Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 12:23

Black Elk, homme médecine Sioux-Lakota, petit cousin de Crazy Horse, a confié en 1931 à l’auteur John Neihardt, qui était venu dans la réserve de Pine Ridge pour y recueillir des témoignages sur la Danse des Esprits et le massacre de Wounded Knee Creek, son expérience de mort imminente survenue à l’âge de neuf ans, que John Neihardt retranscrira dans son ouvrage "Black Elk Speaks" (Elan noir parle) en 1932.

C’était durant l’été, quand son peuple se dirigeait lentement vers les Rocheuses pour y camper. Un soir, après une énième halte, Black Elk se sentit très mal, il ne pouvait plus marcher, ses jambes, ses bras et son visage étaient tout gonflés. Allongé dans le tipi, à travers l’ouverture, il vit deux hommes sortir des nuages en l’interpellant : « Dépêchez-toi, ton grand-père t’appelle ».

Bien qu’il ait été triste de laisser ses parents, il s’est levé, ses jambes ne lui faisaient plus mal, il se sentait très léger. Tout en suivant ces hommes, un petit nuage se mit à le porter en se déplaçant rapidement. D’en haut, il pouvait voir le camp. Après avoir eu la vision de chevaux célestes, d’oies migrantes et d’aigles tachetés, il s’est dirigé vers un tipi de nuage dont une porte arc-en-ciel en montrait l’accès.

Là, il a vu six grands-pères âgés, qu’il décrit comme étant « plus vieux qu’aucun homme ne pourrait jamais l’être - vieux comme les collines, vieux comme les étoiles ». Ces grands-pères sont des représentants spirituels des six directions sacrées : l’ouest, l’est, le nord, le sud, le haut et le bas – connu des Lakotas comme "les puissances du monde"...

« Et pendant que je me tenais là-bas, je voyais plus que je ne peux le dire et le comprendre… Je voyais d’une manière sacrée les formes de toutes les choses dans l’esprit et la forme de toutes les formes puisqu’elles doivent vivre ensemble comme un Être. Et j’ai vu que le cercle sacré de mon peuple était l’un des nombreux cercles qui faisaient un seul cercle. Il était large comme la lumière du jour et la lumière des étoiles, et dans le centre a grandi un puissant arbre à fleurs pour abriter tous les enfants d’une mère et d’un père. Et j’ai vu que c’était saint. »

Avant de repartir, les anciens ont fait des prophéties et lui ont donné des pouvoirs de guérison et de sagesse.

Deuxième EMI de Black Elk

En 1889, âgé de 26 ans, Black Elk fit une seconde EMI alors qu’il voyageait en Europe au sein du spectacle de Buffalo Bill. Pour vivre, il était obligé de se produire dans les cirques et c’est à Paris qu’il tomba malade.

Un malaise fulgurant le fit tomber « raide mort de sa chaise ». Il quitta alors son corps et commença un voyage spirituel au-delà des océans pour revenir dans sa réserve natale de Pine Ridge au Sud du Dakota.

Il y vit ses parents devant leur tipi, ainsi que d’autres personnes de sa connaissance, puis refit le voyage en sens inverse jusqu’à revenir dans son corps. Black Elk décrit ainsi cette expérience :

« Je regardais le plafond et il me semblait qu’il bougeait. La maison tournait sur elle-même et s’agrandissait tout en tournant. Nous nous élevions rapidement tout en tournant avec la maison. Puis un nuage descendit des cieux et je me retrouvais soudainement dessus alors même que la maison et les personnes qui s’y trouvaient s’éloignèrent.

Je me retrouvais seul sur ce nuage qui allait très vite et je m’y accrochais de toutes mes forces, car j’avais peur de tomber. Tout en bas, je pouvais voir des maisons et des villes, des pâturages et des rivières et tout semblait plat. Puis je fus au-dessus de la "grande eau" et je n’eus plus peur à partir de là, car je savais que j’étais en route vers la maison.

Il faisait sombre, puis le jour vint à nouveau et je vis une grande ville en dessous de moi et je sus que c’était de là que nous avions embarqué à bord du bateau la première fois et que j’étais revenu dans mon pays. J’étais vraiment heureux.

Le nuage et moi allions vraiment vite. […] Je reconnus les endroits que je survolais. Je vis la rivière Missouri, et de loin Black Hills et le centre de ce monde où les esprits m’avaient amené dans cette grande vision.

Je me retrouvais alors au-dessus de Pine Ridge et le nuage s’arrêta. Je regardais en bas et ne pouvais comprendre ce que je voyais, car il semblait que tous les gens des différentes tribus s’étaient réunis dans un grand camp. Je vis le tipi de mes parents. Ils étaient dehors et ma mère cuisinait. Je voulais sauter du nuage pour les rejoindre, mais j’avais peur que cela me tue.

Pendant que je les regardais, ma mère leva les yeux vers moi et j’étais sûr qu’elle m’avait vu, mais à ce moment-là le nuage reprit sa course, me ramenant rapidement en arrière. Très vite nous fûmes au-dessus de la grande ville, puis au-dessus de l’eau. La nuit est venue sans étoiles. J’étais seul dans ce monde d’obscurité et je pleurais.

Après un certain temps, la lumière a commencé à apparaître loin devant moi, puis je vis la terre sous moi, des villes, des maisons, des champs et tout volait à l’envers sous moi. Le nuage finit par s’arrêter au-dessus d’une grande ville et une maison s’éleva vers moi tournant sur elle-même en s’approchant.

Lorsqu’elle toucha le nuage, elle m’attrapa et commença à redescendre tout en continuant à tourner. Elle toucha terre et lorsqu’elle toucha le sol, j’entendis la voix de la fille, puis d’autres voix effrayées, sa mère, ses deux sœurs et le docteur me regardaient tous d’un air étrange, comme s’ils étaient effrayés.

Celui qui parlait anglais dans notre spectacle vint à moi et me dit ce qu’il en était. Lorsque j’étais assis au petit déjeuner, je les ai regardés en souriant puis je suis tombé comme mort de ma chaise. Je suis resté mort pendant trois jours, à part une petite respiration de temps en temps. Souvent, ils ne sentaient plus mon cœur battre. Ils pensaient que je mourrais bientôt et se préparaient à acheter mon cercueil.

Peut-être que si je n’étais pas revenu à la vie cette fois-là, ils m’auraient réellement mis dans un bon cercueil, ou je pense plutôt dans une boîte. Je n’ai rien dit à personne de ce que j’avais vécu, car ils n’auraient pas pu me croire. »

Black Elk est ensuite retourné chez lui dans le Dakota du Sud...

« Quand je suis revenu à Pine Ridge, tout était exactement comme je l’avais vu de mon nuage. Tous les Lakotas étaient là où je les avais vus, car c’était l’année du traité (1889), les blancs avaient acheté encore plus de nos terres. J’avais été absent pendant 3 ans à ce moment-là et j’ignorais absolument tout de cette affaire insensée.

 

Le tipi de ma mère était exactement là où je l’avais vu et d’autres gens campaient aussi aux mêmes endroits. Mes parents étaient vraiment heureux de me voir, ma mère pleura de joie et je pleurais aussi. […]. Ma mère me dit qu’elle avait rêvé une nuit que je rentrais sur un nuage, mais que je ne pouvais pas rester, alors je lui racontais ma vision. »

Chef indien Black Elk

En 1950, Black Elk, aveugle et très affaibli, meurt en août 1950 dans sa maison de Manderson.

« Je suis aveugle et je ne vois pas les choses de ce monde ; mais quand la lumière vient d'En-Haut, elle illumine mon cœur et je peux voir, car l’œil de mon cœur voit toute chose. Le cœur est le sanctuaire au centre duquel se trouve un petit espace où habite le Grand Esprit par lequel il voit tout chose, et par lequel nous voyons. »

Son fils Ben Black Elk devant la tombe de son père

 

Black Elk : un sioux en voie de canonisation...

Pour la première fois, un chef indien converti au catholicisme pourrait devenir un saint de l'Église catholique. Avant cela, ses soutiens doivent encore constituer un dossier auprès du Vatican pour démontrer l'influence de cet homme. Retour sur son incroyable histoire.

Partager cet article

13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 11:49

Guy Trédaniel

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Le Dr Jean-Jacques Charbonier, anesthésiste-réanimateur, étudie en toute indépendance les états de conscience modifiés et les expériences de mort provisoire depuis plus de vingt ans. Auteur de plusieurs publications dont Les 7 Bonnes Raisons de croire en l'au-delà, La Mort expliquée aux enfants, La Conscience intuitive extraneuronale ou encore Contacter nos défunts par l’hypnose, il donne de nombreuses conférences en France et à l'étranger et est régulièrement invité dans les émissions de radio et de télévision.

Résumé du livre :

Pour beaucoup, Jean-Jacques Charbonier est une sorte d’O.S.N.I. (Objet Scientifique Non Identifié), car il évolue depuis des années dans des disciplines qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer, et ne se revendique d’aucun groupe de pensée dogmatique. Médecin anesthésiste-réanimateur toujours en exercice, il a collecté durant plus de trois décennies des centaines de témoignages de personnes ayant vécu des histoires époustouflantes lors d’arrêts cardiaques ou de comas. Curieux de tout ce qui touche au domaine de la conscience et sans a priori, il a accueilli avec un grand respect l’enseignement de chamans et de médiums, tout en s’intéressant également à d’autres approches scientifiques telles que la physique quantique. Enfin, il a recueilli avec beaucoup de rigueur et d’attention les expériences qu’ont vécues plus de 10 000 personnes qu’il a lui-même placées sous hypnose. L’ensemble de ses recherches lui a permis de mettre au point une technique simple et accessible à tous qui nous transforme en individu hyperconscient. Cet ouvrage expose en détail son cheminement, cet état d’hyperconscience et les manières de l’atteindre. Il démontre que nous avons tous en nous des capacités extraordinaires telles que la médiumnité, la vision à distance, la voyance, la régression dans des vies antérieures, l’intuition, la télépathie, la guérison, l’inspiration, la connexion aux informations divines et bien d’autres encore, tout aussi surprenantes.

Beaucoup se demandent comment l’on pourrait atteindre un état d’hyperconscience sans avoir à subir un accident ni être plongé dans le coma où vivre une EMI. C’est ce qu’a voulu expérimenter Jean-Jacques Charbonier en proposant des ateliers de Trans Communication Hypnotique (TCH), protocole qu’il explique en détail dans son précédent livre "Contacter nos défunts par l’hypnose".

Plus de 10 000 personnes ont déjà répondu présentes pour tester cette technique originale grâce à l’hypnose, une méditation guidée qui facilite les vécus subjectifs. Les époustouflantes perceptions récoltées des TCHistes, qui à l’issue de ces séances collectives ont réussi à se connecter à leur conscience intuitive extraneuronale (CIE) en inhibant leur conscience analytique cérébrale (CAC), ont permis à Jean-Jacques Charbonier d’affiner ses recherches et d’aller plus loin dans la compréhension et le fonctionnement de la conscience.

Cet ouvrage est donc une synthèse de tout cet enseignement que Jean-Jacques Charbonier a reçu en tant que médecin anesthésiste-réanimateur durant les quarante dernières années sur cette expansion de la conscience qui a déclenché chez certains expérienceurs, y compris des TCHistes, une transformation de leur existence, une nette amélioration de leur santé, et plein d’autres choses tout aussi salutaires pour eux, comme pour leur entourage.

Afin que tout le monde puisse en bénéficier, Jean-Jacques Charbonier nous délivre les différents moyens d’accéder à cet état d’hyperconscience qui amène à débrancher le bavardage incessant de notre CAC, afin d’accéder à cette subtile dimension d’informations et de perceptions qui vient transcender l’habituel, le connu.

 

Pour la petite anecdote, j’ai participé à un atelier de TCH et, comme j’avais mal au dos à cette époque, j’ai juste vu deux visages souriants apparaître, celui de ma maman et mon petit frère, tous deux décédés, mais la douleur m’empêchait d’aller plus loin.

Par contre, il y avait une personne qui était venue faire cette séance juste par curiosité. Réfractaire dès le départ, elle n’a pas réussi à se détendre et comme le temps lui semblait long, tout en gardant le casque sur les oreilles, elle en a profité pour essayer de dormir et c’est là que, d’un seul coup, tout est arrivé.

Quand elle a raconté ce qu'elle venait de vivre, cette personne était très émue, car, durant ce lâcher-prise, elle a vu des êtres lumineux et reçue un amour immense, je voyais, pendant qu’elle nous racontait son expérience, sa stupeur, elle était complètement chamboulée et interloquée par ce qu’elle venait de vivre.

J’ai été sidérée de la voir ainsi se transformer pratiquement sous mes yeux. En quelques minutes, toutes ses certitudes se sont effondrées et c’est vraiment à cet instant que je me suis rendu compte du bienfait de ces ateliers, car ils peuvent aider les personnes à prendre conscience qu’à tout moment l’on peut avoir accès à cet autre plan extrasensoriel dans lequel nous pouvons reprendre confiance en la Vie, en quelque chose de bien plus grand qui nous reconnecte avec nous-mêmes, en nous amenant à voir le monde différemment...

 

Pour aller plus loin :

Rencontre avec Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste français, référent en réanimation qui s'est spécialisé dans les expériences de mort imminente.

 

 

Partager cet article

14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 13:00

Leduc.S Editions

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Fabienne Raoul a exercé durant 15 ans comme ingénieure matériaux et manager dans le secteur de l’énergie nucléaire. Ses expériences de transformation profonde l’ont amenée à changer de vie pour devenir thérapeute (sophrologie, soins énergétiques…). Agissant comme catalyseur, elle accompagne, reconnecte et révèle les personnes à leur véritable nature.

 

Résumé du livre :

10 février 2004. Fabienne Raoul, ingénieure nucléaire, fait un malaise cardiaque sur son lieu de travail et bascule alors dans un « ailleurs » sans aucune limite, où tout n’est que lumière. Incroyablement sereine, enveloppée d’une onde d’amour, elle entre en contact avec des êtres lumineux emplis de sagesse. Bouleversée par cette expérience de mort imminente, elle revient métamorphosée alors que toutes ses certitudes volent en éclats. Comment expliquer ce passage dans l’autre-monde ? Et si notre réalité n’en était qu’une parmi bien d’autres ? Quel sens donner aux prémonitions, synchronicités et contacts avec l’autre monde qui se multiplient dans sa vie ? Et d’où vient cette soudaine faculté à soigner avec ses mains ? Passionnant, le témoignage de Fabienne Raoul est éclairé des dernières recherches scientifi ques en physique quantique. Et si nous faisions partie d’un grand tout, bien plus vaste que ce que nous pouvons voir et même concevoir ?

Comment une scientifique qui a exercé durant quinze ans comme ingénieure dans le secteur de l’énergie nucléaire a-t-elle pu réapprendre à vivre après avoir vécu une EMI dans laquelle elle s’est retrouvée dans un espace entouré d’être lumineux ?

C’est ce que Fabienne Raoul nous raconte dans cet ouvrage en revenant sur sa vie d’avant quand elle était en poste dans ce milieu cartésien, fermé et pétri de certitudes jusqu’au jour où, après un malaise cardiaque, tout bascule. En un instant, elle va faire un bref et pourtant intense passage dans un autre monde, transformant radicalement son existence, jusqu’à balayer toutes ses croyances.

Impossible de reprendre ma vie d’ingénieure comme si de rien n’était et d’oublier cette expérience qui était incompréhensible pour la rationnelle que j’étais. Je devais comprendre. C’est devenu une quête.

Pour rassurer son mental de scientifique, Fabienne va commencer par chercher des ouvrages de médecins relatant ces expériences de mort imminente et de scientifiques notamment par le biais de la  physique quantique, afin de comprendre cet autre monde, cette autre réalité qui lui a été donné d’approcher, mais également certains phénomènes étranges, ces « bizarreries » qui ont surgi dans sa vie suite à son EMI.

Dans ce parcours atypique, c’est pas-à-pas que l’on suit Fabienne Raoul dans son analyse, son évolution à travers cette quête philosophique et spirituelle qui l’a amenée à faire des rencontres riches de sens et d’enseignements qui iront jusqu’à déclencher des prémonitions, des synchronicités afin de la guider sur un tout autre chemin où elle pourra aider son prochain en tant que thérapeute, grâce à cette capacité énergétique qui lui a été donnée.

Un témoignage éloquent qui nous aide à ressentir cet univers invisible qui nous lie les uns aux autres et qui nous fait prendre conscience de qui nous sommes réellement.

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. (Teilhard de Chardin)

 

Pour aller plus loin :

Pour cette première et nouvelle émission intitulée "Les Rendez-Vous de Florinette" j’ai eu le plaisir d’accueillir Fabienne Raoul venue parler de son ouvrage.

 

Pour aller encore plus loin :

Fabienne Raoul est intervenue également lors de la conférence La Face cachée de la conscience que je vous avais présentée ICI et dernièrement dans l’émission C'est que de la télé, sur C8 avec Caroline Ithurbid.

 

 

Partager cet article

30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 15:27

Le Passe-Monde

 

Ce qu’il faut avant tout savoir :

Après avoir fait des études de Lettres et de Pharmacie, Marie-Johanne Croteau-Meurois, né à Québec, a travaillé pendant une douzaine d’années dans un grand Centre Hospitalier Universitaire. Hypersensitive depuis toujours, elle a tout naturellement été amenée à s’ouvrir aux autres dimensions de la vie. Marie Johanne Croteau dirige également les Productions Intus Solaris et enseigne les thérapies énergétiques dans plusieurs pays. Épouse de Daniel Meurois, elle est, avec lui, co-auteur du Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Egyptiennes et l’auteure du Portail des Elfes, un best-seller déjà traduit en quatre langues.

Résumé du livre :

On a déjà beaucoup écrit sur la morte et les mondes de l’Après-vie. Il existe toutefois peu d’ouvrages consacrés à ce que vivent les âmes de ceux qui quittent notre monde dans des conditions difficiles, soudaines, parfois dramatiques… Un accident, une maladie dévastatrice, un refus d’espoir en l’existence d’une autre réalité, ou encore un meurtre. Que se passe-t-il pour elles ? Que traversent-elles et que pouvons-nous faire pour les aider ? Avec Ces âmes qui nous quittent, Marie Johanne Croteau-Meurois comble une telle lacune. À l’aide de douze récits authentiques, elle partage avec nous son surprenant vécu auprès d’âmes qui ont quitté cette vie dans des circonstances douloureuses et même dramatiques. Il en résulte ce livre-témoignage poignant, riche en informations, en connaissances et aussi porteur d’une immense compassion. Une source d’inspiration ainsi que de réconfort et d’espoir pour mieux comprendre le sens de la vie et de ses prolongements.

Depuis de nombreuses années, Marie-Johanne Croteau-Meurois a cette capacité d’entendre et de voir les défunts, même si au début elle a refusé cette faculté avant d’en comprendre l’importance.

Selon les cas, Marie-Johanne peut accompagner simplement des âmes qui sollicitent son aide pour diverses raisons, mais également celles qui se retrouvent brutalement expulsées de leur corps suite à un accident, ou ces âmes qui n’acceptent pas de se sentir toujours vivantes puisqu’elles ont tout fait pour y mettre fin.

Au fil des pages, Marie-Johanne nous explique sa façon de procéder quand elle vient en aide aux suicidés qui se retrouvent complètement démunis, parfois en colère ou apeurés, afin de leur expliquer, avec beaucoup de patience et de tendresse, ce changement d’état qu’est la mort. Elle leur sert également de guide en les accompagnant vers la Lumière grâce à cette faculté innée de se décorporer.

Cet Après, je le parcours car je le vis dans ma chair […] je visite régulièrement les "Au-delà" pour aider au mieux des défunts puis j’en reviens. La mort, je la connais donc "du-dedans". Un tel don - ou particularité, si vous préférez - est bien étrange à "vivre vivant" mais il est enseignant et ouvre de grandes portes sur les multiples mondes qui existent autour de nous… et en nous.

À la fin de l’ouvrage, Marie-Johanne Croteau, laisse la parole à diverses personnes telles que Jean-Jacques Charbonier, médecin anesthésiste réanimateur, la médium thérapeute Laila del Monte, Eric Dudoit, docteur en psychologie, théologien et enseignant, Guy Londechamp, chercheur en médecine énergétique, Johanne Razanamahay, chamane et enseignante, Hélène Giroux auteure et accompagnatrice de fin de vie… afin de partager leurs réflexions sur l’approche de la mort, leur propre mort et l’après

À la lecture de ces divers témoignages étonnants et enrichissants, Marie Johanne Croteau-Meurois nous amène à porter un regard différent sur la mort, mais surtout sur la vie, car c’est avant tout notre vécu qui déterminera notre après…

 

Pour aller plus loin :

Jean-Charles Chabot a invité Marie-Johanne Croteau-Meurois pour parler de son dernier livre Ces âmes qui nous quittent. Ce livre nous invite à entrer dans l’intimité de 12 histoires vraies, 12 cas vécus où, en état de décorporation, elle a aidé des âmes décédées à passer de l’autre côté. Également, en deuxième partie de l’entrevue, se trouve une participation spéciale de Dominique Svaldi qui a vécu une expérience de mort provisoire et dont il est mention dans ce livre.

 

 

 

 

Partager cet article

23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 14:03

Des femmes expertes ont la parole

Édition BoD

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Stéphanie Honoré a travaillé comme éditrice en tant que salariée dans une société d’édition internationale pendant plus de 15 ans. Il y a 10 ans maintenant, elle s’est mise à son propre compte en faisant de la gestion éditoriale de projet pour différentes maisons d’édition. Puis elle a commencé à développer le catalogue de divers domaines d’éditeurs en recrutant des auteurs. Pour plus d’information sur son travail ou sur ses prochains événements, rendez-vous sur son site : Stéphanie Honoré

 

Résumé du livre :

Notre monde bouge. Nos consciences s’ouvrent. Nous sommes nombreux à nous questionner sur la conscience et ses états modifiés, à faire des expériences, à suivre des chemins de traverse. Mais au fait, qu’est-ce que la conscience ? Est-elle juste notre capacité à percevoir ou à s’émouvoir, à penser ou se comporter ? Ou bien plus que ça ? Que penser des états modifiés de la conscience comme dans le cas de l’hypnose, des rêves, des sorties hors du corps et des expériences de mort imminente, des mémoires prénatales, de la médiumnité ? La conscience peut être multidimensionnelle et toutes ces facettes-là à la fois. Partons les explorer avec, une fois n’est pas coutume, 12 femmes expertes et passionnantes !

Qu'est-ce que la conscience ? Est-elle notre capacité à percevoir ou à s’émouvoir , à penser ou se comporter ? Ou bien plus que ça ? Est-elle ce que l’on sent ou ce que l’on sait de soi, des autres et du monde qui nous entoure ? Est-elle le reflet de nos perceptions ou de nos projections ? Se loge-t-elle dans le corps ? Si elle se loge hors du corps, où se trouve-t-elle exactement ?…

C’est autour de cette thématique que le 06 octobre 2018 s’est déroulée à Paris une journée exceptionnelle organisée par Stéphanie Honoré qui a réuni 12 femmes d’exceptions venues d’horizons divers, et de domaines différents pour nous parler des multiples facettes de la conscience au travers de leurs parcours passionnants et inspirants.

Ce livre, qui en est la restitution avec en plus des questions-réponses dirigées par Stéphanie Honoré à la fin de chacune de ces interventions, nous permet d’entrevoir que les divers états élargis ou modifiés de la conscience, que ce soit à travers le rêve, l’hypnose, l'EMI etc. nous donnent accès à une tout autre vision de la réalité, imperceptible et inaccessible en temps ordinaire.

J’ai trouvé cette idée formidable de retranscrire ces douze conférences qui sont un prolongement, voire même une découverte pour tous celles et ceux qui, comme moi, n’ont pas pu s’y rendre. Alors, n’hésitez pas, devenez des explorateurs de l’invisible en parcourant cette face cachée de la conscience !

 

Pour aller plus loin :

Vous avez aussi la possibilité de voir les ouvrages des douze intervenantes en cliquant sur "auteure" ou visionner quelques-unes de ces conférences en ligne sur YouTube en cliquant sur l'image ou sur l'intitulé :

  • Audrey Fella (historienne des religions, journaliste et auteure) nous parle de « Mystique et conscience »

 

Pour commander le livre "La Face Cachée de la Conscience", cliquer ICI

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche