Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 10:12

Vous la connaissez peut-être, mais j'avais quand même envie de vous partager cette histoire tellement je la trouve magnifique !

Né le 21 juin 1931 à Syracuse, dans le sud de la Sicile, Enzo Maïorca, ce sportif de haut niveau a battu plusieurs records au cours de sa carrière, jusqu'à atteindre, à l'âge de 57 ans, la profondeur de 101 mètres et cela sans bouteilles.

La célébrité de ce plongeur sicilien, qui a intéressé les médecins français et italiens pendant plus de 30 ans, était devenue planétaire grâce au succès du film Le Grand Bleu, sorti en 1988 en France, dans lequel Jean Reno incarne le rôle de cet apnéiste sous le nom d’Enzo Molinari. 

En 1999, alors qu’il accompagnait les membres de l’association Accademia Kronos durant leur campagne nationale pour la préservation de l’environnement marin, Enzo Maïorca a raconté un événement qui l’a profondément touché alors qu’il s’entraînait en mer avec sa fille Rossana, elle-même détentrice de records d’immersion en apnée.

Avant de s’immerger dans les eaux chaudes de Syracuse, Enzo Maiorca parlait à Rossana restée sur le bateau quand il sentit quelque chose le cogner légèrement dans le dos. 

Il se tourna et vit un dauphin. Il a très vite compris que l’animal ne cherchait pas à jouer, mais à exprimer autre chose. Le dauphin s’est éloigné et Enzo Maïorca l’a suivi à la nage. 

Un peu plus loin, l’animal a plongé et Enzo en a fait de même. À environ 12 mètres de profondeur, il y avait un autre dauphin, empêtré dans un filet de pêche abandonné. Enzo Maïorca est remonté immédiatement à la surface pour appeler sa fille afin qu’elle le rejoigne avec les deux couteaux de plongée qu’ils avaient à bord du bateau.

Il n’a fallu que quelques minutes à ces deux plongeurs aguerris pour libérer le dauphin. Ce dernier a ensuite puisé dans ses dernières forces pour remonter à la surface en émettant un « cri quasi humain », tel que le décrit Enzo Maïorca, pour respirer (un dauphin peut rester sous l’eau une dizaine de minutes, au-delà desquelles il se noie).

Le dauphin libéré, mais étourdi, resta sous l’attention d’Enzo, de Rossana et de l'autre dauphin, quand une surprise arriva... C’était une femelle qui était en train de mettre au monde son petit  ! 

Tandis que la femelle s’éloigna pour s'isoler, le mâle continuait de tourner autour d’eux. Il finit par s’arrêter devant Enzo Maïorca en lui donnant un petit coup sur la joue, comme un bisou, en signe de gratitude, puis il repartit.

Cette merveilleuse histoire a tellement touché le public sur place, que tout le monde s’est levé et l’a longuement et chaleureusement applaudi. 

Enzo Maïorca a conclu son intervention en déclarant : 

 « Tant que l’homme n’aura pas appris à respecter et à dialoguer avec le monde animal, il ne pourra jamais connaître son véritable rôle sur cette Terre ».

 

 

Sources :

Partager cet article

29 août 2021 7 29 /08 /août /2021 11:45

Secret d'étoiles

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

 

Analyste-interprète de rêves et géobiologue, Nathalie Andreu Renault est ce que la vie a sculpté pour elle : une hypersensible en quête d’humanité. Elle vit et travaille avec Jean, son binôme masculin, entourée d’animaux, en pleine nature dans le Lot.

 

 

Passionné d’histoire et cartésien, Jean Renault "sait" pourtant que la réalité n’est pas forcément celle que nous voyons. Géobiologue, il aime capter dans l’invisible les blessures de l’Histoire "connue" tout autant que celles, au quotidien, de chacun d’entre nous.

 

Résumé du livre :

Il vous est certainement déjà arrivé de vous trouver dans un endroit et de vous y sentir merveilleusement bien ou, au contraire, d'y ressentir de la tristesse, mais sans comprendre l'origine de ces émotions. Cela signifie que vous avez perçu, sans le savoir, la mémoire du lieu ! Qu'appelle-t-on la mémoire des lieux ? Comment se manifeste-t-elle ? Existe-t-il des lieux sans mémoire ? Y a-t-il de bonnes mémoires des lieux ? Quelles en sont les causes ? Que sont les phénomènes telluriques ? ... Vous trouverez toutes les réponses à ces questions et à bien d'autres encore dans cet ouvrage dans lequel Nathalie Andreu Renault et Jean Renault, tous deux géobiologues, vous livrent de nombreux exemples étonnants basés sur leur expérience. 

Il y a quelque temps de cela, je vous avais présenté Nathalie et Jean Renault à travers une émission que nous avions faite ensemble sur la géobiologie (voir ci-dessous) et, depuis, ils ont rédigé cet ouvrage, leur tout premier, dans lequel tour à tour ils nous expliquent leur métier, leurs expériences, leurs ressentis.

Dès le premier chapitre, nous entrons dans le vif du sujet à savoir : de quoi est constituée la mémoire des lieux ? Quelle est la différence avec la mémoire des murs ? Et surtout, qui n’a pas ressenti une sensation étrange, que ce soit sur un terrain ou à l’intérieur d’une demeure ? Et pourquoi ces vagues d’émotions nous submergent tant, voire même quand on interagit avec une personne ou un animal ?

Au fil des pages, les auteurs nous expliquent, en détail et de façon claire, ces fréquences vibratoires qui, au fil de la vie, se mettent en place dans des lieux en imprégnant la terre, la pierre, suivis d’exemples vécus afin de bien comprendre ce phénomène, ces empreintes émotionnelles que peuvent laisser ces énergies, qu’elles soient humaines ou non.

Tous ces impacts émotionnels liés à la Terre, aux évènements passés ou aux présences d’âmes et entités existent depuis la nuit des temps, il n’y a que le mot "géobiologie" et sa définition qui sont modernes, car la connaissance de ces effets énergétiques, les anciens, les initiés la connaissaient.

Par ailleurs, les sites néolithiques (tumulus, menhirs, dolmens, cromlechs, pour l’Europe) respectaient non seulement des orientations et des alignements par rapport aux planètes ou aux saisons, mais étaient en outre installés à des carrefours telluriques rassemblant un certain nombre de phénomènes. Impossible d’y voir la main du hasard.

Comme on peut le constater en lisant cet ouvrage, la géobiologie est un vaste domaine d’étude qui a toute son importance, car elle permet, de diverses manières, de rééquilibrer les multiples facteurs énergétiques qui nous déstabilisent, jusqu’à nous rendre malades, en transmutant la mémoire des lieux pour notre bien-être et même si nous résidons dans une nouvelle construction, car il n’y a pas de lieu sans mémoire ! 

Nathalie et Jean nous l’expliquent parfaitement bien, y compris ces attirances que l’on a pour un lieu qui résonne avec notre état du moment, comme si ce dernier nous avait appelés… Sans oublier, ce que les auteurs ressentent également, chacun différemment, mais si complémentaire, car, même si cette pratique les amène de surprise en surprise avec ces peines et ces joies, ce n’est pas si facile que cela.

C’est un livre accessible pour tous, très bien présenté, le texte est aéré avec de très beaux dessins en noir et blanc qui illustrent chaque chapitre. Je vous le conseille vivement, car on comprend mieux la force des émotions, la puissance de ces énergies. C’est vraiment surprenant ! 

 

Pour aller plus loin :

Être géobiologue, cela nécessite des qualités à la fois techniques et sensorielles. Dans cette émission Nathalie et Jean Renault nous expliquent leur métier, leur savoir, cette passion qui les anime, toutes ces énergies subtiles qui nous entourent et qui entrent en relation avec ce qui vibre au plus profond de chacun de nous.

 

 

 

Partager cet article

21 août 2021 6 21 /08 /août /2021 12:38

Edition Faërie's Craft

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Ancienne avocate, Elisabeth de Caligny est auteure et conférencière, avec pour sujets de prédilection l'ufologie le mystère et le prodigieux. Elle est connue pour ses interventions sur les médias du Web et à la télévision. Elle est l'auteure d'un ouvrage publié sous le titre "Rencontres avec des humains d'Outre espace" et de divers articles parus dans des revues spécialisées.

Résumé du livre :

En ces temps tourmentés, l’envie de tout plaquer pour changer de vie ne vous a-t-elle jamais effleurés ? C’est ce que va faire Eva, une journaliste provinciale et cinquantenaire. Du jour au lendemain, elle va renoncer à son existence de convenances sans relief pour aller mener une vie solitaire sur une petite île bretonne, propriété de sa famille depuis trois générations. Or, son existence va en être chamboulée, car cet endroit paradisiaque renferme un grand secret dont elle ignorait tout et qui, bien malgré elle, va la relier à une déesse celte. Ainsi, cette femme rationnelle qui ne s’en laisse pas conter, va se trouver confrontée à l’impensable. Elle va également découvrir des secrets de famille plutôt inattendus et bouleversants. Au fil des mois et sans qu’elle en ait conscience, le passé refermera ses portes pour préparer le futur. C’est alors que va surgir un homme raffiné et d’une grande beauté. Celui-là vient de loin et n’est pas exactement celui qu’il prétend être. Lui aussi a ses secrets. Ils finiront par découvrir qu’ils sont reliés par des lignées communes et non des moindres. Ce roman est à la fois un roman d’humour et d’amour, d’amitié aussi. Un thriller sur fond de « fantastique » de même qu’une plongée dans d’antiques croyances. Le titre du livre – « L’ordre des choses » – est très évocateur. Il amène, en effet, cette femme à une réflexion sur elle-même mais aussi sur ce monde bousculé par la pandémie et l’instabilité. Un monde sans repères où la destinée de chaque individu tendra vers le pire ou le meilleur, selon les choix qu’il fera. On découvrira ainsi que la connaissance d’un passé, qu’il soit ancestral ou individuel, voire même intemporel, peut transformer un futur, parfois pour le meilleur...

Fin d’année 2019, Éva, une journaliste fraîchement divorcée après 25 ans de mariage, décide, à cinquante-deux ans, de mettre les voiles, de reprendre sa vie en main pour ne plus se laisser déconsidérée, malmenée par l’odieux rédacteur en chef qui n’est autre que son ex-mari.

Délivrée du carcan du mariage, Éva prend ses cliques et ses claques pour partir se réfugier sur son petit Eden, une petite île bretonne, propriété familiale, sur laquelle son père a sculpté un mégalithe à partir de morceaux brisés d’un ancien grand menhir.

Les mois passent Éva s’occupe, lit, peint, tout est calme, jusqu’en mars où l’apparition du virus déstabilise la planète. Heureusement, Éva se sait à l’abri sur son île où elle jardine, cuisine, reçoit des amies. Puis un jour, elle apprend une mauvaise nouvelle qui va la chambouler, la faire replonger dans les souvenirs, y compris ceux de sa famille qu’elle va dénicher dans une armoire au fin fond du grenier.

À partir de cet instant, tout va s’enchaîner pour Éva, qui tombe malade et fait une étrange rencontre lors d’un curieux songe. Malgré son côté cartésien, très réaliste, elle va petit à petit s’interroger sur son passé généalogique, mais également sur celui de l’île qui renferme un mystérieux secret de famille qui va la confronter à des choses impensables, intemporelles, surréalistes… Pourtant, Éva n’est pas au bout de ses surprises puisque va surgir dans sa vie un homme qui n’est pas celui qu’elle croit…

Il y aurait tellement à en dire que je préfère m’arrêter là, car la quatrième de couverture le résume déjà très bien. Tout ce que je peux rajouter, c’est que, pour un premier roman, c’est une réussite ! Même si au début je n’ai pas été de suite happée par l’histoire, après quelques pages, je ne pouvais plus le lâcher. 

Ce qui m’a étonnée également, c’est qu’Elisabeth de Caligny l’a écrit en quelques semaines, toute l’histoire lui venait instinctivement dans la tête, comme si "quelqu’un" lui avait soufflé ces nombreuses lignes pour rétablir L’Ordre des Choses… Car ce roman parle de notre monde actuel, de cette société qui a perdu ses repères et s’agite en tous sens face à cette autre réalité qu’il nous appartient de façonner.

Comme vous l’aurez compris, je ne peux que vous recommander cette lecture qui vous entraînera dans un univers fantastique flirtant avec le thriller où l’humour et l’amour sont également au rendez-vous.

 

Pour aller plus loin :

Pourquoi l'Ordre des Choses ? Comment Elisabeth a-t-elle construit son roman ? A travers son héroïne, une journaliste très cartésienne, Elisabeth de Caligny nous emmène petit à petit vers une vision fantastique du monde, où la clef se trouve dans un lieu interdit...

 

 

 

 

Partager cet article

12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 16:55

De retour de cet Étrange Rendez-Vous où nous avons passé un séjour de rêve dans les Cévennes, sur le causse de Blandas, grâce aux organisateurs Deïmian et Michel et leur sympathique et joyeuse équipe.

Dès la première journée, cette belle énergie nous a transporté, le sourire aux lèvres nous avons commencé à partager avec les visiteurs, les conférenciers et auteurs venus nombreux pour assister à ce premier festival dédié à l’alternatif. 

Dans ce lieu magique, magnifique, nous étions plongés dans un autre monde, dans celui dont nous rêvons tous où nous nous sentions unis, solidaires avec des images plein la tête quand on ressortait des ateliers, conférences ou projections de films diffusés à la tombée de la nuit, sous un ciel constellé d’étoiles.

Durant ces trois jours qui se sont déroulés du 6 au 8 août, quelle joie d’avoir pu échanger avec toutes ces personnes passionnées et passionnantes lors de leurs visites au stand de la revue GCDO que je représentais ! 

Bleuette Diot et Christophe Soyer

 

 

Avec Anne Givaudan

 

 

Avec Elisabeth de Caligny

 

 

Avec Ludovic de la revue IKARIS

 

 

Avec Franck Ferrandis

 

 

 

Avec Stéphane Royer

 

 

 

 

Ce fut un grand moment d’émotion de rencontrer les auteurs et abonnés de la revue Génération Cités d'Or, mais également ceux de mon blog et des émissions que j'anime sur MiasmeTV.

Merci à tous du fond du coeur pour ce fantastique moment et pour votre belle présence !

 

 

Partager cet article

27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 14:06

Mama éditions

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Jeremy Narby est anthropologue et spécialiste du chamanisme. Depuis 1989, il travaille sur mandat pour l’ong suisse Nouvelle Planète – il est directeur des projets en Amazonie – pour soutenir les initiatives des peuples indigènes. Auteur, il a notamment écrit Le Serpent cosmique, L’ADN et les origines du savoir (publié dans une quinzaine de langues), Plantes et Chamanisme, avec Jan Kounen et Vincent Ravalec et Intelligence dans la nature, En quête du savoir.

 

Rafael Chanchari Pizuri est né en Amazonie péruvienne. Il vit à Iquitos au Pérou et travaille comme formateur d’enseignants indigènes. Il s’occupe d’un grand jardin de plantes médicinales et soigne avec la médecine indigène. Enseignant, guérisseur, jardinier et penseur amazonien, il sait naviguer entre les mondes et relier différentes cultures.

 

Résumé du livre :

Pour le monde occidental, le tabac est une plante dangereuse et mortifère. Or les peuples indigènes, qui l'utilisent dans sa forme la plus naturelle, la voient comme une plante enseignante et guérisseuse. Quant à l'ayahuasca, elle suscite à la fois l'intérêt de ceux qui la considèrent comme un remède puissant contre nombre de maux et la méfiance de ceux qui l'associent à un hallucinogène dangereux. Mais qu'en est-il vraiment ? Ce livre marie deux systèmes de pensées : le savoir indigène du chamane amazonien Rafael Chanchari Pizuri et les connaissances scientifiques de l'anthropologue Jeremy Narby. Une écriture limpide qui bouleverse les idées reçues et permet au lecteur de tirer ses propres conclusions. 

C’est en 1985, lors de son séjour chez les Ashanincas d’Amazonie péruvienne, en tant que jeune anthropologue, que Jeremy Narby fait la connaissance de cette communauté indigène qui pense que les plantes, comme le tabac et l’ayahuasca, peuvent transmettre des connaissances à ceux qui les consomment. 

Au fil des mois passé à écouter les histoires qu’un chamane du tabac lui conte à propos de cette plante, Jeremy Narby, intrigué, décide de tenter l’expérience. La métamorphose, les sensations qu’il va ressentir vont complètement le chambouler, défiant sa compréhension de la réalité. 

Ce n’est que trente-trois ans après cette première rencontre avec le tabac amazonien que Jeremy Narby, désireux de connaître la meilleure façon d’approcher cette puissante plante enseignante, décide de contacter Rafael Chancari Pizuri, un expert en la matière qui travaille en Amazonie péruvienne, où il forme et soigne les gens avec la médecine indigène.

« Le tabac est une plante médicinale importante et sa signification profonde dépend de la façon dont on l’utilise. »

Durant le premier chapitre intitulé « Médecine et malice », c’est de cet échange passionnant dont il est question. Dans le second chapitre « Remède et poison » , Jeremy Narby nous livre ses recherches scientifiques qu’il met en parallèle avec le savoir indigène et les concordances incroyables et considérables qui en résultent. 

Voulant poursuivre dans la même lignée, c’est au tour de la liane d’ayahuasca dont il est question dans le troisième chapitre : « La purge à deux faces ».

Ces parallèles entre science et chamanisme sont fascinants et étonnants, car, malgré certaines différences, les perspectives indigènes et scientifiques sur ces deux plantes se complètent et offrent un nouveau domaine de recherche abordé dans le dernier chapitre « Un cocktail thérapeutique déconcertant ».

Cet ouvrage, qui rassemble deux systèmes de savoir, est extrêmement bien documenté. Tout en informant sur les risques et les opportunités qu’elles présentent, j’ai appris beaucoup de chose sur ces deux puissantes plantes et leurs propriétés, ainsi que les connaissances, la discipline et cette relation basée sur le respect qu’il faut acquérir pour travailler avec ces plantes. 

Ces deux manières de considérer les plantes psychoactives remettent en question les idées reçues que, nous, occidentaux, nous en avons, nous permettant ainsi d’être mieux informés afin de forger notre propre opinion.

 

Pour aller plus loin :

Reconnecter l’esprit et le corps dans un processus ritualisé, c’est entre autres ce que propose le chamanisme amazonien avec la médecine de l’ayahuasca. Loin du concept occidental de psychédélique, qui signifie littéralement « révélateur de psyché », ce breuvage nous enseignerait à l’inverse sur le monde autour de nous, et pas seulement en nous... 

 

Voici un autre petit extrait dans lequel Jeremy Narby nous explique ses incroyables ressentis (bien plus détaillés dans le livre) après avoir pris de la pâte de tabac...

 

 

Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche