Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 17:55

Dans le Chestnut Ridge Park à New York se trouve un phénomène qui suscite la curiosité de bon nombre de visiteurs : une flamme éternelle qui brûle cachée derrière une chute d'eau. Aucune explication sur son origine n'a pour l'instant été trouvée.

Ce phénomène n'est pas un cas isolé : partout dans le monde on retrouve une centaine de brasiers éternels qui brûlent encore à l'heure actuelle et qui sont généralement alimentés par des sources naturelles de gaz. Mais cette flamme-là, bien connue des Amérindiens, intrigue beaucoup la communauté scientifique : elle brûlerait depuis des générations.
 

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce mystère. La plus probable a été pendant un temps que le feu se nourrit de fuites de gaz qui proviennent des roches situées sous le parc. Mais la théorie a été déclarée non valable, puisque les roches ne sont pas assez chaudes pour justement produire du gaz à une température aussi élevée.

Ordinairement, le schiste doit atteindre une température d’environ 100°C pour que sa structure carbonée se fracture et permette la fragmentation des molécules de gaz. Or, celui de Chetsnut Ridge est plus froid et plus jeune que les formations schisteuses typiquement à l’origine de ces gaz de schiste. Cela suggère l’action supplémentaire d’un mécanisme encore inconnu, qui permettrait la fracturation du schiste à basse température…

Quoi qu'il en soit, tant que ce mystère demeure, la flamme Chetsnut Ridge attire chaque année des milliers de curieux venus du monde entier.

 

 

Source : Gentside & Trust My Science

 

Partager cet article

20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 10:25

Fauves Éditions

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

 

Né à Téhéran d'une mère russe ayant immigré après la révolution soviétique, Édouard Moradpour, après une carrière en France, s'installe en Russie en 1990 où il sera considéré comme le "Père de la publicité". Il y restera vingt ans. De retour en France en 2010, il se consacre à l'écriture. Avec ce récit, il signe son septième livre.

 

Résumé du livre :

L'auteur livre un récit personnel et sincère, dans lequel il explore les thèmes du couple, du deuil, de la culpabilité après le suicide de sa compagne, et comment il a surmonté cette épreuve. Il revient sur ses expériences "mystiques" avec de grands mediums, qu'il décrit avec lucidité ; au départ très sceptique, il a été amené à changer sa vision de "l'après", et par là-même celle du mystère de la vie et de l'origine de l'univers.

L’auteur évoque ces années passées avec sa compagne Elena en se décrivant lui-même comme un homme égoïste, profondément matérialiste, ne laissant aucune place à l’amour, la spiritualité, puisque la mort pour lui ne signifie que le vide, le néant, jusqu’au jour où tout bascule

Dans la première partie de son récit autobiographique, Édouard Moradpour revient sur sa rencontre avec Elena, une rédactrice-conceptrice, qu’il a rencontré lors d’un festival de publicité qu’il présidait à Saint-Pétersbourg le 19 avril 2001, une date qui restera gravée en lui, comme celle du 26 juin 2008 qui marque le suicide de sa compagne après sept ans de vie commune.

La mort tragique d’Elena va lui faire prendre conscience de la futilité de sa vie, ponctuée par des joies éphémères dont il ne reste plus rien. Il se retrouve du jour au lendemain, seul, face à lui-même, sombrant dans l’incompréhension.

Durant des jours, il va tenter de chercher les raisons de son geste en se remémorant tous les "signes" annonciateurs qu’elle aurait pu lui donner avant de passer à l’acte, et ceux troublants qu’il reçoit et le déstabilise ; comme la présence d’Elena qui semble guider ses pas en le poussant vers de nouvelles interrogations qui lui paraissaient tellement inconcevables, mais qui pourtant vont le changer à tout jamais.

C’est dans cette deuxième partie qu’Édouard Moradpour s’éveille à la vie en nous confiant comment cette terrible épreuve a fait s’effondrer tout son univers l’amenant à reconsidérer ses convictions en empruntant des chemins moins égoïstes que ceux qu’employaient son épicurisme et son profond matérialisme.

C’est extrêmement perturbant de prendre un tel virage. Comment mettre à plat toutes ces convictions, sans accepter d’admettre l’erreur de ma vie, l’impardonnable erreur de ma surdité, de ma cécité, de mon mutisme face à ces vies révoltantes d’insipidité ? L’homme se fourvoie-t-il toujours ? Y a-t-il dans sa nature l’incontournable nécessité de se tromper afin de parvenir à connaître une ascension vers… la "Vérité" ?

Une quête spirituelle riche en rencontres, expériences de contacts et découvertes qu’il partage au fil des pages et qui l’ont amené à surmonter le deuil, à se reconstruire pour bâtir une nouvelle existence beaucoup plus altruiste.


Pour aller plus loin :

Édouard Moradpour a effectué une carrière brillante à la tête de plusieurs agences parisiennes et, après la chute du Mur de Berlin, il a été le premier à créer une agence de publicité à Moscou, qui est ensuite devenue la première en Russie. Dans son dernier livre, il raconte le suicide de sa compagne Elena, avec laquelle il vivait à Moscou, et ses expériences mystiques ultérieures avec des grands médiums.

 

 

Partager cet article

15 février 2019 5 15 /02 /février /2019 15:01

Pour tous celles et ceux qui connaissent le père François Brune, ou pour celles et ceux qui le découvrent, je vous invite à vous procurer ce magazine dans lequel l’éditeur Jean-Michel Grandsire, qui était à ses côtés durant ses derniers jours, a tenu avec Nicole Dron à lui dire au revoir dans ce premier vibrant et émouvant hommage pour cet homme au grand cœur qui a ouvert la voie à bien des personnes et qui a quitté ce monde le 16 janvier dernier.

Dans cette revue, vous découvrirez également d’autres articles dont vous pourrez voir plus en détail sur le site de Parasciences le sommaire ci-dessous en cliquant sur l’image.

 

Ce numéro est disponible en librairie ou sur le site de Parasciences en cliquant ICI

 

Pour en savoir plus :

  • Si vous désirez vous abonner à cette revue trimestrielle, cliquez ICI
  • La page Facebook de Parasciences

 

Pour aller plus loin :

Le Père François Brune, né le 18 août 1931 et décédé le 16 janvier 2019, ordonné prêtre dans l’Église catholique et membre des Sulpiciens, est devenu à la fin de sa vie, le dimanche d’avant la grande fête de Pâques 2018, prêtre orthodoxe.

En septembre 2010, François Brune avait été interviewé par la revue Parasciences sur différents thèmes. Dans cette vidéo, il répond à la question suivante à propos du christianisme :

« Considérez-vous le christianisme comme une religion au-dessus des autres ? »

 

Partager cet article

10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 17:04

Albin Michel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

 

Stéphane Allix est journaliste d’investigation et auteur des best-sellers Le Test et Lorsque j’étais quelqu’un d’autre. Il a fondé l’INREES, l’Institut de recherche sur les expériences extraordinaires. Il est en outre le créateur et l’animateur de la série Enquêtes extraordinaires sur M6.

 

Résumé du livre :

« Plus d'un quart des personnes en deuil font l'expérience de formes diverses de communication spontanées après la mort d'un proche. Signes, messages, apparitions... il ne s'agit pas d'anecdotes rares ou suspectes, mais d'une réalité quotidienne et indiscutable vécue par plus de deux cent mille personnes par an, rien qu'en France. Il n'est pas possible de réduire une telle quantité de témoignages à de simples hallucinations. Après Le Test, ces récits constituent une nouvelle preuve que la vie se poursuit après la mort. Ce n'est pas une croyance mais une déduction scientifique. Celles et ceux que l'on a aimés poursuivent leur existence dans l'au-delà. Ils sont vivants, et tentent de nous faire signe. Écouter ces témoignages permet de comprendre quelle forme d'existence nous attend après notre décès. Où se trouvent nos proches défunts ? Que font-ils ? Ont-ils toutes les réponses ? Qu'advient-il au moment de la mort ? Peut-on s'y préparer ? À ces interrogations pressantes, il est désormais possible de répondre. À travers ces incroyables témoignages, je vous propose de découvrir ce qu'il advient après... On demande des preuves, elles sont devant nos yeux. »

Après son ouvrage Le Test sur la médiumnité, Stéphane Allix est allé à la rencontre de personnes qui, n’ayant pas du tout cette capacité médiumnique pour rentrer en contact avec leurs proches disparus, ont pourtant vécu, après un deuil ou la disparition d’une personne de leur entourage, des expériences de vécus subjectifs de contact avec les défunts. Ce que l’on appelle communément les VSCD.

Dans cet ouvrage, Stéphane Allix nous livre le témoignage de ces femmes et de ces hommes qui ont vécu ces communications spontanées de diverses manières, que ce soit à travers les rêves, ou par des manifestations physiques, olfactives ou visuelles et qui laissent une empreinte indélébile dans tout leur être avec cette intime conviction que la mort n’est qu’un changement d’état.

Ces époustouflants récits sont entrecoupés de confessions et réflexions de l’auteur sur le devenir de la conscience, mais également de la conférencière et médium Sylvie Ouellet qui nous explique que cette transition commencerait même quelques jours avant la mort, comme le démontre certains signes éloquents exprimés par les témoins… Ainsi que, malgré la souffrance de l’absence, les répercussions apaisantes de ces expériences qu’éprouvent les endeuillés comme l’a constaté le psychiatre et psychothérapeute Christophe Fauré interviewé par Stéphane Allix.

Ce qui serait réellement rationnel face à la vague colossale d’expériences extraordinaires autour de la mort ne serait-il pas précisément de ne plus parler de "paranormal" et de les considérer comme des atouts potentiels dans le cheminement du deuil, même si l’on n’en comprend pas les mécanismes ? « Il n’est pas dangereux d’y prêter attention. » Comme le précise le psychiatre Christophe Fauré.

Ces VSCD surviennent principalement quand on ne s’y attend pas, j’en ai vécu pour ma part des plus troublantes que ce soit par le biais des rêves, du téléphone, de l’électricité, etc. et à chaque fois la surprise laisse place à l’émerveillement avec cette sensation d’apaisement, comme enveloppée d’une bulle d’amour protectrice, ce que j’ai retrouvé en lisant ces témoignages qui m’ont beaucoup émue.

Ces expériences sont variées et si répandues qu’elles sont un rappel permanent, dans un monde qui a gommé le spirituel de sa définition si étriquée de la réalité, que cette dimension existe bel et bien. Ces comptes rendus de communication après la mort ne sont pas des anecdotes rares et suspectes, mais une réalité quotidienne et indiscutable vécue par des millions de personnes.

 

Pour aller plus loin :

En France, plus de 30 % des personnes ayant vécu le deuil d’un proche avoueraient avoir reçu des signes de leur défunt. Le journaliste Stéphane Allix consacre d’ailleurs son dernier ouvrage à ce phénomène, qu’il est aujourd’hui difficile de nier, même s’il est impossible de l’expliquer... David Galley s’est intéressé à ces signes venus de l’au-delà et a pu s’entretenir avec Stéphane Allix.

 

 

Partager cet article

5 février 2019 2 05 /02 /février /2019 12:07

Guérisseurs, Coupeurs de feu, Leveurs, Signeurs ou Panseurs de secret… Depuis des siècles, ils soulagent la douleur et de nombreuses personnes font toujours appel à eux. Et même les hôpitaux recommandent parfois le recours à ce type de soins !

À travers les témoignages de plusieurs "Panseurs de secret" et des images de leur quotidien, le film nous fait découvrir avec l’aide d’intervenants scientifiques, leurs différentes facettes : leur lignage, leur importance dans le tissu humain des communautés rurales, l’évolution de leur statut à travers leurs migrations urbaines. Les panseurs nous livrent ici leurs formules et nos intervenants en décryptent le sens, les croyances associées et les racines culturelles.

Le film donne un ensemble d’explications sur les différentes pratiques des panseurs. Par des expériences effectuées et reconnues par le milieu scientifique, il apporte les éléments de réponse disponibles à ce jour sur la pratique millénaire des "Panseurs de secret".

 

Des traditions ancestrales aux neurosciences, partez à la découverte de la plus méconnue des figures de la culture populaire de l’hexagone...

 

"Panseurs de secret" - Un film écrit et réalisé par Philippe Rouquier qui a été rediffusé lundi 14 janvier 2019 sur France 3 Bourgogne Franche-Comté. Une coproduction France 3 Bourgogne-Franche-Comté et Cosmopolitis Productions.

 

  • Si vous désirez commander le DVD accompagné de son livret de 24 pages, cliquez ICI

 

 

« Des gens discrets qu’on trouve lorsqu’on va les chercher
 et qui se font oublier le reste du temps… »

Marcel Proust

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche