Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 14:35

Éditions de La Martinière

Ce qu'il faut avant tout savoir :

La voyance - Jocelin Morisson

Jocelin Morisson est journaliste scientifique depuis vingt ans et a collaboré à de nombreuses revues et magazines (Inexploré, Nexus, Le Monde des religions, Nouvelles Clés, La Vie, VSD hors série). Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages sur le thème des états modifiés de conscience et de la parapsychologie scientifique, dont Intuition et 6e sens, aux éditions de La Martinière (2013). Son site : www.jocelinmorisson.fr

Résumé du livre :

La voyance fascine depuis toujours et elle n'a pas disparu du monde moderne. Les arts divinatoires ont des racines anciennes et multiples : Le Yi Jing chinois, le Tarot occidental ou encore les pratiques de la Grèce antique. Mais la voyance a aussi un visage très contemporain dans des domaines inattendus tels que "L'espionnage psychique" ou les enquêtes de police. De son côté, la science n'a pas manqué d'approcher le phénomène par ses nombreuses facettes. Des manifestations particulières comme les états modifiés de conscience ou "l'ouverture du troisième oeil" sont également liées à des phénomènes de voyance. Comment les voyant(e)s accèdent-ils à ces informations ? Quel est leur parcours, leur vécu ? Qu'est-ce qu'un voyant sérieux ? Quels sont les risques à consulter un voyant ? Autant de questions qui restent pleinement actuelles. Dans cette enquête extraordinaire aux frontières de l'occulte, l'auteur nous entraîne sur les chemins multiples du continent Voyance, si riche et mystérieux.

Il existe un grand nombre d'expériences qui se produisent autour de nous et bien souvent nous les qualifions de surnaturelles en les rejetant, car elles dépassent notre compréhension, ou en les accueillant avec fascination. Cette enquête journalistique nous présente une autre façon d'aborder un de ces phénomènes qui est la voyance en essayant d’en comprendre son mécanisme, sa signification et son implication dans la nature humaine au travers de divers témoignages et d’expériences scientifiques qui montrent que « la voyance est une réalité incontournable et non une question de croyance. » C'est donc un rigoureux et remarquable travail d'enquête que Jocelin Morisson a mené, car il nous invite à réfléchir sur nos convictions et notre rapport à la réalité.

 

Pour aller plus loin :

 

J’y explore les multiples visages de la voyance en partant du vécu de quelques voyant(e)s plus ou moins connu(e)s, leurs parcours, leurs pratiques et leurs ressentis. Puis je m’intéresse aux racines, ésotériques et initiatiques, du tarot, et à celles du Yi Jing, fondées sur une conception cyclique du temps. J’évoque également la pratique de la voyance dans la Grèce antique ou en lien avec le chamanisme. La vision à distance est présentée à travers le dossier fameux de « l’espionnage psychique » et de ses autres applications contemporaines. Je consacre un chapitre à la notion d’ouverture du troisième œil, associée à la clairvoyance dans diverses traditions et vécue de façon spontanée par des personnes, souvent jeunes, à partir d’une « crise » d’une nature ou d’une autre. J’explore enfin le dossier des « preuves » de l’existence de la voyance, d’abord avec l’évocation de nombreux travaux de parapsychologie scientifique, mais aussi en m’intéressant au recours à la voyance dans le cadre d’enquêtes de police. Enfin, ma conclusion porte sur la nature du temps. Maintes traditions spirituelles nous disent qu’il s’agit d’une illusion, et la physique contemporaine semble en voie de le confirmer !

Parution de "La voyance" sur le site de Jocelin Morisson

Partager cet article

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 10:46

 

Éditions Eyrolles

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Secrets de sourcier - Bernard Blancan

Bernard Blancan est acteur dans plusieurs courts-métrages d’Yves Caumon. C’est le film Indigène de Rachid Bouchareb qui le révèle au grand public. Pour ce film, il sera couronné du prix d’interprétation au Festival de Cannes en 2006. En 2011, il réalise un documentaire de 52 minutes, Retour aux sources qui retrace son apprentissage de sourcier, comme métaphore de la rencontre avec son père biologique, lui-même sourcier. En 2012, il publie deux livres, Secrets de sourcier, aux Éditions Eyrolles et Journal d’un comédien, du footing aux palmes chez Jacques Flament.Il vient également de publier son troisième livre Si j’étais guérisseur aux Éditions Eyrolles.

Résumé du livre :

« La seule chose qui différencie un sourcier d'une autre personne, c'est sa passion et son expérience... » Voici donc un mode d'emploi clair et précis de la sourcellerie ! Apprentis sourciers, ou amateurs curieux, ce livre est fait pour vous. Loin de mystifier la profession et sans la galvauder pour autant, il tente avec justesse d'équilibrer le propos entre croyance, superstition, réalités scientifiques et petites anecdotes. Des pas à pas vous feront vous prendre au jeu, pour devenir sourcier à votre tour...

Ayant fait l’expérience un jour de chercher de l’eau avec des baguettes, je me souviens de mon étonnement quand je les ai sentis se tordre sans pouvoir les retenir, comme si une force invisible agissait…

Ce que j’ai aimé dans cet ouvrage, c’est qu’il nous permet de comprendre comment tout ceci fonctionne en levant le voile sur cette pratique jugée encore trop ésotérique, puisque l’on confère encore aujourd’hui au sourcier un statut particulier de devin, voire de sorcier, alors que pour Bernard Blancan nous possédons tous cette faculté de ressentir la présence de l’eau.

Cela vient sans doute de notre manie de tout ranger dans des cases, mais aussi de notre regard sur eux qui en fait des êtres exceptionnels. Je pense pour ma part que nous avons tous cette faculté.

Son objectif n’est donc pas de former, mais d’offrir les outils pour une initiation facile :

Je mènerais l’initiation de façon didactique par endroits car c’est un passage obligé, mais aussi en témoignant ça et là de ma propre expérience.

C’est donc une approche plus pragmatique de cette pratique qu’expose dans ce guide l’auteur en avançant des explications plus terre à terre rejetant ainsi tous les éléments qui ne se réfèrent qu’à la croyance. Car même si le phénomène sourcier n’a jamais été avéré par la science, il ne peut s’empêcher de ce demander si cette dernière peut tout expliquer vu qu’elle est loin d’avoir livré toutes ces connaissances sur le fonctionnement du cerveau humain. Donc, même s’il y a aujourd’hui aucune explication valable, les résultats sont là, mesurables et vérifiables comme le démontrent certaines de ses expériences qui vont parfois bien au-delà que la simple recherche de l’eau…

 

Pour voir le film dans son intégralité, rendez-vous sur le blog de Bernard Blancan

En 2006, je rencontre pour la première fois mon père biologique. Il est sourcier. Je le deviens. Le film mêle mon apprentissage sourcier au lien qu'il tisse entre nous deux. Au-delà, il interroge le spectateur sur son rapport à l'univers, à la famille, à la croyance.

Pour aller plus loin :

Première partie de l'interview de Laetitia et Yann-Erick du blog Elévation sur la Web-TV Etoiles du Coeur avec le comédien Bernard Blancan parlant de ses 2 livres : "Secrets de sourcier" et "Si j'étais guérisseur".

Pour visualiser la suite, reportez-vous sur le blog d'Elevation !

Partager cet article

21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 17:11

 

Synchronicité

Macro Editions

Ce qu'il faut avant tout savoir :

M.-Teodorani.jpgMassimo Teodorani, astrophysicien, est docteur en physique stellaire. Il a travaillé auprès des observatoires de Bologne et au radiotélescope du Centre National de la Recherche médicale. Au niveau de la recherche opérationnelle, il s'est occupé de nombreux types d'évènements explosifs en milieu stellaire et s'est récemment consacré à la recherche de planètes extrasolaires et d'intelligence extraterrestre. Massimo Teodorani s'intéresse aussi activement à l'étude de la physique des phénomènes aériens et atmosphériques anormaux (boules de lumières). En tant que divulgateur scientifique, il a publié 15 livres et rédigé plusieurs articles, il est également l'auteur de plusieurs biographies de scientifiques innovants. Il enseigne actuellement la physique à l'Université de Bologne.

Résumé du livre :

De mystérieux événements synchrones semblent parsemer nos vies. Tandis qu'une pensée affleure, un fait, qui renferme toujours un sens profond dont le but est de conduire nos vies vers leur destin, se produit à l'improviste, dans un synchronisme parfait. L'objectif de ce livre est de démontrer que le phénomène de la «synchronicité» est depuis longtemps étudié, en particulier par les physiciens quantiques. Ces recherches plongent leurs racines dans l'alliance durable et harmonieuse entre le grand psychologue analytique Carl Gustav Jung et le physicien quantique Wolfgang Pauli. Les recherches actuelles tendent à prouver que tout semble se mouvoir de façon harmonieuse dans le monde naturel, mais que cette harmonie est parfois soudainement brisée par des événements symboliques chargés de sens qui nous rappellent que nous ne sommes pas que des êtres de matière et que le principe de l'univers se situe dans une conscience universelle que Jung avait déjà découverte et dont il parlait sous la forme de l'inconscient collectif, l'origine de toutes les synchronicités. Un livre qui s'adresse à tous les passionnés de physique et de psychologie, à tous ceux qui sont fascinés par les phénomènes qui lient l'esprit et la réalité. À ceux qui ne se contentent pas d'attribuer des phénomènes parfois incroyables au hasard et qui veulent en savoir plus en puisant dans les connaissances de personnages scientifiques éminents. À ceux qui sont attentifs et sensibles aux interconnexions entre les différentes disciplines du savoir et qui affrontent le monde avec l'esprit d'un chercheur et d'un découvreur.

 

stylo bleu reduit

Cet ouvrage traite du principe de synchronicité, phénomène mystérieux et extraordinaire, qui accompagne l'homme dans son histoire et constitue son seul lien réel avec son origine spirituelle. La synchronicité revêt plusieurs formes : généralement connue pour rattacher l'état d'âme particulier d'un individu à un fait simultané, riche de sens et tenant lieu de guide dans la vie de cette personne, ce phénomène peut aussi concerner une collectivité et, s'il est compris et vécu sous le bon éclairage, être la principale source de transformation de l'humanité toute entière.

« L'humanité commence à comprendre que l'univers n'est pas un froid mécanisme sans finalité, régi par le hasard, mais que c'est la maison de la Vie au sens le plus large du terme. La dimension qui se cache derrière la théorie quantique n'est pas affaire de physique. C'est une dimension de la vie, une vie comprise comme un lien synchrone harmonieux entre la matière de notre corps et la substance éternelle de notre esprit. Pour pouvoir explorer ce monde total, nous devons nécessairement dépasser notre vision causale des choses et accepter que la psychologie des profondeurs, ainsi que la parapsychologie, ne soient pas des éléments disjoints de la réalité, mais qu'elles en fassent partie intégrante. »

Ce livre nous démontre que la synchronicité n'est ni une affaire de coïncidence ou de hasard, ni une illusion, mais qu'elle a sa racine scientifique dans l'esprit de deux grands génies de la première moitié du 20e siècle, Carl Gustav Jung et Wolfgang Pauli, qui se rencontrèrent précisément par synchronicité pour construire un modèle explicitant l'un des plus grands mystères de l'existence humaine.

Même si certains passages m'ont semblé ardus, cela ne m'a pas empêchée de continuer ma lecture emportée par les explications passionnantes et éloquentes de l'auteur qui actuellement, parallèlement à ses recherches en astronomie, étudie depuis plusieurs années des phénomènes aériens et atmosphériques anormaux (ovnis, crop circles) sans oublier ces mystérieuses apparitions lumineuses qui surviennent à Hessdalen en Norvège. 

« Cette recherche se poursuit encore au travers d'enquêtes que j'effectue en d'autres endroits du monde. Je ne sais pas où tout cela me conduira, je devrai sans doute affiner ma sensibilité aux prochains phénomènes de synchronicité. Mais j'ai compris qu'en embrassant ces incroyables miracles qui éclairent soudain notre quotidien, nous nous apercevons que nous sommes sur un chemin qui nous conduit vers un but, un destin. Nous ne sommes plus alors de passives marionnettes, mais participons activement à notre vie et à l'univers dans son ensemble. »

 

Pour aller plus loin :

 

  • Et si les coïncidences avaient un sens ? Notre monde fourmille de coïncidences qui peuvent être frappantes. Carl Gustav Jung a défini la synchronicité comme une coïncidence temporelle de deux ou plusieurs événements sans lien causal entre eux et possédant un sens identique ou analogue. Quel est donc le sens de ce lien, qui ordonne la matière comme une danse, sans logique apparente ?

 

  • Synchronicité : face visible de l'inconscient collectif ? De mystérieux événements synchrones semblent parsemer nos vies. Les recherches actuelles tendent à prouver que tout semble se mouvoir de façon harmonieuse dans le monde naturel, mais que cette harmonie est parfois soudainement brisée par des événements symboliques chargés de sens... Le principe de l’univers se situerait-il dans une conscience universelle ?

 

 

Partager cet article

27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 09:36

 

Intuitio et 6e sens

Éditions de La Martinière

Ce qu'il faut avant tout savoir :

J.Morisson.jpg Jocelin Morisson est journaliste scientifique depuis vingt ans et a collaboré à de nombreuses revues et magazines (Inexploré, Nexus, Le Monde des religions, Nouvelles Clés, La Vie, VSD hors série). Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages sur le thème des états modifiés de conscience et de la parapsychologie scientifique.

Résumé du livre :

Comment comprendre qu'une maman ressente à distance le danger imminent qui menace son bébé ? Que des superflics fassent plus confiance à leur intuition qu'à leur raisonnement en situation de crise ? Que des jumeaux semblent capables de communiquer par télépathie ? Des milliers de témoignages montrent que l'intuition constitue non seulement une réalité de chaque instant, mais surtout une aide et un guide précieux pour nos parcours de vie, bien que sa nature et ses mécanismes échappent toujours à notre compréhension. Prémonition, télépathie, vision à distance, voyance... sont les manifestations d'une même faculté naturelle dont nous sommes tous dotés et que nous pouvons tous développer. Avec des avis d'experts, cette enquête extraordinaire à la frontière de la psychologie révèle la diversité et la richesse de notre 6e sens, et nous apprend à utiliser notre cerveau intuitif.

stylo bleu reduit

Ce livre, qui se divise en trois parties, nous propose d'observer la diversité et la richesse des manifestations du sixième sens. Cette première partie aborde donc ce "sixième sens au quotidien", c'est-à-dire ces intuitions qui nous aident et nous guident dans la vie et les fameuses synchronicités, ces situations où les événements du quotidien semblent conspirer pour nous adresser un message.

La seconde partie propose d'approfondir le thème de l'inspiration créatrice en général et la troisième partie nous conduit sur les traces des scientifiques les plus aventureux : ceux qui se sont risqués dans les territoires incertains de la conscience et de la perception extrasensorielle. Une enquête passionnante qui nous invite à une remise en question de nos certitudes en nous permettant de voir le monde autrement.

 

Pour aller plus loin :

De l'intuition à la voyance, en passant par l'inspiration, la créativité et même le génie, le sixième sens est une réalité, bien que sa nature et ses mécanismes échappent toujours à la science. Prémonition, vision à distance, télépathie... sont toutes les manifestations d'une même faculté naturelle, l'intelligence intuitive, dont nous sommes tous dotés et que nous pouvons tous développer. Des dispositions mentales adéquates améliorent cette intuition, provoquent des synchronicités et peuvent conduire à des perceptions extrasensorielles.

 

 

 

Pour aller encore plus loin :

Joe McMoneagle est l'un des médiums recrutés par la CIA dans le cadre du fameux «projet stargate», dont la création a été décidée pour riposter aux travaux sur le paranormal menés par les Russes, en pleine guerre froide. Exploitées par la CIA, ses perceptions extrasensorielles donnent des résultats surprenants qui lui valent d'être décoré par «la légion du mérite» américaine, une récompense qui vient couronner le travail qu'il a accompli. (extrait)

 

L’INREES a invité l’espion extrasensoriel le plus décoré des Etats-Unis : Joe McMoneagle. Pour revoir cette conférence, cliquez sur l'image ci-dessous,

joe3.jpg

ou lire son interview sur le site de l'INREES : Le sixième sens vu par un espion extrasensoriel

 

Partager cet article

26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 12:14

De nombreux artistes disent avoir rêvé certaines de leurs œuvres. D’autres racontent vivre des états mystiques et seraient comme connectés à d’autres dimensions qu’ils considèrent source de leur inspiration créative.

 

akiane.kramarik.jpg

Depuis l’âge de 4 ans, Akiane Kramarik peint des visages, des regards, des scènes de vie, des animaux et des paysages, avec un réalisme, une émotion et une profondeur à couper le souffle. Si la jeune prodige, aujourd’hui âgée de 18 ans, n’a jamais reçu d’éducation religieuse, elle a toujours prétendu être transcendée par Dieu.  

« Dès l’enfance, j’ai eu de nombreuses visions aux couleurs vibrantes que j’ai reproduites en peinture. Puis, par une nuit froide étoilée, j’ai été réveillée par un souffle à la fois léger et intense. Là, j’ai conversé avec Dieu et visité le Paradis. Depuis, il me guide et m’inspire dans mon art. »

Akiane Kramarik est loin d’être un cas isolé. Depuis toujours, de nombreux artistes – peintres, musiciens, sculpteurs, écrivains, acteurs... - disent avoir eu l’impression de ne pas être à l’origine d’une œuvre qu’ils ont pourtant créée. La plupart tireraient leur inspiration de leurs rêves, ou lors de moments privilégiés de grâce.

Rêver une oeuvre :

Giuseppe Tartini (1692-1770), violoniste et compositeur italien, rêva que le diable était devenu son esclave. Dans son rêve, il lui donna un violon et, à sa grande surprise, le diable se mit à jouer : 

« une sonate d'une telle beauté exquise que cela dépassait les limites de mon imagination », témoignait-il.

Au réveil, Tartini se rappela de la musique du mieux qu'il le pu et composa la célèbre Sonate des trilles du Diable.

Richard Wagner (1813-1883), compositeur allemand, décrivant son opéra Tristan et Yseult, confiait à l’époque:  

« Pour une fois, vous allez entendre un rêve, un rêve que j'ai mis en musique... J'ai rêvé tout cela. Jamais ma pauvre tête aurait pu inventer une telle chose délibérément. »

En septembre 1853, pendant une sieste, il conçut le prélude pour orchestre de L'anneau du Libelung. En mai de l’année suivante, il termina l'opéra en entier.

Robert Louis Stevenson (1850-1894), écrivain britannique, auteur de l'Île aux trésors, constata très jeune qu'il pouvait rêver des histoires entières et même continuer un même rêve les nuits suivantes pour lui trouver une fin différente ou affiner une intrigue. Dans son autobiographie, Across the Plains, Stevenson écrit que ses rêves étaient produits par des petits bonhommes qui travaillaient toute la nuit, jouant devant lui des morceaux d'histoire sur un petit théâtre illuminé. C’est ainsi qu’est né L’Etrange cas du Doctor Jekyll et Mister Hyde.

Autre exemple, plus récent, celui du réalisateur américain James Cameron qui aurait, lui aussi, trouvé l’inspiration dans ses rêves pour réaliser le film Avatar. Or, qu’est-ce que le rêve en parapsychologie ? Ce n’est rien d’autre qu’un état modifié de conscience qui se révèle être un terrain très favorable aux expériences de télépathie, d’intuition et de prémonition, et permet d’avoir accès à des sources intarissables d’informations.

État de grâce, état de transe :

Le rêve n’est pas le seul état modifié de conscience à travers lequel les artistes sembleraient trouver l’inspiration créatrice. Certains, pourtant bien éveillés, disent vivre des moments de transcendance.

Dans son autobiographie, L’homme qui avait bâti sa maison sur le sable, le chanteur Michel Delpech raconte lui aussi son expérience :  

« Lorsque je compose des chansons, je me trouve parfois dans des états particuliers, une espèce d’état de grâce. Je me demande comment l‘inspiration me vient et d’où elle vient. J’ai la sensation d’entrer en communication avec des sphères inconnues et d’être mystérieusement aidé dans ma création, comme si une alchimie extérieure accomplissait une part de mon travail. Il s’agit d’un phénomène étrange, commun, je crois, aux artistes. Sans le savoir, je suis une sorte de mystique à l’écoute d’un absolu. »

Un autre chanteur français, Laurent Voulzy, avouait lui aussi, lors d’une interview, avoir cette impression de ne pas se sentir auteur de ses œuvres mais d’être comme connecté par le haut de la tête à quelque chose de « plus grand que lui » qui lui « envoie » ses musiques et ses textes. Comme s’il ne composait plus mais qu’on composait pour lui.

Dans son livre Psi Enquête sur les phénomènes paranormaux, le journaliste Erik Pigani s’est intéressé de près à l’inspiration créatrice des artistes. Pour rédiger cet ouvrage, l’auteur a recueilli les témoignages de plus de cent cinquante personnalités qui lui ont fait part de leurs propres expériences, leurs propres visions sur leur art, et leur incroyable mode de création :

« Du néant surgit parfois des souffles brûlants qui embrasent le cerveau de certains hommes faisant crépiter mille et une idées pleines de songes, de sons et de couleurs, reflets d’un univers mystérieux, inaccessible au commun des mortels, écrivait-il. Parfois même ce souffle s’empare de leur corps tout entier, le faisant tourner, chanter et danser comme s’ils étaient subitement animés par la force des dieux. A travers ces hommes, c’est la Vérité qui s’écoule, non pas celle de la pensée mais celle qui, au-delà des émotions exprime l’Etre. A travers eux, c’est l’univers qui parle et se manifeste, non sous forme de savants calculs et de superbes théories, mais d’images et de vibrations. »

De nombreux acteurs et chanteurs, lorsqu’ils interprètent un rôle ou une chanson en public, disent également entrer dans un état « quasi mystique ». Comme la chanteuse Fabienne Thibeault, voix mythique de Starmania, qui raconte avoir souvent l’impression de se dédoubler sur scène : 

« C’est comme si nous étions deux, comme si je n’étais plus toute seule. Et cette sensation n’est pas un simple fait anecdotique. C’est un événement important qui dépasse de loin la force des états émotionnels habituels. », confiait-elle.

Erik Pigani écrit :

« Les arts de la représentation sont, par excellence, une transition, un médium, entre notre réalité quotidienne et d’autres types de réalités. La preuve : la scène permet à certains interprètes d’expérimenter spontanément de très particuliers phénomènes psychiques. (...) Est-il possible de définir cet état ? Si la sensation de dédoublement peut être comparée à une sortie de corps, et l’impression d’être investi par une force extérieure à la médiumnité, la catégorie la plus approchante est probablement la transe. Il ne faut pas prendre cette expression au sens péjoratif : depuis l’aube des temps, les hommes connaissent cet état mystique particulier, cette expérience transpersonnelle par excellence qui leur permet de s’entretenir avec les dieux et de recevoir des messages du cosmos. »

Le célèbre psychologue américain Charles Tart, connu pour ses recherches sur les états modifiés de conscience et la parapsychologie, confirme, expliquant que :

« la transe est un processus naturel à l’être humain qui permet de dépasser ces limites et d’entrer en contact avec la totalité de notre être et avec les mondes invisibles. »

Les artistes : des sujets PSI ? :

Les artistes auraient-ils plus de facilité à s’ouvrir sur d’autres dimensions, à avoir des capacités extrasensorielles et à vivre des expériences extraordinaires ? Seraient-ils des sujets PSI ? Erik Pigani en est convaincu :  

« Les artistes seraient deux fois plus doués que la moyenne d’entre nous ! Les musiciens, plutôt introvertis et à l’écoute de leurs sentiments intérieurs, sont de bons télépathes ; les acteurs, plutôt extravertis, expriment clairement leurs intuitions ; les dessinateurs, qui ont l’habitude de visualiser, ont des facilités pour la clairvoyance ; les romanciers, surentraînés à imaginer intérieurement des scénarios, ont souvent des prémonitions… En 1997, une expérimentation réalisée avec cent vingt huit artistes à l’université d’Edimbourg, en Ecosse, a montré que les plus créatifs étaient les plus réceptifs. Pourquoi ? Parce que les qualités psychologiques de la créativité sont celles qui permettent l’apparition du psi : être ouvert à ses émotions, être enthousiaste pour toute nouvelle expérience, être capable d’empathie avec les autres, être tolérant et ne pas avoir peur de son imaginaire. »

Lire l'article sur le site de l'INREES

Pour aller plus loin :

Cette vidéo est en anglais, mais je vous conseille de la visionner rien que pour admirer les oeuvres de la jeune Akiane Kramarik !

Et son site : Akiane Kramarik

 

couv 22

 

PSI, Erik Pigani

Presses du Châtelet (Mai 1999)

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche