Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Association Les Lectures de Florinette - Audenge (33)
  • Association Les Lectures de Florinette - Audenge (33)
  • : "Les Lectures de Florinette" vous souhaite la bienvenue sur son site dans lequel vous trouverez ses activités, les articles de Florinette sur les différents ouvrages que l'association met à votre disposition afin de vous faire découvrir de nombreux auteurs qui nous amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous !
  • Contact

Catégories

13 août 2023 7 13 /08 /août /2023 17:39

Étancher notre soif d'essentiel...

 

Partager cet article

2 avril 2024 2 02 /04 /avril /2024 16:22

Editions Vuibert

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Sachi Ediriweera est un auteur-illustrateur de bandes dessinées sri-lankais, grand amateur de livres d’art et de thé vert. Outre ses trois romans graphiques, il a publié ses illustrations dans des anthologies et des comics en ligne. Designer primé à plusieurs reprises, il travaille aussi dans la publicité pour de grandes marques. Il s’est également distingué en tant que cinéaste, producteur et réalisateur – ses courts-métrages ayant été plébiscités dans de nombreux festivals internationaux. Sa biographie illustrée de Bouddha, un personnage qui le fascine depuis son plus jeune âge, est son premier roman graphique traduit en français.

Quatrième de couverture :

Avant de devenir l’un des plus illustres guides spirituels de l’histoire, Bouddha était un jeune prince, Siddhartha Gautama, héritier du trône de Kapilavastu. Élevé dans le luxe d’un palais dont il ne peut franchir les portes, coupé par son père du monde extérieur, il ne sait rien de la maladie, de la vieillesse, de la pauvreté ou du chagrin. Un jour, encore enfant, il se faufile hors des murs de sa prison dorée et c’est le choc ! La misère, la souffrance, le sens de la vie… : son unique but sera désormais de chercher à les comprendre. Quelques années plus tard, Siddhartha quitte tout – son destin, son confort, sa femme et son jeune fils – pour entamer un long voyage spirituel, qui le fera moine, puis Bouddha. Dans ce lumineux roman graphique, Sachi Ediriweera nous raconte la vie d’un homme hors du commun, en quête de sagesse et de vérité, parvenu à l’éveil par la méditation, et dont les enseignements ont changé le monde.

Dès les premières pages, nous découvrons le futur Bouddha, un jeune garçon d’une dizaine d’années du nom de Siddhartha Gautama. Ce dernier s’entraîne au tir à l’arc avec d’autres jeunes du palais et Channa, le conseiller de son père, roi de Kapilavastu. Lors de cet exercice, un cygne est blessé par mégarde. 

Suite à ce délit, Siddhartha va se retrouver face à la souffrance de cet animal. Channa lui montre comment le soigner et le cygne guérit en quelques jours. Siddhartha va l’aider à s’envoler, à retrouver sa liberté, le seul privilège que ce jeune prince ne possède pas.

Depuis que son père a perdu sa femme, il est devenu surprotecteur avec son fils en le tenant à l’écart du monde extérieur. Ce jeune prince savoure les richesses du palais au prix de sa liberté, mais, n’y tenant plus, décide de faire le mur sous l’oeil de Channa qui va l’accompagner.

C’est une autre vision qui s’offre à Siddhartha. La pauvreté, la famine, la souffrance, la vieillesse et la mort croisent son chemin. Afin de le dissuader de sortir, son père l’installe dans la plus haute chambre du palais où il pourra voir la ville sans risque.

Sept années sont passées et Siddhartha a de nouvelles occupations, une nouvelle fréquentation en la personne d’une jeune princesse. Malgré ce bonheur d’un genre nouveau, Siddhartha est malheureux, il ne veut plus obéir à son père ni rester dans ce confort fastueux et éphémère. Il a besoin de comprendre pourquoi il souffre, pourquoi la vie luxueuse du palais le rend si triste et décide en pleine nuit de partir en quête de réponse. 

En essayant de comprendre la souffrance, c’est un long parcours fait d’errance, de rencontres et d’enseignements qui jalonnent son chemin, jusqu’au jour où l’illumination, la vraie nature du monde va lui apparaître. À compter de ce jour, par-delà les montagnes, les rivières, les royaumes, l’Eveillé poursuit ses voyages afin de propager les nobles vérités.

C’est un très bel album au graphique sobre et élégant. Les dessins sont magnifiques et se déclinent en trois teintes dominantes comme on peut le voir sur cette belle couverture glacée. De plus, la vie du Bouddha est bien représentée et adaptée pour un large public. 

Il y a beaucoup de bienveillance, d’empathie, d’humanité dans le personnage du Bouddha ce qui rend la lecture très agréable. C'est un passionnant voyage qui nous emmène aux origines du bouddhisme.

 

 

 

Partager cet article

28 mars 2024 4 28 /03 /mars /2024 16:07

Éditions Véga

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Originaire du nord de la France, Hazel Marie Volk s'imprègne de la sagesse des lieux qu'elle visite. Après avoir éveillé ses sens au génie des lieux en photographiant les forêts du nord de la France, c’est dans le silence du désert que Hazel Marie Volk a entendu l’appel de ses ancêtres. Formée à l'écopsychologie, elle guide groupes et individus afin qu’ils se relient aux racines de leur histoire et de leur humanité ; un cheminement qu’elle estime essentiel à une transformation personnelle et collective.

Quatrième de couverture :

Que reste-t-il de notre héritage autochtone ? De nos liens ancestraux au monde naturel ? Quel avenir serait possible en réintégrant nos sagesses ancestrales ? Ces questions sont survenues alors que l’auteure vivait et travaillait auprès des peuples aborigènes d’Australie, qui œuvrent chaque jour à la préservation de leur culture, menacée par les ravages continus de la colonisation. Au fil de ses explorations, elle constate à quel point le vécu de nos lointains ancêtres et leur lien intime au Vivant sont tombés dans l’oubli. Un déracinement à l’origine de notre modernité destructrice et de l’effondrement sociétal et écologique que nous connaissons. Pourtant, nos racines recèlent la sagesse dont l’avenir a besoin. L’engouement actuel pour les spiritualités du monde, et notamment pour les pratiques dites chamaniques, reflète ce besoin de retrouver du sens et un lien profond avec la Terre. Si les modèles venus d’ailleurs peuvent nous inspirer, l’auteure rappelle qu’il est essentiel de réapprendre à écouter la terre sous nos pieds pour recréer un lien en résonance avec nos paysages, leur spécificité et leur histoire. Rien n’est perdu et l’auteure nous invite, par des pratiques et des réflexions, à renouer avec la sagesse ancestrale qui sommeille en nous, en vue d’un avenir plus durable et plus enviable pour tous. 

De ses souvenirs d’enfance dans le bassin minier du Pas-de- Calais, Hazel Marie Volk se souvient surtout de ses moments passés en plein air au cœur de la nature où, loin du bruit de la ville, elle ressentait la paix intérieure, l’odeur de la terre qui s’imprégnait en elle et rendait encore plus insupportable le poids de la société consumériste, limitative et autodestructrice.

Hazel décide donc de quitter le ciel gris de sa terre natale pour le soleil d’Australie. Ce voyage, qui ne devait durer qu’un an, devient un pèlerinage de neuf ans où elle a pu partager le même amour pour la Terre avec des communautés ayant gardé intact ce lien avec le vivant et les esprits de la nature.

« En Occident beaucoup des rituels autrefois pratiqués ont été oubliés, il est possible d’en retrouver l’essence, de les réinventer et de les adapter à notre époque. »

Ce témoignage est le fruit de son vécu, de ses observations, ses explorations allant des forêts du nord de la France au désert australien. Ces expériences lui ont permis de se rapprocher de ses ancêtres afin de se reconnecter en conscience à ses propres racines et celles universelles qui lient la Terre au Cosmos. 

Chacune de nos régions a une identité riche, des traditions locales et bien d’autres choses encore qui, hélas, se perdent avec le temps, car distraits par la frénésie de nos modes de vie, ces traditions ne sont plus vécues de l’intérieur.

Renouer avec cette sagesse, c’est aussi se souvenir ce que signifie être humain, au-delà des tabous et des conditionnements définis par la société.

« En intellectualisant et en conceptualisant nos relations avec le monde, nous avons aussi perdu une partie de notre liberté. »

À travers un large éventail d’informations instructif et passionnant, Hazel tend également à rétablir l’identité bafouée de nos ancêtres préhistoriques afin de leur redonner une image autre que celle implantée dans l’inconscient collectif.

« Leurs connaissances, leur sagesse et leurs pratiques ancestrales sont, aujourd’hui encore, reflétées dans la richesse culturelle des tribus autochtones. »

En partageant son parcours, ses réflexions et connexions avec ses ancêtres, Hazel Marie Volk nous invite à la découverte de notre véritable essence en ravivant notre relation au monde naturel, au tangible et au subtil, et celles avec nos racines sauvages et ancestrales. Tout ce à quoi la société matérialiste nous a déconnectés, en nous éloignant de la force et de la beauté de notre nature profonde.

« Il est une invitation à redécouvrir ce qui nous unit en tant qu’espèce, à nous ouvrir à la sagesse de la Terre elle-même, de laquelle émanent chacune de nos cultures et chacun de nos ancêtres. D’où l’importance de comprendre comment nous nous sommes éloignés du monde sauvage. »

Retrouver nos racines nous amènerait à vivre en équilibre avec le vivant dans toutes ses dimensions puisque nous sommes la Nature que nous dégradons. 

Cette compréhension, ce retour à notre essence humaine et collective, cette relation profonde avec le Vivant contribuera à l’avènement d’une société qui favorisera la Vie dans son ensemble.

« Il est temps de nous réunir à nouveau, de sortir, de partager et d’explorer. Le temps est venu de dépasser le mental, pour revenir au cours et à l’expérience ressentie afin de découvrir quelle vérité vit en nous. »

 

Pour aller plus loin :

Hazel Marie Volk était l'invitée de Sylviane Jung qui a eu un véritable coup de cœur pour ce livre si captivant.

 

 

Partager cet article

23 mars 2024 6 23 /03 /mars /2024 18:36

Editions Guy Trédaniel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Véronique Geffroy est docteur en Histoire et passionnée de vieilles pierres. En 2009, elle devient, avec son mari, la propriétaire du château de Fougeret, un véritable temple chargé de la mémoire des évènements, heureux et tragiques, qui s’y sont déroulés. Aujourd’hui encore, d’étranges phénomènes paranormaux se manifestent à travers les "invisibles", capables de nous conseiller, mais aussi de nous mettre en garde.

Quatrième de couverture :

Nous avons tous vécu dans des endroits que nous aimions ou que nous détestions souvent sans savoir réellement pourquoi. Les maisons sont les caisses de résonance de nos mémoires, de nos vies. Les murs enregistrent les émotions liées aux évènements marquants que nous traversons. Puis les mémoires façonnent, avec le temps, l’identité des lieux. Les murs deviennent protecteurs ou dangereux, amicaux ou assassins. Et nous, les vivants, sommes continuellement en interaction avec le passé des maisons, les murs et les morts. Dans cet ouvrage fascinant, Véronique Geffroy nous livre les fruits d’une minutieuse enquête réalisée dans différents lieux — des maisons joyeuses, des maisons de malheur, des endroits qui se veulent réparateurs — où partout, les murs ont des choses à dire. Au fil des pages, vous découvrirez leurs histoires, ponctuées de réflexions et de témoignages, révélant à quel point ils sont une extension de notre peau. Les murs sont ce que nous sommes.

Après avoir été confrontée à la mémoire de murs très anciens, comme celui du vieux donjon du Limousin puis celle du château de Fougeret, ces expériences ont poussé Véronique Geffroy à enquêter dans différents lieux. 

Des maisons de malheurs aux maisons joyeuses ou réparatrices, elles ont toutes quelques choses à nous révéler sur leurs histoires, mais aussi sur la nôtre. 

« Peu de personnes pensent ne pas avoir choisi leur maison de façon consciente et avoir été choisies par leur propre maison. »

Au fil des témoignages, c’est ce que nous comprenons, les maisons répondent à nos attentes, à nos vibrations ou à nos mémoires transgénérationnelles, car elles sont en résonance avec notre passé, notre présent, mais également notre futur...

Quelle que soit la situation, jouant sur notre psychologie, elles nous attirent pour que l’on puisse améliorer ou mettre en lumière ce que nous portons inconsciemment au fond de nous.

Chaque mémoire est issue d’une intention, d’une pensée, d’un évènement et, au préalable, il serait judicieux de comprendre l’histoire du lieu avant d’y s’établir, avant que cette maison devienne notre seconde peau. 

« Les lieux sont là pour réparer les mémoires. Les murs sont parfois d’immenses pansements. On n’hérite pas des murs, mais de leur mémoire. »

Véronique Geffroy nous dresse un état des lieux très troublants en nous présentant certaines de ces mémoires qui peuvent engendrer différentes sensations, allant de la protection à la peur ou diverses complications comme la survenue d’accidents, la récurrence de certaines maladies pouvant même conduire jusqu’à la mort...

Certains faits relatés nous font penser aux phénomènes de maisons hantées, alors qu’elles ne le sont pas, c’est juste une mémoire agissante imprégnée dans les murs.

En lisant ces différents témoignages, j’étais bien loin d’imaginer tout ce que l’on peut laisser comme empreinte dans nos murs et leur intrication avec certaines autres mémoires. 

« Nous pensons habiter nos maisons, mais c’est l’habitat qui nous contient et nous retient. »

Un ouvrage captivant dans lequel Véronique Geffroy nous invite à réfléchir sur notre mode d’acquisition, sur la manière dont nous sommes arrivés entre ces murs et ce qu’ils ont à nous dire afin que nous puissions nous libérer de certains blocages, situations ou répétitions. « Dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es. »

 

Pour en savoir plus sur le sommaire, cliquez sur la flèche ci-dessous.

 

Pour aller plus loin :

Véronique Geffroy, Docteure en Histoire a la passion des murs. Ses recherches l'ont amené à la conviction que si nous pensons habiter nos maisons, c'est peut-être le contraire et les murs se révèlent un miroir de notre inconscient. Véritables extensions de nous-même, ils enregistrent nos vibrations.

 

 

 

Partager cet article

18 mars 2024 1 18 /03 /mars /2024 16:57

Autoédition

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Aurélie Bianchi est doula et accompagne les couples touchés par la perte d’un bébé pendant la grossesse. Elle sensibilise à la question du deuil périnatal sur les réseaux sociaux au travers de ses écrits et vidéos. « Jusque dans une autre vie » est son 3ème ouvrage, après notamment « La Petite Graine qui n’avais pas poussé », un livre pour parler de la fausse couche aves ses enfants.

 

Quatrième de couverture :

Et s'il nous était donné de voir, un instant seulement, la vie qu'on aurait aimé avoir ? Mélanie n'a pas le cœur à la fête en cette veillée de Noël. Cette soirée aurait dû être radicalement différente, marquée par la joie plus que par le chagrin. Après une année d'échecs dans son parcours pour concevoir un enfant avec son mari, Carl, elle se retrouve face à ses souvenirs, à sa tristesse et à sa sœur avec son bébé tout neuf. Alors qu'elle pense sa soirée gâchée, un étrange événement survient : et s'il lui était possible de toucher du doigt une vie différente de la sienne ? Une nouvelle journée commence alors, sous les hospices d'une magie dont seul Noël a le secret. Un roman rempli d'émotions pour aborder des sujets souvent tabous pour les femmes : le désir d'enfant, le deuil périnatal, la souffrance maternelle.

Ce roman débute par la veille de Noël, le 24 décembre 2029 avec Mélanie, une jeune mère démoralisée et dépressive qui n’arrive plus à faire face à son quotidien. 

Puis nous voilà transportés en 2022, le soir du 24 décembre où la famille d’une jeune femme, qui se prénomme également Mélanie, s’apprête à réveillonner. 

Malgré la tendresse de son mari Carl, Mélanie n’a pas le coeur à la fête, elle n’arrive plus à sourire depuis que la vie qui aurait dû grandir en elle a laissé place à la mort. Elle ne peut s’empêcher de repenser au précédent réveillon où avec Carl ils étaient au comble du bonheur d’annoncer cet heureux évènement. 

Tous ces souvenirs empreints de joie et d’amour, dont il ne reste plus rien aujourd’hui, ont signé le début de sa descente aux enfers. C’est désormais un vide immense qui lui tient compagnie. 

Ne pouvant partager la joie de sa grande soeur, qui vient d’avoir un bébé, ni l’allégresse de sa famille en cette période festive, qui lui demande de faire bonne figure malgré son immense souffrance, Mélanie décide de s’isoler en demandant au Père Noël que tout ce qu’elle endure ne soit jamais arrivé… 

Sans savoir que la magie de Noël allait réellement exaucer son voeu, Mélanie s’endort et se réveille en présence de sa double d’une autre vie…

Aurélie Bianchi dans ce roman à l’art et la manière de vous captiver malgré un sujet délicat et encore trop tabou.

Sa démarche d’aider les femmes qui se sentent incomprises et illégitimes après une fausse couche est magnifique, car les mots qu’Aurélie pose sur la souffrance du deuil périnatal sont puissants et apportent un réconfort pour toutes celles qui traversent ce terrible moment. 

C’est un bien beau roman d’accompagnement plein de délicatesse et d’amour que je vous conseille. 

Après l’avoir lu, j’ai ouvert son deuxième petit livre qu’Aurélie Bianchi destine aux mamans afin qu’elles puissent expliquer à leurs enfants le flot d’émotions qui les traversent après une fausse couche.

C’est un touchant dialogue entre une maman et son petit garçon autour de La Petite Graine qui n’avait pas poussé...

Pour aller encore plus loin :

Je vous invite à écouter Aurélie Bianchi vous parler de son parcours qui l’a amené à accompagner les femmes suite à l'épreuve d'une ou plusieurs fausses couches ou lors de grossesse arc-en-ciel. 

 

 

Pour vous procurer ses ouvrages, rendez-vous dans sa boutique en cliquant ICI

 

Partager cet article

Association loi 1901

Les Lectures de Florinette

à Audenge (33)

------------------------

Objectif de l'Association

------------------------

------------------------

------------------------

Agenda 2024

------------------------

Évènements passés

------------------------

Catalogue

Livres à disposition

 

------------------------

------------------------

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Praticienne en Fleurs de Bach et Fleurs de l'Atlas

Retrouvez moi sur mon AUTRE BLOG si vous désirez un conseil ou voir les différentes formules et préparations, y compris pour vos animaux :

 

 

Aujourd’hui il est reconnu que la majorité de nos symptômes physiques proviennent d’un déséquilibre émotionnel.

 

Grâce aux Fleurs de Bach ou Fleurs de l'Atlas (Fleurs de Bach sans alcool), vous allez pouvoir rééquilibrer vos émotions et comportements.

 

Recherche