Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 14:24














Photo : © P. Swirc


Éditions Grasset, Août 2006, 276 pages.


Au funérarium du Père-Lachaise, c’est l’enterrement d’Anna Tonnerre. Ses enfants, Laurence, Bertrand et Jérôme attendent la fin de l’incinération pour déposer l’urne au columbarium. Jérôme est nerveux, car il doit leur révéler les dernières volontés écrites de leur mère qu’elle lui a adressée sur son lit de mort avant de s’éteindre : « Je veux être incinérée », jusqu’à là pas de problème, mais Jérôme leur lit la suite « …et mes cendres jetées dans l’Atlantique Sud. », sans aucune autre explication. À partir de là tout se complique. Mais où est-ce donc l’Atlantique Sud, c’est très vague comme destination ?


Laurence et Bertrand décident d’un commun accord de laisser Jérôme, le dépositaire du testament, s’occuper du largage des cendres. Mais il ne s’est pas comment il va procéder et se trouve bien embarrassé par le pot aux cendres de sa mère, lui, ce grand rêveur des voyages au long cours n’est qu’un velléitaire névrosé. Rien que le fait de s’éloigner de son quartier lui déclenche une vraie crise de panique (troubles intestinaux, céphalées entêtantes...). Arrivera-t-il à surmonter sa phobie ?

Après avoir tourné autour du pot, ce passionné des mots et de palindromes cherche à comprendre avant tout le pourquoi de cette destination finale en farfouillant dans les affaires de sa mère restées dans l’appartement familial.

À force de remuer le passé, il découvrira le pot au rose d’une femme qu’il ne connaissait guère et confiera ses craintes et ses découvertes à un psychanalyste. À travers la mort de sa mère, c’est sa mémoire qui se ravive et son passé qui s’éclaircit.
 
Encrier-accueil.pngC’est un roman plein d’humour et de tendresse, c’est plein de jeux de mots, de références à certains personnages et chansons. Et c’est très encourageant pour la suite puisque c’est son premier roman !


Citation :

« Partir c’est mourir un peu, mais mourir c’est partir beaucoup. » Alphonse ALLAIS (1855-1905)

Partager cet article

19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 13:47
















Éditions Viviane Hamy, Rentrée Littéraire 2006, 267 pages.



C’est en regardant les photos de son arrière grand-père Lambert, garde-chasse au château des Perrières, que le narrateur nous fait entrer dans son histoire. Un bond dans le passé, dans l’ouest profond du XIXe siècle, au fin fond de la France sur les terres brumeuse et austère du vieux baron de l’Aubépine qui vient de mourir en laissant le domaine à son unique héritier ; son fils. Ce dernier, longtemps humilié par un père tyrannique, reprend possession des lieux après quinze ans d’absence.

Lambert qui incarne la rigueur et la moralité voit d’un mauvais œil ce jeune baronnet prendre la place de son ancien maître, surtout quand il s’aperçoit très vite que sa conduite n’est pas digne de son rang. Il multiplie les gestes déplacés et adore inviter des demi-mondaines pour les voir courir nues dans les couloirs sombres et déserts de son château, les suivant jusqu’à l’essoufflement un rasoir à la main. Car ce jeune baron de l’Aubépine aime se faire raser de près par ses demoiselles - du menton aux doigts de pieds - et surtout il s’enflamme, s’exalte à lacérer leur dessous. Tout cela au grand désespoir des domestiques Lambert et de sa femme Eugénie.

Et puis plein de faits étranges viendront pimenter ce roman ; les disparitions. En premier celle de Cachan, le valet de pied du baron, un homme sadique qui aime harceler Eugénie, suivit de la pétulante parisienne Berthe François ramenée par le fiévreux baronnet.

Les obsessions délirantes de ce châtelain qui s’enfonce progressivement dans la folie, en inondant de ses lettres excessivement admiratives Victor Hugo exilé à Guernesey, vont se renforcer. Magdeleine, la fille de Lambert, devient l’objet des convoitises de ce troublant baron. Dès lors, c’est une lutte de pouvoir qui s’installe entre le baron et Lambert, l’un terrifié par les chiens, l’autre par les mœurs, ils s’épient, s’affrontent jusqu’au drame en emportant dans leur sillage la belle Magdeleine.

Encrier-accueil.pngC’est un huit clos étouffant, déstabilisant, mais terriblement envoûtant. Le lecteur comme les personnages ne sortent pas indemnes de ce roman à l’intrigue glaçante portée par une écriture brillante.


Citation :

« La folie, c’est la mort avec des veines chaudes. » Xavier FORNERET (1809-1884)




Partager cet article

17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 11:01
















Éditions Denoël, Rentrée Littéraire 2006, 209 pages.



Présent ? est un excellent roman qui nous dévoile le monde scolaire comme un microcosme dans lequel se trouve le point de départ de l’enseignement, du savoir où l’avenir de chaque élèves se dessine.

Jeanne Benameur a su, par son expérience dans les établissements dit « difficile », se mettre dans la peau des personnages avec beaucoup d’émotion, d’empathie et de lucidité.

C’est un collège de banlieue comme tant d’autres où se croisent les destins d’adultes et d’adolescents. Tous les acteurs du collège sont mis en scène ; Principale, enseignants, conseiller d’orientation, parents, femmes de ménage, factotum, documentaliste, élèves ; tous sont embarqués dans cette aventure scolaire d’une réalité plombée par l’absence de perspectives.

C’est un véritable concentré d’humanité libérant son lot de peurs d’espoirs, de drame et d’échecs, mais la foi de certains, leurs initiatives individuelles parviennent à ouvrir les portes vers un avenir meilleur… Il y a aussi une vraie réflexion sur les émeutes de banlieue avec ses images de voitures calcinées.


J’ai beaucoup aimé cette vie de collège sous la forme d’un roman. C’est un livre passionnant où à il y a aussi la place pour une belle histoire d’amour entre Madison et Laurent. Le portrait de la documentaliste m’a également émue, cette jeune femme qui se dévoue corps et âme pour ses élèves afin de les diriger vers le plaisir de la lecture et ce professeur de lettres qui, après une lecture, voit ses élèves se transformer car « il a mis en route leur imaginaire. Le texte est là pour ça. La littérature est là pour ça. Pas seulement pour étalonner les connaissances des uns et des autres. Mais pour leur permettre cet acte unique chez les vivants : créer des images qui n’existent pas, n’existeront jamais qu’au secret de leur tête. ». Je n’ai qu’un conseil à vous donner : Lisez-le !!

D'autres extraits :

« Pourquoi ils viennent jamais filmer un collège quand ça va bien ? Au lieu de voir des jeunes se faire prendre pour du trafic, si on les voyait contents de faire quelque chose, peut-être que ça donnerait envie à d’autres
aussi ? »


«  S’il suffisait de débiter le programme on n’aurait pas besoin de nous ! Un ordinateur fait très bien l’affaire et il peut répéter sans s’énerver cinquante fois la même chose, il suffit de cliquer ! Alors quoi, enseigner c’est être présent, c’est être vivant, c’est regarder les autres en face, pas seulement son manuel scolaire ! »

Citation :

« Enseigner, c’est apprendre deux fois. » Joseph JOUBERT (1754-1824)

Partager cet article

15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 10:24

















Éditions de l’Olivier, 2000, 138 pages.



Sonia, jeune traductrice, emménage avec son mari architecte Julien - souvent parti sur les chantiers - dans un appartement qu’ils ont acheté sur un grand boulevard parisien. Elle est enceinte et assiste avec Julien à leur première réunion du syndic. C’est le moment de faire connaissance avec les habitants de l’immeuble. Sonia, dans un monologue intérieur, dresse un portrait, non dénué d’humour, sur les propriétaires qui l’entourent.

La vie suit son cours dans les étages et Sonia sympathise avec Simone, la gardienne au physique courtaud, soigneusement peroxydée et qui devient très vite de plus en plus envahissante.

Le bébé arrive et puis deux, Sonia s’apprête à vivre le bonheur parfait jusqu’au jour où Monsieur Dupotier, son voisin de palier, une personne âgée que le malheur accable, perd successivement son chien, sa femme puis son fils. Par souci d’économie, la belle-fille choisira la gardienne pour s’occuper de son beau-père, mais cette aide va vite se transformer en un véritable supplice dès que le frère de Simone entrera en scène ; séquestration et privation seront le lot quotidien du vieil homme. Sonia n’accepte pas leur façon de faire et tentera de s’interposer pour empêcher ces « bourreaux » de le maltraiter. Elle est pleine de bonnes intentions, mais très vite tout cela va se retourner contre elle. Le frère devient menaçant.

Encrier-accueil.pngVous aimez les histoires d’immeubles, les relations de voisinage ? alors lisez « Les bonnes intentions ». Agnès Desarthe dévoile ici les rapports qui se lient et se délient entre voisins dans une ambiance tendue avec une imagination débordante teintée de raillerie.


Le site de Agnès Desarthe


Extrait :

« Mme Dupotier avait de longs doigts maigres, crochus et crayeux. Cette dernière caractéristique s’appliquait d’ailleurs à l’ensemble de sa personne. Lorsque je la voyais sortir de chez elle, j’étais stupéfiée par sa blancheur, ce côté poussiéreux, comme si l’immeuble entier lui était tombé dessus et qu’elle s’en était miraculeusement sortie indemne, avec, pour seule séquelle, cette pellicule plâtreuse qui s’incrustait dans chaque pore de sa peau. »


Citation :

« On vit avec beaucoup de mauvaises actions sur la conscience et quelques bonnes intentions dans le cœur. » Pierre REVERDY (1889-1960)



Partager cet article

13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 07:52
















Éditions du Seuil, 1982, 193 pages.




Ian McEwan raconte le devenir de quatre enfants se retrouvant orphelins, désoeuvrés, après la mort successive de leur père - mort d’une crise cardiaque alors qu’il recouvrait de ciment le jardin de la maison - et de leur mère alitée et bien trop harassée pour s’occuper d’eux avant de s’éteindre à son tour.

Par peur d’être séparé et envoyé à l’assistance publique, ils décident de ne pas déclarer la mort de leur mère et d’ensevelir son corps sous une épaisse couche de ciment dans une cantine posée au fond de la cave.

Mais c’est un lourd secret à garder, surtout quand Julie, l’aînée âgée de 17 ans, ramène son petit copain Dereck à la maison et que ce dernier commence à faire preuve d’ingérence lorsqu’il décele une odeur bizarre et un comportement de plus en plus étrange venant des quatre enfants…

Encrier-accueil.pngC’est un roman à l’ambiance malsaine voir glauque, mais on reste accroché à l’histoire pour savoir comment tout cela va se terminer. Avis aux amateurs de ce genre de livre, celui-ci est pour vous !


Le site de Ian McEwan




Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche