Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 15:21

Augustin Lesage est né le 9 août 1876 à Saint-Pierre-lès-Auchel où son père, ancien cultivateur à Saint-Venant, vient de s’installer pour travailler dans les puits de mine de la Compagnie de Ferfay et Ames, ouverts depuis 1855. Son enfance est marquée par la mort de Marie, sa sœur âgée de trois ans : trente ans plus tard, c’est à elle qu’il attribuera ses premiers messages médiumniques.

Tu seras peintre !

Un jour de 1911, alors âgé de 35 ans, il entend, au fond de la mine, une voix lui dire : « Un jour tu seras peintre ! ». Il se trouve alors dans un boyau de cinquante centimètres. « J’étais seul », racontera t-il plus tard, « Voyez ma stupéfaction ! J’avais peur, mes cheveux se dressaient sur ma tête ». Il garde d’abord cet épisode sous silence puis, un an plus tard, il est initié au spiritisme et commence à peindre de manière automatique.

Sa première toile, de 3 mètres sur 3, est conçue à la façon des miniaturistes. Les motifs se succèdent de manière parfaitement symétrique. Augustin Lesage peint de façon spontanée et dit être poussé par des "esprits" qui guident sa main : « Lorsque je me mets à peindre, […] je me laisse guider par une force que je ne puis définir […]. Je n’ai jamais pris de leçons, ni de dessin, ni de peinture, je n’ai pour matériel que quelques godets, pinceaux et tubes de couleurs à l’huile. D’où m’est venue ma vocation, après 27 années de mine ? Je ne sais. »

À partir de 1913, il quitte la mine pour se consacrer à la peinture et, influencé par les psychosistes que côtoie son ami Ambroise Lecomte, il s’initie au guérissage. Les malades viennent si nombreux voir ces "guérisseurs spirites" que le corps médical leur intente un procès en 1914. Accusé d’exercice illégal de la médecine, Augustin Lesage est acquitté grâce aux témoignages de malades qu’il a guéris.

Succès et reconnaissance

Mobilisé le 2 août 1914, il dessine, dans les tranchées, des cartes postales et des souvenirs du front qu’il distribue aux soldats. Le 11 mars 1916, il est à nouveau affecté dans les mines. Redevenu houilleur à Burbure, il n’abandonne pas la peinture pour autant.

Dès 1923 (alors qu’il a définitivement quitté la mine), ses toiles sont exposées à Paris et il connaît un grand succès, d’abord à la Maison des spirites puis au Salon des artistes français. Ses œuvres, rattachées au mouvement spirite et étudiées par André Breton, sont louées par les surréalistes. Elles seront finalement intégrées à la Collection de l’art brut à Lausanne.

Il meurt à Burbure le 21 février 1954, laissant près de 800 toiles.

 

 

Pour aller plus loin :

Les artistes se réclamant du spiritisme ont été nombreux aux dix-neuvième et vingtième siècles. Les peintres comme Augustin Lesage illustrent à merveille le principe du médium. Des individus issus le plus souvent de milieux modestes se mettent soudain à peindre, sans avoir connu auparavant de formation artistique. Sans influence artistique, ils forment une partie de ce qu'on appelle l'art brut. Leurs œuvres, comme celle de Lesage, sont la plupart du temps très structurées et les peintres ne peuvent les expliquer eux-mêmes. Par ailleurs leur technique se révèle souvent inexplicable.

 

  • Pour admirer ses autres peintures, rendez vous sur le site abcd-art.brut et cliquez sur l'image.

 

Pour aller encore plus loin :

Luiz Antonio Alencastro Gasparetto est un célèbre médium peintre brésilien. Il a réalisé, en état de transe, plusieurs milliers de toiles caractérisés par le style et la signature d'un artiste disparu. Là où un artiste vivant aurait besoin d'une dizaine d'heures pour exécuter un tableau de taille et de complexité comparables, Luiz Gasparreto ne met qu'une à deux heures et son travail a toujours un aspect de finition assez remarquable.

Il peint parfois en même temps deux tableaux de style très différent. L’un avec la main gauche et l’autre avec la main droite, toujours sans regarder. Luiz a donné gratuitement l'intégralité de ses toiles à des œuvres de charité.

 

 

Partager cet article

23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 08:29

Voici une histoire de rêves étranges racontée par Guy Breton dans le Tome 2 des “Histoires magiques de l’histoire de France” qui a été écrite par Henryk Sienkiewicz lui-même, l’auteur de "Quo vadis ?", et par Anton Niedermeier qui l’a publiée dans ses Souvenirs.

 

En juillet 1901, les familles en villégiature à Biarritz pouvaient voir, chaque jour vers midi, un élégant quinquagénaire promener, au milieu des cabines de baigneurs, un regard profond, une barbiche soignée et une mélancolie venue de toute évidence du nord de l’Europe.

Les dames et les demoiselles, sous leurs ombrelles, le considéraient avec une curiosité insistante. […] Le personnage les fascinait. N’avaient-elles point là, devant les yeux, à portée de la main même, le célèbre romancier polonais Henryk Sienkiewicz, auteur de Quo vadis ? roman traduit en vingt-deux langues et dont l’adaptation française, sortie en librairie un an plus tôt, en juin 1900, atteignait déjà le tirage de 100 000 exemplaires, chiffre extraordinaire pour l’époque ?

Le prestige dont jouissait l’écrivain était si grand qu’aucune de ses ferventes admiratrices n’aurait eu l’audace de lui adresser la parole, même pour lui bredouiller le plus insipide compliment.

Or, ce que les Françaises, à leur grand regret, n’avaient pas le courage de faire, une Anglaise l’osa. C’était une charmante jeune fille blonde aux yeux myosotis. Un soir, dans le hall de l’hôtel où il était descendu, elle l’aborda et lui dit qu’elle avait lu Quo vadis ? et en avait été bouleversée.

Sienkiewicz, ravi et un peu troublé, l’invita à boire une tasse de thé. Ils se revirent le lendemain, puis tous les jours suivants et prirent l’habitude de se promener ensemble.

Un matin, le romancier dit à la jeune miss :

— Je n’ai pas l’habitude d’attacher de l’importance aux songes, mais j’ai fait cette nuit un rêve étrange qui me laisse une impression de malaise dont je ne peux me débarrasser… Je me trouvais dans une rue où il y avait un corbillard derrière lequel se tenait un jeune homme blond aux yeux très clairs, vêtu d’un costume bleu à boutons de métal. Je le revois très distinctement…

— Vous parlait-il ?

— Non. Il me souriait en me regardant fixement et m’invitait d’un geste à monter dans cette voiture des morts… Je me suis réveillé très oppressé…

La jeune Anglaise s’intéressait aux sciences métaphysiques. Il lui arrivait même, lorsqu’elle était à Londres, d’aller écouter les conférences faites par des membres de la Society for Psychical Research. Elle conseilla au romancier de noter son rêve sans en omettre le moindre détail.

— Peut-être, dit-elle, a-t-il une signification que vous découvrirez un jour…

Docilement, Sienkiewicz suivit le conseil de son amie. Le lendemain matin, lorsqu’ils se retrouvèrent sur la plage, la jeune miss remarqua que l’écrivain paraissait préoccupé. Elle le questionna.

— Vous n’allez pas me croire, dit-il, mais j’ai fait cette nuit le même rêve qu’hier. Le jeune homme que je vous ai décrit, vêtu de façon identique, m’invitait en souriant à monter dans un corbillard. Je reculais, mais il avançait vers moi et tendait la main pour m’agripper… C’était horrible ! Je me suis réveillé en sueur. Croyez-vous que cela annonce que je cours un danger ?

La jeune fille le rassura, disant qu’il était bien difficile de savoir quand on avait affaire à un rêve prémonitoire et que les spécialistes étaient incapables de se prononcer. Puis ils parlèrent d’autre chose.

Mais le lendemain matin, lorsque la petite Anglaise sortit de son hôtel, elle trouva Sienkiewicz encore plus déprimé que la veille.

— Que vous arrive-t-il ? Ne me dites pas que vous avez encore fait le même rêve ?

— Si ! Exactement le même ! C’est épouvantable et ce corbillard me hante. Je sais que je vais y penser toute la journée, comme hier et comme avant-hier.

La petite Anglaise lui prit le bras.

— Aujourd’hui, je ne vous quitte pas […] et ce soir, nous dînerons ensemble.

À minuit, lorsqu’ils se quittèrent, Sienkiewicz souriait.

— Merci ! Grâce à vous, je crois que je vais passer une nuit sans cauchemar…

Le lendemain, à huit heures, la jeune fille était devant la porte de l’hôtel du romancier, un peu anxieuse.

— Alors ?

— Fini ! J’ai rêvé de vous !

Sienkiewicz resta encore quelque temps à Biarritz sans que son étrange rêve revînt le tourmenter. Puis un soir, il fit de tendres adieux à la petite Anglaise et prit le train pour Paris où l’on préparait une adaptation théâtrale de Quo vadis ?

Là, il s’installa dans un hôtel de la rue de Rivoli. Vers midi, il voulut aller déjeuner, quitta sa chambre et se dirigea vers l’ascenseur. La cabine était justement à l’étage et le liftier tenait la grille ouverte.

Sienkiewicz s’arrêta horrifié ; le garçon, un adolescent blond aux yeux clairs qui le regardait fixement en l’invitant à entrer dans l’ascenseur, était le personnage qu’il avait vu en rêve. Même costume bleu, mêmes boutons de métal, même sourire étrange, même geste de la main…

Épouvanté, l’écrivain fit demi-tour et se précipita vers l’escalier qu’il descendit en courant. Arrivé au rez-de-chaussée, il entra dans la salle de lecture et se laissa choir dans un fauteuil.

À peine s’y trouvait-il qu’il entendit un fracas si épouvantable qu’il perdit connaissance. Quand il revint à lui, des gens couraient dans le hall et un employé lui apprit que l’ascenseur venait de s’écraser sur le sol.

Il se leva, se fraya un passage dans la foule et vit des corps étendus sur le tapis. Au milieu d’eux, il reconnut tout de suite celui du liftier blond au costume bleu orné de boutons de métal…

 

Sources :

  • Histoires magiques de l’histoire de France, Tome 2, page 172 à 174, Editions France Loisirs, 2000.
  • Anton Niedermeier, Souvenirs.
  • Aimé Michel, Naissance de la science des rêves, in Le Mystère des rêves, Ed. Planète.
  • Hervey de Saint-Denys, Les Rêves et les moyens de les diriger, Ed. Tchou.
  • Steven et Monfang, Le Dossier fantastique du rêve, in Le Mystère des rêves, Ed. Planète.

 

Partager cet article

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 15:56

Éditions de Chiré

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Bruno Sammaciccia est né à Ancône en Italie le 22 avril 1926. Licencié en psychologie et en psychiatrie, il a reçu trois prix académiques internationaux, ainsi que de nombreux prix culturels et théologiques. Il a été également membre de nombreuses académies, Italiennes et étrangères et a participé à plusieurs comités de rédaction. Il a été très actif dans la diffusion de la culture morale, éthique et philosophique.

 

Résumé du livre :

Étude historique et scientifique du plus célèbre miracle eucharistique. Cette étude, confirmée par la science, est accompagnée d'une documentation de 24 photographies.

Dans le courant du VIIIe siècle, dans une église de Lanciano, un moine basilien célébrait la sainte messe en rite latin.

Après la double consécration, il se prit à douter de la Présence réelle de Jésus dans le Sacrement, quand il vit soudain l'hostie se changer en Chair et le vin en Sang. La première réaction du moine, stupéfait et bouleversé, fut de chercher à cacher ce qui venait de se passer, mais, maîtrisant son émotion, il manifesta le prodige aux fidèles qui, devenus ainsi ses témoins oculaires, en diffusèrent la nouvelle dans la ville.

Depuis ce jour, ces saintes reliques sont restées pratiquement intactes. Bruno Sammaciccia nous livre dans cet ouvrage les éléments scientifiques et historiques de cet évènement dit miraculeux puisque, d'après les diverses analyses publiées le 4 mars 1971 - effectuées sous la direction du Dr Odoardo Linoli, professeur d'anatomie, d'histologie pathologique, de chimie et de microscopie clinique - il s'agit bien de cinq caillots de sang humain et d'un morceau de muscle cardiaque issus d'une personne de groupe AB (comme le sang que l'on retrouve sur le Linceul de Turin…)

Et le casse-tête scientifique ne s'arrête pas là, car le diagramme du sang correspond à celui d'une personne vivante sur laquelle on aurait fait le prélèvement quelques minutes plus tôt et qu'aucune présence de substances chimiques utilisées pour la conservation des chairs n'a été détectée.

Ignorée des médias, l'enquête a été reprise au niveau international durant quinze mois, sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé. Plus de cinq cents examens, utilisant les techniques de pointe de la médecine nucléaire, auraient confirmé en 1973 tous les résultats initiaux. Le rapport souligna le caractère impossible de la conservation de tels “tissus vivants” dans des récipients non étanches.

La conclusion finale, publiée en décembre 1976 à New York et à Genève, a été la suivante :

La science, consciente de ses limites, s'arrête devant l'impossibilité de fournir une explication.

À ce jour, conservé depuis 1258 et enfermé dans un joli reliquaire exécuté en 1713, ce prodige demeure toujours visible à l'église Saint-François de Lanciano.

 

Pour aller plus loin :

Vidéo dans laquelle vous pouvez voir les documents photographiques et les explications extraits des analyses scientifiques présentées durant une exposition.

Partager cet article

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 17:02

Dans Le nouveau Dictionnaire de l’impossible Didier van Cauwelaert nous raconte une collision tout à fait incroyable et “oubliée” après avoir été divulguée par voie officielle dans le magazine Terre-Air-Mer du 22 septembre 1977.

En 1977, au cours d’un vol de plaisance, par temps couvert, le pilote d’un petit bimoteur Cessna se retrouve soudain, à la sortie d’un nuage, face à un très vieil aéroplane.

Les deux avions effectuent une manœuvre désespérée pour s’éviter, mais la collision paraît inéluctable. Le pilote du Cessna a juste le temps d’apercevoir un aviateur en uniforme de la Première Guerre mondiale, aussi épouvanté que lui. Puis son aile percute la vieille carlingue.

Par bonheur, tous deux réussissent à reprendre le contrôle de leurs commandes. Le coucou de 14-18 disparaît à son tour dans le gros nuage, et l’avion de tourisme regagne en catastrophe son aéroclub. Furieux, le pilote raconte l’accident.

N’était la trace de collision sur son aile, personne ne le croirait : il n’existe pas dans la région de vieux zinc correspondant à la description qu’il donne, et aucune manifestation de collectionneurs, aucune cérémonie commémorative n’était prévue ce jour-là. Aussitôt alertés, les aérodromes voisins confirment qu’ils n’ont pas délivré de plan de vol à un quelconque aéroplane de ce type.

Le pilote, hystérique, persuadé qu’on lui ment, réclame une enquête conjointe de la Direction générale de l’aviation civile et de l’armée de l’air.

Quelques semaines plus tard, coup de théâtre : on découvre dans un hangar des environs, enfoui sous la paille, un vieil avion similaire à celui qu’il dit avoir heurté. Mais l’épave semble être là depuis plus d’un demi-siècle. Le carnet de bord est toujours dans la carlingue. Dernière observation que le pilote a consignée en 1917 : sa collision en plein ciel avec un « engin métallique de type inconnu, brusquement sorti d’un nuage ».

L’hypothèse d’une supercherie est naturellement retenue par les enquêteurs, dans un premier temps. Le carnet de bord a dû être falsifié – mais par qui, et pour quoi ?

Sur cet avion de combat censé être immobilisé depuis 1917, une profonde rayure de peinture est visible. L’analyse établira qu’il s’agit sans conteste de la peinture d’un Cessna des années 1970 -  précisément celle du bimoteur percuté le mois précédent.

Si l’on élimine la piste d’un canular – hypothèse aussi peu vraisemblable que celle d’une seule et même collision décrite par deux pilotes à soixante ans d’intervalle – que s’est-il passé ? Un accident spatio-temporel, d’accord. Mais qui a changé d’époque ?

Le Cessna a-t-il remonté le temps, l’aviateur de la Grande Guerre s’est-il retrouvé dans le futur, ou bien tous les deux se sont-ils rencontrés dans un trou de ver ?

Un de ces raccourcis en forme d’univers parallèle que nous décrivent des astrophysiciens comme Trinh Xuan Thuan :

« une sorte de tunnel situé non pas dans l’espace ordinaire, mais dans un “hyper-espace” ressemblant au passage souterrain reliant deux trous que des vers de terre auraient creusés dans le sol. […] Entrez dans le trou de ver dans une direction, et vous irez dans le futur. Allez dans la direction opposée, et vous retournerez dans le passé1. »

L’écrivain Henri Gougaud, commentant sur RTL l’affaire de cette collision entre deux époques, dont il est l’un des rares “connaisseurs” via les témoignages militaires, n’a pas exprimé d’autre conclusion que le sérieux des sources relatant l’événement2

 

1. Trinh Xuan Thuan, Dictionnaire amoureux du ciel et des étoiles, Plon/Fayard, 2009.

2. Les Aventuriers de l’Impossible, RTL, 5 août 2014.

3. Didier van Cauwelaert, Le nouveau Dictionnaire de l’impossible, page 206, Plon, 2015.

Partager cet article

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 09:44

Paul Smith (1921-2007) est né à Philadelphie. Atteint dès son plus jeune âge par une grave paralysie cérébrale, qui a entraîné la perte de motricité, Paul, en découvrant la machine à écrire a eu l'idée de l'utiliser pour créer, touche après touche, d’incroyables dessins…

J'ai découvert cette vidéo sur le blog de Béa Kimcat qui m'a beaucoup touchée tellement cet homme extraordinaire est rayonnant et a su braver cette paralysie cérébrale en exprimant son amour à travers sa passion, son impressionnante créativité que je vous laisse découvrir...

« Les mouvements de Paul sont sévèrement limités, sa détermination est éternelle. »

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche