Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 00:02

















Éditions Folio, 1997, 144 pages.

En 1988 L’Académie lui a décerné le Prix Roland de Jouvenel



Quatrième de couverture :

« Dehors, c’est la guerre d’Algérie. Dedans, un bébé qu’on oublie et qui s’en fout regarde la nuit et la maison. Il n’a pas peur d’être seul. Il sait. Pauline, la bonne, à des raisons d’avoir peur. Elle vient de sa campagne et n’a plus d’amoureux. Celle qui la précédait est morte. Les filles ont juré sa perte. Qu’y a-t-il de cassé dans cette famille où les enfants n’ont pas le droit d’aller dans la cuisine ?
Ces filles, Cora et Nouk, avec leurs envies de meurtre, est-ce la mort qui les tire en arrière comme un furet, corps et pattes raidis ? On parle d’attentat à la bombe. Le kiosque à musique du Luxembourg est jonché de débris, de copeaux de verre. Va-t’en Pauline, va-t’en, dit le Bébé. Et tandis que tout se détraque dans la famille, personne ne peut savoir que les filles s’aiment pour toujours. »

Encrier-accueil.pngDans ce premier roman, Geneviève Brisac convoque un univers tragique et détonant. L’histoire est dure, les mots sont cruels et les jeux morbides. Nouk et son esprit de possession vis-à-vis de sa sœur Cora qui échappera, grâce à la séparation, à la folie dévastatrice dans laquelle Nouk s’est claquemurée. J'ai voulu m'accrocher à l’histoire, malgré cet aspect sombre, l’âpreté du ton et les mots qui claquent comme des détonations, pour mieux comprendre la tragédie et le cynisme qui peut naître dans l’univers de l’enfance.


Le site officiel de Geneviève Brisac



Partager cet article

19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 06:15





Penser à toi
reste mon silence le plus précieux
le plus long le plus orageux silence.
Tu es en moi toujours
comme mon coeur inaperçu
mais comme un coeur qui ferait mal
blessure qui ferait vivre.


Partager cet article

17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 08:03












Éditions Seuil, 2006, 128 pages.


Dans ce magnifique roman graphique, Mirima Katin, issue d'une famille juive, retrouve son regard d'enfant et se souvient de la deuxième guerre mondiale. C'est grâce à sa mère qui lui a raconté ce qui s'était passé qu'elle a pu relater leur parcours en Hongrie.

Tout commence en 1944 à Budapest. Elle a trois ans. Son père a été enrôlé dans l'armée hongroise et elle se retrouve donc seule avec sa mère qui, pour fuir les persécutions nazies, décide de quitter la ville, elle refuse d'être parquée avec les autres juifs promis à la déportation.
Grâce à l'aide d'une amie, sa mère se procure de faux papiers qui les font passer pour une servante russe accompagnée de sa fille illégitime. S'enfuyant dans la campagne, elles vivent dans la clandestinité, souffre du manque de nourriture, du froid, se réfugient chez des paysans, croisent des soldats allemands, apprennent à se méfier des soldats russes...
Dans ce tableau noir où règne la terreur, l'incompréhension, elles retrouvent un peu d'espoir chez des personnes qui leur tendent la main.


« Seules contre tous » est un récit bouleversant, le graphisme est sublime et se teinte aux couleurs du temps. Il nous montre la peur, la découverte de l'horreur et que le mal existe vraiment même pour une petite fille qui, élevée dans la foi, apprend que « Dieu n'est pas la lumière que Dieu n'est pas les ténèbres peut être même qu'Il n'est rien ni personne. »

Sur les dernières pages, Miriam Katin a mis une photo d'elle et sa mère datant de 1946 ainsi que les lettres de son père reçues pendant la guerre.



(Pour agrandir l'image cliquez dessus)
















Partager cet article

15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 00:02
















Éditions Gallimard, 2004, 272 pages.



Marion, jeune femme célibataire, entreprend un voyage en Inde en dissimulant dans son sac, enfermées dans un pot de confiture, les cendres de son amie Katherine afin de les dispersées dans les eaux sacrées du Gange. Dès son arrivé à Delhi, elle est plongée dans un monde où se croisent les illuminés affublés d’un sari blanc et les gourous manipulateurs bien plus nombreux que les vrais sages. Le tout baignant dans une illusion d’aisance et d’indifférence.

À l’hôtel, elle fait la connaissance de Michèle, masseuse à Paris, qui est à la recherche de son compagnon François. En la quittant, il lui a laissé, pour seule consolation, son journal intime dans lequel il exprime sa quête de spiritualité bouddhique brisant ainsi les liens avec le monde qui l’entoure. Marion se voit maintenant investie d’une double mission, celle d’exaucer le vœu de sa défunte amie Katherine et aider Michèle dans ses recherches.

Ce roman à plusieurs voix, celle de l’Inde, ses parfums, son envoûtement et celles de deux femmes à la fois fascinées et exaspérées par ce pays, est un vrai récit initiatique qui nous conduit au cœur de l’Inde, vers la connaissance de soi. C’est un pur enchantement au style savoureux empreint d’une douce causticité.


Citation :

«La conquête de soi, voilà le but» Elisabeth BARILLÉ



Le site d'Elisabeth Barillé (pour en savoir plus sur son prochain livre)


Partager cet article

13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 00:07


















Éditions Albin Michel, 2006, 292 pages.

Traduit de l’américain par Michel Lederer.



« Un sentiment d’abandon » est le premier livre de Christopher Coake. Il a été salué unanimement par la critique américaine.

Dans ce recueil de sept nouvelles Christopher Coake à l’art de susciter l’émotion, il pénètre intimement dans la pensée de ces personnages qui tentent coûte que coûte de faire face à leur destinée ou à leur trahison.

    Eric et Kristen se connaissent depuis une semaine et déjà ils sont fou amoureux l’un de l’autre et pour fêter cela, ils ont pris une chambre d’hôtel pour y passer le week-end. Eric lui confie se lourd secret qu’il porte depuis l’enfance, il revoit la balle qu’il avait lancée à son chien près du bord d’une falaise et se souvient encore du crissement des griffes plantées dans le gravier et de ses yeux exorbités remplis d’incompréhension que le chien fixait sur lui.

    Le seul désir de Nathalie, c’est d’avoir un enfant. Sa compagne Joan accepte enfin cette décision. Nat est aux anges. Un après-midi, lors de leur jooging dominical, elles assistent à une terrible collision entre plusieurs voitures. Nathalie est la seule à voir l’inimaginable qui lui fera changer d’avis.
    À soixante dix-neuf ans, Albert, atteint d’un cancer, est en phase terminale. Pour éviter que sa femme Elise le voit mourir dans d’atroces souffrances, il a décidé d’avaler tout un flacon de morphine après le dîner qu’ils donneront en compagnie de leurs proches.

Encrier-accueil.pngLa mort et l’amour sont très présents dans chacune de ces nouvelles, mais il n’y a rien de morbide dans leurs désirs de vaincre les situations difficiles, en faisant le choix qu’ils jugeront nécessaire. Christopher Coake à l’art de rendre palpable une émotion, un frisson, qui m’a laissé dans un état de bouleversement, la gorge serrée, après avoir traversé « un sentiment d’abandon », la dernière nouvelle de ce recueil, où ce couple (représenté sur la couverture) qui s’aime passionnément part, sur un coup de tête, campé dans la forêt du Michigan où ils se feront surprendre par une tempête de neige. Là encore l’histoire est poignante et les sentiments sont mis à nu. Christopher Coake exprime les faiblesses est les failles de l’être humain avec une grâce étonnante !


Citation :

« Parfois quand on lit ses nouvelles, on en oublierait presque de respirer » dixit Nick HORNBY


Drapeau-am--ricain.pngLe blog de Christopher Coake


Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche