Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 00:57





Biographie :

Anne Fine est née à Leicester en 1947 dans une grande maison parmi quatre soeurs.

Après ses études dans des écoles de filles, elle est devenue professeur, mais ne l'est pas restée très longtemps, car elle préfère rédiger des nouvelles pour adultes. Mais sa célébrité lui vient surtout de ses textes humoristiques pour la jeunesse.

Ses romans, caractérisés par une insolence et un humour dévastateurs, ont été acclamés par la critique. Elle a obtenu le Guardian Children's Fiction Award et la Carnegie Medal pour L'Amoureux de ma mère.
Madame Doubtfire
(paru une première fois sous le titre "Quand Papa était femme de ménage") a été porté à l'écran et a connu un immense succès.

Anne Fine continue d’écrire pour les adultes. Un bonheur mortel (Editions de l'Olivier) a reçu en 1990 le Scottish Arts Council Book Award. Elle a été désignée en 2001 comme Children's Laureate au Royaume-Uni, devenant ainsi ambassadrice de la littérature de jeunesse pendant deux ans.


Le site officiel de l'auteure


Bibliographie :

1990 – Madame Doubtfire, (Éditions L'École des Loisirs),
1990 – Tous des menteurs, (Éditions L'École des Loisirs),
1991 – S.O.S. Mamie, (Éditions
L'École des Loisirs),
1991 – Un bonheur mortel, (Éditions de l’Olivier),
1992 – La Crêpe des champs, (Éditions L'École des
           Loisirs),
1993 – Les confessions de Victoria Plum, (Édition de
           L’Olivier),
1994 – Bébés de farine, (Éditions
L'École des Loisirs),
1994 – Parrains, marraines, (Éditions Fayard),
1995 – Dans un jardin anglais, (Éditions de L’Olivier),
1997 – Comment écrire comme un cochon, (Éditions
           L'École des Loisirs),
1997 – Journal d’un chat assassin, (Éditions
L'École des
           Loisirs
),
1998 – Le jeu des sept familles, (Éditions L'École des
           Loisirs),
1998 – Radio Maman, (Éditions
L'École des Loisirs),
1998 – Une sale rumeur, (Éditions de l’Olivier),
1998 – Un ange à la récré, (Éditions
L'École des Loisirs),
1998 – Mon amitié avec Tulipe, (Éditions
L'École des
           Loisirs),

1998 – Un bon début dans la vie, (Éditions L'École des
           Loisirs),
1999 – Louis le bavard, (Éditions
L'École des Loisirs),
1999 – Ma mère est impossible, (Éditions L'École des
           Loisirs),
2001 – Assis ! Debout ! Couché ! (Éditions L'École des
           Loisirs),
2001 – Mauvais rêves, (Éditions
L'École des Loisirs),
2001 – La guerre sous mon toit, (Éditions L'École des
           Loisirs),
2001 – Tiffou vit sa vie, (Éditions Gallimard Jeunesse),
2002 – Vieille menteuse, (Éditions de L’Olivier),
2002 – Le jour où j’ai perdu mes poils, (Éditions L'École
           des Loisirs),
2006 – L’amoureux de ma mère, (Éditions L'École des
           Loisirs),
2006 – Charme Académie, (Éditions
L'École des Loisirs),
2006 – Le tyran domestique, (Éditions de L’Olivier),
2006 – Au secours, c’est Noël !, (Éditions L'École des
           Loisirs ),
2006 – La tête à l’envers, (Éditions
L'École des Loisirs),
2006 – Billy le transi, (Éditions
L'École des Loisirs),
2006 – Le chat assassin, le retour, (Éditions L'École des
           Loisirs),
2008 – Ivan le terrible, (Éditions L'École des Loisirs),
2008 – La vengeance du chat assassin, (Éditions L'École
           des Loisirs),
2008 – La route des ossements, (Éditions L'École des
           Loisirs)



Partager cet article

24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 00:56




Éditeur pour enfants publiant des romans, des albums et des documentaires de qualité.

La maison a été créée en 1965 par Jean Fabre. Très novatrice, l'École des loisirs va transformer l’édition pour la jeunesse en publiant Mitsumasa Anno, Serge Bloch, Geneviève Brisac, Philippe Corentin, Agnès Desarthe, Xavier Deutsch, Philippe Dumas, Michel Gay, Jean Joubert, Claude Ponti, Maurice Sendak, Florence Seyvos et Tomi Ungerer...
Pour en savoir plus cliquez sur leur logo.


A voir sur ce blog :

* Noël, c'est couic de Christophe Honoré
* Dernier rayon de Joël Jouanneau
* Sissi pieds-jaunes de Catherine Zambon
* Réservé à ceux d'Audren
* La fille sur la balançoire rouge de Polly Horvarth
* Au secours, c'est Noël ! d'Anne Fine





Partager cet article

22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 22:11






















Éditions Le Serpent à Plumes, juillet 2003, 268 pages.
Traduit de l’anglais (Irlande) par Arlette Stroumza



Constance à quarante-cinq ans, elle est atteinte d’une maladie incurable. Se sachant condamnée, elle retourne dans la maison de son enfance à Dublin pour y mourir à son rythme refusant obstinément tous traitements qui ne feraient que prolonger ses souffrances.

Il n’y a que Bibi, sa sœur, Bill, son médecin et ami qui se relayent à son chevet en attendant le soutien de Bridie May, une jeune orpheline engagée comme infirmière. Malgré le sournois affaiblissement de ses capacités physiques, Constance lutte afin de profiter au maximum de ses journées pour ne rien laisser au hasard comme cette lettre qu’elle vient d’envoyer à Jacob Weinberg, un écrivain rencontré par hasard lors d’un séjour en Italie, dans la seule intention de lui révéler qui l’est le père de sa fille de neuf mois qu’elle a dû confier à Bibi en attendant qu’il vienne la chercher.

Tandis que la neige flotte dans la lumière des réverbères, Constance s’apprête à fêter son dernier Noël blanc. Maintenant qu’elle n’a plus d’avenir, elle ne peut empêcher son esprit de se focaliser sur le passé, synchroniser les images éparses de son enfance comme cette mésentente avec sa mère qui lui a fait quitter la maison pour assouvir son projet de devenir écrivain.

Progressivement, Constance, dans son désir obstiné de vivre à sa guise, devient une femme incroyablement attachante et passionnante. Même si la maladie ne lui laisse que très peu de répit, elle profite de ces moments de rémission pour écrire ses souvenirs, ses réminiscences qui surgissent de son passé. Encore une fois, Jennifer Johnston a su, par ses mots justes et pleins de délicatesse, me toucher. C’est un beau roman intense et émouvant que je vous invite à découvrir !




Partager cet article

22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 22:09

J.Johnston.png


Biographie :

Jennifer Johnston est née à Dublin en 1930. Elle est la fille du dramaturge Denis Johnston et de sa première épouse Sheelagh Richards, actrice et metteur en scène. Elle a suivi ses études au Trinity College. Mère de quatre enfants, elle vit aujourd'hui à Derry.

Son œuvre est publiée à partir de 1972, et traduite dans de nombreux pays. Auteur d’une dizaine de romans et de plusieurs pièces de théâtre, elle a été distinguée par de nombreux prix, dont le prestigieux Whitbread en 1979 pour Une histoire irlandaise. Jennifer Johnston fait partie des figures majeures de la littérature contemporaine irlandaise.

Dans une interview datant de juillet 1998, elle déclare ne pas vouloir être classée dans la catégorie "écrivain féminin" : interrogée sur sa manière de travailler, elle répond : "J'entends dans ma tête des voix qui me dictent ce que je vais écrire. Je suis incapable de planifier mon travail de manière précise. Je m'assois à ma table et j'écoute. Ce n'est pas facile, mais c’est ainsi que j'écris".


Bibliographie :

Ouvrages publiés en France :

* 1977 - Princes et capitaines, (Éditions Denoël),
* 1979 - Si loin de Babylone, (Éditions Denoël),
* 1979 - Des ombres sur la peau (Éditions Denoël),
* 1983 - Une histoire irlandaise, (Éditions Denoël),
* 1989 - Le sanctuaire des fous, (Éditions Bernard
             Coutaz),
* 1991 - Un homme sur la plage, (Éditions Les Belles
             Lettres),
* 1992 - La femme qui court, (Éditions Les Belles
             Lettres),
* 1996 - L’Illusionniste, (Éditions Jacqueline Chambon),
* 2000 - Je m’appelle Mimi, (Éditions Jacqueline
             Chambon),
* 2003 - Un Noël blanc, (Éditions Serpent à Plumes),
* 2003 - Petite musique des adieux, (Éditions Belfond),
* 2004 - Ceci n'est pas un roman, (Éditions Belfont),
* 2007 - De grâce et de vérité, (Éditions Belfond)



Partager cet article

22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 22:04





Créée en 1988 par Pierre Astier sous forme de revue littéraire puis de maison d'édition en 1993, le Serpent à Plumes comptent environ 400 titres. En février 2004, elle se fait racheté par les Éditions du Rocher pour causes de difficultés financières. Les deux directeurs emblématiques de la maison, Pierre Astier et Pierre Bisou se font licencier. Certains auteurs attaquent en justice les Éditions du Rocher, mécontent de leur politique éditoriale. Aujourd'hui, le repreneur a réduit le Serpent à Plumes à sa seule collection de livres de poche "Motifs".
Pour en savoir plus, cliquez sur leur logo !


A voir sur ce blog :

* Un Noël blanc de Jennifer Johnston




Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche