Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 22:42


C.Zambon.png


Biographie :

Catherine Zambon est née à Villefranche-sur-Saône, de parents italiens, en 1957.

Après des études au conservatoire de la région de Lille, elle poursuit une carrière d'actrice, de metteur en scène et d'écrivain. Elle dirige également des ateliers d'écriture en direction de différents publics. Parmi ses nombreuses pièces, on peut citer Le Jardin d'agrément, Catarinetto, La Héronnière, et plus récemment, La Mauvaise.

La Bielleuse, La Serge haute, L'Oca, Les Rousses ont été écrites en direction du jeune public à l'invitation de France Culture.

Une version de Sissi pieds jaunes a été réalisée et diffusée par France Culture en février 1998.


Bibliographie :

Ecrits publiés :

* 1998 - Sissi pieds-jaunes, (Éditions École des Loisirs),
* 1999 - La bielleuse, (Éditions École des Loisirs),
* 1999 - L’Oca, (Éditions École des Loisirs),
* 2000 - La héronnière, (Éditions Droz),
* 2000 - La mauvaise, (Éditions Droz),
* 2000 - La Berge haute, (Éditions École des Loisirs),
* 2002 - Catarineto, (Éditions Lansman),
* 2002 - Eismitte, le milieu des glaces, (Éditions
            Lansman),
* 2002 - Les Balancelles, (Éditions Lansman),
* 2006 - Les Inavouables, (Éditions La Fontaine),
* 2007 - Kaïna-Marseille, (Éditions Actes Sud)



Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 22:42

V.Moberg.png


Biographie :

Vilhelm Moberg est né à Algutsboda, Småland au sud de la Suède en 1898. Issu d’une famille de soldats et de petits fermiers, il est essentiellement autodidacte.

Il étudie à la Folk Academy de Grimslöv (1916-1917) et dans une école privée à Katrineholm (1917/1918).

Ensuite, il occupe différents emplois de fermier, de forestier ou d'ouvrier dans une usine de verre soufflé.

Sa première pièce écrite en 1919 est une comédie musicale : KÄRKEK OCH PENGAR. Elle n'a été jouée qu’une fois au profit d’une association caritative.

De 1919 à 1927, Vilhelm Moberg a été journaliste avant de devenir écrivain à plein temps. Le roman qui l'a révélé, Raskens, a été publié en 1927. Documenté avec soin, il évoque les traditions familiales et la vie quotidienne d’un soldat, Rask, et de sa femme Ida, à la fin du 19ème siècle.

Le succès de ce livre a permis à Moberg de se consacrer entièrement à l’écriture. Il publiera plusieurs romans décrivant la vie en Suède, en milieu rural ou citadin, toujours précisément documenté, sans doute à cause de l’influence de sa précédente carrière de journaliste. Le quotidien, les conditions de vie difficiles dans un monde agricole ou industriel en évolution constante, la souffrance à vivre privé de ses racines sont des thèmes fondamentaux dans l'oeuvre de Moberg.

En 1941, dans l’un de ses romans (Ride this night), il décriera ouvertement un épisode survenu durant le règne de la reine Christina. Quand des nobles allemands furent envoyés en Suède pour dominer les paysans suédois indépendants. Il devient alors un écrivain luttant contre la tyrannie et l’oppression. Son roman est un best-seller. Après une trilogie d’histoires assez lyriques, Moberg entreprend sa célèbre saga des émigrants. Il lui consacrera une douzaine d’années de sa vie. Elle sera publiée entre 1949 et 1959.

En 1970, Moberg commence une ambitieuse œuvre historique qui restera inachevée. Il se donne la mort par noyade en 1973.

Comme d’autres écrivains issus de la classe ouvrière de sa génération, notamment Iva Lo-Johansson et Mog Martinson, Moberg a dépeint la vie des petites gens, leurs traditions, leurs usages et leurs combats quotidiens. Son œuvre représente un document important de l’histoire sociale et montre les influences des divers mouvements sociaux et politiques en Suède.


Bibliographie :

* 1995 – Les fiancées de la Saint-Jean, (Éditions
Septentrion),

Ouvrages parus chez Gaïa éditions :

* 1999 – La saga des émigrants - Tome 1 - Au pays,
* 1999 – La saga des émigrants - Tome 2 - La traversée,
* 1999 – La saga des émigrants - Tome 3 - Le Nouveau
             Monde
,
* 1999 – La saga des émigrants – Tome 4 - Dans la forêt
             du Minnesota
,
* 1999 – La saga des émigrants – Tome 5 - Les pionniers
             du Ki-Chi-Saga
,
* 2000 – La saga des émigrants - Tome 6 - L'or et l'eau,
* 2000 – La saga des émigrants – Tome 7 - Les épreuves
             du citoyen
,
* 2000 – La saga des émigrants - Tome 8 - La dernière
             lettre au pays natal
.



Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 22:41


L.Lehtolainen.png


Biographie :

Née en 1964 dans le centre de la Finlande, Leena Katriina Lehtolainen est passionnée de musique, elle pratique le chant, la guitare et le piano.

Précoce, elle publie à 12 ans son premier roman pour la jeunesse, à 17 ans le suivant. C'est en 1993 que paraît Mon premier meurtre , le premier épisode des aventures de l'inspectrice de police Maria Kallio. Il sera suivi de sept autres. Lauréate de plusieurs prix littéraires finlandais, elle est traduite en de nombreuses langues. Certains de ses romans ont été adaptés à la télévision popularisant encore plus le personnage de l'inspectrice Maria.

« Il y a très exactement 29 ans, j’étais à Paris pour la première fois. J’avais 12 ans et j’avais payé mon voyage avec mes premiers droits d’auteur. »

Aujourd’hui, elle en a 41 et est de nouveau à Paris grâce à un livre. Mon premier meurtre est paru en français en septembre 2004 aux éditions Gaïa.

Entre son premier roman et celui dont elle vient de remettre le manuscrit à son éditeur finlandais, il y a eu treize autres livres, dont huit polars de la série Maria Kallio, du nom du personnage principal : une petite femme policière aux cheveux roux, à la volonté de fer et à la langue bien pendue. Dans un univers souvent très machiste, elle fait preuve d’une force de caractère à toute épreuve, tout en restant, dans son quotidien, une femme ordinaire qui jongle entre les horaires de la crèche et les tours de garde.

« J’avais envie que les lectrices puissent se reconnaître dans Maria. Toutes les femmes finlandaises connaissent ce jeu d’équilibriste entre le travail et la famille ! » s’exclame Lehtolainen. Ainsi, tout au long des romans, Maria se posera mille et une questions sur le mariage, tombera enceinte au moment même où une promotion lui est proposée et s’arrachera les cheveux pour faire garder un enfant malade.


Bibliographie :

Ouvrages traduits en français :

* 2004 - Mon premier meurtre, (Éditions Gaïa),
* 2006 - La poisse, (Éditions Gaïa)



Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 22:40


P.P--ju.png



Biographie :

Difficile de percer à jour cet écrivain né à Lyon, pratiquement dans la librairie que son père Raymond Péju ouvre l'année de sa naissance en 1946.

Le jeune Pierre voit y défiler les gloires du Nouveau Roman, de Nathalie Sarraute à Claude Simon, qui accompagnent le fondateur des éditions de Minuit, Jérôme Lindon, grand ami de la famille. Signatures, lectures, souvenir d'un Bernard Clavel attirant les foules...

La philo aura le dernier mot. Etudiée à la Sorbonne, il l'enseigne à Paris puis au lycée international Stendhal, à Grenoble, pendant quatorze ans. Selon sa femme, « Ce prof très aimé de ses élèves attendait qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes avec une infinie patience, se souvient Philippe Ben Lahcen, l'ancien proviseur du lycée. C'est un esprit très positif ».

Un esprit rebelle aussi qui, en 1968, fondait la revue Chute libre. « C'était poésie et révolution, à l'extrême de la gauche », dixit l'ex-agitateur. Une sensibilité politique héritée du grand-père, Elie Péju, compagnon de la Libération et cofondateur du journal Franc-Tireur en 1941. « Il avait connu ma grand-mère aux Jeunesses communistes. Elle a protégé des juifs et se rendait à l'arrivée des trains qui ramenaient les rescapés. Très jeune, j'ai entendu leurs histoires terribles sur la Résistance et la déportation. J'étais à la fois admiratif et terrorisé. » D'où sa fascination pour les contes ? Martelant que l' « enfantin » n'est pas l' « infantile », Pierre Péju en fera un objet d'études au Collège international de philosophie de Paris. Pour Jean-Pierre Sicre, fondateur des éditions Phébus où sa biographie d'Hoffmann a paru en 1992, « Péju est un écrivain de l'imaginaire, un courant longtemps souterrain et je trouve bien qu'il ressurgisse aujourd'hui en pleine lumière ».

Romancier et essayiste, il est l’auteur de plusieurs romans à succès, tels La petite chartreuse, prix du Livre Inter, traduit en 14 langues et adapté au cinéma en 2005, et Le Rire de l’ogre, prix du roman Fnac 2005, ainsi que des essais sur le conte et sur le romantisme allemand .


Bibliographie :

Littérature :

* 1980 - Vitesses pour traverser les jours, (Éditions
            Maurice Nadeau),
* 1984 - Premiers personnages du singulier, (Éditions
            Robert Laffont),
* 1987 - La part du sphinx, (Éditions Robert Laffont),
* 1996 - La vie courante, (Éditions Maurice Nadeau),
* 1998 - Naissances, (Éditions Gallimard),
* 2002 - La petite Chartreuse, (Éditions Gallimard),
* 2005 - Le rire de l'ogre, (Éditions Gallimard),
* 2007 - Cœur de Pierre, (Éditions Gallimard)

Littérature jeunesse :

* 2004 - Comme deux gouttes d’eau, (Éditions
             Gallimard),
* 2004 - Le Monstrueux, (Éditions Gallimard),

Essais :

* 1981 - La petite fille dans la forêt des contes, (Éditions
            Robert Laffont),
* 1989 - L'archipel des contes,(Éditions Aubier),
* 2000 - Lignes de vies, (Éditions Corti)

Biographie :

* 1988 - Hoffmann et ses doubles, (Éditions Séguier),
* 1992 - L'ombre de soi-même, vie et oeuvre de E.T.A.
            Hoffmann, (Éditions Phébus)


 


Partager cet article

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 22:40




Biographie :

Marianne Rubinstein est née en 1966 à Paris. Elle est maître de conférence en économie à l'université Paris 7.

Elle s'est déjà fait remarquer en publiant chez Verticales une enquête consacrée aux petits-enfants de déportés morts dans les camps - ouvrage qu'avait tenu à préfacer Serge Klarsfeld. Le titre, emprunté au Jules Renard de Poil-de-Carotte, ironique et douloureux, annonçait la couleur : Tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin.

Le Journal de Yaël Koppman, publié chez Sabine Wespieser éditeur, est son troisième livre.


Bibliographie :

* 2002 - Tout le monde n’a pas la chance d’être orphelin,
            (Éditions Verticales),
* 2005 - En famille (Éditions Phébus),
* 2007 - Le journal de Yaël Koppman, (Éditions
            Sabine.Wespieser
)


Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche