Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 16:45


Biographie
:


Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en 1955 à Kenadsa dans le Sahara algérien. Né d'un père infirmier et d'une mère nomade, il est confié à une institution militaire à l'âge de neuf ans, d'où il sort sous-lieutenant.

Pendant des années, Yasmina Khadra a publié des livres qui ont connu un succès mondial ; derrière ce pseudonyme, se cache un officier supérieur de l'armée algérienne, qui après trente-six ans de sa vie passée dans les rangs décide en août 2000 de prendre sa retraite et de se consacrer entièrement à l'écriture. Il s'envole, en septembre, vers le Mexique avec sa femme et ses trois enfants et arrive en France en janvier 2001. C'est à cette date qu'il publie L'écrivain et qu'il révèle son identité à la presse et au public. Parmi ses ouvrages, on peut citer Morituri, L'automne des chimères, A quoi rêvent les loups ou Cousine K, où se déploie le "style Khadra" alliant lyrisme, métaphores inattendues, dépouillement et poésie.

Il est aujourd’hui l’une des plus importantes voix du monde arabe et un digne ambassadeur de la langue française. Ses romans sont traduits dans dix-sept pays et rencontrent un intérêt grandissant. Les Hirondelles de Kaboul, traduit aux USA par John Cullen et soutenu par les plus importants libraires américains et canadiens, a été élu aux Etats-Unis « Meilleur livre de l’année » par le « San Francisco Chronicle » et le « Christian Sciences Monitor ». Le prix Nobel J.M. Coetzee voit en cet écrivain prolifique un romancier de premier ordre.


Bibliographie :


* 1984 – Amer (à compte d'auteur Paris),
* 1984 – Houria (Éditions ENAL Alger),
* 1985 - La fille du pont (Éditions ENAL Alger),
* 1986 – El Kahira (Éditions ENAL Alger),
* 1988 - De l'autre côté de la ville (Éditions
            L'Harmattan Paris),

* 1989 - Le privilège du phénix (Éditions ENAL Alger),
* 1990 - Le dingue au bistouri (Éditions Laphomic
            Alger)

* 1993 - La Foire des Enfoirés (Éditions Laphomic
            Alger),

* 1997 – Morituri (Éditions Baleine Paris),
* 1998 - L'automne des chimères (Éditions Baleine
            Paris),

* 1998 - Double Blanc (Éditions Baleine Paris),
* 1998 - Les agneaux du Seigneur, (Éditions Julliard),
* 1999 - A quoi rêvent les loups (Éditions Julliard),
* 2001 - L'écrivain (Éditions Julliard),
* 2002 - L'imposture des mots (Éditions Julliard),
* 2002 - Les hirondelles de Kaboul (Éditions Julliard,
            Pocket),

* 2003 - Cousine K. (Éditions Julliard),
* 2004 - La part du mort (Éditions Julliard),
* 2005 - L'attentat (Éditions Julliard),
* 2006 - Les Sirènes de Bagdad (Éditions Julliard)

Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 16:37




Biographie issue du site de l’auteur :

Geneviève Brisac est née à Paris le 18 octobre I951 dans une famille d'intellectuels de gauche anglophiles.

Une enfance au Quartier Latin et de longues après-midi au jardin du Luxembourg influencent largement son paysage romanesque. La lecture quotidienne par des nurses et des grands-mères de « Winnie l'ourson », de « Peter Pan » et « Alice au Pays des merveilles » donne à ce Luxembourg des airs de jardins de Kensington.

Ce patronyme bien français cache des origines sur lesquelles l'écrivain n'a cessé de s'interroger dans ses romans. Brisac serait une contraction de Baruch rabbi Isaac, ou une francisation du patronyme allemand Brisach. Tchèque, juive allemande ou roumaine par son père, Geneviève Brisac est arménienne, grecque et turque par sa mère. Mais des deux côtés de sa famille, on est sartrien et/ou assimilationniste. Aussi est-ce la voie très classique des grandes écoles et de l'enseignement des lettres qui s'ouvre naturellement à l'écrivain après quelques années de gauchisme. Normalienne et agrégée de lettres, elle passe quelques années dans divers collèges d'Aulnay sous bois et Livry-Gargan à transmettre ce qu'elle a reçu.

On la retrouve bientôt éditrice chez Gallimard. Elle dit alors que s'occuper d'écrivains vivants est la racine de toute santé. Elle y publie son premier roman, Les Filles, en I987, Elle est à cette époque critique au "Monde des Livres" où elle contribue à faire découvrir les femmes écrivains les plus admirées aujourd'hui.

Elle rejoint les Editions de l'Olivier en I994, elle y publie un livre mince et violent, Petite.

Parallèlement, elle devient éditrice pour les enfants et adolescents à "l'Ecole des Loisirs", où elle publie de nombreuses jeunes romancières.
Un roman, Week-end de chasse à la mère obtient le prix Fémina en I996. C'est paradoxalement le début d'un éloignement de la scène médiatique pour l'écrivain qui ne se reconnaît pas dans des hiérarchies, une violence compétitive incompatibles avec la création.

Les essais se succèdent, consacrés à la défense d'une littérature exigeante qu'elle sait menacée par la balourdise contemporaine, à la défense aussi d'une vision du monde " du côté des femmes " : C'est Loin du Paradis, puis La Marche du cavalier, et enfin, VW, le mélange des genres un essai sur Virginia Woolf.

Elle écrit des recueils de nouvelles, comme Pour qui vous prenez-vous ? des contes pour adultes, comme les Sœurs Délicata, des romans pour adolescents, parmi lesquels Angleterre. Des romans inclassables et violents qui rencontrent un public principalement féminin qui y retrouve ses angoisses et aussi ses exigences de beauté et de liberté. Des ouvrages traduits dans une douzaine de pays.

 Observez perpétuellement, observez l'inquiétude, la venue de l'âge, les déconvenues, la bêtise, vos propres abattements, mettez sur le papier cette seconde vie qui inlassablement se déroule derrière la vie officielle, mélangez ce qui fait rire et ce qui fait pleurer, inventez de nouvelles formes, plus légères et plus durables, tels sont quelques uns des conseils qu'elle aime à dispenser à ses amis.


Le site officiel de Geneviève Brisac



Bibliographie :

Romans :

* 1987 - Les Filles (Gallimard,) (Éditions Folio, 1997)
* 1989 - Madame Placard (Éditions Gallimard),
* 1991 - Loin du Paradis, Flannery O'Connor (Éditions
            Gallimard),
* 1996 - Week-end de chasse à la mère (Éditions de
            L'Olivier),
* 1999 - Petite (Éditions de L'Olivier),
* 1999 - Voir les jardins de Babylone (Éditions
            L'Olivier),
* 2001 - Pour qui vous prenez-vous ? (Éditions de
            L'Olivier),

* 2002 - La Marche du Cavalier (Éditions de L'Olivier),
* 2004 - Les sœurs Délicata (Éditions de L'Olivier),
* 2004 - V.W. Le mélange des genres (Éditions de
            L'Olivier, 2004)
* 2007 - 52 ou la seconde vie (Éditions de L'Olivier),


Livres pour enfants :

* 1991 – Olga (Éditions École des Loisirs),
* 1993 - Olga n'aime pas l'école (Éditions École des
            Loisirs),
* 1993 – Les Amies d'Olga (Éditions École des Loisirs),
* 1993 - Les Champignons d'Olga (Éditions École des
            Loisirs),
* 1993 - Monelle et les baby-sitters (Éditions École des
            Loisirs),
* 1996 - Olga va à la pêche (Éditions École des
            Loisirs),

* 1997 – Le Noël d'Olga (Éditions École des Loisirs),
* 1997 - Olga et les traîtres (Éditions École des
            Loisirs),
* 1998 - Olga s'inscrit au club (Éditions École des
            Loisirs),
* 2000 – La Craie magique (Éditions École des Loisirs),
* 2000 - Monelle et les footballeurs (Éditions École des
            Loisirs),

* 2000 - Si l'ascenseur ne s'arrêtait pas (Éditions École
            des Loisirs),

* 2001 - Olga et le chewing-gum magique (Éditions
            École des Loisirs),
* 2001 – Le Pique-nique des ours (Éditions École des
            Loisirs),
* 2001 - Violette et les marionnettes (Éditions École
            des Loisirs),

* 2002 - Monelle et les autres (Éditions École des
            Loisirs),
* 2002 - Olga fait une fête (Éditions École des Loisirs),
* 2003 - Violette et la Mère Noël (Éditions École des
            Loisirs),
* 2004 - Olga et le decision maker (Éditions École des
            Loisirs),

* 2004 – Violette et le secrets des marionnettes
            (Éditions École des Loisirs),

* 2004 - Violette et la boîte de sable (Éditions École
            des Loisirs),
* 2005 – Angleterre (Éditions École des Loisirs),
* 2005 – Petite (Éditions École des Loisirs)






Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 16:27

Rainer-M.Rilke.png

Biographie :

Né à Prague le 04 décembre 1875 dans une famille désunie, Rainer Maria Rilke passe une enfance solitaire en Allemagne. Son père, un officier à la retraite, souhaite qu'il fasse une carrière dans l'armée. Il l'envoie pendant cinq ans dans les écoles militaires de Saint-Pölten et de Mährisch-Weisskirchen.

En 1896, il part pour Munich et rencontre un an plus tard Lou Andreas-Salomé, son aînée de près de 15 ans. Son amour enflammé se transforme progressivement en amitié réciproque et en admiration mutuelle se poursuivant jusqu'à la fin de sa vie. En 1897, il change de prénom : de René Maria, il devient Rainer Maria. Il voyage en Italie puis en Russie avec Lou et son mari. Il rencontre à cette occasion en 1899 Léon Tolstoï.

En 1901, il épouse Clara Westhoff, une élève d'Auguste Rodin, avec qui il aura une fille, Ruth. Le couple se sépare un an plus tard et Rilke rejoint Paris où il devient en 1905 secrétaire de Rodin. Il rompt avec ce dernier et voyage dans toute l'Europe et au-delà de 1907 à 1910 (Afrique du Nord, Égypte, Berlin, Espagne, Venise, Aix-en-Provence, Arles, Avignon). Il abandonne peu à peu la prose pour se consacrer à la poésie, plus apte selon lui à restituer les "méandres de l'âme".

En 1910, il fait la rencontre décisive de la princesse Marie Thurn und Taxis, née Hohenlohe-Waldenburg-Schillingsfürst, dans son château de Duino, alors en territoire autrichien, sur les bords de l'Adriatique. Elle l'hébergera fréquemment et sera son mécène jusqu'en 1920. Pour elle, il composera son chef d'œuvre, les Élégies de Duino, suite d'élégies empreintes d'une mélancolie lumineuse.

Il est mobilisé dans l'infanterie lors de la Première Guerre mondiale mais revient rapidement à la vie civile.

À partir de 1919, il rejoint la Suisse et compose plusieurs recueils de poésies en français. En 1921, un industriel du Winterthur, Werner Reinhart, lui achète la tour isolée de Muzot, près de Sierre, dont il fera sa résidence.

Il décède d'une leucémie en 1926 au sanatorium de Valmont en Suisse, où il aurait refusé les soins thérapeutiques. Il est inhumé à Raron dans le Valais.


Bibliographie de ses œuvres : (Liste non exhaustive)

* 1978 - Vergers, (Éditions Gallimard),
* 1980 - Les carnets de Malte Laurids Brigge, (Éditions
            du Seuil),
* 1984 - Lettres françaises à Merline, (Éditions du Seuil),
* 1989 - Journaux de Jeunesses, (Éditions du Seuil),
* 1992 - La Princesse Blanche, (Éditions Actes Sud),
* 1992 - Le livre de la pauvreté et de la port (Éditions
            Actes Sud),
* 1993 - Élégies de Duino (Éditions Flammarion),
* 1993 - Lettres à un jeune poète, (Éditions Gallimard),
* 1994 - Lettres à Yvon von Wattenwyl (Éditions
            Verdier),
* 1995 - Lettres sur Cézanne, (Éditions du Seuil),
* 1996 - Requiem (Éditions F.Morgana),
* 1996 - Lettre à un jeune peintre, Balthus, (Éditions de
            l’Aire),
* 1996 - La vie de Marie, (Éditions Arfuyen),
* 1996 - Histoires du Bon Dieu, (Éditions du Seuil),
* 1997 - Histoires pragoises (Éditions Points),
* 1998 - Le testament, (Éditions du Seuil),
* 1998 - Lettres à Rodin, (Éditions La Bartavelle),
* 1998 - Lettres à une musicienne, (Éditions
            Calmann-Lévy),
* 1998 - Journal Florentin (Éditions École des Loisirs),
* 1999 - Chant éloigné, (Éditions Verdier),
* 1999 - Poèmes à la nuit, (Éditions Verdier),
* 2000 - Lettres autour d’un jardin, (Éditions La
            Délirante),
* 2000 - Les Quatrains valaisans, Éditions F.Morgana),
* 2000 - L’amour de Madeleine, (Éditions Arfuyen),
* 2004 - La chanson d’amour et de mort..(Éditions
            Farrago),
* 2005 - Poèmes, (Éditions Textuel),
* 2005 - Le vent du retour, (Éditions Arfuyen),
* 2006 - Serpents d’argent, (Éditions Desjonquères),
* 2006 - Lettres de Paris, (Éditions Rivages),
* 2007 - Vladimir, le peintre des nuages (Éditions Circa
            1924),
* 2007 - Au fil de la vie, (Éditions Gallimard),






Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 16:21

J.McInerney.png



Biographie :

Jay McInerney, né le 13 janvier 1955 à Hartford (Connecticut), vit à New York.

Fils d’un cadre de multinationale, il suit ses parents de Londres à Vancouver, puis à Pittsfield (Massachusetts). C’est là qu’il rencontre Gary Fisketjon, qui sera plus tard son éditeur.

En 1977 grâce à une bourse de Princeton, il s’installe à Tokyo pour deux ans. À son retour aux Etats-Unis, il travaille au New Yorker (au service de vérification) et lit des manuscrits pour Random House. À l’instigation de Raymond Carver, il quitte New York et sa vie nocturne pour l’université de Syracuse, où il écrit « It’s Six A.M. Do you know where you are ? ». D’abord publiée dans la Paris Review, cette nouvelle deviendra le premier chapitre de son premier roman,
Journal d’un oiseau de nuit.

Dès sa parution en 1984, ce livre obtient un énorme succès. Dans les années qui vont suivre, la presse focalise sur un groupe de jeunes auteurs new-yorkais, le « Brat Pack », dont Jay McInerney est censé être le chef de file. On y retrouve Bret Easton Ellis, Tama Janowitz, Mona Simpson, David Leavitt, Susan Minot, Lorrie Moore. « Lorsque nous avons commencé à écrire, Bret Easton Ellis et moi, l’expérience urbaine n’occupait qu’une place mineure dans la littérature américaine. Aujourd’hui la plupart des écrivains, notamment Franzen et Lethem, et même Don DeLillo dans Cosmopolis , écrivent sur New York. »

D’abord portés aux nues, McInerney et Ellis sont férocement attaqués par une presse qui leur reproche leur mode de vie, considéré comme choquant par l’establishment de la côte Est. «  Comme le dit mon ami Norman Mailer, les flahs ont cette capacité de te voler tout ce qu’il peut te rester d’intelligence. » McInerney leur répondra à la une du magazine Esquire en fustigeant le voyeurisme d’une caste de mandarins, incapables de comprendre que la formule « Sex, Drugs and Rock’n Roll » n’est pas un sujet de conversation mais une manière de vivre. Certains y laisseront leur santé mentale. D’autres leur vie.

L’échec de Toute ma vie, monologue d’une jeune New-Yorkaise proche de l’héroïne de « Breakfast at Tiffany’s », l’oblige à se remettre en question. Il lui faudra cinq ans pour écrire Trente ans et des poussières publié aux Éditions de l’Olivier en 1993. Une fois de plus, la critique est enthousiasme et le livre fait son entrée dans la liste des best-sellers du New York Times.

Le Dernier des Savage traverse les années 1970, entraînant le lecteur dans une Amérique où s’affrontent l’Ancien et le Nouveau, la justice et la liberté, le sens de l’honneur et la tentation de la trahision.

Avec Glamour Attitude, Jay McInerney affirme ses talents de chroniqueur brillant et inspiré d’une époque, en l’occurrence les années 1990, dont il dénonce les tares et les bassesses avec une sorte de jubilation féroce.

Il a publié en 2003 un recueil de nouvelles, La Fin de Tout. D’après des propos recueillis par François Armanet et Didier Jacob pour le Nouvel Observateur et Jérôme Schmidt pour Nova.

Son dernier roman, La belle vie, est paru aux Éditions de l’Olivier en 2007.


Drapeau-am--ricain.pngLe site officiel de l'auteur


Bibliographie :

* 1987 – Journal d’un oiseau de nuit (Livre de Poche),
* 1988 – Ransom, (Édtions Payot),
* 1989 – Toute ma vie, (Éditions Payot),
* 1993 – Trente ans et des poussières, (Éditions de
             l’Olivier
),
* 1997 – Le Dernier des Savage, (Éditions de l’Olivier),
* 1999 – Glamour Attitude, (Éditions de l’Olivier),
* 2003 – La Fin de tout, (Éditions de l’Olivier),
* 2007 – La belle vie, (Éditions de l’Olivier)




Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 16:19



Biographie :

Né de parents d'origine irlandaise, Donald Edwin Westlake voit le jour à Brooklyn , dans l'Etat de New-York, le 12 juillet 1933. Passionné de science-fiction et de romans d'aventures, il se met à écrire dès l'âge de 11 ans. Cependant, il ne publie son premier roman policier Th
e Mercenaries qu'à l'âge de 27 ans.

En 1960, le jeune Westlake, après des études universitaires, travaille comme lecteur dans une agence litérraire. Comme s'il cherchait à cacher sa véritable identité, Westlake débute sa carrière de romancier sous le pseudonyme de Richard Stark, en créant le personnage de Parker, un truand cynique confronté au crime organisé. Très rapidement il signe d'autres livres sous divers pseudonymes : Curt Clark, Timothy J. Culver, J. Morgan Cunningham, Samuel Holt, Richard Stark et Tucker Coe, pour raconter les aventures du détective Mitch Tobin. Puis, il rédige un unique roman de, science-fiction Anarchaos, une histoire d'amour Ordo, avant de publier des oeuvres signées de son vrai nom.


Spécialiste du roman de « casse », ces deux personnages préférés et récurrents sont John Dortmunder, cambrioleur professionnel aux aventures rocambolesques poursuivi par la poisse et Parker (sous le pseudonyme de Stark), jumeau sérieux de Dortmunder, un cambrioleur froid, cynique et efficace.

Ce qui caractérise son style d'écriture, c'est son sens permanent de l'humour, même dans les situations les plus graves. Les polars de Donald Westlake ont été très souvent adaptés au cinéma et leur auteur a écrit de nombreux scénarios pour le grand et le petit écran.


Il a remporté par trois fois le Edgar award, et a été désigné en 1993 Grand Master de l'association Mystery Writers of America.

Le monde du polar perd une de ses grandes figures, car Donald Westlake, ce père de sept enfants et époux d'Abigail, également écrivain, est mort dans la nuit du 31 décembre 2008 au premier janvier 2009 d'un infarctus, à l'âge de 75 ans.
 
Selon ses proches, Donald Westlake « écrivait sept jours par semaine », et uniquement sur des machines à écrire manuelles. L'écrivain, dont certaines oeuvres ont été traduites en français par Jean-Patrick Manchette, sera resté créatif jusqu'à sa mort : la parution de son dernier roman, « Get Real », est prévue pour le mois d'avril 2009.



Drapeau-am--ricain.pngLe site officiel de l’auteur



Bibliographie :

Livres disponibles en français :

Romans :

* 1960
Le Zèbre, (Indisponible),
* 1962
Bon app' !, (Éditions Gallimard),
* 1967
Pris dans la glue, (Éditions Gallimard),
* 1969
Kidnap-party, (Éditions Gallimard),
* 1970
Crédit est mort, (Éditions Gallimard),
* 1973
Gendarmes et voleurs, (Éditions Denoël),
* 1974
Place au gang !, (Éditions Gallimard),
* 1987
Festival de crêpes, (Éditions Gallimard),
* 1987
Drôles de freres, (Éditions Rivages),
* 1987 – Levine, (Éditions Rivages),
* 1989
Pour une question de peau, (Éditions
              Minerve),

* 1990
Adios Scheherezade, (Éditions Minerve),
* 1991 – Anarchaos, (Éditions Denoël),
* 1993
Un jumeau singulier, (Éditions Rivages),
* 1995
Un loup chasse l'autre, (Éditions Gallimard),
* 1995
Ordo, (Éditions Rivages),
* 1997
Le pigeon d'argile (Éditions Gallimard),
* 1997
Aztèques dansants, (Éditions Rivages),
* 1997
Kahawa, (Éditions Rivages),
* 1998
L'assassin de papa, (Éditions Gallimard),
* 1998
Faites-moi confiance, (Éditions Rivages),
* 1999
Château en esbrouffe, (Éditions Gallimard)
* 1999
Trop humains, (Éditions Rivages),   
* 2000
Le couperet, (Éditions Rivages),
* 2001 – Smoke, (Éditions Rivages),
* 2001 – 361, (Éditions Rivages),
* 2002
Moi, mentir ?, (Éditions Rivages),
* 2003
Le contrat, (Éditions Rivages),
* 2004 – Moisson Noire, (Éditions Rivages),
* 2004
La mouche du coche, (Éditions Rivages), 
* 2005
Motus et bouche cousue, (Éditions Rivages),
* 2006
Le pigeon récalcitrant, (Éditions Gallimard),
* 2006 – Mort de trouille, (Éditions Rivages),
* 2007
– Argent facile, (Éditions Rivages),
* 2008 – Divine providence,
(Éditions Rivages),


Série Dortmunder :

* 1978
La Joyeuse magouille, (Éditions Gallimard),
* 1984
Ça n'arrive qu'à moi, (Éditions Gallimard),
* 1988
Le Paquet, (Éditions Gallimard),
* 1988
Le ciel t'aidera ?, (Éditions Gallimard),
* 2000
Histoire d'os, (Éditions Rivages),   
* 2003
Dégats des eaux, (Éditions Rivages),
* 2004
Au pire qu'est-ce qu'on risque ?, (Éditions
              Rivages),   

* 2004
Mauvaises Nouvelles, (Éditions Rivages),
* 2005
Jimmy the Kid, (Éditions Rivages),
* 2006 – Les sentiers du désastre, (Éditions Rivages),
* 2006
Transgressions : Volume 1, (Éditions
              Calman-Lévy
),
* 2006 – Pourquoi moi ?, (Éditions Rivages),

* 2007 Pierre qui roule, (Éditions Rivages),
* 2007
Personne n'est parfait, (Éditions Rivages),
* 2008
– Voleurs à la douzaine, (Éditions Rivages),

Série Parker : (sous le pseudonyme de Richard Stark)

* 1963
Comme une fleur, (Éditions Gallimard),
* 1964
La clique, (Éditions Gallimard),
* 1964
Pour l'amour de l'or, (Éditions Gallimard),
* 1965
En coupe réglée, (Éditions Gallimard),
* 1966
Rien dans le coffre, (Éditions Gallimard),
* 1966
Le septième homme, (Éditions Gallimard),
* 1966
Sous pression, (Éditions Gallimard),
* 1968
Travail aux pièces, (Éditions Gallimard),
* 1968
Le divan indiscret, (Éditions Gallimard),
* 1969
Blanc-bleu noir, (Éditions Gallimard),
* 1969
Un petit coup de vinaigre, (Éditions
              Gallimard),

* 1971
Le défoncé, (Éditions Gallimard),
* 1973
Portraits gratis, (Éditions Gallimard),
* 1974
Parker fait Peau Neuve, (Éditions
              Gallimard),   

* 1975
Signé Parker, (Éditions Gallimard),
* 2001
Comeback, (Éditions Rivages),
* 2001
Backflash, (Éditions Rivages),
* 2005
Flashfire, (Éditions Rivages),
* 2005
Firebreak, (Éditions Rivages),

Série Grofield : (sous le pseudonyme de Richard Stark)

* 1971
L'oiseau noir, (Éditions Gallimard),
* 1971
Les citrons ne mentent jamais, (Éditions
              Gallimard),

* 1988
La demoiselle, (Éditions Rivages),
* 1993
La dame, (Éditions Rivages),


Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche