Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 14:47
NonNonB--.pngS.Mizuki.png
















Éditions Cornélius, 2006, 420 pages.
Traduit du japonais et annoté par Patrick Honnoré & Ykari Maeda.
Adapté par Jean-Louis Capron.

Prix du meilleur album de l’année 2007 au festival d’Angoulème.


Dans ce récit autobiographique, Shigeru Mizuki nous raconte son enfance à Sakaï-minato, petite ville côtière du sud-ouest du Japon.

Shigeru, au début des années 1930, est déjà un jeune garçon de 9 ans au talent incontesté et à l’imagination débordante. Quand il n’est pas en train de jouer à la guerre avec les autres gamins de son quartier, il passe son temps à dessiner et à inventer des histoires peuplées de yôkaï, ces créatures surnaturelles que NonNonBâ, une vieille dame mystique et superstitieuse, connaît très bien.

Recueillie récemment par sa famille, NonNonBâ, pour le plus grand bonheur de Shigeru, est une encyclopédie vivante des croyances et légendes populaires de la région et se plait à lui raconter toutes sortes d’histoires de monstres et de fantômes qui deviennent très vite ses compagnons de rêverie quotidienne. Mais pour un garçon de 9 ans, ce n’est pas facile de faire la part des choses « Il est déjà bien assez difficile de savoir à qui se fier sans que des monstres bizarres et malicieux viennent s’en mêler ».

Encrier-accueil.png Dans cette chronique familiale, on suit avec beaucoup de plaisir le parcours de ce jeune garçon qui raconte ses souvenirs d’enfance, avec douceur quand il découvre l’amour et d’amertume quand la mort entre en scène. Bercé par la culture japonaise, il s’éveille à la vie et se rend compte que faire la guerre est une perte de temps. Il fera différentes rencontres qui lui feront prendre conscience que le bonheur est éphémère et qu’il faut vivre pleinement chaque instant qui passe.

Pour la première fois lors de la 34 ème édition du festival de la BD d’Angoulême, un manga a remporté le prix du meilleur album et c’est NonNonBâ qui a reçu cette récompense, c’est amplement mérité !

Je vous invite également à visiter le site très sympathique des éditions Cornélius.


L'avis de Jean-François, Gachucha & Tamara



Partager cet article

11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 19:43
On-n-emp--che-pas-un-petit-coeur.pngC.Castillon.png














Éditions Fayard, 2007, 157 pages.


Encrier-accueil.png Je n’ai pas réussi à lire ce livre dans sa totalité ça doit être à cause de mon côté trop fleur bleue, car j’avoue avoir sauté plusieurs passages trop cyniques à mon goût. Quelques nouvelles m’ont bien plu comme
« Arrache-cœur », « Voyages », mais la majorité d’entre elles sont trop déconcertantes et mordantes.

Ces 23 nouvelles dissèquent les relations hommes-femmes, la vie sexuelle et sentimentale au sein du couple sur fond de solitude et d’amertume qui les amènent à se déchirer, se mépriser et s’humilier. C’est donc une galerie de couples sordides qui peuple ce recueil. Je pense que Claire Castillon a voulu que ça soit ainsi, puisqu’elle avait pensé intituler son recueil de nouvelles « Infect », mais d’ « Insect », le titre de son précédent livre, à « Infect » la rime était trop facile. Elle a donc opté pour ce titre, assez joli du reste, mais qui cache un univers sordide.


Citation en exergue :

« Notre rencontre est un chemin à l’écart, une pluie chaude, une ville, un inconnu toujours reporté au-devant de nos pas. Parce que la rencontre n’existe que lorsqu’elle demeure à venir. » Bernard Desportes.


Voir le site de Claire Castillon



D'autres avis plus engageants que le mien comme celui de Cuné dans son pêle-mêle, Clarabel et L'encreuse.
Valdebaz, Laure et Joelle n'en ont pas été friandes.




Partager cet article

9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 20:51

Merci du fond du cœur pour vos messages de soutien qui m’ont fait énormément plaisir. L’opération s’est très bien passée et petit à petit je récupère des effets déstabilisants de l’anesthésie générale qui m’empêche de rester trop longtemps devant l’ordi.  smiles-78.gif


Ne pouvant toujours pas me chausser (il faut encore que je patiente une bonne dizaine de jours), je passe donc mon temps (et ne vais pas me plaindre loin de là) dans le jardin, sur ma chaise longue, le nez dans un bouquin, en plus le soleil et la chaleur sont au rendez-vous, c’est tout simplement le pied ! ;-)



Partager cet article

4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 21:37

Pendant quelques jours, je serai absente de la blogosphère, car, demain matin, je rentre en clinique pour subir une petite intervention chirurgicale. Un vilain kyste est venu se loger sous le tendon du gros orteil et j’arrive de moins en moins à me chausser et à marcher. Même si c’est une opération banale, je ne vous cache pas que j’angoisse quand même, car rien qu’à la vue d’une aiguille, je me transforme en flaque d’eau, alors là…     smiley-1218.gif


Vous imaginez bien qu’en ce moment, la Florinette s’inquiète et rien qu’à y penser (elle ne fait que ça) elle a le palpitant qui s’accélère !!!

Bon allez, pour me redonner du courage, je penserai bien à vous et vous dis donc à très bientôt !!!


:0059:

 

Partager cet article

2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 10:15
L-heure-magique.pngA.Bragance.png










    © François Deladerrière


Éditions Mercure de France, 2005, 141 pages.


Vous avez le moral en berne à cause d’un printemps qui fait grise mine ? Alors un bon conseil, lisez ce livre. Ses 140 pages vont vous éclairer du soleil du midi et du franc-parler de Marseille !

Un samedi soir sur la Cannebière vous pouvez faire de drôle de rencontre et c’est ce qui est arrivé à Irina, peuchère ! qui s’est vue se faire fouillez la poche par Maxime le pickpocket aux mains si lestes. Mais voilà, rien à se mettre sous la dent, c’est le vide qu’il palpe. Maxime, voyant sa dernière cliente surprise, ne se démonte pas, sans vergogne, ni hésitation, il l’invite à boire un Campari au café du coin et pris dans son élan de générosité, il l’a demande en mariage.

Ce qu’ils n’ont pas prévu, ses deux tourtereaux, c’est la confrontation des mères aux tempéraments bien trempés, surtout Sonia, la mère d’Irina, qui n’a pas la langue dans sa poche et voit d’un mauvais œil ce mariage avec ce vide-poche. Elle bout d’impatience d’en savoir davantage sur ce mariolle et débarque chez la mère de Maxime « Quand Sonia s’est amenée avec défoliant et désherbant, la joie toute neuve, toute tendre de Marguerite s’est desséchée sur pied, d’un seul coup ».

Elles parlent, gesticulent, se crêpent le chignon en défendant bec et ongles la marchandise de leurs entrailles et le lecteur pendant ce temps-là rigole, s’esclaffe à les entendre s’étriper comme des harpies. « Vous dites ? Votre famille est marseillaise depuis cinq siècles ? Félicitations. Et le garçon est pur sucre, pur malt, pur pastis, je suis enchantée de l’apprendre, mais tout cela ne fait pas une garantie suffisante. […] Pardon, je vois à votre tête que mes doutes vous chatouillent, ils vous insultent, déjà vous installez dans vos yeux le kalachnikov, toutes les batteries du meurtre et de l’extermination… »

Encrier-accueil.png Cette lecture est forte d’un humour poilant et si comme moi en lisant ces quelques lignes, un sourire s’est dessiné sur votre visage, dites-vous bien que vous le garderez tout au long de ce livre !


L'avis vitaminé de Chimère et ensoleillé de Béatrix




Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche