Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
5 juillet 2018 4 05 /07 /juillet /2018 15:09

Quels risques les téléphones portables font-ils courir à notre santé ?

Date de sortie : 18/03/2018 - Documentaire de 85 min.

 

Depuis l'apparition des mobiles, des scientifiques issus du monde entier, creusent ce sujet. Loin d'être anti-téléphones, eux-mêmes utilisateurs quotidiens, ils ont démontré que les ondes électromagnétiques émises par les portables peuvent causer des dommages irréversibles au cerveau.

Reconnues par la cour de justice américaine, leurs découvertes ont pourtant encore du mal à se faire entendre...

Ce documentaire résolument engagé, humain et émouvant, nous ouvre les yeux et nous invite à une utilisation plus saine de l'ensemble de nos appareils sans fil.

 

Pour aller plus loin :

Voici "Les Conseils du Film" que vous trouverez à la page 14 de ce PDF ainsi que l’explication du D.A.S à la suite.

1. Ne jamais utiliser un téléphone portable à l’oreille plus de 20mn par jour. Utiliser le haut-parleur lorsque c’est possible.
2. Interdire l’utilisation d’un téléphone portable chez les enfants de moins de 12 ans.
3. Recommander aux femmes enceintes de n’utiliser un téléphone portable qu’en cas d’extrême urgence. Ne jamais utiliser un ordinateur connecté en wifi en période de grossesse et même restreindre l’utilisation de tout ordinateur après trois mois de grossesse.
4. Supprimer à domicile tout DECT (téléphone mobile), revenir au téléphone filaire. Préférer l’utilisation d’un ordinateur connecté à internet en filaire, plutôt qu’un ordinateur connecté en wifi .
5. Ne jamais téléphoner avec un téléphone portable dans un véhicule qui circule, qu’il s’agisse d’une voiture ou d’un train.
6. Choisir un téléphone portable ayant un Débit d’Absorption Spécifique (D.A.S.) le plus faible possible.

 

Quelques infos supplémentaires :

  • Pour accéder à la liste des séances, Cliquez ICI
  • Pour plus de renseignements, je vous invite à vous rendre sur la page du film : ICI

 

 

Partager cet article

29 juin 2018 5 29 /06 /juin /2018 09:50

Publishroom

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Après plus de vingt années passées dans le domaine de l’informatique, Martine Samama Levy a repris de longues études dans un domaine qui l’a toujours passionnée, celui de la psychologie. Certifiée par l’école de psychologie clinique à Aix-en-Provence ainsi que par Jean-Charles Bouchoux dans le cadre d’une formation en psychanalyse, elle a enrichi sa pratique au travers de différents outils thérapeutiques.

Résumé du livre :

Et si vous découvriez ce qu’une véritable psychothérapie peut vous apporter ? Et si vous posiez sur le monde un regard neuf, avec le cœur plutôt qu’avec les yeux ? Alors, prêt à embarquer pour l’univers des possibles ? Nous survolerons l’usine à peurs, le désert du doute, le marécage de la culpabilité, ainsi que la forêt des croyances limitantes et des pensées toxiques. Ces quelques turbulences seront vite oubliées une fois arrivés à destination où une chaude vibration de sérénité, de plénitude et de joie viendra vous envelopper au son de la douce mélodie nommée bonheur. Et si c’était possible ?

Après plus de vingt ans de métier dans la même entreprise, Martine Samama Levy ne trouve plus d’intérêt dans son poste d’informaticienne, elle s’ennuie, trouve le temps long et ne veut plus continuer de vivre avec le sentiment de passer à côté de sa vie. Elle décide de se tourner vers ce qui la passionne depuis toujours, la psychologie, l’humain dans son ensemble. Mais comment prendre de tel risque quand on a la quarantaine passé et une vie de famille ?

Martine va donc entreprendre plusieurs démarches, y compris dans son entreprise qui voit d’un mauvais œil son désir de reconversion. Malgré tout, Martine ne baisse pas les bras, elle réalise de plus en plus quelles sont ses valeurs profondes et continue ses démarches sans précipitation, tout en surmontant de multiples palabres intérieurs qui la confrontent avec “Dame Peur”, “Jean Doute”, “Dame culpabilité” comme elle aime les appeler pour mieux les surpasser. Heureusement, la Vie est là pour lui indiquer qu’elle est sur le bon chemin en lui ouvrant des portes qu’elle n’aurait peut-être jamais osé pousser…

Aujourd’hui Martine Samama Levy est psychothérapeute, elle a réalisé son rêve. Dans ce témoignage, elle nous explique les spécificités de son métier, nous fait partager tout ce qu’elle a pu découvrir dans le domaine de la psychothérapie ainsi que le bonheur et l’enrichissement du travail sur soi.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre grâce auquel j’ai mieux compris tous les bienfaits que peut apporter le soutien d’un psychothérapeute quand on désire comprendre ce qui nous empêche d’avancer pour trouver notre véritable chemin.

Depuis Martine Samama Levy a enrichi sa pratique au travers de l’apprentissage de différents outils thérapeutiques : coaching, hypnose ericksonienne, E.F.T, soins énergétiques du docteur Luc Bodin (qui est également l’auteur de la préface). Martine Samama Levy est également certifiée par la fédération “Psy en mouvement”.

 

 

Pour aller plus loin :

Une approche novatrice de la psychothérapie et du développement personnel qui appréhende l’humain dans toutes ses dimensions : psychologique, émotionnelle, spirituelle, biologique..... avec pour fil conducteur l’amour au sens le plus large du terme. Et si vous compreniez (enfin) ce qu’est une véritable psychothérapie et ce qu’elle peut vous apporter....

 

 

Pour aller encore plus loin :

Vous pouvez également, en cliquant sur la barre de lecture, écouter la conférence qu'a donnée le 25 octobre 2009 Martine Samama Levy sur le thème : "Un psy ? Oui, mais pour quoi faire ? et lequel ?"

Conférence lors du salon “Artemisia”

Partager cet article

23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 19:11

De mai à septembre 1963, un phénomène de poltergeist particulièrement saisissant s’est déroulé au sanatorium d’Arcachon. Durant plusieurs mois, les malades hospitalisés ont subi des projections inexpliquées de cailloux ou de fragments de briques.

Tout a commencé un matin de mai. Alors que les malades prennent l’air sur la terrasse, ils vont être soudain assaillis de curieux projectiles. Des petits cailloux tombent du ciel comme une pluie de grêle alors qu’il n’y a aucun nuage à l’horizon. Mais alors d’où peuvent-ils bien provenir ? S’agit-il d’un problème de toiture ou d’une farce de mauvais goût ?

Les infirmiers se précipitent pour conduire les malades à l’abri de ces mystérieux jets. À plusieurs reprises, les jets de pierres se reproduisent et très vite on les attribue sans l’expliquer à une jeune patiente nommée Angelina à cause de son comportement étrange. En effet, tout  s’arrête lorsqu’elle quitte le sanatorium.

Le docteur Alain Cuénot, directeur du sanatorium d’Arcachon, s’apprête comme chaque jour à rendre visite à ses nouveaux malades.

Depuis le matin, une très jolie jeune fille est dans la chambre qu’occupait Angelina, elle s’appelle Jacqueline R.

La jeune fille est très surprise en voyant le docteur Cuénot, car elle s’attendait à voir un homme beaucoup plus âgé et beaucoup moins séduisant.

Jacqueline est profondément attirée par ce docteur, elle ressent pour lui une attirance qu’elle n’a jamais ressentie pour personne. Très vite, elle n’a plus qu’une idée en tête, le séduire.

Au sanatorium, tout est redevenu tranquille et, comme chaque jour, les infirmiers conduisent les malades dans le jardin, car l’air pur qu’ils y respirent est indispensable à leur traitement.

Soudain, ils sont alertés par des bruits étranges tout autour d’eux. Ils réagissent tout de suite, car ils ont reconnu le bruit caractéristique de la pluie de pierres et de cailloux qui s’est déjà déclenchée plusieurs fois quelque temps auparavant.

Cette fois-ci, les malades sont pris de panique et décident de ne plus sortir de leur chambre tant que personne n’aura trouvé d’explication à ce phénomène, même si les soupçons commencent à se diriger vers Jacqueline comme ce fut le cas avec Angelina. Jacqueline aurait-elle pris le relais de la jeune femme ?

Face à l’importance grandissante du phénomène qui se déclenche maintenant à l’intérieur du bâtiment, le docteur Cuénot se voit contraint de faire appel aux forces de l’ordre qui constatent les faits sans toutefois pouvoir y remédier.

Face au mystère insoluble, le directeur de la clinique fait appel à Robert Tocquet, professeur à l’école d’anthropologie et président de l’Institut Métapsychique Internationale, un centre d’étude scientifique qui se penche sur les phénomènes paranormaux.

Menant son enquête, l’étrange comportement de Jacqueline envers le docteur Cuénot interpelle le professeur Tocquet qui constate que cette patiente souffre d’un mal-être indicible et qu’elle est peut-être, inconsciemment, à l’origine des phénomènes constatés.

Dans les jours qui suivirent, la taille des pierres, la force à laquelle elles tombent près des malades ainsi que leurs quantités ne cesseront d’augmenter. Cela devient de plus en plus inquiétant même si personne n’est blessé.

Une nuit, ce sont des coups frappés contre les portes des chambres, dont celle de Robert Tocquet, qui vont se faire entendre :

 

« À 4 heures du matin, j’ai eu quatre coups frappés à ma porte, au troisième j’ai ouvert ma porte et le quatrième coup retentit alors que je tenais la porte. »

Le professeur Tocquet se dirige donc vers la chambre de Jacqueline. N’ayant pas de réponse, il considère qu’elle dort tranquillement.

 

La saison se termine et les cures s’achèvent enfin. Maintenant que tout le monde est convaincu que ce phénomène n’est plus une plaisanterie, les malades sont tous soulagés de pouvoir partir du sanatorium d’ici quelques jours.

Pour l’occasion, ils sont tous rassemblés une dernière fois sur la terrasse afin de recevoir les derniers conseils du docteur Cuénot. Mais pour Jacqueline qui doit partir le jour même, cette déchirure déclenche une énième averse de pierres…

A l’issue de cette dernière manifestation, dès que Jacqueline quitta le sanatorium, les phénomènes cessèrent définitivement…

 

Lire l'article du journal Sud-Ouest : L'étrange poltergeist de la clinique des allongés

 

Pour aller plus loin :

Dans l'émission "Mystères" retrouvez les témoignages de ces personnes ayant vécu ce phénomène étrange.

 

Pour aller encore plus loin :

Les poltergeist frappent sans prévenir, sous différentes formes et effraient bien souvent ceux qui en sont témoins car on ne leur trouve aucune explication rationnelle. Dans de nombreux cas, ces phénomènes se centrent autour d'une personne, appelée "agent focus", qui est souvent un adolescent. Mais l'agent focus peut aussi être multiple, lorsque toute une famille est concernée. 

Cliquez sur l'image pour écouter l'émission

Les poltergeist, les "esprits frappeurs", ne s'étudient pas en laboratoire mais sur le terrain. Pascale Catala, informaticienne et psychologue de formation, s'est intéressée de près à ces sujets au sein l'IMI, l'Institut Métapsychique International, dans lequel on trouve un service d'écoute ouvert à toute personne ayant été témoin d'un phénomène de type poltergeist. 

 

 Et dernièrement sur France 2 dans l'émission "C'est au programme : Les mystérieuses pluies de pierres"...

Partager cet article

18 juin 2018 1 18 /06 /juin /2018 10:57

Guy Trédaniel

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Le Dr Jean-Jacques Charbonier, anesthésiste-réanimateur, étudie en toute indépendance les états de conscience modifiés et les expériences de mort provisoire depuis plus de vingt ans. Auteur de plusieurs publications dont Les 7 Bonnes Raisons de croire en l'au-delà, La Mort expliquée aux enfants ou encore La Conscience intuitive extraneuronale, il donne de nombreuses conférences en France et à l'étranger et est régulièrement invité dans les émissions de radio et de télévision.

 

Résumé du livre :

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il nous est désormais possible de rentrer en contact avec nos défunts en étant placé sous hypnose. Cette expérience inédite est d’un puissant réconfort quand on est dans la douleur d’un deuil ou angoissé par la mort. Dans ce nouvel ouvrage, le Dr Jean-Jacques Charbonier nous présente les résultats d’une étude sur plus d’un millier de personnes qu’il a lui-même placées sous hypnose. Les ateliers de Trans Communication Hypnotique (TCH) qu’il propose ne désemplissent pas et connaissent un succès sans précédent. Ce livre est l’histoire de cette aventure hors du commun et présente les différents témoignages de celles et ceux qui ont participé à ces voyages si particuliers.

Dans ce livre, préfacé par le Dr Mario Beauregard, chercheur en neuroscience, Jean-Jacques Charbonier nous explique dans quelle circonstance il en est venu à expérimenter la communication induite avec les défunts par le biais de l’hypnose.

À l’automne 2013, devant se rendre au Canada pour donner des conférences afin d’y expliquer cette dissociation de la conscience analytique cérébrale (CAC) et de la conscience intuitive extraneuronale (CIE) présentée dans son ouvrage « Les 3 clés pour convaincre les pires épreuves de la vie », son éditeur Guy Trédaniel lui suggéra de proposer également un atelier afin de les faire participer, comme c’est de coutume là-bas avec les "workshops".

Réfléchissant à cette proposition, c’est par un incroyable concours de circonstances que l’hypnose s’est révélée à lui, et pour un médecin anesthésiste ce fut une bonne occasion de se former aux méthodes d’hypnose déjà employées par ses confrères.

Après avoir mis en place un procédé s’adaptant aux ateliers afin de connecter les futurs participants aux images archétypales de l’au-delà, rencontrées par les expérienceurs lors de leurs expériences de mort provisoire, il ne restait plus qu’à tester la Trans Communication Hypnotique (TCH).

Les premiers essais ont commencé à Montréal. Suite aux témoignages des participants qui pensèrent avoir reçu un contact avec des défunts et qui ont ressenti par la suite un réel apaisement face au deuil, cela encouragea Jean-Jacques Charbonier à persévérer dans cette voie afin de vérifier la reproductibilité de ces vécus subjectifs sous hypnose.

À ce jour, et sous l’égide de Marc Leval d’ABC Talk, ces ateliers ne désemplissent pas et des centaines de témoignages émanant de divers milieux et cultures ont pu constater l’efficacité de la TCH. Devant un tel engouement, Jean-Charles Chabot, fondateur de l’Institut International d’Hypnose Spirituelle (IIHS) a désormais pris le relais au Canada.

Dans l’attente d’une accréditation médicale, Jean-Jacques Charbonier, par le biais de l’IRCCIE (Institut de Recherche et de Communication sur la Conscience Intuitive Extraneuronale) qu’il a fondé dernièrement, propose à d’autres médecins, hypnologues et personnels soignants de se former à la TCH.

Cette thérapie pour le deuil, même si elle se différencie, n’est pas sans rappeler celle des deux médecins américains : le psychiatre Brian Weiss, spécialiste de la thérapie sous hypnose, qui dans son ouvrage intitulé « Nos vies antérieures, une thérapie pour demain » révélait également ce processus curatif :

« D’aucuns jugeront que des retrouvailles de ce genre ne sont pas autre chose qu’un produit de l’imagination et une façon de prendre ses désirs pour des réalités. Mais ni l’un ni l’autre ne peut exercer le puissant effet salvateur constaté lorsque le sujet reprend conscience de la nature éternelle de l’âme et des liens qui l’unissent à ses proches maintenant disparus. […] »

Et surtout celle du Dr Allan Botkin, psychologue clinique, qui a découvert la CIAM (Communication Induite Après la Mort), lors d’une séance d’EMDR, et qui a été décontenancé de voir ses patients, la plupart des anciens combattants, se sortir d’un profond traumatisme, souvent lié au deuil, grâce à cette technique qui leur ont permis de rentrer en communication avec les défunts :

« Durant les quelques années qui ont suivi, j’ai été en mesure d’induire cette expérience avec 98 % de fiabilité en suivant à la lettre cette séquence ; à chaque fois, j’étais stupéfait de constater que cela fonctionnait. Quoiqu’il se passât, quelle qu’en fût la source, cette procédure résolvait le chagrin et le sentiment de perte traumatisant de mes patients. Le plus souvent, ils repartaient joyeux. […]

La thérapie de la CIAM est efficace. Elle guérit les patients. Elle apporte une confiance et une force intérieure qui font durer la guérison. Que demander de plus ? Si la recherche soutient ces découvertes cliniques, j’estime qu’il serait contraire à l’éthique qu’un psychothérapeute ne se serve pas de la thérapie de la CIAM pour aider les personnes endeuillées. […] »

Tout ceci démontre bien que quand on arrive à mettre en veille notre conscience analytique, on peut tous vivre des choses incroyables, jusqu’à franchir une frontière qui nous semblait impossible, sauf bien sûr, pour certaines personnes.

 

Pour aller plus loin :

"Dans ce "Facebook Live", vous pouvez entendre l'histoire de la TCH, la nouvelle technique de transcommunication hypnotique. C'est technique de communication avec les défunts qui se révèle être beaucoup plus que cela. Venez découvrir les types d'expériences qui sont vécus par les TCHistes !" Jean-Charles Chabot

 

 

 

Dernières minutes :

Quelques heures après avoir posté mon article, voici ce que Jean-Jacques Charbonier en a pensé :

Très touchée, merci beaucoup !

Très touchée, merci beaucoup !

Partager cet article

12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 14:28

 

En 1963 à Derinkuyu, dans la région de Cappadoce, en Turquie, la simple rénovation d’une maison a donné lieu à une incroyable découverte. La démolition d’un mur a révélé un passage qui mène à une ville souterraine vieille de plusieurs milliers d’années. Cette cité, qui s’enfonce sur plus de 85 mètres, est dotée de 13 étages équipés de puits d’aération et d’environ quinze mille petits conduits qui oxygènent les pièces les plus profondes.

Étonnamment, cette immense construction pouvait loger plus de dix mille hommes, femmes et enfants. On y a même trouvé des lieux de cultes, des entrepôts, des pressoirs, des étables, etc.

« Même de nos jours, avec du matériel moderne, il s’agirait d’une entreprise titanesque. Pour l’époque c’était un projet extraordinaire, autant que les pyramides. À Derinkuyu, à cause de la tendreté de la pierre, il fallait faire très attention à construire des piliers suffisamment solides pour soutenir les étages au-dessus et éviter les effondrements. Curieusement, il n’y a eu aucune catastrophe de ce genre. Par conséquent, ce peuple devait être très intelligent et connaître son matériau. Cet ouvrage date quand même de la haute antiquité, c’est déroutant. Peut-être qu’il a été construit avec l’aide d’autres civilisations… » Dr John Brandenburg Ph.D.

Qui a creusé cette immense cité souterraine ? Pourquoi des gens voulaient-ils vivre enterrés dans ces étranges cavernes ?

D’après les archéologues, Derinkuy servait d’endroit temporaire en cas d’invasion. Elle aurait été construite au 8e siècle avant notre ère par les Phrygiens, un peuple vivant à l’âge de bronze. D’autres pensent qu’elle vient des Hittites, un peuple mentionné dans la Bible qui prospérait des centaines d’années plus tôt. Cette ville souterraine pourrait-elle dater d’une époque encore plus reculée ? Cela reste un mystère...

Source : ntdv.tv

 

Pour aller plus loin :

Située en Cappadoce, Derinkuyu, qui signifie "puit profond", est connue pour sa cité souterraine, la plus grande de Turquie.

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche