Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 14:45









© Corbis Sygma





Éditions Actes Sud, 2006, 270 pages.




Ce n’est pas une biographie du peintre Gustave Courbet qu’a écrit François Dupeyron, il s’est simplement servi de ce personnage, de son nom, de son talent de peintre pour mettre en œuvre son roman et c’est très réussi car j’ai eu souvent l’impression du contraire.

L’auteur nous plonge en 1877 dans les dernières années de la vie de Gustave Courbet, cet homme de cinquante-sept ans au physique excessivement gros, ivre d’alcool et de femmes, est usé, ruiné par une vie faite d’excès. Depuis quelques jours, il tourne en rond, d’un bar à l’autre pour étancher cette soif qui le tenaille et c’est dans un bordel qu’il se rend et où il croit voir Jo, son Irlandaise, la femme qui a marqué le plus son existence.  Pourtant il voit bien que ce n’est pas elle, même si elle en a tous les traits, derrière cette formidable crinière rousse se cache Mona. Alors il n’a qu’une envie c’est de passé un moment avec elle, faire revivre Jo dans son regard, et se décharger du secret douloureux qu’il porte.

Encrier-accueil.pngDans cette nuit de confession, il lui raconte son engagement dans la Commune de Paris, son amour pour Jo (un amour si fort qu’il fallait rompre), l’ouverture de son musée, sa peinture, sa démesure, ses égarements… C’est tout le portrait de cet homme d’une forte personnalité, en perpétuelle recherche artistique que nous dresse François Dupeyron et c’est sous une plume lyrique, envoûtante que l’on découvre l’atmosphère des rues, les quartiers de Paris envahie par le peuple en colère. C’est un livre étonnant et fascinant.










Gustave Courbet (1819-1877)












Le portrait de Jo (Joanna Hiffernan) (1866)











Musée de Gustave Courbet




Citation :

« Je dirais que le roman est de l'ordre du rêve et le film de l'ordre du réel. » François DUPEYRON



Partager cet article

16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 10:03











© Marthe Lemelle/P.O.L





Éditions P.O.L, 2006, 376 pages.



L’architecture de ce roman est une correspondance par email, entre une romancière et un jeune homme cinéaste qui, après l’avoir entendu lire à la radio quelques pages de son roman L’Homme de ma mort, la contact pour lui en proposer une adaptation cinématographique.


La narratrice qui décide de lui faire confiance explique son livre qui est en fait du vécu. Elle s’y est baptisé Hélène et l’homme qu’elle a rencontré Arnaud. Elle lui raconte leur coup de foudre, cet amour passionnel qu’ils vont partager mais qui va d’un seul coup, sans aune raison apparente, s’arrêter. Il décide de la quitter et ses sentiments se transforment en haine et mépris. Hélène est perdue, elle l’aime encore comme au premier jour et ne comprend pas comment tout ça a pu arriver, elle se sent enfermée dans un labyrinthe d’incompréhension.

Et c’est là qu’il faut suivre car en plus de raconter son histoire, elle lui décrit méthodiquement la mise en scène qu’il doit adopter (prise de vue, lieu, expression du visage…) en changeant (de nouveau) les noms des acteurs en référence au roman Adolphe de Benjamin Constant dont elle lui joint des citations, car tout tourne autour de ce livre, qui est aussi une histoire d’amour qui tourne court. Pour la narratrice, c’est le seul homme qui exprime au mieux l’incapacité à aimer, ce qu’elle a subi avec Arnaud.

Encrier-accueil.pngCe roman est défini comme une sorte de chantier mental avec son désordre ses rebuts et ses doutes et la même question qui revient souvent est : « Qui est coupable ? Est-ce toi, est-ce moi ? ou bien ni toi ni moi ? ».
Pour ne pas perdre le fil, il vaut mieux lire ce livre dans la journée car j’en ai eu parfois le tournis et failli l’abandonner. Pour ma part ce n’est pas vraiment le style de livre que j’aime.


L'avis de Laure & celui de Thom


Citation en exergue :

«  Qu’est-ce qu’un homme pour une femme ?
    Son ravage. » Jacques LACAN (1901-1981)

«  Ce que vous dites est si juste que le contraire est parfaitement vrai. » Benjamin CONSTANT (1767-1830)



Partager cet article

14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 11:46













Éditions Sabine Wespieser, 2006, 794 pages.
Traduit du vietnamien par Phan Huy Duong.


Grand Prix des lectrices de Elle.


C’est en revenant d’une journée en forêt, située en plein cœur du Vietnam, que Miên, jeune femme du Hameau de la Montagne, ressent au fond d’elle un étrange mauvais pressentiment l’envahir. Elle pense d’instinct à son petit garçon Hanh et à son mari Hoan et se rassure en continuant sa route. Dès qu’elle s’approche de chez elle, à la seule vue de l’attroupement d’hommes et de femmes, elle comprend très vite qu’un malheur vient de s’abattre sur son foyer.

Il s’agit de Bôn son premier mari, qu’elle ne reconnaît pas tout de suite, puisqu’il avait été déclaré mort, il y a plusieurs années, lors de la guerre contre les Américains. Et pourtant c’est bien lui qui lui parle, qu’il l’appelle comme un fantôme venu hanter son esprit. Elle n’arrive pas à le croire, ne veut pas revenir avec cet homme du passé devenu un étranger. Cela fait près de dix ans qu’elle est remariée, en toute légitimité, avec Hanh, un riche propriétaire terrien, beau et tendre, qu’elle aime passionnément et qu’il l’aime, avec qui elle a eu un fils et mène une existence heureuse.

Miên doit prendre une décision, celle qui conviendra le mieux aux yeux de la communauté soumise à la tradition, au code d’honneur face à ce martyr qui a sacrifié sa jeunesse à la nation dans une guerre sans précédent. Car de tout temps les femmes qui osaient s’opposer aux masses devaient quitter le village pour vivre d’expédients ou se prostituer dans les villes. Même après être parties, quand elles reviennent, elles subissent des pressions impitoyables que le temps n’adoucit jamais. C’est donc à contrecœur que Miên décide de repartir vivre avec Bôn, laissant sa somptueuse demeure pour un bouge misérable délabré qu’elle doit partager avec son ancienne belle-sœur Tà, à l’allure écoeurante et vulgaire.

Hoan depuis le départ de sa bien aimée tente de survivre. Bôn, anéantit moralement et physiquement par la guerre, fait tout pour re-séduire sa femme en arrangeant au mieux sa masure et en essayant d’y travailler la terre, mais sa seule obsession, c’est d’avoir un fils, fonder une famille. Il oblige Miên, nuit après nuit, à s’offrir à lui malgré une humiliante impuissance. Miên vit un véritable calvaire et elle reste prostrée, froide et silencieuse, car son esprit est ailleurs, elle ne cesse de penser à Hoan.

Dans ce tragique triangle amoureux, la romancière nous entraîne dans l’après-guerre du Vietnam aux principes moraux et politiques détruisant ces trois personnages déchirés par l’amour et les démons du passé.
C’est un sublime roman à l’écriture poétique mêlant la sensualité et la cruauté dans de somptueuses descriptions remplies de couleurs et d’odeurs. Le lecteur ne peut qu’en sortir ébloui, chaviré.


Citation :

«Si je veux cracher sur le pouvoir, je n'ai pas le droit de craindre». Duong Thu Huong.



Partager cet article

9 novembre 2006 4 09 /11 /novembre /2006 09:17
Éditions Gaïa, octobre 2006, 202 pages.

Grand Prix de l'association des lauréats Zellidja en juin 2003.


Bref été au Spitzberg est un magnifique carnet de voyage orné de croquis, de photos (voir ci-dessous) où Aurélie raconte son escapade pour se rendre dans le Grand Nord, dans l’archipel du Svalbard.

C’est grâce à la Fondation Zellidja (qui aide financièrement les jeunes gens à partir à condition qu’ils le fassent seuls et qu’à leur retour ils présentent un rapport d’étude sur le voyage) qu’Aurélie endosse son sac à dos pour sept semaines (voyage compris) de découverte au nord-est de la Groenland.
C’est en bus qu’elle décide de quitter Paris, le 11 juillet 2002, pour mieux sentir son cheminement vers le nord. Le stop devient son deuxième moyen de locomotion pour traverser la Norvège, dépliant sa tente dans les campings ou en pleine nature. Après 26 heures de bus, 45 heures de voiture et pour finir l’avion, la voilà arrivée à bon port face à l’immensité arctique, les yeux écarquillés sur les lumières chatoyantes qui se dessinent autour d’elle. Aurélie est prête à faire son plein de connaissance, à étudier la vie de ces Norvégiens venus se retirer à Longyearbyen, et à affronter sa peur sur le territoire Russe où la désolation l’émeut.
Mais elle se rend vite compte que Longyearbyen n’est pas une destination de rêve et que l’ennuie fait partie du quotidien.

Encrier-accueil.pngC’est un récit passionnant, instructif, plein de charme et de sincérité que nous offre Aurélie Corbineau avec la faveur des éditons Gaïa qui ont été séduites par ce carnet de voyage reçu par la poste et qui l’ont publié pour notre plus grand plaisir !


L'avis de Cuné


Aurélie Corbineau a plusieurs cordes à son arc, en plus du fait qu'elle sait merveilleusement dessiner, elle est fresquiste-mozaïste et a réalisé une fresque pour Matignon. Si cela vous dit, vous pouvez la contempler en visitant son site. (Voir biographie)


Partager cet article

7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 15:32
















Éditions de l’Olivier, août 2006, 307 pages.



Myriam, la quarantaine, décide sur un coup de tête d’ouvrir un petit restaurant qu’elle baptise, en toute simplicité, «Chez moi ». Pourquoi ce nom ? car c’est plus qu’un restaurant, c’est chez elle, elle y vit, y dort aussi, elle n’a pas assez d’argent pour se payer un autre loyer.

Pour faire plaisir à ses clients, elle s’y investit sans retenue afin de leur préparer de bons petits plats. Elle aime le contact, prend le temps d’écouter les personnes qui franchissent le pas de sa porte et qui ont à cœur de faire quelque chose pour l’aider. Après un début un peu chaotique, tout le monde se bouscule dans ce restaurant, on y croise un fleuriste amoureux, deux jeunes étudiantes, et des habitants du quartier. Mais derrière tout ce joli décor se cache en réalité une sombre histoire. Myriam cache un secret inavouable, ce restaurant n’est en fait qu’un exutoire, une réconciliation avec elle-même pour conjurer un passé douloureux.

Encrier-accueil.pngCe livre qui démarre de manière optimiste porte en réalité un thème grave qui est celui de l’amour maternel. Myriam est hantée par ça et elle passe son temps à comprendre ce qui lui est arrivé. Bannie par sa famille et par ses amis, elle n’a personne à qui se confier.

C’est un très beau roman qui se déguste avec bonheur, où les talents culinaires de Myriam excitent les papilles gustatives, on arrive même à sentir le parfum de ces aromates qu’elle présente de façon poétique.
C’est un régal d’écriture gorgée d’émotions et de bons sentiments que nous offre Agnès Desarthe.
À dévorer sans modération.


Et pour la petite anecdote, je suis moi même une ancienne restauratrice qui, comme Myriam, n’avait pas assez d’argent pour s’offrir un logement décent et j’ai été obligé de dormir pendant plusieurs mois sur un lit de camp au milieu des chaises et tables et à me laver dans l’évier de la cuisine... Ce passage-là m’a vraiment fait sourire car je me suis trouvé projetée dans le personnage.


Le site d'Agnès Desarthe

L'avis de Barbabella
L'avis de Clarabel


Citation :

« Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire. » André GIDE (1869-1951)



Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche