Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 09:45

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Journaliste, présentateur et auteur, cela fait plus de 30 ans que Yves Carra travaille pour le compte de grands médias audiovisuels en y présentant des matinales d’information, des journaux, des chroniques ou des émissions plus ludiques. Passionné depuis son plus jeune âge par les mystères de la conscience, il anime aujourd’hui l’émission Destins Croisés sur la WebTv de l’INREES.

 

Résumé du livre :

Titane règne en parfait dictateur sur ses millions de sujets qu’il terrorise et manipule avec la conscience stalinienne du travail bien fait. Mais le rêve de son angélique maman adorée, décédée quelques mois plus tôt, va complètement adoucir son intérieur et bouleverser son quotidien de mégalomane pervers. Son problème sera alors de survivre dans un milieu hostile avec son nouveau MOI.

« Dans cette comédie fantastique, tout est inventé et pourtant tout est (presque) vrai »… Yves Carra ne pouvait pas si bien dire, il y a beaucoup d’humour, de jeux de mots et cette histoire écrite, il y a 4 ans, est assez proche de la réalité actuelle…

Imaginez un pays du nord où, de père en fils, règne un dictateur mégalomane, assoiffé de pouvoir qui n’a qu’un seul plaisir faire torturer et exécuter ses concitoyens si ces derniers osent montrer quelques réticences à vénérer sa grandeur suprême.

Bienvenue à Madlande où viennent de se terminer les festivités extravagantes pour célébrer la huitième année de règne de ce "leader adulé" surnommé Titane. À 44 ans, Titane n’a toujours pas d’héritier, mais depuis le décès de sa mère qu’il adorait quelque chose en lui s’est fragilisé. Rien ne se voit à l’extérieur, mais l’absence de son angélique maman qui l’éclairait de son amour le fait sombrer de plus en plus dans la noirceur.

Une nuit, il fait un étrange rêve, son adorable maman vient lui rendre visite. Son regard d’habitude si bienveillant s’est transformé en regard noir, accusateur, envahissant son esprit par toute la souffrance qu’il a pu infliger aux personnes durant toutes ces années.

Titane se réveille en sueur, choqué et abasourdi par le terrible sermon de sa maman. Il est physiquement touché, il vomit, se sent envahie d’une forte fièvre, il a mal à la tête, tout son corps tremble. Il préfère s’aliter, mais ne comprend pas ce qui lui arrive. Les médecins n’ont plus et pense donc à un virus

24 heures après, Titane se réveille métamorphosé, il n’est plus le même, il n’a plus de haine ni de perversité. Toute envie de tuer a disparu, s’est évaporé, laissant place à la bonté, la sérénité. Tout ce qu’il lui reste à faire, c’est de trouver une stratégie pour affronter le regard des autres, de ses mercantiles et belliqueux généraux qui font partie de son ministère, il ne faut surtout pas qu’ils s’en aperçoivent, car l’issue lui serait fatale.

Heureusement pour lui il va très vite constater que cet étrange virus de la bienveillance, il peut le transmettre

Et c’est là que ça devient étonnant, car tout ceci fait écho à la situation actuelle, puisqu’il s’agit d’un virus transmissible au moindre contact épidermique et Titane, que personne n’est autorisé à toucher sans gants, doit maintenant les faire enlever afin de pouvoir changer les consciences

Hélas, ce n’est pas ce genre de contagion qui fait rage aujourd’hui et, en lisant cet ouvrage, je me suis plu à imaginer l’humanité frappée du virus de la bienveillance ; il n’y aurait pas eu de confinement (ou du moins on ne l’aurait pas respecté) ni de distance entre nous, mais des rapprochements, des embrassades. Plus de gants, mais des poignées de main chaleureuses, des rires, des pleurs de joie, car toute sorte de guerre, de cruauté disparaîtraient… « Nos armes seront nos mains et notre objectif l’amour. »

Malgré tout, je pense sincèrement que ce que nous vivons en ce moment nous fait prendre conscience que l’on ne peut plus vivre comme avant. Comme le dit si bien Yves Carra, « L’histoire est en marche, une nouvelle page de l’humanité est en train de s’écrire ».

"Titane" aura une suite et j’ai vraiment hâte de la découvrir, car cette fable contemporaine est une vraie bouffée d’oxygène et je peux vous dire que je l’ai dégustée chaque jour avec le sourire aux lèvres.

 

 

Partager cet article

19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 11:36

Cet article vient en complément de ma rubrique littéraire que vous pouvez retrouver dans le magazine Génération Cités d'Or #04  !

Flammarion

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Stéphane Allix est journaliste d’investigation et auteur des best-sellers Le Test et Lorsque j’étais quelqu’un d’autre. Il a fondé l’INREES, l’Institut de recherche sur les expériences extraordinaires et le magazine Inexploré. Il est en outre le créateur et l'animateur de la série Enquêtes extraordinaires sur M6.

 

Résumé du livre :

« Des décennies de voyage, de confrontation et d'exploration du monde, puis des mystères de notre conscience, m'ont transformé en profondeur et m'ont convaincu de manière très rationnelle que la réalité est vertigineuse et encore pour une large part insoupçonnée, et que la mort est sans doute une sorte d'illusion. Il a fallu pour cela que je commence mon parcours dans l'ombre, que je plonge dans la violence des hommes pour finalement apercevoir la lumière, et goûter à l'apaisement intérieur. Il existe d'innombrables mondes sur la Terre, et d'innombrables facettes à la réalité dont nous ne percevons qu'un fragment. Regardez. » Stéphane Allix

Dès les premières pages, nous suivons ce jeune homme de 19 ans plein d’insouciance parti clandestinement en plein cœur du conflit afghan pour apprendre à devenir reporter de guerre. Ce que Stéphane Allix va vivre là-bas auprès des résistants afghans va le transformer.

« Je suis entouré de visages qui ont vu l’horreur. Ils sont sans âge. Je croise des sourires, mais aussi des regards d’où toute joie semble avoir été aspirée. Je découvre le prix de la guerre. »

Malgré tout, il veut continuer à photographier, relater, partager, à être une passerelle entre les mondes, il veut vivre de sa passion. À travers toutes ces histoires, ces nombreux reportages qu’il rapporte, il réalise à quel point sa culture, son éducation l’ont façonné ; ses premiers voyages l’ont confronté à bien d’autres réalités. La violence, la mort le hantent, l’interpellent, il continuera à être reporter de guerre durant 14 ans.

Et puis un jour, son rêve atteint, Stéphane Allix ressent comme un vide, comme si quelque chose devait se réveiller en lui, quelque chose d’indicible ; une sorte d’appel intérieur à se reconnecter à une réalité invisible… Est-ce grâce à cet éveil, à cette dimension spirituelle qui émerge que Stéphane Allix sera d’instinct faire face à la mort de son frère Thomas ?

Cette mort si dévastatrice, si inattendue qui laisse une profonde blessure dans sa vie l’amène à repartir de zéro pour se consacrer uniquement à la nature de la réalité, en s’interrogeant sur cette conscience indépendante de la matière qui survit après la mort, comme l’évoquent de nombreux témoins lors de leurs EMI.

Ses capacités d’investigations lui permettent d’explorer les frontières de la science en rencontrant des médecins et chercheurs dans le monde, dont les révélations vont l’ébranler de plus en plus.

« Je suis frappé de découvrir combien la posture prétendument rationnelle de notre société consistant à dénigrer des domaines en les qualifiant de “surnaturels” est en réalité imprégnée d’irrationalité et de peurs. Nous sommes pétris de certitudes et préférons souvent refuser l’évidence plutôt que de nous remettre en question. Même quand la science nous y invite. »

Désireux de réunir la science et la spiritualité, Stéphane Allix fonde l’INREES, dont le seul objectif est « d’aider à faire avancer les connaissances sur ces sujets méconnus et souvent mal compris en s’appuyant sur les ressources scientifiques et médicales ».

Cette aventure faite d’enquêtes et d’expériences extraordinaires qui va l’entraîner au-delà de tout ce que ce journaliste cartésien aurait pu imaginer va le transformer, donner du sens à certaines épreuves de son existence qui l’ont rendu plus lucide, plus serein et je trouve que ça se voit dans ses yeux, dans le rayonnement de son visage qui a changé depuis le lancement de l’INREES, surtout ces dernières années où il a su libérer ses fantômes intérieurs.

« J’y ai appris combien regarder l’ombre dans les yeux, si l’on est déterminé et si l’on a le cœur pur, est le seul chemin guérisseur. Les épreuves qui nous attendent sont des chemins offerts pour nous libérer de nos démons. La lumière naît de l’ombre. »

C’est également ce que j’ai constaté. Les épreuves traversées m’ont fait comprendre qu’il y a autre chose de plus subtil, de plus spirituel, et si chacun d’entre nous pouvait éclairer ces parts d’ombres qui nous empêchent d’avancer, d’être qui nous sommes réellement - cette partie immortelle qui ne demande qu’à s’exprimer - alors ce monde qui est notre écho, notre reflet, changera.

 

Pour aller plus loin :

Certaines choses dans la vie sont inéluctables et les épreuves en font partie. Chaque être humain devra faire face au cours de son existence à des drames et des obstacles qui seront autant d’occasions pour lui de grandir ou de se faire anéantir. Comment les épreuves de la vie peuvent-elles devenir une véritable voie initiatique et d’ouverture de conscience pour qui arrive à les transcender ?

 

Lors de ces 10 minutes extraites de la conférence du 03 octobre, Stéphane Allix revient sur ses premiers questionnements sur la vie après la mort, son rapport aux drames, comment les gérer... Ou comment faire émerger la lumière de l'ombre...

 

Partager cet article

15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 13:59

Cet article vient en complément de ma rubrique littéraire que vous pouvez retrouver dans le magazine Génération Cités d'Or #04  !  

Guy Trédaniel

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Le Dr Richard Gunderman est professeur émérite de radiologie, pédiatrie, éducation médicale, philosophie, arts libéraux, philanthropie et études médicales à l’université de l’Indiana. Il est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques.

 

Résumé du livre :

Considéré comme le père de l’électricité moderne, Nikola Tesla est l’un des scientifiques les plus extraordinaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ingénieur, physicien et inventeur, il a déposé plus de 700 brevets au cours de sa vie. Cette biographie richement illustrée révèle les principales théories et inventions de ce génie depuis les rayons X au radar, en passant par la bobine Tesla, la radio ou encore la télécommande. Elle explore ainsi la vie professionnelle et personnelle de cet homme, qui éclaira le monde et s’éteignit après avoir connu tour à tour la gloire, la fortune, la jalousie, le discrédit et la solitude.

Dans ce très bel ouvrage illustré, Richard Gunderman dresse le portrait de cet incroyable et prodigieux inventeur qu’est Nikola Tesla. En tant que physicien et connaissant le "tesla" (l’unité d'induction magnétique), Richard Gunderman a eu envie d’en apprendre davantage sur cet homme.

Durant plusieurs années de recherches, ce qu’il va découvrir de la vie de cet autodidacte va tellement le fasciner que Richard Gunderman décide de rédiger cette passionnante biographie. Grâce à la chronologie en première page, nous remontons jusqu’aux origines de ce génie serbe, à sa venue au monde où sa mère, face à l’éclair sillonnant le ciel, s’est écriée « Il sera un enfant de la lumière ! ».

Dès son plus jeune âge, Nikola Tesla a une imagination débordante qu’il tient de sa mère, Duka Tesla. Après plusieurs événements marquants qui le touchent profondément, Tesla se passionne pour les études de physique et d’ingénierie.

Durant les trois années passées, en tant que chef électricien dans une compagnie de Budapest, Tesla provoque une révolution dans le développement du courant alternatif. Épaté par les innovations visionnaires et pragmatiques de ce jeune inventeur, Thomas Edison l’engage dans sa compagnie où il met au point le courant continu.

Une fois sur place, Tesla fait tout pour le convertir au courant alternatif en lui démontrant la dangerosité et l’inefficacité du courant continu pour la distribution d’électricité à grande échelle. En vain. Tesla démissionne et vend son invention au concurrent direct d’Edison, George Westinghouse. La guerre des courants est lancée.

À partir de là, Tesla, naturalisé américain, brevette la bobine portant son nom et fait divers démonstrations de son système polyphasé à courant alternatif, qui servira à l’éclairage de l’exposition universelle de Chicago.

Persuadé que son système pourrait changer le monde, Tesla décuple son inventivité jusqu’à se lancer dans la construction d’une tour de transmission sur le site de Wardenclyffe qu’il ne pourra, par manque de moyen, mener à son terme.

Les premiers qui le discréditent sont ces propres sponsors, suivis de l’un des financiers les plus éminents et influents de l’époque, J.P Morgan. Saisie par les créanciers, la tour de Wardenclyffe sera démontée.

Sentant que son projet d’énergie sans fil est dans l’impasse, Tesla, affecté par l’injustice que le monde lui fait en honorant ses rivaux, se consacre à d’autres travaux et publication d’articles autobiographiques intitulés "Mes inventions".

Pauvre et marginalisé, les dernières années de sa vie Nikola Tesla les passe seul dans une petite chambre d’hôtel où il s’occupe d’une autre de ses passions, les pigeons. Nikola Tesla s’éteint à l’âge de 86 ans.

N’ayant laissé aucun testament, le FBI séquestre les nombreuses malles de Tesla pour permettre leur examen par un expert du nom de… John Trump, l’oncle du président américain Donald Trump, afin de déterminer leur importance...

Il y aurait tellement à dire sur cet extraordinaire inventeur philanthrope, que je ne peux que vous renvoyer à cet ouvrage captivant, enrichissant et magnifiquement illustré de documents rares venant des archives de Tesla, dans lequel Richard Gunderman révèle tout le cheminement personnel et professionnel, ainsi que les principales théories et inventions de cet homme visionnaire qui a façonné l’avenir de la science et celle de la civilisation moderne.

 

Pour aller plus loin :

4 juillet 1917 - La chute de la tour de transmission de Wardenclyffe qui, comparé au système de Marconi, allait représenter l’une des innovation les plus extraordinaires de l’histoire de la communication. Cet extrait (en anglais) du documentaire primé Tower to the People met en vedette le petit-neveu de Nikola Tesla, William Terbo, et le biographe de Tesla, Marc J. Seifer.

 

Pour aller encore plus loin :

 

Le long métrage de The Current War, réalisé par Alfonso Gomez-Rejon et produit par Martin Scorcese, est inspiré d'un épisode historique qui place le public à la fin du XIXe siècle pour raconter l'opposition entre deux géants de l'industrie électrique. D'un côté il y a Thomas Edison, prêt à illuminer Manhattan de sa technologie, interprété par l'excellent Benedict Cumberbatch. De l'autre il y a George Westinghouse, un homme d'affaire joué par Michael Shannon, qui croit que lui et Nikola Tesla, l'inventeur des réseaux électriques, campé par Nicholas Hoult, ont trouvé la réponse à l'électricité courante. Les trois hommes partent en guerre pour savoir qui aura la domination de ce futur marché industriel.

 

The Current War Bande-annonce VF

Annoncé pour 2017, The Current War a finalement été repoussé suite à la faillite de son distributeur The Weinstein Company. Après un certain temps à errer le film a été récupéré par 101 studios, et a été diffusé le 4 octobre 2019 dans une toute nouvelle version aux États-Unis. A ce jour, ce film n'a toujours pas de date de sortie en France.

 

Partager cet article

12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 18:05

En 2016, des experts ont entrepris une restauration historique du tombeau de Jésus, à l’intérieur de l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, là où la tradition affirme que le Christ a été enseveli. Les travaux visent à réparer, renforcer et protéger la structure en assez mauvais état.

C’est la première fois que cette pierre tombale a été ainsi soulevée depuis, au moins, l’année 1810, lorsque de précédents travaux avaient été entrepris à la suite d’un incendie.

Financé par les principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre, ce projet est né de la nécessité absolue de restaurer l’édifice pour le reconstruire à l’identique, en plus solide.

Le tombeau est situé dans une petite structure connue sous le nom d’édicule qui a été reconstruite en marbre à la suite de cet incendie. Il est soutenu depuis des dizaines d'années par une structure métallique, qui maintient ensemble les blocs de marbre. Mais ceux-ci se désolidarisent sous l'effet, autrefois des intempéries et, aujourd'hui, de l'afflux quotidien de milliers de pèlerins et touristes.

Après avoir soulevé la plaque de marbre devant laquelle les croyants se recueillent, les ouvriers ont découvert une première plaque brisée avec la marque d’un croisé.

 « La chose la plus incroyable a été pour moi le moment où l'on a enlevé la première couche de poussière et qu'on a découvert une seconde dalle en marbre », déclare l'archéologue Fredrik Hiebert du National Geographic, partenaire du projet.

« Cette dalle-là était grise, et non de couleur crème comme la première à l'extérieur, et, en plein milieu, il y avait une croix, superbement gravée. Nous n'avions aucune idée que nous allions trouver cela là », ajoute-t-il.

Pour les experts, archéologues et théologiens, cette récente découverte semble apporter la preuve que ce haut lieu de pèlerinage abrite bel et bien la tombe du Christ dont la construction fut commencée par l'Empereur Constantin au IVe siècle. La présence de cette dalle a permis aux chercheurs d'affirmer qu'il s'agit de la même tombe que celle que les croisés ont vénérée.

Les scientifiques ont également profité de cette ouverture pour collecter des données. Soudain, dans le tombeau du Christ, les appareils ultramodernes mesurant la résonance électromagnétique ne répondent plus.

La professeure Antonia Maropoulou, qui a participé à la restauration, raconte avoir assisté à un phénomène que l’on ne peut expliquer, « La tombe du Christ est une tombe vivante » assure-t-elle.

 

 

Tous les témoignages se résument à la phrase de la belle stance de Pâques Victimae Paschalis Laudes. « J’ai vu le tombeau du Christ vivant. »

Marie-Armelle Beaulieu faisait partie des rares journalistes qui ont vécu le moment historique de l'ouverture du tombeau de Jésus. Personne n’était allé si près depuis deux cents ans… « Je suis entrée et j’ai vu qu’il n’y avait rien à voir. C’est ça qui est extraordinaire. » 

 

 

Oui, ils ont vu le tombeau, d’un peu plus près peut-être, mais comme le font des millions de pèlerins. Ils ont vu un tombeau… vide. Et c’est cette vacuité qui les a comme propulsés dans le mystère de la résurrection.

 

  • Si vous ne l'avez pas déjà vu, je vous invite à visionner le reportage dont vous avez pu voir les extraits ci-dessus en cliquant ICI.

 

Pour aller plus loin :

 "Se représenter le tombeau de Jésus" par Marie-Armelle Beaulieu, rédactrice en chef de "Terre Sainte" magazine.

Partager cet article

8 avril 2020 3 08 /04 /avril /2020 18:19

Il y a quelques jours, je vous ai parlé du livre D’une âme à une autre de Florence Tassoni dans lequel elle témoigne de ses incroyables signes que lui adresse son père depuis son décès.

Florence Tassoni a eu la gentillesse d’accepter mon invitation qui a été enregistrée le jour du décès de mon petit frère, il y a de cela 24 ans. Elle n’était pas au courant, la date s’est imposée d’elle-même, c’est après, en tournant les pages de mon agenda que je m’en suis rendu compte.

Malgré le temps qui passe, nos chers disparus sont toujours à nos côtés pour nous accompagner, nous soutenir à leur façon en nous adressant tout leur amour à travers ces magnifiques et extraordinaires signes, comme ceux qu’a reçus Florence Tassoni.

« Ce qui est infiniment vrai, ce n’est pas le signe qu’on reçoit, mais tout l’amour qu’il contient » Anne Tuffigo

 

Bonne écoute !

 

 

 

 

Pour retrouver mes autres émissions, cliquez ICI

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche