Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 17:55

Albin Michel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Prix Goncourt, Grand prix du Théâtre de l'Académie française, Prix Science-Frontières de la vulgarisation scientifique, Didier van Cauwelaert qui est un auteur prolifique aimant sortir des sentiers battus, a participé à de nombreuses expériences avec des chercheurs renommés sur les états modifiés de conscience et les pouvoirs de la pensée.

Résumé du livre :

« Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. » Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein… Dans une comédie romantique haletante où la spiritualité s’attaque aux enjeux planétaires, Didier van Cauwelaert invente avec bonheur une nouvelle forme de triangle amoureux.

« J’ai perdu Albert ! » se dit la médium Chloé dans son for intérieur quand elle réalise qu’elle ne l’entend plus. Lui, Einstein, cet éminent scientifique qui cohabite avec elle depuis l’âge de douze ans dans le seul but de lui servir de porte-parole dans son combat contre les armes nucléaires auprès des responsables politiques et autorités de l’armée.

Ce cahier des charges impossible que je me suis fixé durant mon incinération : désarmer les nations, sauver la planète, redonner aux hommes les clés de leur destin qu’ils se sont laissé voler par les religions, les idéologies, l’inculture et la peur…

Puis un jour, sans crier gare, Albert quitte Chloé pour se réfugier dans la tête de Zac, un garçon de café et jeune apiculteur à la dérive, afin de l’aider à empêcher que les abeilles disparaissent. Mais ce dernier n’apprécie pas d’être ainsi squatté et essaye par tous les moyens de s’en débarrasser, alors que de son côté Chloé est prête à tout pour le récupérer…

Voilà un roman que j’ai dévoré d’une traite tellement on se demande ce que veut réellement Albert Einstein qui se dévoile au fil des pages abordant des sujets très sérieux tels que l’avenir de l’humanité.

De plus, j’avais très envie de lire ce livre, car, comme le précise Didier Van Cauwelaert à la fin de son ouvrage, ce roman est devenu presque une réalité… En effet, pendant qu’il le rédigeait, Albert Einstein s’est réellement manifesté à travers Marie-France Cazeaux, infirmière et médium. Cette dernière l’a appelée en déclarant qu’elle avait un message à lui communiquer... (que vous pouvez découvrir ci-dessous dans l’émission d’Europe 1).

Puis, à l’instar de son héroïne Chloé, Albert quitte Marie-France Cazeaux pour “travailler” avec Geneviève Delpech une autre médium plus ouverte aux questions scientifiques. Ce qui a poussé Didier van Cauwelaert à soumettre à certains scientifiques les équations reçues, puis relater cette incroyable histoire dans le livre “Au-delà de l’impossible”.

 

Pour aller plus loin :

Didier van Cauwelaert a réalisé l’adaptation cinématographie de son roman qui sera sur les écrans le 12 septembre prochain.

Bande Annonce (Comédie, 2018) Stéphane Plaza, Julie Ferrier - © 2018 - StudioCanal

 

Pour aller encore plus loin :

Sur Europe1, l'écrivain a raconté les étranges coïncidences entre son livre et les visions d'une amie infirmière, alors qu'il était en pleine écriture de son nouveau roman.

 

Albert Einstein est-il toujours parmi nous ? On pourrait le croire à lire Didier Van Cauwelaert, qui se passionne pour les travaux du physicien, mais aussi pour la nature et l'environnement.

 

 

Pour conclure :

Voici deux citations d’Albert Einstein qui demandent réflexion :

« Je crois en une vie après la mort, tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir, elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais. »

« Le jour où les abeilles disparaîtront, l’homme n’aura plus que quatre années à vivre. »

Cette mise en équation de ses recherches, il l’avait confiée à son ami le zoologue Karl von Frisch qui a passé plus de cinquante ans à observer les abeilles et dont vous pouvez voir le documentaire en noir et blanc décrivant cette fameuse « danse des abeilles » en bas de mon article intitulé : La disparition des abeilles, une réalité dramatique.

 

 

Partager cet article

13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 11:18

Actes Sud

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Luc Jacquet est un réalisateur français. Il est surtout connu pour son film documentaire La Marche de l’empereur, succès mondial pour lequel il a notamment reçu l’Oscar du meilleur film documentaire en 2006. Passionné par l’Antarctique, il s'est consacré à ce continent dans un grand nombre de projets, dont La Glace et le Ciel sélectionné comme film de clôture lors du Festival de Cannes 2015. Essentiellement documentariste, il a réalisé une unique fiction à ce jour : Le Renard et l’Enfant.

Francis Hallé, botaniste et biologiste, est spécialiste des arbres et des forêts tropicales. Il a été professeur aux universités d’Orsay (1960), de Brazzaville (1968), de Kinshasa (1970) et de Montpellier (1971-1999). Il est membre correspondant du Muséum national d’histoire naturelle de Paris et l’auteur de nombreuses publications.

 

Résumé du livre :

Ils commencent minuscules, mais deviendront des géants. On les croit immobiles, et pourtant ils voyagent. On les pense passifs alors qu'ils sont capables des plus remarquables stratégies pour accomplir leur destin. On ose les exploiter jusqu'à leur destruction, mais ils nous survivront. Leur puissance et la richesse de leur monde sont sans égal sur notre planète. Luc Jacquet et Francis Hallé nous entraînent au cœur des forêts primaires tropicales, dans une fascinante odyssée, une éblouissante plongée onirique au-delà du temps et de l'espace, sur sept siècles. De la première pousse aux majestueux monuments qui régissent un monde fourmillant de vie, découvrez le plus secret des univers. Il était une forêt.

À l’occasion de la sortie du film en novembre 2013, ce très beau livre richement illustré complète à merveille le documentaire ci-dessous en présentant l’histoire des différentes formes de vie végétale et animale qui cohabitent depuis des siècles dans les forêts tropicales. Un beau voyage initiatique où l'on découvre un univers incroyable, grouillant de vie, de ses sous-bois à la cime de ses plus grands arbres !

  • Pour feuilleter ce très bel ouvrage, cliquez ICI

 

Pour aller plus loin :

Avec ce film, Il était une forêt, Luc Jacquet nous emmène dans un extraordinaire voyage au plus profond de la forêt tropicale, au cœur de la vie.

Pour la première fois, une forêt tropicale naît sous nos yeux. De la première pousse à l’épanouissement des arbres géants de la canopée en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s’écouler. Il était une forêt offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage resté dans son état originel, en parfait équilibre, où chaque organisme – du plus petit au plus grand – joue un rôle essentiel.

 

 

Depuis des années, Luc Jacquet filme la nature et le monde animalier, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimoine sur les forêts tropicales primaires, un des enjeux écologiques majeurs, véritables poumons verts garants de la vie sur Terre.

  • Film disponible en DVD

 

Pour aller encore plus loin :

  • Lire l’interview de Francis Hallé, lors de la sortie de ce documentaire, sur le site de Kaizen : Le rôle des arbres où il explique ce rôle essentiel que jouent les arbres à l’échelle de la planète.

 

  • La voix est libre du 31 décembre 2017 avec Francis Hallé, botaniste-explorateur, qui a consacré sa vie à faire reculer les frontières de l’inconnu, dans cette aventure humaine et scientifique, endossant le rôle de passeur de découvertes et de connaissances auprès d’un large public, et aussi d’alerteur sur le devenir des forêts tropicales.

Partager cet article

1 août 2018 3 01 /08 /août /2018 17:46

Albin Michel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

 

Bernard Werber est un écrivain, journaliste et réalisateur français né à Toulouse le 18 septembre 1961. Il est notamment connu pour son roman Les Fourmis, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires et la trilogie qui en découla. Il qualifie lui-même ses romans comme de la philosophie-fiction, un genre qui lui est propre.

 

Résumé du livre :

Je me nomme Gabriel Wells. Je suis écrivain de romans à suspense. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu'un que je connais personnellement : Moi-même. J'ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui. Pour résoudre cette énigme j'ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts. Et c'est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.

Gabriel Wells, auteur de best-sellers, se rend compte qu'il est mort. Devenu une âme errante, il veut à tout prix comprendre ce qui lui est arrivé. C’est donc avec l’aide de Lucy Filipini, une médium avec laquelle il rentre en contact, qu’il entend bien découvrir l'identité de son meurtrier.

C’est un roman qui oscille entre polar et paranormal tout en laissant la place à d’intéressantes réflexions philosophiques, humoristiques et scientifiques, avec en prime des intermèdes extraits de l’encyclopédie du savoir relatif et absolu qui viennent agrémenter le tout.

Même si cela ne reste qu’un roman, j’ai bien aimé le regard et certaines des réflexions que se fait Gabriel Wells sur notre monde depuis l’au-delà. C’est une enquête pleine de rebondissements au dénouement plutôt surprenant.

— […] en tant que... "médium", êtes-vous encore connectée à lui ?
— Il m’arrive de lui parler, en effet.
— […] Alors ça veut dire qu’il n’a pas complètement disparu ?
Lucy Filipini se rassoit et saisit un cube blanc dans le sucrier.
— Ceci est un sucre, vous êtes d’accord ?
Elle le jette dans sa tasse et le regarde se diluer dans l’eau chaude de son thé.
— Alors maintenant, laissez-moi vous poser une question : est-ce que le sucre a disparu ? […] La réponse est non. Il a simplement changé de forme. Il est passé de l’état cubique, solide et blanc à l’état liquide, dilué et transparent. Un sens permet de le percevoir : le goût. Eh bien, l’esprit passe de la même façon de l’état perceptible par les yeux à l’état immatériel uniquement repérable par ceux qui ont développé une autre forme de perception.

 

Pour aller plus loin :

20H la culture avec Bernard Werber qui présente son livre "Depuis l'Au-delà".

L'Info du Vrai du 03/10/2017 - Canal +

 

 

Partager cet article

16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 14:13

 

*************************************************

 

Le magazine PARASCIENCES disponible en LIBRAIRIE !

NOUVELLE FORMULE pour ce magazine qui n’est désormais plus réservé qu’aux abonnés. Cette passionnante revue s’est étoffée de plusieurs pages et est entièrement en couleur, nous offrant ainsi des articles de qualités sur du papier glacé !!

Éditorial de Jean-Michel Grandsire (extrait)

« Les abonnés ne devraient pas être déçus. Certes, la forme change avec une maquette plus aérée et que j’ai voulue plus agréable à l’oeil, mais le fond reste le même. Le Courrier des lecteurs est toujours là, Jean Martin n’a pas bougé et la revue n’a en rien perdu de sa profondeur. Au contraire : quelques pages supplémentaires sont là pour vous offrir un complément de bonheur. Que demander de plus ? »

 

Pour consulter le sommaire de cette revue, disponible en librairie
 ou sur leur site, cliquez ICI

 

CHANGEMENT de rythme pour ULTREÏA !

Ce numéro 16 clôture le cycle de la quatrième année de parution. Ce magazine va évoluer en passant d’un rythme trimestriel à un rythme annuel. A compter du n°17 cette revue sera disponible chaque printemps sur leur site et en librairie.

Édito de Florence Quentin (extrait)

« Ce numéro […] vous emmènera au Borobudur, sur les traces de Milarépa, d’Anquetil-Duperron et d’Alexandra David-Néel, au coeur des mystères de Qumrân et de Carnac, dans les arcanes du yoga, de l’art japonais, de la musique en islam, de la beauté pharaonique et de la Philocalia, ou encore sous les ciels de case en Guyane. Mais qui donnera aussi à entendre le précieux – et souvent bouleversant, par l’indignation qu’il suscite – témoignage d’un observateur et acteur essentiel de notre siècle : l’altermondialiste suisse et militant des droits de l’homme, Jean Ziegler. »

Pour consulter le sommaire, cliquez ICI
 Pour feuilleter ce magazine, cliquez ICI

 

 

Inexploré n°39 - Le magazine trimestriel de l'INREES, (disponible en kiosque ou sur leur site.)

"Les rêves pour se transformer : illuminez vos nuits avec un art chamanique !"

Édito de Sébastien Lilli (extrait) :

« Nous vivons une époque où nous manquons cruellement de temps pour réaliser tous nos désirs. Nos souhaits d’évolution ou de mieux-être sont parfois placés au second rang de nos priorités, et le sommeil lui-même est remis en question ! Il faut le savoir, les Français dorment environ une heure et trente minutes de moins qu’il y a quarante ans. Dans notre précipitation, nous oublions que la nuit présente l’unique instant où nos cinq sens sont éteints, où un silence parfait nous invite à la régénération, à la transformation et au dialogue avec d’autres dimensions… »

 

Pour consulter le sommaire et feuilleter ce magazine, cliquez ICI
 

 

Nexus n°117 - A la Une de ce magazine bimestriel (disponible en kiosque ou sur leur site)

"Compteurs Linky : Comment s’en protéger ?"

Édito de Marc Daoud (extrait)

« "Cueille le fruit, mais n’exige rien de l’arbre". Cette phrase m’accompagne depuis un moment. Et si nous apprenions à ne plus rien exiger de l’extérieur, des autres, ni de nous-mêmes ? Ça paraît fou de dire cela alors que l’époque nous imposte, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, tellement de performance, de dépassement de soi, de progrès, d’apprentissage, d’énergie à fournir - pour “évoluer” et “gagner sa vie” - qu’il semble inconcevable de se contenter de ce que l’on est, pire, de s’en réjouir ! Et c’est pourtant ce que nous vous proposons de découvrir dans ce numéro d’été qui aborde le thème du dépouillement personnel. »

 

Pour consulter le sommaire et feuilleter ce magazine, cliquez ICI

 

 

Kaizen n°39 - A la Une de ce magazine bimestriel (disponible en kiosque ou sur leur site)

"La nature, source de spiritualité ?"

« Comment la nature éveille-t-elle nos sens et notre conscience ? Alors que la société "moderne" tend à séparer l'humain de la nature, de nouvelles voies et pratiques de bien-être se développent en France pour nous re-lier à elle. Voyage dans cette nouvelle écologie intérieure et laïque. »

 

Pour consulter le sommaire de ce magazine, cliquez ICI

 

 

Très bonnes lectures estivales à toutes et à tous !!

 

Partager cet article

11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 09:40

Casterman

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Jirô Taniguchi (1947 – 2017) débute dans la bande dessinée en 1970 avec Un Été desséché. Au fil d'une œuvre prolifique, le mangaka le plus apprécié du public francophone a exploré de front une multitude de veines. Le premier volume de Quartier Lointain, qui a remporté lors du festival d'Angoulême 2003 "l'Alph'Art" du meilleur scénario, a également reçu le prix Canal BD des librairies spécialisées. Ce titre, également plébiscité par le public, a été adapté au cinéma et au théâtre. En 2011, Jirô Taniguchi a été nommé chevalier de l'ordre des arts et des lettres. En 2015, le 42e festival d'Angoulême consacre à son œuvre une exposition monographique d'une envergure inédite en Europe.

Résumé du livre :

Qui prend encore le temps, aujourd’hui, de grimper à un arbre, en pleine ville ? D’observer les oiseaux, ou de jouer dans les flaques d’eau après la pluie ? D’aller jusqu’à la mer pour lui rendre un coquillage dont on ne sait comment il est arrivé chez soi ? L’homme qui marche, que l on apprend à connaître à travers ses balades, souvent muettes et solitaires, rencontre parfois un autre promeneur avec qui partager, en silence, le bonheur de déambuler au hasard.

Il n’y a pas beaucoup de dialogue dans cet album, juste quelques phrases anodines échangées ici et là. Mais cette absence de mot fait place au silence, à la sérénité qui se dégage de ces pages.

Au détour de chaque flânerie que fait ce promeneur solitaire, c’est une invitation à la contemplation du monde qui nous entoure. Prendre son temps pour apprécier chaque instant qui passe, le bonheur de déambuler au hasard pour observer les oiseaux, jouer dans les flaques d’eau, grimper à l’arbre, s’allonger sous une nuit étoilée…

Cet album regorge de charme, de quiétude que l’on se surprend à lire au même rythme que cet homme qui marche, admirant chaque détail du dessin, l’élégance que possède Taniguchi dans la précision du trait…

Profitez de ces belles journées d’été pour vous laisser bercer par ses déambulations en apparence anodines, que nous invite à faire l’auteur, car elles sont surtout des invitations à laisser le spectacle du monde nous révéler nos paysages intérieurs.

Un bel éloge à la douceur et à la contemplation que je vous invite à parcourir !

 

 

Pour aller plus loin :

Le documentaire inédit « Dans les pas de Jirô Taniguchi, l’homme qui marche » a été présenté lors de l’exposition « Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve » au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, en janvier 2015.

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche