Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 00:26



















Éditions Anne Carrière, novembre 2008, 335 pages.




Entre un père violent et alcoolique, qui passe ses journées vautré sur le canapé, et une maman qui encaisse ses coups répétés et ceux qu’il porte à ses enfants en réduisant en bouillie leurs petits cœurs tendres et en transformant leur vie en ruine, Slimane, du haut de ses onze ans, ne rêve qu’à une seule chose, s’enfuir avec son grand frère Maxence au Pays sans Adultes où le soleil illumine les vies et tue l’obscurité qui les recouvre.

Ce livre est tout bonnement magnifique ! Slimane, avec ses mots qui vous serre le cœur, nous dit combien il est difficile pour un enfant de se protéger de la folie des adultes. Tout ce qui lui reste à faire, c’est de trouver des stratégies de survie qui l’amène à se réfugier (grâce au pouvoir des rêves) dans un monde meilleur, multicolore où le soleil est un grand éclat de rire. Un roman bouleversant et lumineux à la fois !


Je remercie beaucoup Suzanne de chez  et les éditions Anne Carrière pour m’avoir permis de lire ce très beau livre !


Retrouvez tous les autres avis enthousiastes :
Karine :), Joelle, Cathulu, Praline, Brize, Lucy, Aifelle, Cryssilda, Katell, Antigone, BlueGrey, Karine, Sylire, Saxaoul, Armande, Lily, Maijo, Wictoria, Cécile, Léthée, Liliba...(j'en oublie certainement !!) et celui de Magda qui n'a pas aimé...(je dois également en oublier !!)



Partager cet article

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 00:25







Biographie :

Naissance en 1974. Née d’une mère française et d’un père libanais et arménien, Ondine KHAYAT vit à Paris.

Elle travaille sur plusieurs projets, notamment un projet de loto mondial humanitaire, “Parions pour un Monde Meilleur”, soutenu par huit ONG : Care, Aides, WWF, la Chaîne de l’Espoir, Terre des Hommes, Intervida, l’AFXB et SOS Sahel.

Ondine Khayat a puisé dans les souvenirs de sa grand-mère arménienne, née en 1901, et dans son imagination, pour écrire son premier roman.


Bibliographie :

* 2007 – Lucine, (Éditions Bernard Pascuito),
* 2008 – Le Pays sans Adultes, (Éditions Anne Carrière
)



Partager cet article

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 00:24




Éditeur publiant des ouvrages de littérature (étrangers le plus souvent) destinés au « grand public », mais aussi des documents, des biographies, des guides… Anne Carrière est la fille de Robert Laffont, elle a créé sa propre maison en 1993...
Pour en savoir plus
cliquez sur leur logo.



A voir sur ce blog
:


* La montage ensommeillée de Alvaro Escobar Molina
* Qui comme Ulysse de Georges Flipo
* Le Pays sans Adultes de Ondine Khayat






Partager cet article

1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:06

















Éditions Phébus, 560 pages, réédité en septembre 1998.
Traduit de l’anglais par Lucienne Lenob.



Walter Hartright, professeur de dessin âgé de vingt-huit ans, s’apprête à quitter Londres pour se rendre à Limmeridge House, en Cumberland, auprès de l’aristocrate Fairlie afin d’y instruire deux jeunes filles dans l’art de l’aquarelle.

Profitant du dernier clair de lune de Londres, sur une route déserte il voit apparaître, comme sortie de terre, une étrange jeune femme toute de blanc vêtue, au regard grave et anxieux, lui demander de l’aide. Trop étourdi et étonné par cette rencontre inattendue et bizarre, il n’y prête guère plus d’attention jusqu’au jour où une allusion à cette mystérieuse Dame en blanc ressurgit.

Je ne connaissais pas cet auteur et, pour une première approche, je dois dire que c’est une réussite !!
S’adressant au lecteur, tour à tour, d’autres personnes que Walter Hartrignt prennent la parole afin de bien comprendre ce qu’il s’est réellement passé. L’intrigue haletante, complexe, mais extrêmement bien maîtrisée, nous entraîne dans la campagne anglaise du 19ème siècle jusque dans la demeure de Limmeridge House qui renferme de bien lourds secrets…Quand je pense que Wilkie Collins s’est inspiré d’un fait authentique personnel pour écrire cette histoire !! (voir sa biographie)…Mais je vous laisse le soin de découvrir la suite, car ce serait un crime de vous en dire plus !


Le site
Wilkie Collins




(Voir chez Sylire ou Lisa)


Partager cet article

1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:04





Biographie :

Fils d'un peintre paysagiste renommé, William Wilkie Collins est né à Londres le 8 janvier 1824. À l’âge de 17 ans, il abandonne l’école pour devenir apprenti dans une entreprise de négoce de thé. Après cinq ans, durant lesquels il écrira son premier roman, il entre à la
« Lincoln's Inn » afin d’étudier le droit. Ces études seront sanctionnées par un titre d'avocat en 1851. Après la mort de son père en 1847, Collins publie son livre, « Mémoires et Vie de William Colllins, Esquire » (1848), en exécution du testament paternel, et commence une carrière de peintre, exposant à la « Royal Academy Summer Exhibition » de 1849. Mais c’est avec la publication de son roman Antonina, en 1850, que sa carrière d’écrivain commence véritablement.

En 1851, grâce à un ami commun, Collins est présenté à Charles Dickens. Une longue amitié et collaboration naissent entre ces deux hommes. Plusieurs des romans de Wilkie Collins sont publiés dans l’hebdomadaire de Charles Dickens :
« All the Year Round », sous forme de feuilletons. Charles Dickens publie et édite ensuite lui-même les romans de Collins.

Un soir de 1855, dans le brouillard de Londres, le romancier est attiré par des cris. Il voit sortir d'une maison sombre une forme blanche, une femme en détresse. C'est Caroline Graves, qui se prétend enfermée par son mari dément. Collins qui ne s'est jamais marié en fait sa compagne, élève sa fille et s'inspire de son histoire pour écrire
La Dame en blanc. À la suite de la publication, en 1859, Il connaît une dizaine d’années de grand succès.

Son roman suivant, Armadale, provoque une vive critique pour son immoralité, mais connaît parallèlement de très bonnes ventes. Son roman Sans nom combine, quant à lui, une critique sur l’absurdité de la loi à propos du sort des enfants de couples non mariés, avec une intrigue digne d’un thriller. The Moonstone (
Pierre de lune) publié en 1868 peut être considéré comme le premier roman policier de la littérature anglaise. D'innombrables copies de ces romans sont distribuées à travers l'Angleterre, l'Amérique et l'Europe.

Collins souffre de la goutte et devient dépendant de laudanum qu’il prend afin de soulager sa douleur. Il en résulte des crises de paranoïa où il est convaincu d’être poursuivi par un Doppelgänger (son double fantomatique)… Son roman
Pierre de lune, considéré comme son chef-d’oeuvre, décrit les effets de laudanum et sa dépendance. Collins admet, après avoir écrit ce roman, que sa consommation était telle, qu’il ne se souvenait plus avoir écrit la majeure partie du roman.

Après avoir quitté Mrs Graves en 1868, il rencontre Martha Rud, avec qui il a trois enfants. Deux ans plus tard, il revient vers Mrs. Graves, leur relation durera jusqu’à sa mort en 1889.

En 1870, Dickens meurt. Wilkie Collins passe de mode, se voit accuser d'écrire des « romans à sensation ». Sa popularité commence à décliner.

Wilkie Collins meurt le 23 septembre 1889, il repose au Kensal Green Cemetery à Londres. Son épitaphe l’identifie comme l’auteur de
« The Woman in White » (La Dame en blanc).

Beaucoup d'oeuvres de Wilkie Collins sont publiés en français aux éditions Phébus.


Le site Wilkie Collins


Bibliographie : (œuvres traduites en français)

* 1995 – Pierre de lune , (Éditions Phébus),
* 1996
Armadale, (Éditions Phébus),
* 1996 – Sans nom, (Éditions Phébus),
* 1998 – Histoires regrettables, (Éditions Phébus),
* 1998 – La Dame en blanc, (Éditions Phébus
),
* 1999 – Seule contre la loi, (Éditions Phébus),
* 2000 – Cache-cache, (Éditions Phébus),
* 2001 – Basil, (Éditions Phébus),
* 2002 – Secret absolu, (Éditions Phébus),
* 2003 – Mari et Femme, (Éditions Phébus),
* 2003 – La Reine de Cœur, (Éditions Terre de brune),
* 2003 – La Robe noire, (Éditions du Masque),
* 2004 – Une belle canaille, (Éditions Phébus),
* 2005 – Pauvre Miss Finch, (Éditions Phébus),
* 2006 – L’hôtel hanté, (Éditions de L’Aube),
* 2006 – Quand la nuit tombe, (Éditions Phébus),
* 2007 – Voie sans issue, avec C.Dickens, (Éditions de
              L’Aube),
* 2007 – Passion et repentir, (Éditions Phébus),
* 2008 – Profondeurs glacées, (Éditions Phébus)



Partager cet article

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche