illusoire. C'est par l'énergie du coeur que nous pouvons sentir en nous la vibration et le mouvement de la Vie et ainsi communier avec les êtres et la nature.

Alors, faisons comme Saleh, partons à la découverte de notre être intérieur, là où réside la paix, la joie et laissons rayonner cette lumière, ce feu ORiginel, qui est notre réalité profonde. 

 

Cette image animée vous présente ce coffret, dans lequel vous découvrirez un chèche bleu indigo qui renferme ce magnifique ouvrage à offrir ou à s'offrir ! 

Si vous désirez en feuilletez quelques pages, cliquez ICI

 

 

Partager cet article

12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 18:35

Collection Musée Maillol

 

Résumé du livre :

Augustin Lesage (1876-1954), Victor Simon (1903-1976) et Fleury Joseph Crépin (1875-1948) sont mineurs de fond, cafetier ou plombier au moment où des voix leur commandent de peindre. Ils vont, sous l'emprise de ces voix, changer le cours de leur vie. Leurs oeuvres, réalisées entre 1912 et 1976, au coeur du bassin minier du Pas-de-Calais, connaissent une diffusion remarquable à Paris, Bruxelles, Londres, Alger, Casablanca ou Le Caire. 

Proches des cercles spirites et spiritualistes, ces peintres, qui ont aussi des dons de guérisseurs, sont classés dans l'art magique par André Breton, ou dans l'art brut par Jean Dubuffet. Ils sont reconnus, pour la première fois, en tant que foyer artistique. À partir de leurs parcours personnels, l'exposition "Esprit es-tu là ? " propose de découvrir ou de redécouvrir une constellation d'artistes visionnaires qui les ont précédés, ont été leurs contemporains, ou qui créent aujourd'hui. 

Des veilleurs à l'écoute des mystères de l'au-delà. 

Apparu d’abord aux États-Unis au milieu du XIXe siècle, le courant spirite a rapidement fait des émules en Europe. Communiquer avec les esprits est alors devenu un phénomène de société, cultivé par de nombreux artistes et scientifiques, dont Pierre & Marie Curie, Camille Flammarion, etc.

Originaires du nord de la France et issus de milieux modestes, travaillant comme mineurs, plombiers ou cafetiers, trois hommes, Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin, se sont mis à la peinture poussés par des voix étranges. Ces guides invisibles les ont conduits, eux, et tous les artistes représentés dans cette collection, à chercher à établir un lien avec l'au-delà à travers leurs peintures.

 

 

« Ma seule joie est d’avoir un pinceau en main, et d’être constamment sous les influences de ces artistes planétaires. » Augustin Lesage

 

 

"Composition symbolique sur le monde spirituel". Toile peinte par Augustin Lesage pendant l’Occupation sous les bruits des moteurs, septembre 1940.

 

 

 

« Je laissai guider ma main, j’employai les différentes couleurs, traçai des figures géométriques, des arabesques, puis des têtes humaines que je n’avais jamais su représenter ; des motifs d’art byzantin voisinant avec des panneaux de style hindou, des signes, véritables hiéroglyphes impossibles à déchiffrer. » Victor Simon

 

 

Victor Simon – "La Toile bleue" – 1943-1944 –  Musée des Beaux-Arts d’Arras

 

 

 

« Un soir des voix mystérieuses se font entendre. Quand tu auras peint 300 tableaux, ce jour-là la guerre finira. Et le 7 mai 1945 je signai mon trois centième tableau. » Fleury-Joseph Crépin

 

 

Le 300e tableau "Souvenir de France" que Fleury-Joseph Crépin terminera la veille de la capitulation de l’Allemagne, le 7 mai 1945.

 

Ces tableaux frappent par l'attention portée aux détails, aux motifs ornementaux et à cette minutie des compositions et de leur symétrie. On retrouve de nombreux symboles qui rappellent les cultures chrétiennes, hindoues, orientales et certaines inspirées de l’Égypte pharaonique. Les peintres spirites, qui ont aussi des dons de guérisseurs, ont développé un style qui leur est propre et que l'on a qualifié d’art magique ou d'art brut.

À travers cet ouvrage, sur l’exposition qui s’est déroulée au Musée Maillol, c’est un incroyable et passionnant voyage, à la fois chronologique et thématique, que nous entreprenons en revenant sur une époque où l’étrange et le mystère sont un réel phénomène de société. 

Au fil des pages, on remarque à quel point le mouvement spirite faisait partie intégrante de la vie de l’époque, et cela même dans la première moitié du XXe siècle. Ce siècle voit d’ailleurs aussi l’émergence du courant artistique du Surréalisme.

On apprend également qu’une place particulière a été faite aux femmes, dont le rôle au sein des cercles spirites est bien souvent méconnu. En effet, elles tenaient un rôle majeur dans ce courant pourtant majoritairement masculin. Les oeuvres de Madge Gill, Élise Müller, Yvonne Cazier ou encore Séraphine Louis sont représentées.

 

 

On découvre également certains instruments qui servaient à contacter les esprits lors des séances de spiritisme, dont le fameux guéridon, mais surtout cette étonnante "main spirite", utilisée aux États-Unis à la fin du XIXe siècle, qui permettait, via un petit télégraphe placé dessous, de retransmettre des messages codés selon les règles du code Morse.

 

Main spirite de Marque Owen – Surnatéum de Bruxelles

 

Un très beau et fascinant livre magnifiquement illustré sur plus de 200 pages !

(N'hésitez pas à cliquer sur les tableaux de ces trois peintres pour les voir de plus près.)

 

Pour aller plus loin :

Savine Faupin, historienne de l’art, diplômée de l’École du Louvre et de l’Institut national du patrimoine et conservatrice au Musée d’art moderne de Lille Métropole, nous invite à la suivre durant cette visite privée sur l’exposition "Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l’au-delà" qui s’est tenue au Musée Maillol à Paris en 2020.

 

 

Partager cet article

22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 17:25

Editions Pygmalion

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Valérie Motté travaille depuis plus de trente ans dans les médias, radio, production audiovisuelle et de spectacles. Elle est également conférencière et auteure de plusieurs ouvrages et douée d’une intuition qui lui permet d’être à l’écoute de la nature, des messages et des signes que la vie lui transmet. Médium depuis petite, elle accompagne les personnes qui ont besoin de réponses. Adepte des médecines douces, elle utilise des "potions naturelles" pour prendre soin de son âme et de son corps. Autant de connaissances qu’elle souhaite partager à travers ses ouvrages.

Résumé du livre :

Comme les sorcières, les fées ne sont pas uniquement des légendes. Êtres exceptionnels, elles évoluent essentiellement dans la nature, puisqu’elles en sont les gardiennes. En cette époque de transformation, il devient urgent d’écouter, les autres mais surtout nous-même. Avoir une âme de fée est un défi quotidien, mais également un cadeau merveilleux.

Comment bien s’incarner ? Écouter son cœur ? Appréhender la vie ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage vous permettra de répondre. Un livre essentiel qui fait écho à notre besoin de retour à la nature et au mystique ; avec de nombreux exercices pratiques pour aider chacun à se (re)découvrir.

Valérie Motté a écrit cet ouvrage afin de partager ce qu’elle vit au quotidien avec ses perceptions, ses canalisations avec les fées. Tous ces messages transmis sont là pour éclairer notre chemin en nous donnant des clés pour mieux appréhender la vie en étant plus à l’écoute de notre cœur. 

Dans la première partie, Valérie Motté nous présente leurs diverses origines ancestrales, leurs histoires que l’on retrouve dans de nombreux pays à travers les contes, les grimoires où les Anciens les surnommaient de petits noms comme "Les belles demoiselles" pour souligner leur côté aimant et bienveillant. Devenant ensuite les fées que l’on connaît : les gardiennes de la nature.

La deuxième partie de l’ouvrage, étant l’une de ces messagères, Valérie Motté nous explique également qu’il y a des fées incarnées sur Terre et qu’avoir une âme de fée est un défi au quotidien, comme elle l’explique, en revenant sur certains points importants et marquants de sa vie, qu'elle nous dévoile dans son ouvrage "Pour tout ce que la vie nous donne", afin de mieux comprendre son cheminement, sa philosophie.

Et pour clore ce grimoire, Valérie Motté nous propose d’explorer l’astrologie féerique qui est un pont entre l’astrologie classique et celui du peuple des élémentaux et des gardiennes de la nature, afin de savoir à quelles fées ou quels elfes nous sommes connectés.

Hormis "Les jardins de Findhorn", qui parle de ces esprits de la nature avec lesquels ils coopèrent, je ne vous cache pas que c’est la première fois que je lis un ouvrage consacré aux fées et, connaissant Valérie Motté que je vous avais déjà présentée sur ce blog, je n’ai pas hésité une seconde à m’y plonger, car elle ne fait aucun prosélytisme, elle accueille simplement cette part de son être, en assumant pleinement qui elle est : une femme fée, douce, indépendante et libre.

C’est un très bel ouvrage, magnifiquement illustré par Cathy Delanssay, qui va enchanter, illuminer votre quotidien, car Valérie Motté nous transmet des informations reçues, saupoudrées également de petits conseils, afin de raviver notre lumière intérieure qui encouragera l’épanouissement de notre créativité.

 

« La bonne grâce est le vrai don des fées. Sans elle, on ne peut rien, avec elle, on peut tout. » Charles Perrault

 

  • Pour admirer ce très beau Grimoire féerique, cliquez ICI

 

Pour aller plus loin :

Découvrez plus en détail le site de Valérie Motté où vous retrouvez ses émissions et interviews qui nous font découvrir différemment des personnalités et artistes notamment dans les "Rencontres féeriques” ou dans son émission de radio "Douceur & Confidences” rediffusée en podcast, ainsi que tout ce qu’elle partage ! 

 

 

 

 

Partager cet article

15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 13:59

Cet article vient en complément de ma rubrique littéraire que vous pouvez retrouver dans le magazine Génération Cités d'Or #04  !  

Guy Trédaniel

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Le Dr Richard Gunderman est professeur émérite de radiologie, pédiatrie, éducation médicale, philosophie, arts libéraux, philanthropie et études médicales à l’université de l’Indiana. Il est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques.

 

Résumé du livre :

Considéré comme le père de l’électricité moderne, Nikola Tesla est l’un des scientifiques les plus extraordinaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ingénieur, physicien et inventeur, il a déposé plus de 700 brevets au cours de sa vie. Cette biographie richement illustrée révèle les principales théories et inventions de ce génie depuis les rayons X au radar, en passant par la bobine Tesla, la radio ou encore la télécommande. Elle explore ainsi la vie professionnelle et personnelle de cet homme, qui éclaira le monde et s’éteignit après avoir connu tour à tour la gloire, la fortune, la jalousie, le discrédit et la solitude.

Dans ce très bel ouvrage illustré, Richard Gunderman dresse le portrait de cet incroyable et prodigieux inventeur qu’est Nikola Tesla. En tant que physicien et connaissant le "tesla" (l’unité d'induction magnétique), Richard Gunderman a eu envie d’en apprendre davantage sur cet homme.

Durant plusieurs années de recherches, ce qu’il va découvrir de la vie de cet autodidacte va tellement le fasciner que Richard Gunderman décide de rédiger cette passionnante biographie. Grâce à la chronologie en première page, nous remontons jusqu’aux origines de ce génie serbe, à sa venue au monde où sa mère, face à l’éclair sillonnant le ciel, s’est écriée « Il sera un enfant de la lumière ! ».

Dès son plus jeune âge, Nikola Tesla a une imagination débordante qu’il tient de sa mère, Duka Tesla. Après plusieurs événements marquants qui le touchent profondément, Tesla se passionne pour les études de physique et d’ingénierie.

Durant les trois années passées, en tant que chef électricien dans une compagnie de Budapest, Tesla provoque une révolution dans le développement du courant alternatif. Épaté par les innovations visionnaires et pragmatiques de ce jeune inventeur, Thomas Edison l’engage dans sa compagnie où il met au point le courant continu.

Une fois sur place, Tesla fait tout pour le convertir au courant alternatif en lui démontrant la dangerosité et l’inefficacité du courant continu pour la distribution d’électricité à grande échelle. En vain. Tesla démissionne et vend son invention au concurrent direct d’Edison, George Westinghouse. La guerre des courants est lancée.

À partir de là, Tesla, naturalisé américain, brevette la bobine portant son nom et fait divers démonstrations de son système polyphasé à courant alternatif, qui servira à l’éclairage de l’exposition universelle de Chicago.

Persuadé que son système pourrait changer le monde, Tesla décuple son inventivité jusqu’à se lancer dans la construction d’une tour de transmission sur le site de Wardenclyffe qu’il ne pourra, par manque de moyen, mener à son terme.

Les premiers qui le discréditent sont ces propres sponsors, suivis de l’un des financiers les plus éminents et influents de l’époque, J.P Morgan. Saisie par les créanciers, la tour de Wardenclyffe sera démontée.

Sentant que son projet d’énergie sans fil est dans l’impasse, Tesla, affecté par l’injustice que le monde lui fait en honorant ses rivaux, se consacre à d’autres travaux et publication d’articles autobiographiques intitulés "Mes inventions".

Pauvre et marginalisé, les dernières années de sa vie Nikola Tesla les passe seul dans une petite chambre d’hôtel où il s’occupe d’une autre de ses passions, les pigeons. Nikola Tesla s’éteint à l’âge de 86 ans.

N’ayant laissé aucun testament, le FBI séquestre les nombreuses malles de Tesla pour permettre leur examen par un expert du nom de… John Trump, l’oncle du président américain Donald Trump, afin de déterminer leur importance...

Il y aurait tellement à dire sur cet extraordinaire inventeur philanthrope, que je ne peux que vous renvoyer à cet ouvrage captivant, enrichissant et magnifiquement illustré de documents rares venant des archives de Tesla, dans lequel Richard Gunderman révèle tout le cheminement personnel et professionnel, ainsi que les principales théories et inventions de cet homme visionnaire qui a façonné l’avenir de la science et celle de la civilisation moderne.

 

Pour aller plus loin :

4 juillet 1917 - La chute de la tour de transmission de Wardenclyffe qui, comparé au système de Marconi, allait représenter l’une des innovation les plus extraordinaires de l’histoire de la communication. Cet extrait (en anglais) du documentaire primé Tower to the People met en vedette le petit-neveu de Nikola Tesla, William Terbo, et le biographe de Tesla, Marc J. Seifer.

 

Pour aller encore plus loin :

 

Le long métrage de The Current War, réalisé par Alfonso Gomez-Rejon et produit par Martin Scorcese, est inspiré d'un épisode historique qui place le public à la fin du XIXe siècle pour raconter l'opposition entre deux géants de l'industrie électrique. D'un côté il y a Thomas Edison, prêt à illuminer Manhattan de sa technologie, interprété par l'excellent Benedict Cumberbatch. De l'autre il y a George Westinghouse, un homme d'affaire joué par Michael Shannon, qui croit que lui et Nikola Tesla, l'inventeur des réseaux électriques, campé par Nicholas Hoult, ont trouvé la réponse à l'électricité courante. Les trois hommes partent en guerre pour savoir qui aura la domination de ce futur marché industriel.

 

The Current War Bande-annonce VF

Annoncé pour 2017, The Current War a finalement été repoussé suite à la faillite de son distributeur The Weinstein Company. Après un certain temps à errer le film a été récupéré par 101 studios, et a été diffusé le 4 octobre 2019 dans une toute nouvelle version aux États-Unis. A ce jour, ce film n'a toujours pas de date de sortie en France.

 

Partager cet article

29 novembre 2019 5 29 /11 /novembre /2019 10:49

Guy Trédaniel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Dominique Labarrière, ancien professeur de philosophie, passionné d’histoire, auteur de nombreux ouvrages et romans historiques, a récemment participé en tant que consultant historique au tournage de Secrets d’histoire, l’émission de Stéphane Bern, consacré à Mary Stuart. Il est de surcroît originaire des environs de Chambord et du Clos Lucé où Léonard a fini sa vie. Dominique Labarrière en connaît chaque recoin.


Résumé du livre :

Le livre retrace les moments forts du parcours de Léonard de Vinci venu passer les trois dernières années de son existence en France, à Amboise, près de son protecteur le jeune roi François 1er, alors au sommet de sa gloire. Ce livre, qui se lit comme un roman, explore ce qu’on peut appeler « le mystère Chambord », jamais élucidé jusqu’alors. Le château, mondialement connu, est construit d’après des croquis laissés par Vinci, notamment le très célèbre escalier monumental à double révolution qui en est la pièce maîtresse. Pourquoi Léonard a-t-il conçu un tel plan si différent de ceux des autres châteaux de la Renaissance ? Quel message, quel testament intellectuel, spirituel, symbolique, ésotérique a-t-il voulu nous laisser en plaçant au cœur de cet édifice cet escalier extraordinaire qui, en fait, ne mène nulle part ?

Dans la première partie du livre, afin de cerner au mieux Léonard de Vinci, Dominique Labarrière nous invite à rentrer dans son intimité en remontant à la source, retraçant ainsi les grandes étapes de cet incroyable inventeur qui très tôt, bien qu’il ait été un enfant illégitime et donc dénigré par les grandes filières académiques, fut doté d’un très grand sens d’observation et d’ingéniosité.

Épris de connaissance, c’est une quête sans fin dont il noircit ses carnets d’innombrables croquis. Tout l’intéresse, Léonard veut tout expérimenter, explorer, que ce soit l’anatomie, la peinture, la sculpture, la musique, la cartographie… livrant ainsi de nouvelles révélations sur ses intuitions visionnaires et audacieuses, même si certaines œuvres picturales restaient bien souvent inachevées, ce qui lui a valu de ne pas figurer parmi les artistes florentins envoyés à Rome pour travailler au décor de la chapelle Sixtine…

Même s’il se retrouve sans emploi ni donneur d’ordres, l’instabilité politique de l’Italie ne le perturbe pas, il continue à proposer ses services aux grands seigneurs et mécènes, jusqu’à la mythique victoire de Marignan remportée par le jeune monarque français François 1er. Ce dernier, séduit par ce grand homme, l’invite au château du Clos-Lucé, près d’Amboise, où il séjournera durant les trois dernières années de sa vie, entouré de ses trois tableaux fétiches, dont "La Joconde".

Dans la deuxième partie du livre, nous voilà transportés en France, où la Renaissance est encore à ses premiers élans artistiques et où Léonard de Vinci, parmi tant d’œuvres, nous a laissé un héritage architectural des plus impressionnant dans la pièce centrale du château de Chambord : l’escalier à double révolution.

Cette merveille qui renferme bien des mystères et dont l’auteur, à travers ce très bel et captivant ouvrage orné de magnifiques reproductions de tableaux et photos, nous apporte une lecture plus spirituelle, plus symbolique du message qu’a voulu nous laisser Léonard de Vinci à travers cette énigmatique structure hélicoïdale implantée au centre d’un donjon en croix grecque… 

« Le mouvement est le principe de toute vie » Léonard de Vinci

 

Pour aller plus loin :

Alors que s'accélèrent les célébrations pour les 500 ans de la Renaissance, Dominique Labarrière, essayiste et écrivain d'origine giennoise, propose dans son dernier livre de s'interroger sur "le mystère Chambord", légué par Léonard de Vinci, avec son intriguant escalier.

 

Pour aller encore plus loin :

2019 : "L’année Vinci" et "L’année Chambord" les cinq cents ans de la mort de Léonard de Vinci et de la construction du château de Chambord sont conjointement commémorés tout au long de cette année.

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche