Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

20 mars 2018 2 20 /03 /mars /2018 14:50

Assisterions-nous à un changement de paradigme ?

Le 21 février dernier, les médias télévisés égyptiens recevaient Khaled Saad, le Directeur général au Ministère des Antiquités égyptiennes, qui a fait d’incroyables révélations en redonnant de nouvelles datations concernant la civilisation égyptienne.

Cette civilisation n’a donc plus que 7 000 ans, car « Nous avons en Égypte des sites archéologiques qui remontent à 150 000 ans, et même d’autres preuves archéologiques qui font remonter à 500 000 ans ! ».

C’est donc toute une page de l’histoire de l’Égypte qui est en train d’être réécrite !!

 

Si vous désirez juste écouter les révélations de ce Directeur, vous pouvez avancer le curseur jusqu’à 5:25.

 

Partager cet article

15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 11:38

Pocket Éditions

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Jean Dutourd, né le 14 janvier 1920 à Paris et mort le 17 janvier 2011 dans la même ville, est un écrivain français, membre de l'Académie française. Résistant et évadé à deux reprises, il commence sa carrière après-guerre dans les journaux. Il y écrira jusqu'à l'aube de sa mort, chroniquant son temps dans France-Soir pendant trente ans. Il est également l’auteur de soixante-dix romans et essais.

Résumé du livre :

Qui n'a jamais rêvé d'être le témoin de son propre trépas ? De passer de l'autre côté, tout en restant omniscient, à l'image d'un ange errant au purgatoire, à mi-chemin entre la terre et le paradis ? Olivier est de ceux-là. Défunt depuis huit jours, cet homme de soixante-cinq ans va donc goûter aux joies de l'immortalité, perdre la notion du temps et de la matière, ne garder de ses cinq sens que la vue et l'ouïe. Et aussi rendre une petite visite invisible à sa veuve Marie-Françoise, bien vite remise en ménage, selon lui. Sans oublier cette rencontre pour le moins inattendue avec Hadamas, créature mélancolique au sexe indéterminé, prétendant œuvrer pour un maître " très important et très puissant ". Mais qui ?

La mort, pourtant sujet tabou, est traitée dans ce livre, sans peur ni murmure, mais avec drôlerie et gravité, puisque pour Jean Dutourd la mort n’est que le commencement vers une autre destinée.

Olivier vient de rendre son dernier souffle à l’âge de soixante-cinq ans, en laissant derrière lui Marie-Françoise, sa femme depuis vingt ans et ses amis. Il va entreprendre une drôle de traversée à travers les limbes qu’il pense être le Purgatoire, aura une autre vision sur sa vie d’en bas, voit ce que deviennent ces proches, assiste à son propre enterrement…

Mais surtout, de son éternité, il va faire connaissance d’Hadamas, étrange personnage qu’il considère au début comme un compagnon de voyage errant comme lui, mais au fil du temps, il va se révéler bien plus que cela…

À sa sortie en 2004, c’est un roman qui m’avait beaucoup interpellée, car j’étais très étonnée de voir cet homme de lettres et, qui plus est, membre de l’Académie française, parler de la mort ainsi ! Car tout est si plausible dans ce roman que l’on se demande parfois si Jean Dutourd, sans le vouloir et sans le savoir, n'aurait pas soulevé un léger coin du voile qui nous sépare de l'au-delà…

 

Pour aller plus loin :

En 2004, dans le café Le Rostand, dans le 6ème arrondissement de Paris, Olivier BARROT interroge Jean DUTOURD sur son roman Journal intime d'un mort, citant, dès l'abord, les 2 premières lignes du roman puis, évoquant Faust.

 

Partager cet article

10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 18:34

Pour réinventer sa vie, Art-mella s’est mise à défricher son jardin intérieur. Elle raconte comment cela l’a amenée à découvrir, par petits bouts, le mode d’emploi de l’humain, et à vouloir le partager en bandes dessinées...

 

 

Artiste, illustratrice, animatrice, curieuse de la vie et de ses mystères, passionnée de développement personnel, Armella partage ses réflexions au fur et à mesure de ses investigations et de ses rencontres...

Je vous invite à vous rendre sur son site Conscience Quantique pour découvrir ses articles qui vous donneront un aperçu de ses expériences qu’elle partage dans ses BD ! Voici quelques liens directs :

« Vous avez déjà entendu dire que le temps n’existait pas ? J’ai longtemps voulu comprendre pourquoi… »

« Une 2ème histoire extraite de la BD « Émotions, enquête et mode d’emploi » »

« Et si oser ses rêves, surtout s’ils sont différents des idées reçues, s’ils ne rentrent dans aucune case, c’était un acte écologique ? Et si la concurrence n’existait pas ?? Vos vrais rêves sont peut-être encore plus précieux et puissants que vous ne le croyez ! Toutes les explications en BD ! »

 

Pour vous procurer ces BD inspirantes, rendez-vous dans sa boutique en cliquant : ICI

 

 

Partager cet article

5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 11:12

Albin Michel

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

 

Spécialisé dans l'accompagnement face aux deuils, divorces et autres ruptures de la vie, Christophe Fauré, psychiatre et psychothérapeute, est l'auteur, notamment, de Vivre le deuil au jour le jour, Maintenant ou jamais !, La transition du milieu de la vie, et Accompagner un proche en fin de vie.

Résumé du livre :

Chacun d'entre nous aspire à donner du sens à sa vie. Pour retrouver l'essentiel. Pour être heureux, tout simplement. Un jour, Christophe Fauré a tout quitté pour se trouver. Il était psychiatre, il est devenu moine bouddhiste... avant de redevenir psychiatre, avec un autre regard, une autre vision sur sa vie et sur ce qu'il souhaitait en faire. Fort de cette expérience qui l'a fait renaître au monde et à lui-même, il nous livre les enseignements de son cheminement, en partageant de grandes questions existentielles : comment être en harmonie avec nous-mêmes ? Installer le spirituel au coeur de notre quotidien ? Dans ce récit initiatique, Christophe Fauré évoque en filigrane sa dépression d'enfant, ses tourments face à la maladie et à la mort, ainsi que les voies qui l'ont guidé vers l'apaisement. Il nous invite à un puissant voyage intérieur et à une authentique rencontre avec nous-mêmes, afin de nous accepter tels que nous sommes et vivre pleinement notre existence.

En apparence, Christophe Fauré donnait l’image d’un homme chez qui tout allait bien, mais au fond de lui même un mal-être persistant lui indiquait tout le contraire. Malgré cela, depuis des années, le Dr Christophe Fauré accueillait en consultation des personnes en souffrances afin de les aider à vivre mieux, à leur apporter un soulagement, une paix que lui-même, bloqué dans ses propres errances intérieures, ne se donnait pas.

Puis un jour, émotionnellement vidé et à bout de force, il décide de franchir le pas, d’oser prendre le risque de sortir de sa zone de confort en quittant tout, en changeant radicalement de vie puisque c’est dans un monastère bouddhiste qu’il va s’abandonner corps et âme, durant deux ans, jusqu’à devenir moine.

C’est durant cette retraite qu’il va réaliser à quel point la dimension spirituelle a toute son importance et qu’elle ne peut être dissociée de la dimension psychologique. L’une ne peut aller sans l’autre, car on a tous besoin d’aller à la recherche de soi, à la recherche de l’amour qui est en nous et qui a besoin de nous pour se révéler à lui-même : « Là, nous pourrons nous trouver, nous retrouver. Rentrer à la maison et cesser d’errer sans fin dans le monde, pris au piège de ses vaines promesses. C’est en cela que la spiritualité est aussi essentielle, aussi indispensable, dans une vie humaine. »

Tout ce que Christophe Fauré a appris et compris durant cette expérience monastique, il nous le retranscrit à travers ces lignes. C’est un témoignage authentique, une mise à nu, dans lequel il se dévoile, ouvre son cœur afin que chacun puisse apprendre à se retrouver en allant au plus profond de lui-même, là où nous sommes restés intacts à tout jamais.

C’est une précieuse transmission d’un homme sincère et touchant. Je vous invite à lire ce livre qui se déguste et qui, une fois refermé, résonnera longtemps en vous…

 

Pour aller plus loin :

Le psychiatre et psychothérapeute Christophe Fauré, notamment spécialiste de l'accompagnement du deuil et de la fin de vie, nous rappelle qu'à l'aube de la mort, on retourne à l'essentiel : "Qu'est-ce que j'ai donné de moi ? Comment j'ai aimé ? Est-ce que j'ai fait la différence dans la vie de quelqu'un ?"

 

Pour aller encore plus loin :

Vous pouvez l'écouter sur Radio Canada :

Et lire l’article sur le site du Journal de Montreal :

 

Le site de l’auteur : Christophe Fauré.com
Sa page Facebook : Christophe Fauré

 

Partager cet article

27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 15:01

Une des scènes extraite du film Nosso Lar de Wagner de Assis.

 

Les EMI dites négatives ou effrayantes ont été souvent mises de côté et presque ignorées. Voici le témoignage bouleversant d’un homme qui, lors d’un coma, s’est retrouvé dans un endroit des plus terrifiants qu’il qualifie être l’enfer...

 

En dépit de leur nature effrayante, certaines expériences peuvent agir comme un catalyseur, une prise de conscience, comme le démontre le témoignage ci-dessus, elles peuvent induire à la longue les mêmes effets bénéfiques que les expériences agréables, positives. Mais les témoignages se font rares, les personnes sont plus réticentes à partager une expérience traumatisante, même si elles n’ont rien à se reprocher, car, d’après Nancy Evans Bush qui a beaucoup travaillé sur le sujet :

« il n’y a absolument aucune preuve pour soutenir cette conception que seules les mauvaises personnes rapportent de telles expériences. C’est une question logique à poser, mais des personnes qui sont en réalité des modèles dans la société peuvent avoir des expériences effrayantes. Et des personnes que l’on pourrait considérer comme mauvaises peuvent avoir des expériences très agréables. » 

En conclusion, comme l’a expliqué Penny Satori, lors du Colloque sur les EMI qui s’est déroulée à Marseille en 2013  :

« Il est donc bien plus difficile de faire des recherches sur ces expériences, car les gens ne souhaitent pas les exposer. Nous ne pouvons plus les ignorer, car elles sont là, elles surviennent, beaucoup de personnes en souffrent et n’ont personne vers qui se tourner. Il est donc important que nous les prenions en compte. De nouveau, il faut davantage de recherches sur ces expériences et nous devons concevoir des moyens de soutenir les personnes qui les ont vécues. Nous devons les guider vers les thérapies appropriées. Il est donc important de continuer à essayer de comprendre les EMI effrayantes, car les ignorer, c’est échouer à prendre en compte tous les aspects de la psyché humaine. » Penny Satori, infirmière en soins palliatifs, docteur en philosophie, Royaume-Uni.

 

Pour aller plus loin :

Une opération chirurgicale accompagnée d'une anesthésie générale. Jean Gérard DUBOIS rejoint soudainement un gouffre profond et silencieux dans lequel il tombe à grande vitesse. Il est tout à fait conscient et s'angoisse rapidement de cette obscurité totale, de ce silence...

 

Son livre :

Ayant vécu en 2011 une expérience de mort imminente au cours d'une anesthésie et ayant vu, depuis, sa vie bouleversée, l’auteur a décidé d'écrire au jour le jour les suites de ce qui fut pour lui un terrible traumatisme. Ce qui avait commencé comme une thérapie personnelle s'est poursuivi par une véritable réflexion sur la vie, la mort, le sens de la vie... L'E.M.I. terrifiante est comme la face cachée de la lune, on ne la voit pas, mais pourtant… Elle existe ! Ce bouleversant témoignage d’une expérience excessivement rare, s’il ne répond pas à toutes les questions existentielles, a le grand mérite d’en poser quelques-unes ! Ces pages sont également, avec bonheur et non sans humour, un vibrant hommage à la beauté de cette vie et à l'instant présent.

 

Pour aller encore plus loin :

Dans cette vidéo, Sylvie Déthiollaz, docteure en biologie moléculaire et fondatrice du Centre Issnoe de Genève, décrit les trois types d'EMI négatives de Greyson et Bush, des plus rares aux plus fréquentes : l'enfer, le vide éternel et l'inversion de l'expérience prototype. (Pour info, il y a un décalage avec le son)

Partager cet article

LIVRES A LOUER

Par adhésion ou à la location

"Les Lectures de Florinette"

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche