Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 14:03

Des femmes expertes ont la parole

Édition BoD

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Stéphanie Honoré a travaillé comme éditrice en tant que salariée dans une société d’édition internationale pendant plus de 15 ans. Il y a 10 ans maintenant, elle s’est mise à son propre compte en faisant de la gestion éditoriale de projet pour différentes maisons d’édition. Puis elle a commencé à développer le catalogue de divers domaines d’éditeurs en recrutant des auteurs. Pour plus d’information sur son travail ou sur ses prochains événements, rendez-vous sur son site : Stéphanie Honoré

 

Résumé du livre :

Notre monde bouge. Nos consciences s’ouvrent. Nous sommes nombreux à nous questionner sur la conscience et ses états modifiés, à faire des expériences, à suivre des chemins de traverse. Mais au fait, qu’est-ce que la conscience ? Est-elle juste notre capacité à percevoir ou à s’émouvoir, à penser ou se comporter ? Ou bien plus que ça ? Que penser des états modifiés de la conscience comme dans le cas de l’hypnose, des rêves, des sorties hors du corps et des expériences de mort imminente, des mémoires prénatales, de la médiumnité ? La conscience peut être multidimensionnelle et toutes ces facettes-là à la fois. Partons les explorer avec, une fois n’est pas coutume, 12 femmes expertes et passionnantes !

Qu'est-ce que la conscience ? Est-elle notre capacité à percevoir ou à s’émouvoir , à penser ou se comporter ? Ou bien plus que ça ? Est-elle ce que l’on sent ou ce que l’on sait de soi, des autres et du monde qui nous entoure ? Est-elle le reflet de nos perceptions ou de nos projections ? Se loge-t-elle dans le corps ? Si elle se loge hors du corps, où se trouve-t-elle exactement ?…

C’est autour de cette thématique que le 06 octobre 2018 s’est déroulée à Paris une journée exceptionnelle organisée par Stéphanie Honoré qui a réuni 12 femmes d’exceptions venues d’horizons divers, et de domaines différents pour nous parler des multiples facettes de la conscience au travers de leurs parcours passionnants et inspirants.

Ce livre, qui en est la restitution avec en plus des questions-réponses dirigées par Stéphanie Honoré à la fin de chacune de ces interventions, nous permet d’entrevoir que les divers états élargis ou modifiés de la conscience, que ce soit à travers le rêve, l’hypnose, l'EMI etc. nous donnent accès à une tout autre vision de la réalité, imperceptible et inaccessible en temps ordinaire.

J’ai trouvé cette idée formidable de retranscrire ces douze conférences qui sont un prolongement, voire même une découverte pour tous celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas pu s’y rendre. Alors, n’hésitez pas, devenez des explorateurs de l’invisible en parcourant cette face cachée de la conscience !

 

Pour aller plus loin :

Vous avez aussi la possibilité de voir les ouvrages des douze intervenantes en cliquant sur "auteure" ou visionner quelques-unes de ces conférences en ligne sur YouTube en cliquant sur l'image ou sur l'intitulé :

  • Audrey Fella (historienne des religions, journaliste et auteure) nous parle de « Mystique et conscience »

 

Pour commander le livre "La Face Cachée de la Conscience", cliquer ICI

 

Partager cet article

4 décembre 2018 2 04 /12 /décembre /2018 12:07

Les récits de personnes ayant vécu des expériences de mort imminente ou provisoire remontent à l’Antiquité, mais la description médicale la plus ancienne a fait l’objet d’un rapport qui a été rédigé par Pierre-Jean du Monchaux (1733-1766), médecin militaire du Nord de la France, dans la première partie de son ouvrage "Anecdotes de Médecine*" datant de 1762 .

En effet, on peut lire en page 43 un passage dans lequel Pierre-Jean du Monchaux cite le cas d’un cavalier Irlandais qui fut sauvé de la noyade par un Maréchal des Logis qui le retira du fond de l’eau sans connaissance :

Depuis cette époque, il reconnaît l’obligation qu’il a à son libérateur ; mais il assure que sa présence lui inspire une horreur secrète et invincible. Ce sentiment plus fort que lui provient, dit-il, de ce qu’il goûtait dans ce gouffre profond une quiétude délicieuse et inexprimable.

Mais ce n’est pas tout, dans le paragraphe suivant ce médecin cite un autre récit qui évoque l'une des caractéristiques que l'on retrouve dans les E.M.I :

Mr. L. C. un des plus fameux Apothicaires de Paris, eut en Italie, il y a environ vingt-cinq ans, une fièvre maligne, où il fut traité par des médecins et chirurgiens français, et beaucoup saigné. Après la dernière saignée qui fut très copieuse, il tomba en syncope, et y resta si longtemps que les assistants en étaient fort alarmés. Il assure qu’après avoir perdu toute sensation extérieure, il se présenta à ses yeux une lumière si vive et si pure, qu’il se croyait presque au séjour des Bienheureux. Il se rappelle parfaitement cet état, et que de sa vie, il n’a éprouvé un si beau moment.

Pierre-Jean du Monchaux explique que :

Plusieurs personnes de tout âge, et de tout sexe, disent avoir éprouvé quelque chose d’à peu près semblable, dans les mêmes circonstances.

Et d’apporter la réflexion suivante :

Ne serait-ce point d’après quelques observations de cette espèce qu’un Théologien du douzième siècle, a soutenu que tous les hommes aux approches de la dissolution de l’âme et du corps, sont éclairés d’un rayon de la lumière première : Luminositas lucis primæ...

 

Pour aller plus loin :

Ce livre a été publié en 1766 à Lille chez J.B. Henry Imprimeur. Si vous désirez accéder à la page 43 & 44, cliquez sur le symbole "[ ]" afin de pouvoir agrandir le texte et sélectionner les pages concernées à l'aide du curseur.

 

 

Partager cet article

28 octobre 2018 7 28 /10 /octobre /2018 18:23

Ernest Hemingway est bien connu comme étant l’un des plus grands écrivains du XXème siècle. Mais vous pourriez être surpris de savoir qu’il a vécu une E.M.I., une expérience de mort imminente.

En 1917, à 18 ans, incapable de passer l’examen physique militaire en raison d’une faiblesse aux yeux, Ernest Hemingway décide de s’enrôler comme chauffeur d’ambulance pour la Croix-Rouge italienne.

Le 8 juillet 1918, au petit jour, à Fossalta di Piave sur le front austro-italien, pendant qu’il apporte des vivres aux soldats, un tir de mortier autrichien l’atteint grièvement aux jambes. Alors qu’il tente de secourir un camarade, il est par deux fois touché par un tir de mitrailleuse.

Il sera opéré douze fois et hospitalisé durant trois mois à l’hôpital américain de Milan. C’est là qu’il écrit une lettre à sa famille, en faisant la déclaration suivante :

Mourir est une chose très simple. J’ai regardé la mort et je la connais vraiment…

Bien qu’assez vite rétabli sur le plan physique, il eut beaucoup de mal à se réadapter...

Des années plus tard, Hemingway a déclaré à un ami ce qui s’était réellement passé lors de cette fatale nuit de 1918 :

J’ai senti mon âme, ou quelque chose comme ça, qui quittait mon corps, comme lorsqu’on tire un mouchoir de soie de sa poche par un coin. Elle tournoya autour de moi, puis revint, rentra de nouveau dans mon corps et je n’étais plus mort.

Ne sachant pas ce qu’il avait vraiment vécu, Ernest Hemingway restera profondément affecté par cette décorporation.

 

Sources :
Encyclopædia Universalis sur « Le soleil se lève aussi » d’Ernest Hemingway
Magazine Science & Au-delà n°4, octobre 2017 "10 expériences stupéfiantes de mort imminente

Partager cet article

3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 09:10

Dervy

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Danseuse soliste, chorégraphe, metteur en scène et directrice de théâtre. Michèle Malka Lazès est aujourd'hui une sculptrice réputée et signe ses créations "Malka". Une expérience de mort imminente la transmute en "Sculpteur de Lumière". En 2007 Michèle Lazès fonde et dirige l’INAAT, (Institut National d’Art Analyse Transpersonnelle) où elle dispense une formation diplômante en art-thérapie tout en se consacrant aux enfants en difficulté et aux autistes.

Résumé du livre :

Le 3 novembre 1989, Michèle Lazès est victime d'un grave accident de voiture au cours duquel elle vit une expérience de mort imminente (EMI) d'une richesse inouïe qui sera pour elle le début d'un processus extraordinaire. Aujourd'hui connu du grand public, le phénomène fascine parce qu'il semble procéder d'une incursion dans un ailleurs, un "au-delà", ou en tout cas un espace porteur de sens et de transcendance. Pour ceux qui le vivent, et Michèle Lazès ne fait pas exception, cela ne fait aucun doute : le contact avec la "grande lumière" est une apocalypse qui ouvre au témoin un chemin initiatique à partir d'une véritable renaissance spirituelle. Le témoin est transmuté en passeur de lumière et devient l'agent d'un "secret" dont l'origine se perd dans la nuit des temps. Chacun peut accéder au maître intérieur et révéler le soi qui constitue sa nature profonde et universelle. Avec un recul de plusieurs années sur son expérience et son parcours, Michèle Lazès retrace son cheminement, de la danse à la sculpture, de la légèreté à la densité, de "l'âme-hors" à l'amour. À travers l'évocation des mythes, des symboles, des archétypes et des traditions, l'auteure nous fait partager ce cheminement avec passion et brio.

En 1989, Michèle Malka Lazès, danseuse et chorégraphe, est victime d’un grave accident de voiture qui va lui faire vivre une expérience de mort imminente. Se trouvant tétraplégique durant plusieurs années, cette bouleversante expérience de la "Grande Lumière" va l’aider à se reconstruire, à aller au-delà d’elle même. D’étape en étape, c’est un véritable processus d’intégration de l’expérience qui va l’initier vers une compréhension de ses visions, de ses rêves et synchronicités qui ont jalonné son parcours et qui l’ont conduit, en suivant un fil de lumière, à la sculpture et à la création de "L'Art-Analyse Transpersonnelle"

Au fil du récit, Michèle Malka Lazès nous fait partager ses réflexions sur le rôle essentiel du processus d’individuation, cette connaissance de soi qui nous relie à notre essence véritable afin de se libérer de tout ce qui nous entrave pour devenir l’être que nous sommes déjà au plus profond de nous.

Par les divers thèmes qu’elle explore en lien avec l’analyse de ces différentes phases de transformation, c’est un livre d’une grande richesse qui apporte un éclairage, une compréhension sur le sens à donner à notre existence.

Pour autant, nous autres "témoins" d’EMI ne sommes ni des "bonbons fondants" ni des naïfs "embués de rêves", mais des êtres capables de discernement, qui on le difficile travail de slalomer au travers des codes sociaux "figés" par le pouvoir et l’argent, et qui ont le devoir d’aider le plus de personnes possibles à devenir des êtres éveillés, pour ensemble transmettre le sens de l’intégrité et réenchanter l’Humanité de sa beauté sensitive.

 

Pour aller plus loin :

Je vous invite à écouter la passionnante interview de Michèle Malka Lazès sur Fréquence Évasion.

 

Petite info complémentaire :

À paraître en juin 2018  “Maladie d’Alzheimer et état modifié de conscience

 

Le sujet de ce livre est l’accompagnement des malades atteints de la maladie d’Alzheimer. L’auteure a vécu neuf années auprès de sa mère atteinte de cette maladie. Elle a pris conscience que les visions qu’elle avait, comme certains autres de ces malades, n’étaient non seulement pas des hallucinations, produits d’une maladie mentale, mais l’incursion par un état modifié de conscience « dans le vestibule de la mort », qu’elle nomme dans son livre, Une vie après une expérience de mort imminente (Dervy, 2017), « le sas du temps ». Ce lieu qui prépare les âmes au grand passage vers la Lumière afin de les apprivoiser pour qu’elles acceptent la vie après et qu’elles la vivent en toute sérénité.

 

 

 

Partager cet article

27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 15:01

Une des scènes extraite du film Nosso Lar de Wagner de Assis.

 

Les EMI dites négatives ou effrayantes ont été souvent mises de côté et presque ignorées. Voici le témoignage bouleversant d’un homme qui, lors d’un coma, s’est retrouvé dans un endroit des plus terrifiants qu’il qualifie être l’enfer...

 

En dépit de leur nature effrayante, certaines expériences peuvent agir comme un catalyseur, une prise de conscience, comme le démontre le témoignage ci-dessus, elles peuvent induire à la longue les mêmes effets bénéfiques que les expériences agréables, positives. Mais les témoignages se font rares, les personnes sont plus réticentes à partager une expérience traumatisante, même si elles n’ont rien à se reprocher, car, d’après Nancy Evans Bush qui a beaucoup travaillé sur le sujet :

« il n’y a absolument aucune preuve pour soutenir cette conception que seules les mauvaises personnes rapportent de telles expériences. C’est une question logique à poser, mais des personnes qui sont en réalité des modèles dans la société peuvent avoir des expériences effrayantes. Et des personnes que l’on pourrait considérer comme mauvaises peuvent avoir des expériences très agréables. » 

En conclusion, comme l’a expliqué Penny Satori, lors du Colloque sur les EMI qui s’est déroulée à Marseille en 2013  :

« Il est donc bien plus difficile de faire des recherches sur ces expériences, car les gens ne souhaitent pas les exposer. Nous ne pouvons plus les ignorer, car elles sont là, elles surviennent, beaucoup de personnes en souffrent et n’ont personne vers qui se tourner. Il est donc important que nous les prenions en compte. De nouveau, il faut davantage de recherches sur ces expériences et nous devons concevoir des moyens de soutenir les personnes qui les ont vécues. Nous devons les guider vers les thérapies appropriées. Il est donc important de continuer à essayer de comprendre les EMI effrayantes, car les ignorer, c’est échouer à prendre en compte tous les aspects de la psyché humaine. » Penny Satori, infirmière en soins palliatifs, docteur en philosophie, Royaume-Uni.

 

Pour aller plus loin :

Une opération chirurgicale accompagnée d'une anesthésie générale. Jean Gérard DUBOIS rejoint soudainement un gouffre profond et silencieux dans lequel il tombe à grande vitesse. Il est tout à fait conscient et s'angoisse rapidement de cette obscurité totale, de ce silence...

 

Son livre :

Ayant vécu en 2011 une expérience de mort imminente au cours d'une anesthésie et ayant vu, depuis, sa vie bouleversée, l’auteur a décidé d'écrire au jour le jour les suites de ce qui fut pour lui un terrible traumatisme. Ce qui avait commencé comme une thérapie personnelle s'est poursuivi par une véritable réflexion sur la vie, la mort, le sens de la vie... L'E.M.I. terrifiante est comme la face cachée de la lune, on ne la voit pas, mais pourtant… Elle existe ! Ce bouleversant témoignage d’une expérience excessivement rare, s’il ne répond pas à toutes les questions existentielles, a le grand mérite d’en poser quelques-unes ! Ces pages sont également, avec bonheur et non sans humour, un vibrant hommage à la beauté de cette vie et à l'instant présent.

 

Pour aller encore plus loin :

Dans cette vidéo, Sylvie Déthiollaz, docteure en biologie moléculaire et fondatrice du Centre Issnoe de Genève, décrit les trois types d'EMI négatives de Greyson et Bush, des plus rares aux plus fréquentes : l'enfer, le vide éternel et l'inversion de l'expérience prototype. (Pour info, il y a un décalage avec le son)

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche