Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 20:45

Editions Aubier

Ce qu'il faut avant tout savoir :

 

Gitta Mallasz (épouse Walder) est née le 21 juin 1907 à Ljubljana (Slovénie) dans une famille austro-hongroise. Son père était officier de l'armée hongroise et sa mère autrichienne. Adolescente, à Budapest, elle fréquente l’école des arts décoratifs, où elle se lie d’amitié avec Hanna Dallos. Très douée pour la natation, elle devient championne en dos crawlé à la fin des années 20. Elle fait ainsi connaissance de Lili Strausz, professeur d’expression corporelle, qui pratique aussi le massage. Vers 1934 Gitta Mallasz reprend le dessin, renoue avec Hanna et travaille dans l’atelier que celle-ci dirige avec son mari Joseph Kreutzer. L’antisémitisme sévissant à Budapest, c’est elle, la seule survivante qui gardera l'enseignement spirituel hors du commun, qu'elle fera connaître par la publication du livre Dialogues avec l'ange. Gitta Mallasz est décédée le 25 mai 1992 à Tartaras (Rhône).

Résumé du livre :

En 1943, en Hongrie, Hanna, Lili, Joseph et Gitta, décident d'installer leur atelier d'artistes à la campagne. Peu de temps après, Hanna devient la messagère d'un ange et reçoit sa parole pendant 17 mois. Alors que ses amis sont morts dans les camps de concentration, Gitta, seule survivante du groupe retranscrit ces entretiens et transmet l'enseignement de l'ange.

« Attention, ce n'est plus moi qui parle ! » Par ces mots commence, dans un petit village de Hongrie, une étonnante aventure spirituelle. En 1943, au coeur de l'Europe déchirée, quatre jeunes gens, Hanna, Lili, Joseph, de confession juive et Gitta, catholique, décident d'installer à la campagne leur atelier de décoration. Éloignés de toute pratique religieuse, mais en quête de vérité, ils souhaitent vivre une vie plus attentive à l'essentiel.

Dès lors, et durant dix-sept mois, une voix mystérieuse qu'ils appelleront "Ange" va s'exprimer de façon régulière par la bouche de Hanna. Ces dialogues avec l'ange vont leur faire découvrir leur propre part de divinité créatrice en leur apportant des messages qui vont transformer le sens de leur existence.

Pendant le silence qui suit, je me demande quelles seront nos possibilités d'évolution en tant qu'êtres humains, et je reçois immédiatement une réponse à ma question muette.

Je m'adresse à toi aussi. C'est cela, la direction de l'évolution :

Ces paroles sont accompagnées d'un geste qui n'est ni vertical, ni horizontal, mais oblique. Je suis très étonnée d'apprendre que l'évolution humaine ne dépend pas seulement du développement spirituel (vertical), ou du développement matériel (horizontal), mais des deux ensemble.

Ces entretiens s'achèveront tragiquement par la déportation et la mort de Joseph, Lili et Hanna. Gitta, qui reste la seule survivante, entreprend de transcrire mot à mot tout cet enseignement.

Les petits cahiers où elle a consigné cette sidérante et magnifique expérience donneront naissance à cet ouvrage publié pour la première fois en 1976, soit trente-trois ans plus tard, et traduit depuis dans une quinzaine de langues. Il m'est bien difficile d'exprimer ce que j'ai ressenti durant la lecture d'un tel livre qui m’a valu plusieurs relectures au fil de mon évolution personnelle. J'invite donc chaque lecteur, comme le disait Gitta Mallasz, de comprendre et de vivre personnellement le message de ces entretiens.

 

Qu'est-ce que l'ange  ?

Celui que j'ai nommé "Ange" a peu de ressemblance avec l'Ange des Traditions.
L'ange pour moi est ma moitié vivifiante
Et moi, je suis sa moitié vivifiée.
Il est ma préfiguration dans l'invisible
et moi je suis sa figuration dans le visible.
Il est mon pareil intemporel
et moi je suis son pareil limité dans le temps.
Il est mon complément intuitif dans l'esprit
et moi je suis son complément exécutif dans la matière.
Il est mon corps de lumière,
et moi je suis son corps de matière.

Gitta Mallasz

 

Pour aller plus loin :

Voici un documentaire de France 3 présentant Gitta Mallasz, Le scribe des Anges, réalisé par Michel Cazenave et Jacques Meny. Ce documentaire a été tourné six semaines avant le décès de Gitta Mallasz survenu le 25 mai 1992.

 

Il y a eu également un film documentaire tiré de ce livre dont voici la bande annonce

Les philosophes Raimon Panikkar, Ervin Laszlo et le metteur en scène Wim Wenders entre autres, non seulement raconteront leur expérience personnelle, mais essaieront aussi d’expliquer cette dimension spirituelle très particulière.

 

Pour aller encore plus loin :

Résumé du livre :

Gitta Mallasz et Françoise Van Aerde se livrèrent, entre 1978 et 1982, à un travail de relecture, d'approfondissement et de commentaires des Dialogues avec l'ange. Ce livre est donc le fruit de la retranscription fidèle de la pensée de Gitta Mallasz.

Ainsi la lumière se fait sur des points obscurs du texte, permettant d'appréhender le message spirituel de portée universelle, centré sur les notions d'amour et d'éternité.

Partager cet article

18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 16:02

Envahissant, conquérant même, l’homme est en train d’envahir tout l’espace vital disponible sur cette belle planète et de consommer les ressources naturelles (minéraux, végétaux et animaux) qu’il trouve sur son passage. Darwin avait déjà constaté la disparition totale d’espèces d’oiseaux sur certaines îles, causée par la chasse humaine.

Mais la vraie difficulté est que nous avons réellement du mal à comprendre que nos actions locales ont des répercussions globales bien réelles. Car depuis Darwin notre impact sur notre environnement n’a fait que grandir et son effet est tout simplement exponentiel. Pour le dire simplement : notre croissance démographique, notre main mise sur les terres ou les mers sauvages, notre tendance à la surconsommation et notre activité industrielle, sont un désastre pour notre planète.

Il était une fois l'espèce humaine...

La conscience pour s'auto-réguler ?

Dans son livre Requiem pour l’espèce humaine, Clive Hamilton, membre du bureau pour le changement climatique du gouvernement australien et professeur d’éthique à l’Université Charles Sturt, souligne la tendance humaine à nier la réalité. Nous aurions du mal à prendre conscience que nous sommes en train de générer la destruction de milliards d’autres espèces et peut-être même la nôtre. L’ampleur de la situation est tellement impensable, que justement nous n’arriverions pas à en prendre la mesure.

Mais dernièrement encore, une étude du Centre des vols spatiaux Goddard de la NASA avance que notre civilisation moderne est condamnée. « La rareté des ressources provoquée par la pression exercée sur l’écologie et la stratification économique entre riches et pauvres ont toujours joué un rôle central dans le processus d’effondrement », avance les chercheurs pour qui notre civilisation industrialisée va s’effondrer.

Alors, que faire ? Comment réveiller la conscience humaine ? Car si les faits scientifiques sont ce qu’ils sont, il reste certainement une marge de manœuvre. Nous pouvons soit continuer à accepter, dans une semi-conscience, de foncer dans le mur, soit ouvrir cette conscience dont la vie nous a fait cadeau, pour apprendre à nous auto-réguler et à respecter l’environnement dont nous sommes dépendants.

Bien sûr, personne n’a dit que ce serait facile. Nous le savons, les habitudes reprennent vite le dessus et c’est une pratique qui doit s’installer dans tous nos gestes quotidiens. Moins consommer, recycler nos objets, choisir dans quoi l’on investit son argent et à quoi l’on accorde son attention, cultiver « une sobriété heureuse », propose l’agriculteur et philosophe Pierre Rabhi. Car une conscience pratique et incarnée, n’est-elle pas la force d’auto-régulation dont a besoin notre planète, et nous avec ?

De tout façon, avons-nous le choix ? « Que les personnes se sentent concernées ou pas, ce n’est pas là l’important. Ce qui est primordial c’est que les gens changent le monde dans le bon sens », conclut Elisabeth Kolbert. Il va bien falloir que suffisamment d’homo sapiens sapiens – qui veut dire « l’homme sage sage » - évoluent de manière à ce que cette espèce cesse cette destruction massive.

 

Lire l'article complet sur le site de l'INREES

 

Pour aller plus loin :

L'homme, une catastrophe à lui tout seul ?

Le monde est en train de basculer dans un avenir hostile. Notre obstination à tirer profit de la planète au-delà des limites supportables par son écosystème a déclenché des effets indirects si dramatiques que la crise climatique menace désormais notre existence. Nous avons nié cette réalité. Nous avons ignoré ou accueilli avec lassitude les signaux d'alarme des climatologues, refusé de remettre en cause le dogme de la croissance et l'obsession consumériste. Nous devons maintenant en mesurer les conséquences pour le XXIe siècle et agir afin de tirer le meilleur parti de l'inéluctable. Un propos courageux, un livre d'utilité publique.

Partager cet article

14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 12:12

Éditions Le Relié

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Ce que nous dit la nature - Pierre Rabhi - Aigle Bleu - Père Holtoff - Lama Mingyour - Lama Lhundroup

Agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l'agriculture biologique et l’inventeur du concept «Oasis en tous lieux». Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

Ce que nous dit la nature - Pierre Rabhi - Aigle Bleu - Père Holtoff - Lama Mingyour - Lama Lhundroup

Aigle Bleu est de nationalité canadienne et habite au Québec. Ayant plusieurs ascendances amérindiennes (Abénaqui, Algonquienne…) et adopté par la nation Cherokee puis formé depuis plus de vingt-cinq ans chez les aînés des nations amérindiennes, il se définit de plus en plus comme étant de la nation Arc-en-ciel tellement ses racines sont diverses. Pour les Amérindiens, l'écologie est la base de leur spiritualité et la nature est leur livre sacré, car elle offre une vision juste et fidèle des lois universelles qu'il nous faut respecter.

Ce que nous dit la nature - Pierre Rabhi - Aigle Bleu - Père Holtoff - Lama Mingyour - Lama Lhundroup

Moine de Citeaux depuis plus de trente ans et ermite depuis plus de douze ans à l'ermitage Saint-Eugène en Ardèche, Père Holtoff s'est fortement investi pour la sauvegarde de la biodiversité.

Ce que nous dit la nature - Pierre Rabhi - Aigle Bleu - Père Holtoff - Lama Mingyour - Lama Lhundroup

Lama Mingyour réside à l'Institut Karma Ling en Savoie, un temple bouddhiste créé il y a vingt-six ans, où il enseigne le bouddhisme depuis de nombreuses années. Assez tôt à Karma Ling, ils se sont intéressés à l'écologie et aux rapports entre l'être humain et la nature, à la fois dans un sens extérieur, mais surtout au sens intérieur de la tradition bouddhiste, à savoir : d'écologie intérieure.

Ce que nous dit la nature - Pierre Rabhi - Aigle Bleu - Père Holtoff - Lama Mingyour - Lama Lhundroup

Lama Lhundroup réside à l'Institut Karma Ling où il travaille à la transmission des enseignements du Bouddha dans une perspective ouverte afin qu'ils s'intègrent dans le monde contemporain.

Résumé du livre :

Lors d'un colloque organisé par Sophie Rabhi-Bouquet autour de la question du devenir de l'évolution aujourd'hui, Pierre Rabhi, connu pour son combat écologique dans une démarche laïque et universelle, converse avec Lama Lhundroup et Lama Mingyour du monastère de Karma Ling représentant la tradition bouddhiste tibétaine, le Père Jean-François Holtoff, fortement investi dans la protection de la nature et de tradition catholique, et Aigle Bleu, représentant de la tradition amérindienne du Canada. Par l'observation de la relation entre l'humain et la nature, chacun est renvoyé à sa propre humanité, à sa propre conscience et à sa responsabilité individuelle.

C'est lors d'un stage organisé sur le domaine Le Hameau des Buis que Sophie Rabhi-Bouquet a eu l'idée de réunir des porte-parole de traditions différentes afin d'évoquer avec eux l'urgence écologique. C'est donc Pierre Rabhi, l'un des pionniers de l'agroécologie en France et penseur humaniste, Aigle Bleu, représentant les communautés amérindiennes autochtones, Lama Mingyour et Lama Lhundroup issus du centre bouddhiste de tradition tibétaine en Savoie et le Père Jean-François Holtoff catholique engagé dans l'écologie qui ont répondu à cet appel.

Plusieurs points sont développés : la nécessité d'une nouvelle éducation, la place de la non-violence et du conflit, la spiritualité comme contrepoids de l'impact de l'homme sur la nature. C'est donc ce dialogue inter-traditions qui est présenté dans ce livre et que j'ai beaucoup apprécié, car, dans cet échange à cinq voies, ces regards croisés sur l'évolution actuelle, il ne ressort qu'un seul message, celui du coeur, de l'amour et de l'impérieuse nécessité de sauvegarder notre Terre-Mère. Car, comme le disait Krishnamurti, « nous sommes le monde et le monde est nous »...

« Je pense qu'il peut y avoir un sursaut de conscience généralisé, que l'humanité peut prendre conscience de son inconscience et construire autre chose. J'ai le sentiment que les ferments d'une mutation très importante sont déjà prêts, et déjà en action parmi la société civile. Cela me donne de l'espoir ». Pierre Rabhi.

Il est donc urgent, pour le futur de l'humanité, que nous entendions et appliquions enfin ces messages avant que n'arrive l'anecdote de Gorbatchev que raconte Pierre Rabhi :

Une planète d'une autre galaxie rend visite à la Terre et lui dit :
« Oh, ma pauvre ! Comme tu as l'air mal en point, malade, harassée ! Que t'est-il arrivé ? »
Ce à quoi la planète Terre répond :
« Ne m'en parle pas, j'ai attrapé l'humanité ! »
« Ne t'inquiète pas, reprend son amie, je l'ai eue moi aussi, je m'en suis débarrassée et tout va mieux ! »

 

Pour aller plus loin :

 

Partager cet article

17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 16:56

Ce merveilleux et poignant message de vérité prend aux tripes tellement il est encore d’actualité malgré toutes ces années !!

Extrait final du film "Le Dictateur" réalisé en 1940 par Charlie Chaplin.

Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. Nous ne voulons pas haïr, ni humilier personne. Dans ce monde, chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche, elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre, mais nous l'avons oublié…

L'envie a empoisonné l'esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l'abondance nous laissent dans l'insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d'intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop. Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d'humanité.

Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse. Sans ces qualités humaines, la vie n'est plus que violence et tout est perdu.

Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l'être humain, que dans la fraternité, l'amitié et l'unité de tous les hommes.

En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants désespérés, victimes d'un système qui torture les faibles et emprisonne des innocents.

Je dis à tous ceux qui m'entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n'est que le produit éphémère de l'avidité, de l'amertume de ceux qui ont peur des progrès qu'accomplit l'Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu'ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que les hommes mourront, la liberté ne pourra pas périr.

Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, en régiment toute votre vie et qui vous dit ce qu'il faut faire et ce qu'il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chairs à canon et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes-machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.

Vous n'êtes pas des machines !

Vous n'êtes pas des esclaves. !

Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l'amour du monde dans le cœur.

Vous n'avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n'est pas fait d'amour.

Soldats, ne vous battez pas pour l'esclavage, mais pour la liberté !

Il est écrit dans l'Évangile selon saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l'être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, en vous, vous le peuple qui avez le pouvoir, le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, en avez le pouvoir, le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.

Alors au nom même de la démocratie, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut nous battre pour un monde nouveau, décent et humain qui donnera à chacun l'occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n'ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s'affranchissent en prenant le pouvoir, mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l'avidité, avec la haine et l'intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur.

Soldats, au nom de la démocratie, unissons-nous tous !

Partager cet article

12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 13:31

Éditions Retour à la Vie

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Kenny Matampash Ole Meritei est l’un des portes-parole maasaï les plus reconnus et jouit du statut de « Vénérable transmetteur de la Sagesse maasaï ». Diplômé en Sociologie et en Écologie politique d’universités de Nouvelle-Ecosse, d’Angleterre, et des Pays-Bas, Kenny Matampash dirige également, au Kenya, la Neighbours Initiative Alliance (NIA), une importante ONG de sauvegarde du pastoralisme. Consultant auprès de la Banque Mondiale sur les questions du pastoralisme et du nomadisme, Kenny Matampash est le “Guerrier pacifique” des livres Retour à la Vie et Les neuf leçons du guerrier maasaï de Xavier Péron parus aux éditions Retour à la Vie et Jouvence.

Xavier Péron, enseignant-chercheur en anthropologie politique et expert des peuples premiers, voue sa vie aux Maasaï. Il a publié sur ce peuple célèbre et méconnu à la fois, de nombreux articles et leur a également consacré plusieurs ouvrages ainsi que deux films documentaires. Il a été maître de conférences à la Sorbonne puis à l’île de La Réunion jusqu’à la fin des années 1990. Il se consacre depuis à son chemin initiatique.

Résumé du livre :

La Vie est absolument magique car en acceptant de traverser au moins un désert intérieur, vous développerez l’Intuition salvatrice et le discernement protecteur, vous serez le Miracle. Kenny Matampash Ole Meritei, Directeur au Kénya de l’ONG : « Voisinage en Action » (Neighbours Initiative Alliance), et Porte parole le plus respecté de la cause maasaï, nous livre ici un enseignement très concret et vécu chaque jour, qui nous révèle comment l’urgente transformation de notre monde malade passe par le changement intérieur de chacun de nous.

Difficile de commenter un tel livre empreint d’amour, de compassion, d’espérance, de conscience… Ce que je peux en dire, c’est que ce livre porte à merveille son titre “Retour à la Vie” , à la vraie Vie, car c’est cela dont il s’agit, cette Vie qu’on a reniée, oubliée...

Arrêtez d’être frustrés, refusez de devenir des fantômes, redevenez humains. La vie est un don inouï, un miracle quotidien, vivez-le – Décidez-le !

Sous la plume de Xavier Péron, l’appel du cœur de Kenny Matampash, ce porte-parole maasaï, est poignant, remuant, qu’il ne peut que nous faire prendre conscience qu’il est urgent de sortir de notre léthargie, de notre errance, de notre condition d’esclave voulu par notre société matérialiste qui veut imposer à tout prix le modèle occidental au détriment des autres civilisations, de notre humanité.

  • Ce que je vous demande là est particulièrement efficace, croyez-moi, l’heure n’est plus au compromis avec le monde moderne qui vous étouffe. Pensez à vos enfants, à la nourriture que vous leur donnez, au lavage de leurs cerveaux via la télévision et les jeux vidéos, autant de pièges pour les vider de leur Être et les habituer à avoir peur, à avoir de la haine envers l’Autre, à être seuls et finalement désespérés. Une fantastique tempête s’apprête aujourd’hui à s’abattre sur le monde, et je sais au fond de moi que si nous ne réagissons pas ici et maintenant ce sera un Désastre absolu. Je le vois venir ! […]

  • Le développement doit désormais inclure des éléments-clés de spiritualité et d’humanité pour sauver l’Homme de l’extinction. Car nous en sommes arrivés là, c’est aujourd’hui une certitude. […]

  • Fini les discussions sans fin et dispendieuses sur les symptômes des grands problèmes politiques contemporains, levons-nous tous ensemble, vous et moi, pour leur demander de s’engager à dire enfin Stop à la production, Stop à la déforestation, Stop à la course à l’argent ! Nous voulons retrouver la vraie Vie, nous voulons être heureux sans faire de mal à nos voisins, nous voulons vivre avec les arbres et avec les plantes, nous voulons aimer les animaux.

Je m’arrête là, car sinon c’est tout le livre que je vais recopier !!

Dans cet hymne à la Vie, Kenny Matampash nous invite simplement à nous relier à notre véritable nature, à l’unité intérieure de l’Être, source de bonheur pour tous et d’harmonie avec l’extérieur.

 

  • Pour celles et ceux qui ne peuvent avoir accès à la lecture vous pouvez écouter le livre audio. ICI

 

Pour aller plus loin :

(Activez les sous-titres si nécessaire en cliquant sur le symbole situé sur la barre des tâches, en bas de la vidéo, à côté de l'horloge ).

 

Cette vidéo est extraite de la magnifique conférence qu’a donnée l’INREES l’année dernière s’intitulant La spiritualité Maasaï avec 2 guerriers de lumière que je vous invite à découvrir !

 

  • D’autres vidéos sont disponibles sur le site de Xavier Péron ainsi que le programme de ses conférences.

 

 

 

Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche