Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
22 août 2019 4 22 /08 /août /2019 15:57

Éditions Eyrolles

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Éric de Kermel est journaliste et éditeur de magazines de nature dont Terre Sauvage. Il a vécu sa jeunesse entre le Maroc et l’Amérique du Sud, avant de rejoindre la France où son port d’attache est désormais un coin de garrigue du côté d’Uzès. Père de quatre enfants, il met ses mots au service d’un engagement écologique et humaniste et porte au quotidien la préoccupation de rendre notre monde plus doux et accueillant pour ceux qui l’habitent.

Résumé du livre :

Ana est écologue. Elle analyse l'impact des activités humaines sur l'environnement et la biodiversité. Alors qu'elle exerce son métier avec une exigence passionnée, elle commet un jour une erreur qui la conduit à tout remettre en cause... Elle quitte alors Paris pour rejoindre la vallée de la Clarée où, en même temps que l'enfant qu'elle était, a grandi son amour profond pour la nature. Hébergée par son oncle Pasco qui tient un refuge de montagne, Ana renoue avec ses amis de toujours et retrouve peu à peu le goût de la vie. Les alpages, les torrents, les lacs et les sommets, compagnons familiers du passé, se font les témoins muets de ses doutes d'aujourd'hui. Ana s'apaise et s'interroge : qu'a-t-elle fait de ses rêves d'enfant ? Comment incarner dans sa vie cette harmonie entre homme et nature à laquelle elle aspire ? Au-delà de la communion avec la nature, l'écologie n'est-elle pas ce chemin qui invite à nourrir aussi le lien avec soi-même et avec les autres ?

Ana est écologue et dirige l’Agence de sécurité sanitaire qui effectue les tests sur les produits que les sociétés chimiques décident de mettre sur le marché. Amoureuse de la nature, elle prend son métier très au sérieux. Puis un jour tout bascule, sous la pression du ministère qui fait face à de très gros enjeux commerciaux, elle se voit contrainte d’autoriser la vente d’un produit tueur de libellules.

Cette éco-guerrière dans l’âme, qui ne peut plus concilier ses idéaux avec son activité, décide de tout plaquer en quittant la capitale pour se réfugier dans la vallée de la Clarée, au cœur des Alpes, où elle a grandi.

Ana y respire de nouveau, renouant avec ses racines, ses amis. De jour en jour, elle retrouve cette alliance avec la nature, avec ses rêves d’enfant qui l’aide à réfléchir sur son avenir et celle de la planète.

Quant à la Clarée, c’est une vallée qui, comme les forêts d’Amazonie, les montagnes du monde, les éléphants d’Afrique, les abeilles et les libellules, les océans et les mers, est sous ma responsabilité. Si je ne parviens pas à la protéger, elle qui est devant mes yeux, elle où je viens pour quelques jours ou pour y vivre, je porte alors ma part de responsabilité dans la marche du monde.

Éric de Kermel, à travers ce roman initiatique, nous ouvre les yeux sur une bien triste réalité en invitant chacun d’entre nous à renouer avec la nature, suivre le rythme de ses saisons, retrouver un juste équilibre en apprenant à la connaître, la respecter.

C’est un joli et très poétique hymne à la faune et la flore que j’ai pris plaisir à lire en m’arrêtant par moment pour regarder les oiseaux, les papillons qui virevoltaient et les splendides et pourtant si fragiles arbres qui m’entouraient…

« … l’amour de la nature peut nous donner le courage de la protéger… l’amour de l’autre, la paix intérieure, peuvent redonner du sens à notre présence sur cette planète. » Cyril Dion (extrait de la préface)


Pour aller plus loin :

Entretien avec Éric de Kermel à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio le 28 mai 2019. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman Mon cœur contre la terre, paru aux éditions Eyrolles.

 

 

  • Lire l'article sur le site de RCF Radio : «  Éric de Kermel est l'un des intervenants de l'université d'été de l'écologie intégrale. Pour lui, l'un des mots clés de la conversion écologique est "réconciliation ».

 

Partager cet article

19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 15:09

Plon

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Prix Goncourt, prix Science-Frontières de la vulgarisation scientifique, Didier van Cauwelaert a profondément bousculé notre vision du monde avec Le dictionnaire de l'impossible et Le nouveau dictionnaire de l'impossible. En 2018, dans "Les émotions cachées des plantes" Didier van Cauwelaert partage ses découvertes avec les plus grands botanistes et anthropologues de la planète.  
 

Résumé du livre :

Elles se défendent, elles attaquent, elles nouent des alliances, elles chassent, elles rusent, elles draguent, elles communiquent à distance leurs peurs, leurs souffrances et leur joie. C'est aujourd'hui prouvé : elles nous perçoivent, nous reconnaissent, nous calculent, elles réagissent à nos émotions comme elles expriment les leurs. Est-il possible qu'elles nous envoient des informations thérapeutiques, des messages de gratitude, des appels au secours ? Oui, les plantes sont dotées d'intelligence, de sensibilité, voire d'une forme de télépathie. Aussi merveilleuses soient-elles, toutes les révélations contenues dans ce livre sont le fruit d'observations et d'expériences scientifiques. La nature ne cesse de nous parler. À nous d'arrêter d'être sourds !

Chapitre après chapitre, Didier van Cauwelaert dresse l'éventail des différentes émotions cachées des plantes, leurs moyens d'expression et de communications qui ne peuvent que nous laisser en admiration devant tant de subtilité, d’ingéniosité.

Peut-on encore douter, après tout ce qui a été démontré, que la plante reste une nature morte ? À moins d’être vraiment borné, voire aveugle, ce n’est plus concevable !! Les plantes sont des êtres vivants, sensibles et connectés. Tous les moyens de communication qu’elles emploient sont désormais des réalités scientifiques, comme l’avait déjà bien compris Cleve Backster, cet ancien spécialiste du polygraphe travaillant pour la CIA qui avait eu l’idée saugrenue en 1966 "d’interroger" une plante, mais la réaction obtenue l’avait tellement déconcerté qu’il a consacré une bonne partie de sa vie à reproduire ce genre d’expérience.

D’autres observations et découvertes scientifiques exposées dans ce livre sont depuis venues valider cette « biocommunication », y compris le grand biologiste Jean-Marie Pelt qui a également apporté sa contribution tout en qualifiant les travaux de Backster de « découvertes inattaquables d’un génie méticuleux ayant révolutionné notre vision des plantes ».

Malgré tout, l’homme continue à lutter contre ce monde végétal en le manipulant, l’empoisonnant, le détruisant au lieu de s’allier à lui, de s’en inspirer puisqu’il nous précède depuis des centaines de millions d’années… L’homme est « le rêve de la plante » selon la tradition chamanique, alors comme dit l'auteur qui nous encourage à mieux comprendre la nature, à être plus à son écoute :

Si l’homme est le rêve de la plante, alors, pour peu qu’on arrête de transformer ce rêve en cauchemar, la plante sera l’avenir de l’homme.

Partez à la découverte de cette fabuleuse et fascinante aventure si bien relatée par Didier van Cauwelaert !

 

Pour aller plus loin :

Avez-vous déjà parlé à vos plantes ? Saviez-vous qu’elles étaient capables d’empathie, de séduction ou de ruse ? C’est ce que nous fait découvrir Philippe Collignon en compagnie de Didier van Cauwelaert, auteur de l’ouvrage "Les émotions cachées des plantes" aux éditions Plon.

 

Pour aller encore plus loin :

L’équipe du Rendez-vous des Futurs est heureuse de recevoir Didier van Cauwelaert. L’écrivain prolifique et passionné de biologie venu présenter son dernier ouvrage "Les émotions cachées des plantes”, un essai qui interroge et redéfinit notre rapport aux végétaux capables d’éprouver et de transmettre leurs émotions...

 

 

 

Partager cet article

11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 12:17

Rue de Sèvres

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Né en 1967 en Suisse, Zep — de son vrai nom Philippe Chappuis — tire son pseudonyme d’un fanzine créé à 12 ans, quand il était fan de Led Zeppelin. Il commence très jeune à dessiner et à inventer des histoires. À 14 ans, il publie ses premiers dessins dans la presse suisse, puis entre à l’École des arts décoratifs de Genève. En 1992, il dessine des souvenirs d’enfance sur un carnet de croquis, et le personnage de Titeuf, qui deviendra le petit garçon le plus célèbre de la bande dessinée française, naît à ce moment-là.


Résumé :

Dans le cadre d'un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C'est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra, hélas trop tard, que ces événements sonnent l'alerte d'un drame planétaire duquel seul Théodore et quelques survivants seront épargnés. Serait-ce une nouvelle chance pour l'espèce humaine ?

En Suède, en tant que stagiaire,Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Frawley et son assistante Moon ; le groupe tente de découvrir les secrets cachés dans l'ADN des arbres. Mais le comportement étrange de la faune et de la flore alerte le chef d’équipe qui finit par comprendre tardivement que ces phénomènes mystérieux sont les prémices d'un cataclysme planétaire.

Et si les arbres avaient une conscience, une intelligence capable de prendre des décisions : Je pensais que nous étions là pour observer la forêt. Mais c'est elle qui nous observait.

L’auteur a su capter mon attention par ce thriller écologique dans lequel il nous renvoie sur les préoccupations environnementales actuelles en raison du comportement dévastateur de l’homme. Un album d’anticipation qui nous invite à reconsidérer notre impact sur cette planète, et sur les nombreuses espèces animales qui y vivent, si nous ne voulons pas qu’elle nous mette définitivement à la porte…

 

Bande-annonce de l'album "The End" de Zep par les éditions "Rue de Sèvres"

 

Pour aller plus loin :

Zep signe "The End", une bande dessinée très éloignée de l’univers de Titeuf dans laquelle les arbres rappellent cruellement les humains à l'ordre. Un thriller à la fois apocalyptique et écologique. Il est accompagné en plateau par le grand spécialiste des arbres, le botaniste Francis Hallé dont il a fait un personnage de roman.

 

Partager cet article

29 novembre 2018 4 29 /11 /novembre /2018 09:52

Des chercheurs du monde entier décryptent aujourd'hui le langage des animaux dans l'espoir de converser un jour avec eux. Une surprenante enquête scientifique en deux volets.

 

Diffusion de la première partie sur ARTE le samedi 1er décembre 2018 à 22H37

Quand les animaux parlent aux animaux

« Nous voulons comprendre les animaux ? Découvrir à quoi ils pensent et comment ils le font ? Écoutons d’abord ce qu’ils se disent. À travers le monde, des scientifiques tentent l’impossible : « craquer le code » – déchiffrer le langage animal. Que découvrent-ils ? Que pour chaque société animale la communication est cruciale. Mieux encore : pour chaque niveau d’évolution et de complexité sociale, chaque « langage animal » contient sa spécificité, son degré de sophistication, voire sa propre syntaxe, encore ignorée des hommes jusqu’à nos jours. »

 

 

Diffusion sur ARTE du second volet le samedi 8 décembre 2018 à 22H25

Quand les animaux parlent aux humains

« Maintenant que les scientifiques sont parvenus à décoder le langage animal, il leur reste une mission : tenter d’établir un dialogue entre eux et nous. Un dialogue inter-espèces homme animal, que seule la science peut offrir. Communiquer avec les animaux est un rêve aussi vieux que l’humanité. – Serait-il aujourd’hui à notre portée ? – Pour beaucoup, le rêve est bientôt réalité. Que découvrirons-nous alors ? – Ce que nous disent les animaux, ou de meilleurs moyens de les préserver et de vivre mieux avec eux ? »

 

Documentaire de Jérôme-Cécil Auffret (France, 2018, 2x52mn) - Auteurs : Karine Lou Matignon et Jérôme-Cécil Auffret - Coproduction : ARTE France, Via Découvertes avec CNRS Images

 

 

Chercheur en bioacoustique à Sorbonne Université et spécialiste des cétacés, Olivier Adam, qui travaille à percer les mystères de la communication animale, a collaboré comme conseiller scientifique au documentaire Paroles d'animaux. Entretien.

Dossier de Presse - Entretien avec Olivier Adam

 

Pour aller plus loin :

Communiquer avec les animaux est un rêve aussi vieux que l'humanité. C'est à la fin des années 1950 que les études scientifiques sur le sujet vont démarrer avec des grands singes et des dauphins à qui l'on va enseigner l'anglais. Ces dernières années, notre perception des animaux a évolué grâce à des découvertes scientifiques étonnantes et une technologie sans cesse plus performante. Nous savons désormais que les animaux ont un vrai langage qu’ils utilisent en permanence pour décrire le monde qui les entoure. Aujourd'hui, aux quatre coins du monde, les recherches pour communiquer avec les animaux se réorientent, le but : arriver à décoder le langage animal. Toutes les études des années 1960 à 1990 sont repensées. On n'oblige plus les animaux à apprendre le langage des hommes, c'est l'inverse. Les chercheurs aujourd'hui décryptent le langage des animaux et mettent au point des outils, tels des décodeurs, pour permettre aux hommes de partager et d'échanger des informations avec eux. Demain serons-nous en grande conversation avec les animaux ? Selon les chercheurs, nous sommes à un tournant de cette science en marche. Enquête dans un monde loin d’être silencieux.

 

Le livre Paroles d'animaux de Karine Lou Matignon, coauteure du documentaire, est disponible chez ARTE Éditions.

 

Partager cet article

13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 11:18

Actes Sud

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Luc Jacquet est un réalisateur français. Il est surtout connu pour son film documentaire La Marche de l’empereur, succès mondial pour lequel il a notamment reçu l’Oscar du meilleur film documentaire en 2006. Passionné par l’Antarctique, il s'est consacré à ce continent dans un grand nombre de projets, dont La Glace et le Ciel sélectionné comme film de clôture lors du Festival de Cannes 2015. Essentiellement documentariste, il a réalisé une unique fiction à ce jour : Le Renard et l’Enfant.

Francis Hallé, botaniste et biologiste, est spécialiste des arbres et des forêts tropicales. Il a été professeur aux universités d’Orsay (1960), de Brazzaville (1968), de Kinshasa (1970) et de Montpellier (1971-1999). Il est membre correspondant du Muséum national d’histoire naturelle de Paris et l’auteur de nombreuses publications.

 

Résumé du livre :

Ils commencent minuscules, mais deviendront des géants. On les croit immobiles, et pourtant ils voyagent. On les pense passifs alors qu'ils sont capables des plus remarquables stratégies pour accomplir leur destin. On ose les exploiter jusqu'à leur destruction, mais ils nous survivront. Leur puissance et la richesse de leur monde sont sans égal sur notre planète. Luc Jacquet et Francis Hallé nous entraînent au cœur des forêts primaires tropicales, dans une fascinante odyssée, une éblouissante plongée onirique au-delà du temps et de l'espace, sur sept siècles. De la première pousse aux majestueux monuments qui régissent un monde fourmillant de vie, découvrez le plus secret des univers. Il était une forêt.

À l’occasion de la sortie du film en novembre 2013, ce très beau livre richement illustré complète à merveille le documentaire ci-dessous en présentant l’histoire des différentes formes de vie végétale et animale qui cohabitent depuis des siècles dans les forêts tropicales. Un beau voyage initiatique où l'on découvre un univers incroyable, grouillant de vie, de ses sous-bois à la cime de ses plus grands arbres !

  • Pour feuilleter ce très bel ouvrage, cliquez ICI

 

Pour aller plus loin :

Avec ce film, Il était une forêt, Luc Jacquet nous emmène dans un extraordinaire voyage au plus profond de la forêt tropicale, au cœur de la vie.

Pour la première fois, une forêt tropicale naît sous nos yeux. De la première pousse à l’épanouissement des arbres géants de la canopée en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s’écouler. Il était une forêt offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage resté dans son état originel, en parfait équilibre, où chaque organisme – du plus petit au plus grand – joue un rôle essentiel.

 

 

Depuis des années, Luc Jacquet filme la nature et le monde animalier, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimoine sur les forêts tropicales primaires, un des enjeux écologiques majeurs, véritables poumons verts garants de la vie sur Terre.

  • Film disponible en DVD

 

Pour aller encore plus loin :

  • Lire l’interview de Francis Hallé, lors de la sortie de ce documentaire, sur le site de Kaizen : Le rôle des arbres où il explique ce rôle essentiel que jouent les arbres à l’échelle de la planète.

 

  • La voix est libre du 31 décembre 2017 avec Francis Hallé, botaniste-explorateur, qui a consacré sa vie à faire reculer les frontières de l’inconnu, dans cette aventure humaine et scientifique, endossant le rôle de passeur de découvertes et de connaissances auprès d’un large public, et aussi d’alerteur sur le devenir des forêts tropicales.

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche