Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 11:16

Glénat

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Éric Liberge se lance en 1996 dans le projet Monsieur Mardi-Gras Descendres. Il envoie des extraits aux revues PLGOgoun et Golem qui, les premières, publient quelques courts extraits du Petit monde du Purgatoire. Achevé en 1998, le tome 1, Bienvenue !, obtient le Prix Goscinny en 1999. En 2002, il publie Tonnerre Rampant puis Métal, chez Soleil. En 2003, il démarre une collaboration avec Denis-Pierre Filippi, Les Corsaires d'Alcibiade chez Dupuis. En 2008, il publie Aux heures impaires chez Futuropolis. Aux Arènes, il publie Le Cas Alan Turing et les deux volumes de La Jeunesse de Staline. Il a également participé, chez Glénat, aux séries Versailles et L’Art du crime. Entre 2018 et 2019, il dessine les trois volumes de la série remarquée Le Suaire, chez Futuropolis, scénarisée par le célèbre duo Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, et en parallèle, il fait publier Notre Part des Ténèbres aux Arènes, sur un scénario du même Mordillat. Éric Liberge réside en région bordelaise.

Résumé du roman graphique :

À 15 ans, alors qu'il intègre le prestigieux club de rugby de Bordeaux, Julien voit son avenir devant lui tout tracé : il sera rugbyman professionnel. Mais une violente chute au cours d'un match lui fait perdre connaissance et vivre une expérience de mort imminente (EMI : sensation de décorporation suivie d'un état modifié de conscience, parfois consécutive à un état de mort clinique) qui le met sur la piste d'un lourd secret de famille. Revenu de cette expérience bouleversante aux frontières de la vie, il demande à ses proches qui est l'homme qui l'a accueilli au seuil de la mort. Ce dernier dit s'appeler Paul et lui livre un glaçant secret de famille. Entre l'incrédulité des soignants, qui ne voient là qu'un simple épisode hallucinatoire, et le violent déni que ses proches lui opposent, Julien entreprend de soulever une chape de plomb que son père - tyran domestique - maintenait hermétiquement fermée sur le clan familial depuis des années.

À 15 ans, Julien, ce grand gaillard qui a intégré le prestigieux club de rugby de Bordeaux, n’a qu’une seule idée en tête : devenir rugbyman professionnel. Mais l’avenir en a décidé autrement, puisqu’une violente chute sur le terrain le stoppe net dans son élan. Du jour au lendemain, Julien se retrouve à l’hôpital de Bordeaux après avoir fait un arrêt cardiaque de seize minutes.

À son réveil, Julien se confie à sa mère en lui révélant ce qu’il a vu dans cet ailleurs où il a été transporté et où il se sentait en paix, les rencontres qu’il a pu faire, et surtout la révélation d’un lourd secret de famille par un homme qu’il ne connaît pas. 

Depuis cette EMI et malgré le rejet total et violent de son père neurologue qui cherche par tous les moyens à lui effacer la mémoire, le souvenir de cette expérience, Julien va se sentir bien seul, mais, sachant parfaitement que ce qu’il a vécu, et les capacités extrasensorielles qui se développent en lui sont bien plus réels que la simple matérialité, Julien est bien décidé à trouver des réponses.

Dès les premières pages, on se retrouve pris dans l’histoire tellement elle pourrait être du vécu ! Vivre une EMI vous montre la vraie nature de la mort et de la vie, vous revenez dans ce monde transformé, vous n’êtes plus le même.

C’est ce que décrit admirablement bien Éric Liberge à travers ses dialogues, le mal-être des proches, mais aussi par ses dessins qui nous dévoilent une tout autre réalité. C’est un magnifique roman graphique qui, dès le départ, nous ouvre un monde en noir et blanc pour finir vers un monde en couleur où tout devient plus clair, plus lumineux, nous invitant, comme ces protagonistes, à voir le monde autrement.

 

undefined
Cliquez sur l'image pour en feuilleter quelques pages

 

Pour aller plus loin :

En associant habilement le drame familial à la thématique des expériences de mort imminente, Eric Liberge signe en solo un puissant et passionnant récit. Présentation du roman graphique "Le corps est un vêtement que l'on quitte" par l’auteur Eric Liberge.

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Durgalola 08/06/2021 22:12

Un belle bd avec un thème intéressant. Bises

Florinette 09/06/2021 13:30

Tout à fait et si tu as l'occasion de la lire, surtout n'hésite pas !

DANIEL 07/06/2021 15:33

Associer BD et EMI est une belle idée pour mieux faire connaître le phénomène des EMI !

Florinette 07/06/2021 18:52

Je trouve aussi, car pour les personnes qui n'aiment pas lire en général sont bien souvent plus attirées par les BD !

Aifelle 07/06/2021 13:47

Je vais vérifier tout de suite si cette BD est à la bibliothèque. Elle me paraît passionnante. Au départ, j'ai cru que c'était un témoignage.

Florinette 07/06/2021 18:50

J'espère qu'elle y sera, car elle devrait beaucoup te plaire !

Alex-Mot-à-Mots 07/06/2021 12:48

Un graphisme très travaillé.

Florinette 07/06/2021 18:50

Oui, il est vraiment très beau. Après ma lecture, j'ai feuilleté de nouveau la BD juste pour le plaisir de regarder en détail le graphisme.

Jean-Marie GLANTZLEN 07/06/2021 05:54

Il est vraiment très regrettable que des chercheurs de vérités intelligents et bien intentionnés n'aient pas (eu !) le souci du juste mot pour la juste chose en continuant d’utiliser une formulation soi-disant descriptive totalement inappropriée. .

Pour autant qu'il faille encore utiliser le mot « mort » quand on est très logiquement réincarnationniste, la mort, c'est l'abandon définitif et sans retour de la dernière enveloppe charnelle, de notre dernier outil physique d'évolution spirituelle.

En ce sens NDE comme EMI étaient/sont totalement inadaptés puisqu'il y a bien réincorporation.

Hélas, ni l'école, ni l'Université n'apprennent à écouter, écrire et lire critiquement en pesant les mots.

Reconnaissons modestement notre erreur qui a étrangement et regrettablement duré plus ou moins longtemps et parlons "simplement" de SHCCD ou de SHCCV i-e Sortie Hors du Corps dans des Conditions Dramatiques ou Volontaires.

Le mieux serait de renoncer didactiquement à utiliser le mot « mort » pour marquer notre approche non grégaire de la réalité. Nous sommes immortels, il n'y a qu'une vie faite de nombreuses incarnations et inter-incarnations, donc de désincarnations de tout l’être véritable, au sein de notre Ineffable Source et Finalité.

Florinette 07/06/2021 08:57

Je comprends que le mot mort tel qu'on le définit n'a plus beaucoup de sens quand on vit une telle expérience. En même temps, nous nous arrêtons qu'à une seule signification, qui est la fin de la vie alors que dans le Dictionnaire des Symboles, Jean Chevalier stipule bien que la Mort en a plusieurs, dont celle-ci qui se rapproche plus de ce que peut vivre les expérienceurs : La Mort est libératrice des peines et des soucis, elle n'est pas une fin en soi ; elle ouvre l'accès au règne de l'esprit, à la vie véritable. Au sens ésotérique, elle symbolise le changement profond que subit l'homme par l'effet de l'Initiation. etc.

Je pense que nous avons perdu ou détourné le véritable sens de ce mot, même la treizième lame du Tarot symbolise la mort dans son sens initiatique de renouvellement et de renaissance.

annie fugier 06/06/2021 19:10

On dirait le 5ème accord toltèque, ou Don Miguel, qui a vécu une EMP lui aussi, dit qu'il faut oublier le monde faussé qu'on nous a enseigné et vivre le rêve du paradis sur terre, remettant en cause tout ce qu'on nous a appris.

Florinette 07/06/2021 08:56

C'est bien souvent le leitmotiv de toutes les personnes qui vivent cette expérience !

Béa kimcat 06/06/2021 17:15

Je note !
Merci ma chère Florinette
Je t'embrasse

Florinette 07/06/2021 08:36

Je t'en prie ma Béa !
Bisous

gazou 06/06/2021 14:47

Je vais m'acheter ce livre

Florinette 06/06/2021 15:40

Tu fais bien, car tu ne seras pas déçue !

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche