Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 23:05
Appartement-23.pngM.Alz--al.png













Éditions Les Enfants Rouges, 2007, 92 pages.


Timothée n’a pas le moral depuis que son ami a disparu. Il reste cloîtré chez lui à boire et à fumer en regardant la télé. Seule sa vieille tante Suzie lui permet de garder le contact avec l’extérieur, car, une fois par semaine, elle lui apporte de bons petits plats. Mais même cela ne lui suffit plus et il sombre dans la dépression.

Cependant, une panne d’ascenseur oblige Timothée à s’aventurer dans les étages inférieurs où il fait la connaissance de sa charmante voisine qui vient d’emménager. Une touche de lumière et de douceur pénètre alors dans son quotidien âpre et douloureux.

Cette chronique touchante et drôle est une bien jolie tranche de vie que présente Michel Alzeal dans son graphisme intimiste en noir et blanc. Par petite touche, chaque changement d’événement ou d’ambiance est exprimé finement avec beaucoup de sensibilité et l’on ressent très bien la vie de l’immeuble, le désarroi, qui peuple l’existence de Timothée.


Pour visualiser les planches c’est ICI






Partager cet article

24 août 2007 5 24 /08 /août /2007 06:00

  Des paroles de chanson que je dédie tout particulièrement à mon mari, car aujourd’hui nous fêtons nos cinq de mariage et cette journée fut si merveilleuse que, depuis ce jour, je la vis quotidiennement à ses côtés.



Fleurs-au-mariage.png


Des yeux qui font baisser les miens
Un rire qui se perd sur sa bouche
Voilà le portrait sans retouche
De l'homme auquel j'appartiens

Quand il me prend dans ses bras,
Il me parle tout bas
Je vois la vie en rose,
Il me dit des mots d'amour
Des mots de tous les jours,
Et ça me fait quelque chose
Il est entré dans mon cœur,
Une part de bonheur
Dont je connais la cause,
C'est lui pour moi,
Moi pour lui dans la vie
Il me l'a dit, l'a juré
Pour la vie
Et dès que je l'aperçois
Alors je sens en moi
Mon cœur qui bat

Des nuits d'amour à plus finir
Un grand bonheur qui prend sa place
Les ennuis, les chagrins s'effacent
Heureux, heureux à en mourir

Quand il me prend dans ses bras,
Il me parle tout bas
Je vois la vie en rose,
Il me dit des mots d'amour
Des mots de tous les jours,
Et ça me fait quelque chose
Il est entré dans mon cœur,
Une part de bonheur
Dont je connais la cause,
C'est lui pour moi,
Moi pour lui dans la vie
Il me l'a dit, l'a juré
Pour la vie
Et dès que je l'aperçois
Alors je sens en moi
Mon cœur qui bat



Partager cet article

22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 05:34
Aya-de-Yopougon.pngabouet.jpg















Éditions Gallimard, 2006, 106 pages + 10 pages de bonus ivoirien en fin d’ouvrage.


(Le tome 1 de Aya de Yopougon a reçu le prix du 1er album au festival d'Angoulême en 2006).


Je viens de m’apercevoir que ça va faire presque un an que j’ai lu le tome 1, malgré tout, je n’ai eu aucun problème pour me replonger dans l’histoire des gazelles de Yopougon.

Après son mariage arrangé avec la riche famille Sissoko, Adjoua vient d’accoucher d’un petit garçon, mais, en le découvrant, ses beaux-parents s’étonnent de ne voir aucune ressemblance avec leur fils Moussa et demandent l’annulation du mariage. En attendant, Adjoua se retrouve seule pour s’occuper de son bébé et le confie à Aya quand elle s’en va vendre des claclos sur le marché ou à son autre copine Bintou, quand celle-ci n’est pas en train de courir après son parisien venu passer des vacances dans le luxueux hôtel de la région.

Depuis que les Ivoiriens boivent de moins en moins de bière la société Solibra, où travail Ignace le père d’Aya, se voit contraint de rapatrier ses employés pour cause de restriction budgétaire. Ignace doit donc abandonner son second bureau à Yamoussoukro ainsi que sa secrétaire…

Pendant ce temps, au village, on se prépare à l’élection de Miss Yopougon et c’est l’effervescence chez les jeunes filles…

J’ai beaucoup aimé me retrouver dans l’ambiance, toujours aussi joyeuse et pétillante, du village de Yopougon. Suivre les péripéties des villageois, leur spontanéité face aux problèmes. Encore une fois, Margueritte Abouet nous offre une Afrique fleurissante où la bonne humeur résonne à chaque page. Le seul regret que j’ai ressenti, c’est de trouver une histoire un peu trop courte à mon goût, je suis restée sur ma faim, car pour Aya il ne se passe pas grand-chose.

Le tome 3 est en préparation et devrait sortir en septembre. Pour plus d’info, vous pouvez aller visiter le blog du dessinateur, Clément Oubrerie. Maintenant il ne me reste plus qu’à surveiller son arrivée à la bibliothèque, car, vu le prix élevé d’un album (15,50 €), je préfère prendre mon mal en patience !



Je vous présente ceux qui ont été charmés par Aya : Lustucru, Laure, Hervé & Baratin






Partager cet article

20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 10:31
A-propos-de-Grace.pngA.Doerr.png















Éditions Albin Michel, 2006, 470 pages.
Traduit de l’américain par Judith Roze.



Il s’appelle David Winkler et a cinquante-neuf ans. C’est la première fois en vingt-cinq ans qu’il rentre chez lui, s’il peut encore parler de « chez lui ». Il a été père, mari et hydrologue. À présent, il n’est plus trop sûr d’être aucun des trois.

Il ne cesse de penser à ce qu’il a été, il sombre dans le chevauchement de ses souvenirs et se revoit à l’époque où il vivait à Anchorage en Alaska avec sa femme Sandy et leur petite fille Grace.

Déjà enfant, David souffrait de terreurs nocturnes qui se révélaient être des prémonitions, et ses rêves ou plutôt ses cauchemars reviennent l’assaillir de plus belle. Dans le déluge d’une inondation, il assiste impuissant à la mort tragique de Grace. Bouleversé par ce songe, il exhorte sa femme de quitter la ville pour s’enfuir avec lui loin de ce drame qui risque d’arriver. Mais Sandy ne veut rien savoir, elle le repousse, le traite de fou, et ne supporte plus ses crises de somnambulisme mettant en danger leur bébé, car plus d’une fois David se réveille en tentant de fuir avec Grace dans les bras et c’est ce qu’il finira par faire, mais sans sa famille.

Pour conjurer le mauvais sort, cet homme perdu, ce mari déserteur s’enfuit loin, très loin, à l’opposé du continent sous le soleil des Caraïbes où il erre comme une âme en peine en expiant sa faute, celle de n’avoir pas pu sauver sa fille d’une noyade hypothétique. N’ayant aucune nouvelle de sa femme, mille et une questions le hantent, il veut savoir ce qui s’est réellement passé. « Et si en partant, il avait d’une manière ou d’une autre altéré l’ordre des choses ? (…) ou pire encore et si toutes ces années passées à étudier l’eau avaient abouti à un rêve qui n’était rien de plus qu’un cauchemar, une illusion qu’il suffisait de chasser au réveil, la manifestation d’une peur, un simple exemple de ce qui pouvait arriver ? Et s’il avait laissé sa fille mourir sans défense ? »


David Winkler signe ici un premier roman éblouissant aussi bien dans l’écriture que dans la magnificence des paysages enneigés. Un livre rempli de grâce et de lyrisme bouleversant que je vous conseille vivement !


L’avis de Cuné & Chimère




Partager cet article

19 août 2007 7 19 /08 /août /2007 13:24

1035971793-gif.gifCoucou tout le monde, la vacancière est de retour et me voici en forme pour reprendre du service !

Merci pour tous vos petits messages qui m’ont fait très plaisir. J’espère que pour vous les vacances se sont bien passées et pour les autres qu’elles ne vont plus tarder.

Lors de mes congés, j’ai eu l'immense joie de rencontrer Flo (Mes lectures), qui est venue dans ma région me rendre visite. Et quand deux Flo passionnées de livres se rencontrent, qu’est-ce qu’elles se racontent ? des histoires de blogs et de livres, bien entendu !!! Ainsi que tout ce qui les anime dans la vie.

Cette semaine, j’ai également fait la connaissance de Cathe (Les routes de l’imaginaire) et nous avons passé une très sympathique journée, j’espère pouvoir encore en faire plein d’autres comme celle-ci ! :-D

Bon, maintenant il ne me reste plus qu’à vous résumer mes lectures d’été et en attendant, je vous souhaite de passer une bonne journée !

Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche