Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 10:46

 

Éditions Eyrolles

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Bernard Blancan est acteur dans plusieurs courts-métrages d’Yves Caumon. C’est le film Indigène</strong> de Rachid Bouchareb qui le révèle au grand public. Pour ce film, il sera couronné du prix d’interprétation au Festival de Cannes en 2006. En 2011, il réalise un documentaire de 52 minutes, Retour aux sources qui retrace son apprentissage de sourcier, comme métaphore de la rencontre avec son père biologique, lui-même sourcier. En 2012, il publie deux livres, Secrets de sourcier, aux Éditions Eyrolles et Journal d’un comédien, du footing aux palmes chez Jacques Flament.Il vient également de publier son troisième livre Si j’étais guérisseur aux Éditions Eyrolles.

Résumé du livre :

« La seule chose qui différencie un sourcier d'une autre personne, c'est sa passion et son expérience... » Voici donc un mode d'emploi clair et précis de la sourcellerie ! Apprentis sourciers, ou amateurs curieux, ce livre est fait pour vous. Loin de mystifier la profession et sans la galvauder pour autant, il tente avec justesse d'équilibrer le propos entre croyance, superstition, réalités scientifiques et petites anecdotes. Des pas à pas vous feront vous prendre au jeu, pour devenir sourcier à votre tour...

Ayant fait l’expérience un jour de chercher de l’eau avec des baguettes, je me souviens de mon étonnement quand je les ai sentis se tordre sans pouvoir les retenir, comme si une force invisible agissait…

Ce que j’ai aimé dans cet ouvrage, c’est qu’il nous permet de comprendre comment tout ceci fonctionne en levant le voile sur cette pratique jugée encore trop ésotérique, puisque l’on confère encore aujourd’hui au sourcier un statut particulier de devin, voire de sorcier, alors que pour Bernard Blancan nous possédons tous cette faculté de ressentir la présence de l’eau.

Cela vient sans doute de notre manie de tout ranger dans des cases, mais aussi de notre regard sur eux qui en fait des êtres exceptionnels. Je pense pour ma part que nous avons tous cette faculté.

Son objectif n’est donc pas de former, mais d’offrir les outils pour une initiation facile :

Je mènerais l’initiation de façon didactique par endroits car c’est un passage obligé, mais aussi en témoignant ça et là de ma propre expérience.

C’est donc une approche plus pragmatique de cette pratique qu’expose dans ce guide l’auteur en avançant des explications plus terre à terre rejetant ainsi tous les éléments qui ne se réfèrent qu’à la croyance. Car même si le phénomène sourcier n’a jamais été avéré par la science, il ne peut s’empêcher de ce demander si cette dernière peut tout expliquer vu qu’elle est loin d’avoir livré toutes ces connaissances sur le fonctionnement du cerveau humain. Donc, même s’il y a aujourd’hui aucune explication valable, les résultats sont là, mesurables et vérifiables comme le démontrent certaines de ses expériences qui vont parfois bien au-delà que la simple recherche de l’eau…

 

Pour voir le film dans son intégralité, rendez-vous sur le blog de Bernard Blancan

En 2006, je rencontre pour la première fois mon père biologique. Il est sourcier. Je le deviens. Le film mêle mon apprentissage sourcier au lien qu'il tisse entre nous deux. Au-delà, il interroge le spectateur sur son rapport à l'univers, à la famille, à la croyance.

Pour aller plus loin :

Première partie de l'interview de Laetitia et Yann-Erick du blog Elévation sur la Web-TV Etoiles du Coeur avec le comédien Bernard Blancan parlant de ses 2 livres : "Secrets de sourcier" et "Si j'étais guérisseur".

Pour visualiser la suite, reportez-vous sur le blog d'Elevation !

Partager cet article

10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 14:28

Le magazine de vulgarisation scientifique Ça m'intéresse vient de publier un dossier sérieux et passionnant s'intitulant :

  • "Guérisseurs, télépathie, sourciers, voyance, expérience de mort imminente - Quand la science explique le paranormal" par les journalistes Frederika Van Ingen et Sabah Rahmani.

 

Pour feuilleter ce magazine, cliquez sur la couverture

 

À la page 70 l'encart s'intitulant "Comment éviter les dérives" présente également : "Paranormal : enfin la vérité !", le blog officiel du Comité Illusionniste d'Expertise et d'Expérimentation des Phénomènes Paranormaux (CIEEPP), dont le président est l'illusionniste Ranky, accompagné du journaliste d'investigation Jacques Mandorla.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Le magazine &quot;Ça m'intéresse&quot; se penche sur le paranormal...

Lundi 15 décembre à 17H, en direct sur la WebTV Étoiles du Cœur, diffusion du pilote d'une émission inédite : "Le Paranormal de nos yeux vu..." animée par Ranky et Jacques Mandorla avec, à la régie, Jean-Claude Carton. Pour en savoir plus, cliquez ICI

Partager cet article

7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 12:18

Cette petite fille a une passion, la danse et elle voudrait en faire son métier, mais son papa voudrait bien qu’elle soit plus raisonnable, en rentrant dans le “moule” de la société, mais il va vite se rendre compte qu'il est préférable d'écouter son cœur...

Vidéo sous-titrée en français (activez les sous-titres si nécessaire en cliquant sur le symbole situé sur la barre des tâches, en bas de la vidéo, à côté de l'horloge ).

Vidéo produite par www.jafproducciones.com

Partager cet article

3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 16:48

 

Éditions Quintessence

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Ces armes qui nous ont tués - Sylvie Nach

Née en 1944, Sylvie Nach était professeur de français avant de devenir thérapeute, métier qu’elle exerce maintenant depuis plus de vingt ans. Elle est l'auteur de "Ces armes qui nous ont tués".

Résumé du livre :

Au fil de nos réincarnations, notre corps garde la trace des armes et des objets qui ont été à l'origine de notre mort physique ou qui nous ont blessés dans nos vies antérieures. Sylvie Nach nous présente ici une thérapie nouvelle, mais complémentaire d'autres médecines, qui permet souvent de comprendre l'origine de douleurs jusque-là inexpliquées et d'en venir à bout grâce à une action au niveau des corps subtils. Thérapeute depuis plus de vingt ans, l'auteur nous livre au travers de son expérience une série de témoignages édifiants liés à son travail de déprogrammation des mémoires karmiques. Toutes les histoires de vie racontées et les solutions apportées nous éveillent à la loi d'action-réaction, au karma, à l'équilibre qui s'instaure tout au long de nos différentes existences. Organisé en thèmes, l'ouvrage présente tour à tour des typologies d'objet qui correspondent chacune à un type de douleur physique. Chacun pourra ainsi s'interroger sur ses mémoires au travers de sa propre histoire, pour tendre vers un apaisement physique et spirituel.

Bien qu’il soit ostéopathe et acupuncteur, Dominique Barthélémy n’arrive pas à se débarrasser d’une douleur à la hanche. Il a tout essayé, rien n’y fait. Ayant entendu parler de Sylvie Nach et de son travail de déprogrammation des mémoires de nos vies passées, il tente le tout pour le tout. Ce qu’elle lui annonce est déconcertant : « Apparemment j’avais un certain nombre de flèches et de javelots plantés dans le bas du dos. Elle les a déprogrammés. En l’espace de 4 ou 5 jours, la douleur a pratiquement disparu. Depuis, elle n’est plus jamais revenue alors que cela faisait plus de 5 ans que j’en souffrais. » atteste l'ostéopathe. (Voir l’article sur le site de l’INREES)

De nos vies passées nous n’en gardons pas seulement des mémoires, mais également des blessures causées par des armes ou objets, tel est le constat que nous délivre dans son livre la thérapeute Sylvie Nach. Avant de s’attaquer aux armes, Sylvie Nach avait commencé depuis quelque temps déjà à nettoyer les traumatismes de morts karmiques* de vies antérieures, comme la peur de l’eau, du feu et d’autres phobies qu’elle nomme les cicatrices karmiques. Mais quand ces guides lui demandent de “déprogrammer” une arme, elle ignore totalement que cela puisse exister.

Je demandai à mes Guides de me dire comment retirer ce glaive et ils me répondirent de le prendre dans ma main comme s’il était physique et de tirer. J’entendais « Encore ! Encore ! » Il devait bien mesurer 1 m à 1,50 m ! Puis il fallut “recoudre” le trou laissé dans l’aura éthérique et astrale et procéder à la “déprogrammation” de la mémoire cellulaire, comme je le faisais déjà pour les autres mémoires karmiques.

Depuis 1997, et devant le soulagement durable qu’elle apporte à ses patients, y compris certains médecins, c’est devenu l’une de ses spécialités. Pour ma part, jusqu’à maintenant, je n’en avais jamais entendu parler et je dois dire qu’en lisant la description de certaines scènes cela m’a laissée interrogative en pensant que certaines douleurs chroniques pourraient bien s’expliquer…

Nous sommes construits comme des poupées russes. Dans et autour de notre corps physique se trouvent d’autres corps énergétiques emboîtés les uns dans les autres. Et certains de ces corps peuvent être marqués par des mémoires de nos vies antérieures.

Il serait tant que la médecine s’ouvre à une autre réalité du corps que celle du physique.

 

*Loi de cause à effet ou d’action-réaction, connue sous le nom de Karma qui signifie “action” en sanskrit.

 

Pour aller plus loin :

Je vous invite à écouter cet entretien du 25 novembre où Jean-Claude Carton reçoit Sylvie Nach qui nous parle en détail des corps subtils. Vraiment très intéressant !!

Il y a aussi celle de Lilou Macé lors du salon Zen de Paris.

Partager cet article

28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 10:41

 

Editions Favre

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Sylvie Déthiollaz est docteur en biologie moléculaire. Après des études post-graduées à l’Université de Californie à Berkeley, elle crée le Centre Noêsis* - du grec “noos” qui signifie esprit - en 1999, le Centre d’étude et de recherche noétiques (Genève). En dehors de la recherche scientifique sur les EMC (États Modifiés de Conscience), ce centre réputé a également pour but d’offrir écoute et soutien psychothérapeutique.

Claude Charles Fournier est psychothérapeute. A l’âge de vingt-cinq ans, le vécu d’une expérience extrême l’a conduit à la nécessité d’un suivi thérapeutique et analytique. Engagé depuis dans une démarche de développement personnel continue, ponctuée d’autres expériences d’EMC, il en vient naturellement à la relation d’aide. Depuis plus de vingt-cinq ans, il exerce en cabinet privé et également, depuis 2004, au sein de Noêsis*.

Résumé du livre :

Sortie hors du corps, immersion dans un bain de lumière, plongée au coeur de l'extase, modification de l'espace-temps, accès à d'autres dimensions... : depuis plus de dix ans, des témoignages d'expériences extraordinaires sont recueillis et étudiés à Noêsis, le Centre d'étude et de recherche noétiques. Expériences de mort imminente (EMI ou NDE), expériences de décorporation (OBE), réveils de Kundalini, expériences mystiques ne sont que quelques exemples des nombreux états modifiés de conscience (EMC), parfois inclassables, toujours singuliers et profondément marquants pour les “expérienceurs”, auxquels sont confrontés quotidiennement Sylvie Déthiollaz et Claude Charles Fourrier. Comment définit-on un EMC ? Comment et pourquoi ces états particuliers surviennent-ils ? Quelles parts de fantasme et de réalité véhiculent-ils ? Comment vivre au jour le jour après avoir vécu des expériences aussi bouleversantes ? Peuvent-elles contribuer à l'épanouissement personnel ? Autant de questions abordées par les auteurs, qui rectifient également quelques idées reçues à propos de certains EMC très médiatisés. Non, vivre une NDE n'est pas toujours un cadeau, mais peut aussi être à l'origine d'une souffrance et d'une détresse profondes. Pourtant, loin d'être considérés comme des pathologies, les EMC sont ici présentés comme un outil puissant sur le chemin qui conduit à la connaissance de soi, mais qui, mal compris, peuvent également constituer un piège et une entrave au développement et à l'évolution de l'être. Fruit du travail passionné et complémentaire d'une biologiste et d'un psychothérapeute, cet ouvrage fait le point sur les principales théories et l'état actuel de la recherche sur les EMC.

 

Dans un langage simple et accessible, les auteurs ont décidé de jouer la carte de la transparence en restant fidèles aux témoignages et en restituant les plus représentatifs sans restriction, c’est-à-dire même les expériences dites négatives, car vivre une EMI ou NDE n’est pas toujours un cadeau…  Ils nous font partager leurs observations, leurs hypothèses, même si celles-ci vont parfois à l’encontre du “scientifiquement correct” en vigueur actuellement. 

Leur but n’est pas de prouver quoi que ce soit, simplement de démontrer que les certitudes ne font pas partie de notre monde…. « Cet ouvrage constitue une matière vivante et non une matière figée dans les savoirs savants. »

Ce livre, qui nous pousse à la réflexion sur l’énigme de la conscience, s'adresse aussi bien aux personnes ayant vécu ces expériences qu'aux professionnels de la santé ou aux amateurs en quête de réponses et de sens. « Car ce livre n’a pas pour vocation d’être scientifique, il se veut avant tout… humain. »

 

*L'Institut Suisse des Sciences Noétiques (ISSNOE) est né de la fusion entre l'Association Noêsis (créée en 1999 par Sylvie Dethiollaz) et la Fondation Odier de psycho-physique (créée en 1992 par Marcel et Monique Odier). Grâce à son généreux soutien, la Fondation Salvia a également contribué à la création de l'Institut en 2012. ISSNOE a pour but l’étude de la Conscience à travers les états modifiés de conscience dits non-ordinaires et l’encouragement d’une recherche pluridisciplinaire à leur sujet, ainsi que l'étude méthodique et scientifique des relations entre l'esprit et la matière, entre la psychologie et la physique. Leur site : www.isnoe.ch

 

Pour aller plus loin :

Aux frontières de la conscience

Selon plusieurs études, 10% de la population vivrait, au moins une fois dans sa vie, un état modifié de conscience non ordinaire comme, par exemple, des sorties de corps. 20% de ceux qui survivent à un arrêt cardiaque feraient une expérience de mort imminente. D'autres parviendraient à un état de décorporation sans stimuli externes.

Cliquez ICI pour voir le documentaire

 

Partager cet article

CATALOGUES

Livres à emprunter ou à louer

"Les Lectures de Florinette"

 

 

 

 

 

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

FLEURS DE BACH

Conseillère en Fleurs de Bach 

Retrouvez moi sur mon autre blog :

Pour celles et ceux qui désirent être plus en phase avec leur nature profonde, il existe un remède 100% naturel qui peut vous aider à vous sentir mieux, ce sont les Fleurs de Bach. 

 

Recherche