Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 10:43

Editions Chariot d'Or

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Jean-Claude Secondé est ostéopathe. Il se consacre aux médecines naturelles depuis de nombreuses années.Il s'est formé dans plusieurs domaines spécifiques des médecines douces (ostéopathie, naturopathie, etc.) aussi bien en France, qu'à l'étranger (Allemagne, Angleterre). Il est aujourd'hui l'un des rares praticiens des médecines naturelles à reconnaître ouvertement l'intérêt de la médecine allopathique, avec ses limites, et à intégrer au mieux l'apport des médecines douces aux traitements "classiques" de la médecine allopathique. Soucieux de faire bénéficier à ses patients des dernières évolutions médicales, en contact avec des professionnels de la santé en Europe et en Amérique du Nord, il transmet ses connaissances à travers ses livres et son enseignement. Il participe chaque année à des congrès professionnels spécialisés. Son site : jcseconde.com

Résumé du livre :

C'est au XXe siècle que René Quinton, passionné de savoir, fit une géniale découverte qui allait offrir des trésors d'oligoéléments favorisant la bonne santé de notre organisme. Le principe a permis de sauver et de soigner des milliers de personnes atteintes de maladies diverses, depuis plus d'un siècle. Les expérimentations de René Quinton sur les animaux, les globules blancs et les enfants ont débouché sur une théorie fructueuse. Ouverture de dispensaires marins, mise au point de formules hypertoniques ou isotoniques de cette eau de mer non chauffée : autant de vrais cadeaux... Ce produit sûr, non dangereux, méconnu, mais acheté dans le monde par millions d'ampoules, booste l'immunité en nourrissant l'organisme ! Si vous aspirez à prévenir plutôt qu'à guérir, à accompagner vos soins médicaux, à les rendre plus efficaces, misez sur la cure de mer de Quinton. Suivez le guide et laissez les richesses minérales de la mer s'épanouir dans votre corps.

L'eau de mer représente la vie et ça René Quinton l'a bien compris !

En effet, la mer contient pratiquement tous les minéraux dont nous avons besoin et ces derniers sont rendus biodisponbiles par leur solubilisation dans l'eau et un équilibre parfait. Certains éléments sont retrouvés à dose pondérale, alors que d'autres, plus rares, font l'appoint de nos carences. (Dr Albert-Claude Quemoun, Président de l'Institut homéopathique scientifique - Extrait de la préface)

Le biologiste René Quinton se rendit célèbre dans le monde entier grâce à l'une des plus grandes découvertes du XXe siècle qui sauva la vie à des milliers de malades. En 1904, il publia "L'Eau de mer, milieu organique" qui démontre les vertus thérapeutiques de l'eau de mer sous divers procédés tant hypertonique (salée) qu'isotonique. Cette dernière solution présente la même concentration en sel que dans le sang, les larmes ou d'autres sécrétions humaines.

En 1907, le quotidien français de l'époque publia cet article pour annoncer le premier "Plasma de Quinton" :

Les travaux de Pasteur apportèrent une conception de la maladie. Ceux de Quinton nous apportèrent une conception de la santé… Qu'est un sérum de Pasteur ? C'est un sérum particulier à une maladie et contre cette maladie, un sérum qui attaque un microbe donné et aucun autre. Qu'est l'eau de mer ? C'est un sérum qui n'attaque aucun microbe particulier, sinon qu'il donne à la cellule organique la force pour lutter contre tous.

Le plasma de Quinton avait fait ces preuves entre les deux guerres quand les officines ne disposaient pas de médicament. C'est dans ces circonstances que le traitement d'eau de mer de Quinton a pu démontrer sa grande efficacité polyvalente, car cette cure est efficace pour traiter diverses pathologies dans différents domaines (dermatologie, gastro-entérologie, gynécologie, pédiatrie, gériatrie, endocrinologie, neurologie, infections, etc.)

 

Plusieurs cas de guérisons ont été répertoriés sur le site : Santé de l’océan

 

Dans ce petit livre, Jean-Claude Secondé nous dévoile la formidable aventure de ce trésor thérapeutique qui, il faut le souligner, avait même sa place dans le Vidal, la bible des médecins (lire la fiche), qui reconnaissait l'efficacité et la qualité de ce produit naturel sans aucune contre-indication avant que les laboratoires imposent leurs médicaments chimiques et fassent tomber cette méthode naturelle dans l'oubli

C'est donc un petit guide très utile que nous offre Jean-Claude Secondé, car dans les dernières pages se trouvent des indications et conseils pour offrir à votre corps toute l'aide nécessaire pour entamer cette merveilleuse cure marine de Quinton qui revigorera votre immunité en nourrissant votre organisme !

 

Pour aller plus loin :

Interview réalisée pour l'émission "Bien être" sur Direct8 dans laquelle l'ostéopate Jean Claude Secondé explique les bénéfices des spécialités Quinton.

 

Pour aller encore plus loin :

Pierre Lance nous parle de René Quinton dans un documentaire passionnant sur ces savants maudits, chercheurs exclus, extrait :

Un documentaire de Jean-Yves Bilien & Pantxo Arretz © Satya Productions & BigBangBoumFilms - 2006

 

Il y a aussi un documentaire très intéressant que vous pouvez retrouver sur le site Films & Documentaires : Le plasma de Quinton par le Dr François Epineuze.

 

A lire également :

 

Le site officiel : Laboratoires Quinton

 

Partager cet article

9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 13:44

Voici une histoire vraie et incroyable que j’ai découverte dans le tome 1 des Histoires magiques de l’histoire de France dont je vous ai parlé récemment :

Nous sommes au mois de mars 1882, dans l’Atlantique Nord. Le cargo anglais Swallow, commandé par le capitaine Blackman, navigue aux environs de Terre-Neuve. Il est huit heures du matin ; dans sa cabine, le second, Robert Bruce, est occupé à faire le point. Quand il a fini, il interpelle à travers la cloison le capitaine Blackman, son voisin, qui doit être, lui aussi, penché sur ses cartes.

— Oh ! capitaine !... Nous sommes plus au nord que je ne le croyais… Quel est votre point ?...

N’obtenant pas de réponse, il s’en va frapper à la porte de son supérieur. Silence. Intrigué, il pénètre dans la cabine et s’arrête, stupéfait. Derrière la table où se tient généralement le capitaine Blackman, un homme inconnu est assis, qui le regarde avec une sorte de ferveur.

— Qui êtes-vous ? demande le second. Comment êtes-vous entré ici ?

L’autre demeure immobile et silencieux.

— Eh bien, répondez ! Qui êtes-vous ?

L’inconnu sourit sans dire un mot.

— Ah ! on fait la mauvaise tête. Eh bien, mon gaillard, moi, je connais quelqu’un qui va vous faire parler !...

Et le second monte sur le pont, trouve le capitaine et lui explique ce qui se passe.

— Un passager clandestin ? D’où peut-il sortir ? dit le capitaine Blackman. On l’aurait vu, depuis trois semaines qu’on est en mer !

Les deux hommes redescendent et pénètrent dans la cabine. Elle est vide.

— Alors, où est-il votre oiseau ?... Dites donc, Bruce, je n’aime pas beaucoup qu’on se paie ma tête !...

— Mais, capitaine, je vous assure, il était là ! C’était un homme assez fort, blond, aux yeux très clairs…

— En smoking, peut-être, avec un haut-de-forme ?

— Mais non, il portait des habits de marin…

À ce moment, le capitaine se penche sur la table :

— Qu’est-ce que c’est que ça ?

Sur l’ardoise qu’il utilise pour faire ses calculs, une phrase est écrite : Gouvernez nord-ouest !

— Qu’est-ce que cela veut dire ? Qui a écrit cela ? demande le capitaine Blackman.

— Je ne sais pas, répond le second. L’inconnu sans doute.

— mais où est-il, votre inconnu ?

— Je l’ignore !

— Eh bien, nous allons le chercher !

Et le capitaine donne l’ordre de visiter minutieusement le bateau. Pendant deux heures, les marins fouillent le Swallow du haut en bas sans trouver la moindre trace de l’inconnu rencontré par Robert Bruce. Finalement, le capitaine se fâche :

— Je veux savoir qui a écrit cette phrase sur mon ardoise, dit-il. Que chaque marin vienne ici faire une page d’écriture !

Tout l’équipage défile dans la cabine. Robert Bruce lui-même doit copier la phrase mystérieuse. Quand tout le monde s’est exécuté, le capitaine regarde son second en hochant la tête : l’écriture qui figure sur l’ardoise ne correspond à celle d’aucun des membres de l’équipage…

Le capitaine Blackman, cette fois, est très impressionné. Comme tous les marins de cette époque, il est superstitieux. Après avoir réfléchi un instant, il dit à son second :

— Qu’on mette le cap sur le nord-ouest !

Et le cargo change de route.

Les heures passent. De temps en temps, le capitaine Blackman, sans rien dire, prend sa lorgnette et examine la mer. Que s’attend-il à trouver ? Il l’ignore ; mais il a l’intuition que ce changement de cap ne sera pas inutile.

Et vers quatre heures de l’après-midi, un marin aperçoit quelque chose. On approche. C’est un navire anglais pris dans les glaces.

On distingue des hommes qui agitent les bras. Le capitaine fait mettre des chaloupes à la mer et l’on ramène à bord du Swallaw tout l’équipage en perdition.

Un à un, les hommes transis et épuisés montent par l’échelle de corde, accueillis par le capitaine Blackman et son second.

— Nous venons de Québec, disent-ils, et nous allions à Liverpool quand notre bateau a été immobilisé par les glaces. Il y a une semaine de cela et notre situation devenait désespérée… Heureusement que vous êtes venus nous sauver !...

Les hommes montent toujours, enjambant le bastingage, et vont se faire servir un bol de vin chaud.

Soudain, Robert Bruce a l’impression que son cœur s’arrête de battre. L’homme qui, là, devant lui, se hisse en ce moment à bord du Swallow, cet homme un peu fort, blond et aux yeux clairs, il le reconnaît : c’est celui qu’il a vu dans la cabine du capitaine quelques heures plus tôt…

Un instant, leurs regards se croisent et Robert Bruce a l’impression que l’autre paraît troublé. Il le suit, le regarde boire son verre de vin chaud, puis s’approche et engage la conversation :

— Je me nomme Robert Bruce, je suis second à bord de ce bateau… Dites donc, c’est une chance que nous soyons passés dans les parages…

— Oui, dit l’autre… Mais je savais que nous serions sauvés…

— Comment le saviez-vous ?

— Ce matin, je dormais et j’ai fait un curieux rêve… J’ai rêvé que j’étais à bord d’un cargo anglais comme le vôtre et que je rencontrais un homme… il vous ressemblait d’ailleurs, c’est curieux… J’étais dans une cabine, assis devant une table. Et puis, l’homme est parti. Alors, j’ai pris une craie et j’ai écrit un message sur une ardoise… Je me souviens, j’ai écrit : Gouvernez nord-ouest !... Ensuite, je me suis réveillé et j’ai dit aux copains : « Aujourd’hui, on sera sauvé ! »… Je leur ai raconté mon rêve et ils ont rigolé. Mais quand ils vous ont vus arriver, à quatre heures, ils étaient un peu épatés… Moi aussi, d’ailleurs…

Robert Bruce a écouté le marin sans l’interrompre.

— Voulez-vous venir avec moi ? dit-il. Je vais vous montrer quelque chose.

Et il l’entraîne dans la cabine du capitaine.

— Reconnaissez-vous ceci ?

L’autre voit l’ardoise où se trouve toujours la phrase écrite à la craie, et blêmit :

— Mais, c’est mon message… Ce n’est pas possible !

— Si. Vous êtes venu ici ce matin, vers huit heures, écrire ces mots. Je vous ai vu… Puis vous avez disparu. Or, c’est à cause de ce message que nous avons changé de route, et c’est grâce à lui que nous vous avons sauvés…

Cette étrange anecdote a été racontée par Robert Bruce et le capitaine Blackmand ainsi que les marins des deux cargos. Tous l’ont, en effet, abondamment racontée au point que la Société de Recherches Métapsychiques, qui existait déjà à cette époque à Londres, en a eu connaissance et en a publié le récit dans sa revue.

Sources :

Histoires magiques de l’histoire de France – Guy Breton et Louis Pauwel sous le titre “Le fantôme de Terre-Neuve”, Chapitre "Le corps, cet infini", Editions Omnibus, page 753.

Revue métapsychique, 1936 ; 1939 ; 1940 ; 1946.

Journal of Society Psychical Research, III.

Partager cet article

31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 10:01

Xiuhtezcatl Martinez, qui dirige l’ONG les Gardiens de la Terre, milite depuis des années en faveur de la protection des grands équilibres écologiques. Le 29 juin dernier, lors de la réunion de l'Assemblée générale de l'ONU sur le changement climatique, Xiuhtezcatl Martinez s'est exprimé clairement et sans notes devant tous les représentants de près de deux cents États.

(Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo)

« Je m’adresse à vous au nom de toute ma génération. La vie est un don merveilleux qui nous a été fait. Il est de notre responsabilité de la protéger. C’est le futur de nos enfants, de vos enfants, qui est en jeu »

Du haut de ses 15 ans, l'Américain est un guerrier écolo dans l'âme. Né d'un père indigène et d'une mère à la tête d'une association écologiste pour les jeunes, les Earth Guardians (les Gardiens de la Terre), il a grandi dans un terreau fertile pour l'engagement envers la planète bleue. « J'ai été élevé dans une famille qui m'a appris que chacune de mes décisions affecte le monde qui m'entoure, ce que je mange, consomme, les vêtements que je porte… », explique-t-il.

Son père lui a transmis sa connexion à la nature, à travers les rites ancestraux de sa communauté, les Mashika. Avec ses cinq frères et sœurs, il a été éduqué au milieu des montagnes, rivières et forêts de son Colorado natal. « J'ai toujours passé plus de temps à l'extérieur qu'à l'intérieur », résume-t-il.

C'est à l'âge de 6 ans qu'il intervient en public pour la première fois, après avoir regardé un documentaire sur le réchauffement climatique. Une grosse claque. « Je me suis rendu compte que c'était notre responsabilité à tous de faire quelque chose. Notre planète est notre seule maison. »

Depuis, Xiuhtezcatl a grandi, sa détermination aussi. C'est désormais en donnant des concerts de rap - « un outil puissant pour faire passer un message à grande échelle » - qu'il alerte sur l'état de la planète. Sur scène, il débite son flow avec son petit frère de 12 ans, Itzcuauhtli, aux cheveux aussi longs que lui.

Dans leurs chansons, ils exhortent chacun d'entre nous à prendre une part active au changement. Car Xiuhtezcatl en est convaincu : seule la mobilisation des citoyens peut changer le cours des choses. « Je n'ai aucun espoir en nos leaders mondiaux. Vingt ans de négociations aux Cop, et toujours rien ! Ils ne vont rien changer. »

Lire l'article dans sa totalité sur Ouest-france.fr

 

Xiuhtezcatl Martinez appelle les jeunes à se lever pour défendre le climat.

Partager cet article

23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 15:10

Editions Omnibus

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Histoires magiques de l'histoire de France - Guy Breton et Louis Pauwels

Guy Breton (1919-2008) est un journaliste, écrivain, historien, homme de radio et producteur de télévision. Il se fit connaître par la télévision avec l'émission Le Cabaret de l'histoire. De 1976 à 1978, il présenta quotidiennement avec son ami Louis Pauwels leurs Histoires magiques de l'histoire de France dans l'émission de Jacques Pradel Le Temps de Vivre sur France Inter. Guy Breton était surtout connu pour ses ouvrages de vulgarisation historique dont le dernier Les sourires de l'Histoire a été publié par Anne Carrière en 2008.

Histoires magiques de l'histoire de France - Guy Breton et Louis Pauwels

Louis Pauwels (1920-1997) est un journaliste, homme de presse et écrivain. Il a été, entre autres, rédacteur en chef de Combat en 1949, a dirigé Marie-Claire, Le Figaro Magazine… L'écrivain se fit romancier avec L'Amour monstre (1955). Il se double d'un être passionné de mystère et de spiritualité, qui écrivit sur Gurdjieff (1954) et publia avec Jacques Bergier Le Matin des magiciens (1960), créant dans la foulée de son immense succès le magazine Planète. Là encore, l'homme de presse a su innover et s'attacher un large public.

Résumé du livre :

Collectionneurs de livres introuvables et de documents insolites, traquant dans les archives et les mémoires les faits inexpliqués le plus souvent laissés dans l'ombre par les savants historiens, Guy Breton et Louis Pauwels ont recueilli des années durant les histoires extraordinaires de l'histoire de France. Ils mettent en scène des personnages historiques, des faits étranges, des aventures fabuleuses. Classés par thèmes et non selon la chronologie, ils révèlent la permanence à travers les siècles du mystère et du merveilleux.

Tour à tour, à leur manière, Guy Breton et Louis Pauwels nous racontent une histoire incroyable et véridique qu'ils sont allés dénicher au fin fond des livres et documents historiques. Après chaque récit, ils fournissent des réponses aux questions que le lecteur pourrait se poser et indiquent, par la même occasion, leurs sources. Tous ces faits classés par thème sont passionnants, intrigants et nous dévoilent un monde tissé de signes et peuplé de puissances invisibles, et cela quelle que soit l'époque…

C'est un extraordinaire voyage dans le temps que je vous invite à effectuer à travers ces deux tomes dont certains faits ont déjà été abordés dans l'émission de Jacques Pradel Les Aventuriers de l'Impossible sur RTL ainsi que dans le Dictionnaire de l'Impossible de Didier van Cauwelaert !

 

Extrait de l'Avant-Propos :

Naturellement, la science, qui se recommande du rationalisme, devrait nous inciter à goûter ces histoires avec une longue cuillère. Cependant, la science devait bien se souvenir de ses origines.

Au XVIe et au XVIIe siècle, elle a été engendrée par des hommes qui avaient une conscience élargie de l'occulte. L'astronomie de Kepler (dont la mère faillit mourir au bûcher comme sorcière) est issue de recherche sur la musique des sphères de Pythagore.

Newton fut toute sa vie un alchimiste et un disciple du mystique hérétique Jakob Boehme. La découverte de l'inconscient commence avec le thaumaturge Mesmer, qui voulait concurrencer les exorcismes du père Gassner. La connaissance scientifique s'est développée dans les sociétés où existait un fort courant de conceptions magiques, d'études hermétiques et cabalistiques.

Il y eut plusieurs religions dans notre histoire, et elles se firent des guerres terribles. Mais il n'y eut jamais qu'une magie. Et il n'y a qu'une science. C'est d'ailleurs pourquoi les Églises se sont opposées longtemps aux magiciens comme aux savants. Puis la science, à la fin du XVIIIe siècle et durant le XIXe siècle, s'est déployée impérialement. Mais son empire fut froid, sous un ciel vide, sur un monde réduit à la mécanique des causalités. La communication avec l'infini était interrompue. Mais il se produit aujourd'hui des craquements dans l'empire des “messieurs en noir”.

La physique progresse en incertitudes et soupçonne le réel de n'être que l'envers d'une tapisserie dont le dessin nous demeure caché. L'astrophysique admet un univers peuplé. Les immenses progrès engendrés par la méthode expérimentale, qu'il serait sot de ne pas admirer, sont encore admirables par ceci : nous découvrons que nous savons de plus en plus de choses sur de moins en moins de choses. […]

La fine fleur de l'esprit est-elle dans la raison cartésienne ou celle-ci n'est-elle qu'une fonction de l'esprit parmi d'autres, égales ou supérieures ? Il semble qu'il faille à l'esprit des nourritures psychiques. L'expérience montre que les sociétés qui ont nié ce besoin, effacé toute tradition surréelle, évacué le mystère, banni les mythes et le légendaire ont abouti à l'échec glacé. J'ai écrit un jour :

Il y a temps pour tout. Il y a même un temps pour que les temps se rejoignent.

Ce temps vient. Si nous abolissons le passé, si nous coupons le fil qui nous relie au magisme des anciens âges, nous risquons de déshériter l'avenir.

Louis Pauwels

Partager cet article

19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 11:15

Depuis le 11 juillet, Les Aventuriers de l'Inconnu nous emmènent pour un été chargé d'histoires étranges, insolites, de récits de l'au-delà...

Entre 14h et 15h, Jacques Pradel, le journaliste, nous invite à rencontrer des témoins de l'impossible, qui ont vu, entendu, étudié ces phénomènes paranormaux et qui tenteront de décrypter avec nous l'inexplicable. Cet été c'est Henri Gougaud, le conteur, qui nous fait voyager dans les coulisses du réel vers d'autres temps et d'autres lieux avec ses histoires et légendes de l'inconnu.

 

Pour écoutez l'émission, rendez-vous ICI ou cliquez sur la photo ci-dessus.

 

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche