Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 09:26

Jusqu’à quel point une espèce animale peut-elle avoir un impact positif sur son environnement ? Au Parc Yellowstone, le loups vont jusqu’à changer le comportement des rivières.

Loup.jpg

« Les loups, bien que peu en nombre, ont non seulement transformé l’écosystème du parc de Yellowstone, cette gigantesque région, mais aussi sa topographie », dévoile une vidéo postée par l’association Sustainable Man. En reprenant la place naturelle qu’ils avaient perdue dans un écosystème qui avait besoin d’eux pour se rééquilibrer, les loups ont eu par effet de ricochet des impacts insoupçonnés sur leur environnement. « Les cerfs ont commencé à éviter certains endroits du parc. Et immédiatement ces endroits ont commencé à se régénérer ».

La végétation a repris ses droits. Une grande diversité de plantes, buissons, arbres, s’est développée. Par réaction en chaîne, oiseaux, loutres, ragondins, canards, belettes, renards et même les ours, ont élargi leurs territoires. Les castors, véritables ingénieurs écologiques, ont construit plus de barrages, au grand bonheur de nombreux poissons et reptiles qui y ont pris refuge. Les arbres et les buissons ont recouvert les zones sujettes à l’érosion et consolidé les berges des rivières. Celles-ci se sont ainsi régénérées et stabilisées.

 

 

Quelle leçon d’écologie ! La réintroduction des loups au parc de Yellowstone aux Etats-Unis en 1995 nous montre que chaque espèce constitue un maillon important dans l’écosystème dont il fait partie. Son influence ne se cantonne pas seulement à ses voisins immédiats dans la chaîne alimentaire mais, par répercussion, à l’ensemble de son environnement. Chaque être vivant fait partie d’un tout et l’équilibre du tout est dépendant du bon fonctionnement de chacun.

 

Lire l'article sur Inrees.com

Partager cet article

31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 09:08

 

On-nous-appelait.jpg

Editions Le jour

Ce qu'il faut avant tout savoir :

D.Rankin.jpgDès l'âge de 7 ans, Grand-Père T8aminik (de son vrai nom Kapiteotak) fut désigné comme apprenti homme-médecine et successeur de son père à titre de chef héréditaire. Au bout de 50 années d'enseignements et d'initiations, il est à son tour devenu un « aîné » pleinement reconnu par ses pairs et se consacre désormais au rôle d'enseignant et de leader spirituel auquel on le destinait. En 2013, il fondait avec la journaliste et apprentie femme-médecine, Marie-Josée Tardif, l'Organisme à but non lucratif Kina8at, pour la promotion de la culture et la guérison des peuples autochtones. Son site : dominiquerankin.ca

Résumé du livre :

Né sur les berges de la majestueuse rivière Harricana, en Abitibi, le jeune Dominique Rankin est destiné à succéder à son père à titre de chef héréditaire et homme-médecine, mais l'envahissement des territoires autochtones par les Blancs et l'intégration forcée à leur société change radicalement le cours de son existence. Arraché à ses parents et à sa culture, il grandit dans le pensionnat des petits Sauvages avant de retrouver la liberté, son peuple et ses origines. Autrefois grand chef de la nation algonquine, il ouvre aujourd'hui le livre de ses souvenirs, les plus lumineux comme les plus sombres, et offre un vibrant témoignage sur le respect, le pardon et la guérison qui vous fera découvrir un peuple à la tradition millénaire.

stylo bleu reduit

C'est un parcours hors du commun que nous dévoile ici T8aminik, ce chef héréditaire et homme-médecine algonquin. Dès son plus jeune âge, il fut victime de terribles sévices durant ses années d'internat forcé dans les "Pensionnats des petits sauvages" tenu par des missionnaires religieux qui voulait le nettoyer de sa culture "démoniaque". Malgré toute cette violence, T8aminik a su dépasser sa haine qui le rongeait pour avancer vers le pardon et la réconciliation.

Aucun esprit de vengeance, juste un témoignage sincère sans haine, un message de guérison derrière lequel transparaît le pardon que je vous invite à découvrir.

Au bout de 50 années d'enseignements et d'initiations, T8aminik est à son tour devenu un « aîné » pleinement reconnu par ses pairs et se consacre désormais au rôle d'enseignant et de leader spirituel auquel on le destinait. Sa mission de propagation du message de paix Anicinape l'amène à prononcer des conférences et animer des stages de guérison partout au Canada et ailleurs dans le monde.

 

Après cette lecture rien que ces quelques mots dits par T8aminik m'ont émue...

 

Plus d'explication sur ce livre par T8aminik

 

Pour aller plus loin :

articlePlus de 200 personnes sont venues entendre les «Souvenirs nomades» du chef héréditaire et homme-médecine algonquin Dominique Rankin, lors de la conférence organisée le samedi 24 mai dernier par la Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut.  [...] La Médaille de l’Assemblée nationale du Québec est décernée à des personnalités qui, à travers leur engagement, méritent la reconnaissance de la société québécoise.

 

Sagesse Amérindienne entretien avec Lilou Macé

 

Son site : dominiquerankin.ca

Je vous laisse avec l'une de ces très belles photos extraite du site et que vous retrouverez dans le livre

1544.jpg

Titre : Sa Sainteté, Grand-Père William Commanda et T8aminik
Description : Sa Sainteté le Dalai Lama fut accueilli par notre petite délégation
d'aînés autochtones, lors de sa venue à Montréal en 2009.

 

Partager cet article

25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 10:00

 

 

 

Belle journée !

 

Partager cet article

18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 10:23

 

Nosso-Lar031.jpg

Ce qu'il faut avant tout savoir : 

3-Foto-Chico-Xavier.jpgFrancisco Cândido Xavier, connu sous le diminutif de Chico Xavier, est sans l'ombre d'un doute l'un des plus grands représentants de la culture brésilienne du XXe siècle. Homme bienveillant, il se consacra aux êtres dans le besoin. Son travail envers son prochain fit qu'en 1981, plus de 10 millions de personnes le plébiscitèrent pour l'obtention du Prix Nobel de la paix. Né en 1910 au sein d'un foyer humble, il commença dès l'âge de cinq ans à voir et entendre les Esprits. A compter de cet instant, un lien s'établit entre eux, lien qui donna lieu à la publication de plus de 412 ouvrages écrits sous la dictée des Esprits par le biais de sa médiumnité. Jusqu'à sa mort, survenue en 2002, il créa un répertoire regroupant des titres de divers genres - poésie, historique, roman - à caractère philosophique, scientifique et religieux.

Résumé du livre :

Nosso Lar est le nom de la colonie spirituelle qu'André Luiz nous fait découvrir dans ce premier livre, fruit de son travail. Au cours d'un récit vibrant, l'auteur nous transmet ses observations et ses découvertes sur la vie dans le monde spirituel, à la manière d'un reporter qui relate ses propres expériences. Il nous révèle un monde palpitant, plein de vie et d'activités, organisé de manière exemplaire, où les Esprits de la Terre passent par une période de rétablissement et d'éducation spirituelle supervisée par des Esprits Supérieurs. Nosso Lar n'est pas le Ciel; c'est plus un hôpital, une école, une zone de transit. Mais cela nous permet de voir par avance le Monde Spirituel qui nous attend lorsque nous abandonnerons le corps de chair au moment de la mort physique.

stylo bleu reduit

C'est par la main du médium  Francisco Cândido Xavier alias Chico Xavier qu'André Luiz raconte les événements consécutifs à sa mort, son arrivée dans l'au-delà et les différentes étapes qu'il a dû traverser. Cet ouvrage publié à l'origine au Brésil en 1944 est très surprenant, car j'ai remarqué que les détails donnés sont très similaires avec d'autres témoignages émanant du monde invisible. Il y a de très beaux messages qui font réfléchir, car ils nous font prendre conscience à quel point nous forgeons nous-mêmes notre Au-delà puisqu'il n'y a pas de rupture, mais continuité. Chaque acte et pensée de notre vie construit notre éternité… Nosso Lar qui veut dire "Notre demeure" est un livre que je vous conseille vivement ainsi que son film retraçant cette représentation de l'au-delà dont vous pouvez découvrir la bande annonce ci-dessous. Pour information, ce livre constitue le premier volume d'une série de seize.

 

Pour plus d'information :

 

 

 

NossoLarCe film en portugais, sous-titré en français, révolutionne la vision de l'après vie.----Le film Nosso Lar (Notre Demeure) est une production brésilienne sorti fin 2010 (pas encore diffusé en France) basée sur l'ouvrage le plus connu. Lorsqu'il ouvre ses yeux, André Luiz sait qu'il n'est plus en vie. Il se rend compte qui n'appartient plus au monde des incarnés car il ne sent plus la faim, la soif, le froid. Autour de lui, une sombre plaine, déserte, ténébreuse, marquée par des cris et des êtres qui vivent dans l'ombre. Les doutes et la douleur s'intensifient. Quel est son destin ? Nosso Lar nous amène à suivre la trajectoire d'un médecin de succès dans le monde spirituel. Après avoir subi ces zones de purgation, André Luiz est emmené à la ville se nommant Nosso Lar. De nouveaux enseignements et connaissances, encore marqué par des moments de douleur et de souffrance, sont dans le chemin de cet homme, tout en apprenant ce qu'est la vie dans une autre dimension, qui aspire également à revenir sur Terre pour voir sa famille.

nossolarofilme.com

Afin de découvrir qui était Francisco Cândido Xavier voici la bande annonce du film basé sur le livre "La vie de Chico Xavier" du journaliste Marcel Souto Maior, ce film décrit l'histoire de ce médium qui vécut jusqu'à l'âge de 92 ans. C'est une vie de médium spirite, que vous découvrirez, entièrement dévouée à son prochain bénévolement. C’est aussi une vie de luttes avec une production médiumnique impressionnante, plus de 400 ouvrages psychographiés vendus à plus de 30 millions d'exemplaires. Il a  fait don de tous les droits à des organismes de bienfaisance. "Je n'ai rien écrit. Ils, les esprits, ils ont écrit" répéta-t-il sans cesse.

 

 

 

Partager cet article

11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 13:13

En Colombie, les indiens Kogis sont chassés de leurs terres ancestrales. Pour eux, pour nous, la préservation de leur culture est vitale, car rendre la Terre à ses gardiens, c'est réveiller nos Etincelles… alors comment les aider d'un simple clic ?

kogis1.jpg

 

C’est l’histoire d’une montagne enneigée, cernée par le désert et la mer caraïbe, dans la région colombienne de Santa Marta. Une terre qu’on dit étrange, mystérieuse, attachante… C’est l’histoire du peuple qui vit là, perché à près de 6000 mètres d’altitude, depuis plus de 500 ans. Derniers héritiers des grandes civilisations précolombiennes, les Kogis ne considèrent pas la Sierra Nevada simplement comme un lieu de vie, mais comme le cœur du monde, le siège sacré de la Terre-mère, celle qui leur a transmis le code moral et spirituel qui régit leur société.

La biodiversité de la Sierra Nevada est remarquable : 500 hectares de forêt tropicale, 35% des oiseaux nationaux, 7% des espèces vivantes sur la planète. Sa position lui confère le rôle de château d’eau pour les habitants de la région. Ces ressources, pourtant, sont gravement menacées. Dérèglement climatique oblige, les rivières s’assèchent, la glace disparaît. La déforestation anéantit les espèces, et chasse les Kogis de leurs terres.

Un savoir précieux

Ils ne sont plus que 12000, mais leur savoir est précieux. « Les Kogis sont porteurs de valeurs qu’on n’a plus, d’un sens qu’on n’a plus, d’une médecine préventive qu’on n’a plus, d’un accès à la connaissance qu’on n’a plus », commente Eric Julien, fondateur de l’association Tchendukua, qui soutient les Kogis depuis plus de 15 ans. Les aider à conserver leurs territoires et leurs rites ancestraux n’est pas qu’un geste moral : c’est une nécessité pour nous tous.  

« Pour eux, perdre leur terre, c'est perdre leur culture, confirme l’auteur Christophe Chenebault. Pour nous, c'est la mort d'une mémoire et d'un savoir irremplaçable », ainsi que d’un poumon de protection de l’environnement. « Nous ne vous demandons pas seulement de nous aider pour retrouver des terres, nous vous demandons surtout de nous aider à protéger ce que vous appelez la nature, les êtres vivants, les animaux, les plantes, les arbres, mais aussi les pierres, plaident les Kogis eux-mêmes. Vous ne nous rendez pas seulement des terres pour que nous puissions cultiver, vous nous rendez aussi des lieux sacrés, les sites de nos ancêtres où nous pouvons faire notre travail traditionnel pour protéger les choses. »

Une oeuvre collective

A travers eux, c’est notre propre prise de conscience que nous cultivons. « Les peuples racine, dont font partie les Kogis, sont porteurs de solutions originales, à même de nous aider à voir autrement les grands enjeux de notre temps, non seulement dans le domaine des relations humaines, mais aussi dans celui de la science et de la compréhension des choses », estime Eric Julien. Permettre à leur façon de vivre et de voir le monde de perdurer, c’est nourrir notre propre chemin vers le respect, l’attention, le soin, l’écoute, la coopération, la recherche d’équilibre et d’harmonie…

Rien n'est éternel

Pour l'avenir de la planète et de l'humanité, et parce qu'en final la cause des indiens Kogis est notre cause... Contribuons ensemble avec ce livre à sauver le “Coeur du Monde” !

 

Envie de participer ? Christophe Chenebault travaille bénévolement depuis un an à la réalisation d’un beau livre au profit des Kogis, intitulé Rien n'est éternel sauf les étincelles. 40 photographes, dont Yann Arthus-Bertrand, Reza et bien d'autres talents, ont offert une de leurs images pour que puisse naître un ouvrage conçu comme « un voyage vers soi, vers l'autre, vers notre propre nature, vers d'autres cultures ». La vente de 2000 exemplaires permettra de racheter 100 hectares de terres sacrées, à travers l’association Tchendukua, et de les remettre aux Kogis.

 

Pour commander le livre, il suffit d’un clic :

Association Tchendukua

 

Pour aller plus loin :

 

 

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche