Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 17:55

Albin Michel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Prix Goncourt, Grand prix du Théâtre de l'Académie française, Prix Science-Frontières de la vulgarisation scientifique, Didier van Cauwelaert qui est un auteur prolifique aimant sortir des sentiers battus, a participé à de nombreuses expériences avec des chercheurs renommés sur les états modifiés de conscience et les pouvoirs de la pensée.

Résumé du livre :

« Je suis la voyante la plus en vue du pays et, depuis hier midi, je ne vois plus rien. » Pourquoi, après vingt-cinq ans de cohabitation, l’esprit qui hante Chloé l’a-t-il soudain quittée pour sauter dans la tête d’un garçon de café, Zac, apiculteur à la dérive qui ne croit en rien ? La situation est totalement invivable, pour elle comme pour lui, d’autant que cet esprit qui s’est mis à le bombarder d’informations capitales et pressantes n’est autre qu’Albert Einstein… Dans une comédie romantique haletante où la spiritualité s’attaque aux enjeux planétaires, Didier van Cauwelaert invente avec bonheur une nouvelle forme de triangle amoureux.

« J’ai perdu Albert ! » se dit la médium Chloé dans son for intérieur quand elle réalise qu’elle ne l’entend plus. Lui, Einstein, cet éminent scientifique qui cohabite avec elle depuis l’âge de douze ans dans le seul but de lui servir de porte-parole dans son combat contre les armes nucléaires auprès des responsables politiques et autorités de l’armée.

Ce cahier des charges impossible que je me suis fixé durant mon incinération : désarmer les nations, sauver la planète, redonner aux hommes les clés de leur destin qu’ils se sont laissé voler par les religions, les idéologies, l’inculture et la peur…

Puis un jour, sans crier gare, Albert quitte Chloé pour se réfugier dans la tête de Zac, un garçon de café et jeune apiculteur à la dérive, afin de l’aider à empêcher que les abeilles disparaissent. Mais ce dernier n’apprécie pas d’être ainsi squatté et essaye par tous les moyens de s’en débarrasser, alors que de son côté Chloé est prête à tout pour le récupérer…

Voilà un roman que j’ai dévoré d’une traite tellement on se demande ce que veut réellement Albert Einstein qui se dévoile au fil des pages abordant des sujets très sérieux tels que l’avenir de l’humanité.

De plus, j’avais très envie de lire ce livre, car, comme le précise Didier Van Cauwelaert à la fin de son ouvrage, ce roman est devenu presque une réalité… En effet, pendant qu’il le rédigeait, Albert Einstein s’est réellement manifesté à travers Marie-France Cazeaux, infirmière et médium. Cette dernière l’a appelée en déclarant qu’elle avait un message à lui communiquer... (que vous pouvez découvrir ci-dessous dans l’émission d’Europe 1).

Puis, à l’instar de son héroïne Chloé, Albert quitte Marie-France Cazeaux pour “travailler” avec Geneviève Delpech une autre médium plus ouverte aux questions scientifiques. Ce qui a poussé Didier van Cauwelaert à soumettre à certains scientifiques les équations reçues, puis relater cette incroyable histoire dans le livre “Au-delà de l’impossible”.

 

Pour aller plus loin :

Didier van Cauwelaert a réalisé l’adaptation cinématographie de son roman qui sera sur les écrans le 12 septembre prochain.

Bande Annonce (Comédie, 2018) Stéphane Plaza, Julie Ferrier - © 2018 - StudioCanal

 

Pour aller encore plus loin :

Sur Europe1, l'écrivain a raconté les étranges coïncidences entre son livre et les visions d'une amie infirmière, alors qu'il était en pleine écriture de son nouveau roman.

 

Albert Einstein est-il toujours parmi nous ? On pourrait le croire à lire Didier Van Cauwelaert, qui se passionne pour les travaux du physicien, mais aussi pour la nature et l'environnement.

 

 

Pour conclure :

Voici deux citations d’Albert Einstein qui demandent réflexion :

« Je crois en une vie après la mort, tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir, elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais. »

« Le jour où les abeilles disparaîtront, l’homme n’aura plus que quatre années à vivre. »

Cette mise en équation de ses recherches, il l’avait confiée à son ami le zoologue Karl von Frisch qui a passé plus de cinquante ans à observer les abeilles et dont vous pouvez voir le documentaire en noir et blanc décrivant cette fameuse « danse des abeilles » en bas de mon article intitulé : La disparition des abeilles, une réalité dramatique.

 

 

Partager cet article

1 août 2018 3 01 /08 /août /2018 17:46

Albin Michel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

 

Bernard Werber est un écrivain, journaliste et réalisateur français né à Toulouse le 18 septembre 1961. Il est notamment connu pour son roman Les Fourmis, vendu à plus de 20 millions d'exemplaires et la trilogie qui en découla. Il qualifie lui-même ses romans comme de la philosophie-fiction, un genre qui lui est propre.

 

Résumé du livre :

Je me nomme Gabriel Wells. Je suis écrivain de romans à suspense. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu'un que je connais personnellement : Moi-même. J'ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui. Pour résoudre cette énigme j'ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts. Et c'est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.

Gabriel Wells, auteur de best-sellers, se rend compte qu'il est mort. Devenu une âme errante, il veut à tout prix comprendre ce qui lui est arrivé. C’est donc avec l’aide de Lucy Filipini, une médium avec laquelle il rentre en contact, qu’il entend bien découvrir l'identité de son meurtrier.

C’est un roman qui oscille entre polar et paranormal tout en laissant la place à d’intéressantes réflexions philosophiques, humoristiques et scientifiques, avec en prime des intermèdes extraits de l’encyclopédie du savoir relatif et absolu qui viennent agrémenter le tout.

Même si cela ne reste qu’un roman, j’ai bien aimé le regard et certaines des réflexions que se fait Gabriel Wells sur notre monde depuis l’au-delà. C’est une enquête pleine de rebondissements au dénouement plutôt surprenant.

— […] en tant que... "médium", êtes-vous encore connectée à lui ?
— Il m’arrive de lui parler, en effet.
— […] Alors ça veut dire qu’il n’a pas complètement disparu ?
Lucy Filipini se rassoit et saisit un cube blanc dans le sucrier.
— Ceci est un sucre, vous êtes d’accord ?
Elle le jette dans sa tasse et le regarde se diluer dans l’eau chaude de son thé.
— Alors maintenant, laissez-moi vous poser une question : est-ce que le sucre a disparu ? […] La réponse est non. Il a simplement changé de forme. Il est passé de l’état cubique, solide et blanc à l’état liquide, dilué et transparent. Un sens permet de le percevoir : le goût. Eh bien, l’esprit passe de la même façon de l’état perceptible par les yeux à l’état immatériel uniquement repérable par ceux qui ont développé une autre forme de perception.

 

Pour aller plus loin :

20H la culture avec Bernard Werber qui présente son livre "Depuis l'Au-delà".

L'Info du Vrai du 03/10/2017 - Canal +

 

 

Partager cet article

11 juillet 2018 3 11 /07 /juillet /2018 09:40

Casterman

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Jirô Taniguchi (1947 – 2017) débute dans la bande dessinée en 1970 avec Un Été desséché. Au fil d'une œuvre prolifique, le mangaka le plus apprécié du public francophone a exploré de front une multitude de veines. Le premier volume de Quartier Lointain, qui a remporté lors du festival d'Angoulême 2003 "l'Alph'Art" du meilleur scénario, a également reçu le prix Canal BD des librairies spécialisées. Ce titre, également plébiscité par le public, a été adapté au cinéma et au théâtre. En 2011, Jirô Taniguchi a été nommé chevalier de l'ordre des arts et des lettres. En 2015, le 42e festival d'Angoulême consacre à son œuvre une exposition monographique d'une envergure inédite en Europe.

Résumé du livre :

Qui prend encore le temps, aujourd’hui, de grimper à un arbre, en pleine ville ? D’observer les oiseaux, ou de jouer dans les flaques d’eau après la pluie ? D’aller jusqu’à la mer pour lui rendre un coquillage dont on ne sait comment il est arrivé chez soi ? L’homme qui marche, que l on apprend à connaître à travers ses balades, souvent muettes et solitaires, rencontre parfois un autre promeneur avec qui partager, en silence, le bonheur de déambuler au hasard.

Il n’y a pas beaucoup de dialogue dans cet album, juste quelques phrases anodines échangées ici et là. Mais cette absence de mot fait place au silence, à la sérénité qui se dégage de ces pages.

Au détour de chaque flânerie que fait ce promeneur solitaire, c’est une invitation à la contemplation du monde qui nous entoure. Prendre son temps pour apprécier chaque instant qui passe, le bonheur de déambuler au hasard pour observer les oiseaux, jouer dans les flaques d’eau, grimper à l’arbre, s’allonger sous une nuit étoilée…

Cet album regorge de charme, de quiétude que l’on se surprend à lire au même rythme que cet homme qui marche, admirant chaque détail du dessin, l’élégance que possède Taniguchi dans la précision du trait…

Profitez de ces belles journées d’été pour vous laisser bercer par ses déambulations en apparence anodines, que nous invite à faire l’auteur, car elles sont surtout des invitations à laisser le spectacle du monde nous révéler nos paysages intérieurs.

Un bel éloge à la douceur et à la contemplation que je vous invite à parcourir !

 

 

Pour aller plus loin :

Le documentaire inédit « Dans les pas de Jirô Taniguchi, l’homme qui marche » a été présenté lors de l’exposition « Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve » au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, en janvier 2015.

Partager cet article

27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 13:28

Livre de Poche

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

 

Alice Kuipers a grandi à Londres et vit aujourd’hui à Saskatoon, Canada. Ne t’inquiète pas pour moi a été son premier roman. Acheté par plus de quarante pays, il a été nominé pour la prestigieuse "Carnegie Medal" 2008.

 

Résumé du livre :

« Bonne chance pour ton contrôle aujourd'hui, ma chérie. Désolée de ne pas être là pour le petit déj'. La cage de Jeannot a besoin d'être nettoyée. À ce soir. Bises, Maman. P.-S. : N'oublie pas ta clé ! » Une correspondance par Post-it interposés sur le frigo entre une mère et sa fille. Lorsque la mère tombe malade, le temps presse mais l'espoir demeure. Un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille l'importance de ceux qu'on aime... Un livre indispensable aux mères comme aux filles.

Difficile de communiquer quand on exerce un métier de sage-femme dont les horaires imprévisibles correspondent difficilement avec ceux du lycée où sa fille Claire âgée de 15 ans étudie.

Alors pour rester en contact on s’échange quelques petits mots collés sur le frigo. Des petits mots de toutes sortes ; des tendres, des drôles, des listes de course, des conseils et parfois des coups de colères de la part de Claire qui vit son adolescence du mieux qu’elle peut.

Jusqu’au jour où sa mère apprend qu’elle est atteinte d’une maladie grave, d’un cancer du sein. Sur cette correspondance de Post-it, elle ne lui révélera à sa fille que l’essentiel afin de la protéger, de ne pas l’inquiéter pour que toutes les deux puissent garder l’espoir...

Ce roman épistolaire est poignant et bouleversant par sa justesse. Impossible de le lâcher sans connaître le dernier mot de la fin. Dans les plus durs moments, les dialogues sont d’une tendresse infinie, remplis d’amour et de pudeur, surtout quand la maladie prend de l’ampleur.

J’ai lu ce livre il y a un moment, mais en ce jour de la fête des Mères j’ai eu envie d’en reparler, car la vie file tellement vite qu’il est vraiment important de profiter de tous ces beaux moments en disant à nos proches combien nous les aimons.

Même si cela reste un roman, cet échange épistolaire, je l’ai réellement vécu avec ma Maman quand elle était au plus mal et qu’il était plus facile pour elle de m’écrire tout ce qu’elle ressentait.

Durant ses derniers jours, trop épuisée par les traitements, elle laissait près d’elle des petits bouts de papier sur lesquels elle posait toutes sortes de questions. Je n’ai jamais réentendu le son de sa voix et j’ai gardé tous ses mots, ses derniers bouts de papier restés sans réponse…

 

« Quand la route tournera
Nous y serons ensemble,
Nous prendrons le virage
Accrochées l’une à l’autre,
Comme une mère
Et sa fille,
Comme une fille
Et sa mère. »

 

 

Partager cet article

14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 09:42

Éditions La Draiglaan

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Né en 1967, Jean-Noël Godard est musicien de scène professionnel, auteur-compositeur et compositeur de musiques de films. Il est passionné par les philosophies du monde, les mouvements humanistes et écologiques et pratique les soins énergétiques.

 

Résumé du livre :

La petite Naïa, âgée de sept ans, vit avec sa mère dans une maison isolée. Un jour, la fillette découvre par hasard des lettres écrites à son intention par son père, qu'elle n'a jamais connu. Bouleversée par leur contenu, Naïa se met secrètement en quête... Dans la forêt, elle rencontre un étrange ermite qui lui parle d'emblée comme à une adulte : Les seules vérités sont celles que tu sens avec le corps ou Apprends à voir la beauté en chaque chose et tu seras heureuse . Il deviendra un guide bienveillant qui accompagnera Naïa dans son ouverture de coeur et dans ses perceptions exceptionnelles de l'Invisible. Au terme d'une enquête faite de voyages extraordinaires hors de l'espace et du temps, Naïa découvrira, dans un lieu sacré, une prophétie dissimulée aux yeux du monde.

Ce joli conte philosophique et initiatique nous invite à nous reconnecter à notre enfant intérieur pour retrouver l’essentiel, ranimer notre étincelle. Car la petite Naïa, cette fillette de 7 ans, qui a travers ses réflexions et son émerveillement pour la vie dans son ensemble, nous fait prendre conscience de cette incroyable immensité qui nous entoure et interagit avec nous. À nous de réapprendre à l’écouter par nos ressentis, nos perceptions.

Ces messages véhiculés dans ce roman nous font réaliser qu’il est grand temps d’aimer et de respecter la terre, de se rapprocher de cette nature qui nous nourrit, dans tous les sens du terme, plutôt que d’essayer de la dominer en nous en éloignant alors que la nature recèle en elle la connaissance et la sagesse qui nous manquent tant.

Que vous soyez petits ou grands à vous maintenant d’entreprendre ces voyages extraordinaires hors de l’espace et du temps que nous propose Naïa !

 

« Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres » Lao-Tseu

 

Pour aller plus loin :

Entretien avec Jean-Noël Godard, musicien et auteur de Les Voyages extraordinaires de Naïa.

 

Pour aller encore plus loin :

Ce roman fait l'objet d'un projet musical dont le premier titre La Chanson de Naïa (que vous pouvez écouter en cliquant sur le titre) écrit et composé par Jean-Noël Godard, est interprété par ZAZ.

 

 

 

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche