Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 12:22

Mes plus tendres pensées aux victimes et à leurs proches.

 

Partager cet article

9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 11:45

Editions Archipoche

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Reynald Roussel, médium depuis l’âge de cinq ans, a choisi de faire partager son expérience au cours des réunions qu’il organise à Paris et en province. C’est dans cet objectif qu’il a créé les Quatre R, "Rencontres et Recherches Reynald Roussel". Afin d'expliquer certaines manifestations surnaturelles, il travaille avec des prêtres, des médecins et des scientifiques. Il aide les personnes dans le deuil pour leur expliquer qu’après la mort le fil de la vie n’est pas coupé, que des contacts sont possibles. Il est intervenu sur Europe 1, France Culture et des radios locales. Il a également rencontré Marthe Robin qui lui a redonné la foi. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages. Son blog : Les potins de l'au-delà

Résumé du livre :

« Madame, votre grand-mère est là, à côté de vous, avec son chapeau de paille et son petit chat Croquette dans les bras. Elle vous demande de ne plus la pleurer... » Après leur mort, est-il possible que nos chers disparus restent à nos côtés et continuent de veiller sur nous ? Peut- on entrer en contact avec l'au-delà ? Depuis son enfance, Reynald Roussel, voit les défunts et communique avec eux pour transmettre aux vivants les messages qu'ils lui délivrent. Avec humilité, il évoque ses expériences et les phénomènes paranormaux dont il a été le témoin. Ce que les morts nous disent est avant tout un message d'espoir : il y a une vie après la vie.

L'auteur raconte son histoire, cette mission qu’on lui a confiée avec son lot de difficultés, de joies et d’enseignements. Même si le quotidien de Reynald Roussel peut nous paraître impressionnant, pour lui il n’a rien de sensationnel, c’est simplement la vie un peu différente d’un homme à qui les morts parlent.

La mort fait partie de la vie. La seule différence entre vous et moi tient à cette affirmation : je sais qu’il y a autre chose après, car j’en fais l’expérience chaque jour !

Alors comme le dit si bien Philippe Wallon, psychiatre et chargé de recherche à l’INSERM, qui a préfacé et commenté ce livre :

Lisons donc le témoignage de Reynald Roussel dans tout ce qu’il a de merveilleux. Imaginons nos défunts à nos côtés, sentons leur présence encourageante face aux difficultés… et réfléchissons à ce que sera notre "après-demain", car nous ne sommes pas éternels !

Une confidence pleine de sincérité qui ne peut que réconforter les personnes endeuillées et celles qui s’interrogent sur la mort et après...

 

Pour aller plus loin :

Reynald Roussel, médium spirite, explique comment il pratique la médiumnité, à la fois en salle publique et en privé. Il évoque quelques unes de ses expériences et nous explique comment il conçoit la communication avec l'au-delà.

Son blog : Les potins de l'au-delà

 

 

Documentaire réalisé par Akasha Média TV - Radio

 

 

Partager cet article

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 11:02

L’Édito (extrait)

Un certain nombre d’auteurs ont décrit des communications après la mort (CAM) au cours desquelles les personnes en deuil disent avoir eu un véritable contact spirituel avec la personne décédée. Les CAM sont toujours des expériences profondément chaleureuses, qui aident beaucoup à la réussite du processus de deuil. Si la plupart des chercheurs en cette matière soutiennent que les CAM sont toujours spontanées, les travaux de Raymond Moody ont montré qu’on peut maîtriser dans une certaine mesure l’apparition de ces expériences. Il existe désormais une nouvelle technique d’induction des CAM, produisant une expérience plus élaborée et provoquant souvent une résolution complète du deuil. Ces CAM induites (ou CIAM) s’apparentent beaucoup plus aux expériences de mort imminente (EMI, appelées en terminologie anglo-saxonne NDE, « near-death experiences ») que les CAM spontanées, ce qui incite fortement à penser que CAM et NDE pourraient bien être, fondamentalement, le même phénomène. Ce type d’expérience n’est pas rare chez les personnes endeuillées, et on trace à toutes les époques. […]

 

Pour feuilleter le magazine, cliquez sur la couverture

Édito (extrait) – Les portes de la nuit

La nuit, au cœur de la forêt amazonienne et dans l’obscurité la plus totale, il m’est arrivé d’apercevoir un autre monde. […] Étais-je confronté à ce monde intérieur né des tréfonds de mon inconscient ? Ou bien un autre monde, d’ordinaire invisible, m’apparaissait-il parce que mes sens usuels étaient mis au repos par l’obscurité ? […] Cette question me taraude encore aujourd’hui. La réponse n’est pas évidente tant les frontières entre monde intérieur et réalités extérieures semblent parfois se dissoudre ; et plus encore la nuit. Alors en ces premiers temps de l’année 2015, tandis que nous traversons ces longues nuits d’hiver, nous avons voulu vous proposer d’explorer toutes les facettes de ce monde nocturne inconnu. Un espace où nous passerons la moitié de notre vie. Avec cette question : la nuit, l’obscurité, nous confronte-t-elle seulement à nous-mêmes, ou à d’autres mondes ? Mais la seule façon de trouver une réponse à cette question ne consiste-t-elle pas à plonger soi-même dans le noir afin d’en faire l’expérience directe ? [...]

 

Pour feuilleter le magazine, cliquez sur la couverture

Édito (extrait) – Je suis optimiste et vous ?

Le monde m’inspire une profonde espérance. Et vous ? L’espérance, c’est la confiance dans le fait que l’adversité ne nous atteindra pas dans nos valeurs et notre éthique, quoi qu’elle nous impose au quotidien. L’espérance, c’est la certitude que les difficultés de la vie peuvent nous rendre meilleurs, et que c’est en parvenant à être meilleurs, dans ces circonstances pénibles, que nous améliorons le monde. L’espérance, c’est la confiance. La confiance dans la vie, dans les forces invisibles qui agissent sur le destin de l’homme et de la terre. La certitude que notre avenir sera construit par nos actions du présent. […]

 

Bonne lecture !

 

Partager cet article

5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 14:08

J'ai trouvé cette citation qui, je trouve, complète à merveille Le Livre des Tables (ci-dessous)

Partager cet article

4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 11:38

Editions Gallimard

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Victor Hugo né le 26 février à Besançon et décédé le 22 mai 1885 à Paris, est un poète dramaturge et prosateur romantique considéré comme l'un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a joué un rôle majeur dans l'histoire du XIXe siècles.

Dans ce 1er ouvrage Patrice Boivin, professeur de lettres, aborde une période méconnue de la vie de Victor Hugo en exil volontaire à Jersey durant la période de 1853 à 1855.

Résumé du livre :

De 1853 à 1855, en exil à Jersey, Victor Hugo se livre quasi quotidiennement à des séances de spiritisme. Il discute avec les esprits les plus illustres, Jésus-Christ, Dante, Molière, Shakespeare, ou les formes les plus abstraites (l'Ombre du sépulcre, le Drame ou l'Idée). Les séances sont consignées sur des procès-verbaux qui serviront à établir Le Livre des Tables dont Hugo envisageait une publication posthume. Quatre cahiers manuscrits forment Le Livre des Tables ; seuls deux d'entre eux nous sont parvenus, dont un inédit. Cette édition reproduit pour la première fois les quatre cahiers en s'appuyant, pour les deux cahiers perdus, sur les procès-verbaux originaux et inédits, que nous avons retrouvés. «Tout grand esprit fait dans sa vie deux ouvres : son ouvre de vivant et son ouvre de fantôme», affirme l'esprit de la Mort. C'est un Victor Hugo rare et mystérieux qui se dévoile ici.

À partir du mardi 6 septembre 1853, les jours et les nuits de Victor Hugo vont prendre un tour nouveau. Delphine de Girardin vient rendre visite à la famille Hugo exilée à Jersey. Dès son arrivée, elle s’avoue impatiente de les initier aux Tables dites tournantes venues des États-Unis et qui venaient de gagner la France. Ces Tables, qui pouvaient faire parler les morts des plus anciens au plus célèbres, suscitaient un grand mouvement de curiosité.

Ce n’était qu’une mode qui distrayait le Tout-Paris, qui se remettait tout juste du coup d’État, mais que Delphine de Girardin s’était prise de passion. Victor Hugo, qui venait de publier Les Châtiments et préparait Les Contemplations, se montra très réticent à participer à ses séances. Delphine de Girardin se tourna alors vers Adèle Hugo qui accepta de faire parler la table. Les premiers tâtonnements furent difficiles et donnèrent peu de résultats, mais cela ne découragea pas Mme de Girardin qui, l’avant-veille de son départ, voulut refaire une dernière tentative.

« Le dimanche soir, 11 septembre 1853, après le dîner, soit dix ans et sept jours exactement après la mort de Léopoldine*, dix convives sont présent à Marine-Terrace : Delphine de Girardin, Mme Hugo, Victor Hugo, Charles Hugo, François-Victor Hugo, Adèle Hugo, le général Le Flô et son épouse, le comte Henri de Tréveneuc, ami du général, et Auguste Vacquerie. […] Léopoldine vint à la table de Marine-Terrace. La véracité de la présence de sa fille ne faisait aucun doute pour Mme Hugo qui avait posé, hors compte rendu, une question à sa fille dont la réponse avait été décisive pour elle. Elle comportait en effet la révélation d’un fait qui n’était connu que de sa fille et d’elle-même. »

Cette révélation va donc garantir la véracité des voix futures. Victor Hugo, très bouleversé par ce contact, s’intéressera dès lors au spiritisme en reconnaissant le talent médiumnique de son fils Charles. Les séances seront scrupuleusement consignées sur des procès-verbaux qui serviront à établir Le Livre des Tables.

Cet ensemble de feuillets témoigne des questions, des observations avec les esprits des grandes figures de la littérature, de l’Histoire, de la philosophie ainsi qu’avec certaines formes abstraites tels que la Mort, le Drame… Ces séances spirites s’achèveront le 8 octobre 1855 suite à un arrêté d’expulsion obligeant la famille Hugo à quitter définitivement Jersey pour Guernesey. De cette période spirite l’œuvre hugolienne en portera la trace. Il ne faut pas oublier que Victor Hugo, à lui seul, était déjà un grand visionnaire comme le démontrent ses écrits sur l’Europe, la justice sociale, la peine de mort…

Ce qui m’a vraiment étonnée ce sont certaines révélations faites par les esprits des Tables, car ce qui est dévoilé est par moment très proche des témoignages de l’au-delà… Il y a aussi de très beaux poèmes dictés par eux, des réflexions pertinentes et incroyables et surtout la certitude pour Victor Hugo de l’existence et la survie de l’âme.

 

*Léopoldine, première fille de Hugo, est morte noyée dans la Seine au lieu-dit « Le Dos d’Âne », à Villequier, le 4 septembre 1843.

 

Pour aller plus loin :

De 1853 à 1855, en exil à Jersey, Victor Hugo se livre quasi quotidiennement à des séances de spiritisme. les procès-verbaux de ces séances ont été consignées dans des cahiers qui nous sont dévoilés ici. PATRICE BOIVIN nous les fait découvrir

 

Spiritisme et art de Hugo à Breton à la Maison de Victor Hugo

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche