Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 17:36



Biographie :

Gaëlle Nohant est née en 1973 à Paris de père breton et de mère catalane. Elle est l’aînée de trois frères et une sœur.
Elle a une petite fille et vit actuellement à Lyon.

Comment est né « L’Ancre des rêves », as-tu écrit autre chose avant ?

J'ai écrit d'abord un essai sur le procès Papon et son contexte, puis un roman raté (mais alors vraiment raté), et des nouvelles qui ont été remarquées par un éditeur qui m'a demandé d'en écrire d'autres, et la nouvelle suivante s'est développée tant et si bien que c'est devenu... l'Ancre des rêves !  J'ai toujours voulu écrire et j'ai fait des études de lettres classiques, ce qui m'a conduite à être prof un temps.

« L’Ancre des rêves » a été réalisé dans le cadre d’une résidence d’auteur qui s’est déroulée en septembre 2006 à l’Abbaye royale de Fontevraud. Avais-tu fait d’autres concours auparavant ?

Je n'avais jamais fait de concours avant celui de Robert Laffont, que j'ai tenté comme ça, parce que je n'avais rien à perdre. Un grand éditeur m'avait dit que mes histoires étaient "trop complexes pour des lecteurs" (il parlait notamment de celle de l'Ancre des rêves). Je trouvais cet argument malhonnête, car tout en sous-estimant les lecteurs, il faisait mine d’oublier que la plupart des romans les plus lus et aimés ont une intrigue complexe : le « Seigneur des Anneaux », pour n’en citer qu’un  (Depuis que j’ai ouvert mon blog, j’ai découvert quantité de gens sympathiques lisant plus que moi et faisant régulièrement exploser ma PAL …
et qui attendent d’un livre un peu plus qu’un synopsis un peu étoffé écrit avec un style le plus passe-partout possible, afin de pouvoir être traduit en un temps record… Je crois qu'on peut écrire des histoires qui touchent les gens sans les simplifier à l'extrême, et que, surtout, il faut suivre son chemin à soi sans sacrifier aux modes littéraires. Sans pour autant se prendre pour un génie incompris, bien sûr… D'ailleurs, la vanité est toujours un peu ridicule dans un univers où le talent se mesure à l'aune de Balzac ou de
Camus ;-)

Comment as-tu procédé pour construire ce roman, mettre en scène les personnages et pourquoi de la fiction ?

Je me documente beaucoup pour mes romans parce que c'est comme ça que je libère mon imaginaire. J'enquête sur mes personnages comme s'ils avaient vraiment existé, ce qui fait que je n'écris pas très vite parce que les recherches me prennent autant de temps que l'écriture.
Sinon je pense qu'on écrit les histoires qu'on porte en soi sans même en avoir conscience.
Je préfère écrire de la fiction parce qu'écrire sur ma vie n'aurait absolument aucun intérêt... et que ça me permet de pouvoir entrer en catimini dans d'autres vies, l'espace d'une histoire ;-) Par exemple, je n'ai pas du tout le pied marin alors c'était un challenge pour moi d'écrire sur les terre-neuvas ! Et ne parlons pas de la bataille de Verdun, qui m’a valu six mois à faire des cauchemars remplis de cadavres et de boue !

Quel genre de livres aimes-tu lire ? Prends-tu le temps de lire quand tu écris ?

Je suis avant tout une lectrice nourrie par les écrivains que j’aime et que j’admire. Quand j'écris, j'ai besoin de lire beaucoup, car il n'y a que les histoires des autres qui arrivent à me reposer de celle qui occupe ma tête et leur talent me fait du bien, me régénère.
J’aime des auteurs très variés, tous siècles et tous genres confondus, de Balzac à Dennis Lehane, mais je n’accroche pas trop à la mode du témoignage et de l’autofiction. Je préfère de loin les écrivains qui construisent une vraie fiction, habitée, incarnée. Il y a dans leurs livres un côté architecture qui me séduit, mais aussi une volonté de descendre dans les profondeurs de sa psyché personnelle pour nourrir les personnages et les situations. On descend en soi comme dans une mine et on en remonte des petits morceaux de matière première qui, méconnaissables, se disséminent dans le roman à la place qui leur est assignée. Les auteurs que je préfère le font avec un véritable génie.

Merci beaucoup Gaëlle.

Merci à toi !


Si vous avez d’autres questions au sujet de son premier roman, vous pouvez contacter l’auteur sur son blog : « Le Café Littéraire de Gaëlle ».



Bibliographie :

* 2007 - L'Ancre des rêves, (Éditions Robert Laffont)




Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

choupynette 11/04/2007 21:29

Ma petite fille a publié son premier roman... et sa première vraie intéressante interview!!!
Bises

Florinette 11/04/2007 23:18

Et quel premier roman !!! tu peux vraiment être fière d'elle ! ;-o)Bonne nuit Choupynette !Bisous

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche