Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact

Catégories

21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 09:16

 

Il arrive que, au moment de la mort, on entende une étrange musique dont on ne peut expliquer l’origine. Le cas le plus célèbre est celle qui fut entendue lors des derniers instants de Wolfgang von Goethe.

Le 22 mars 1832, vers 10 heures du soir, deux heures avant le décès de Goethe, une voiture s’arrêta devant la demeure du grand poète.

Une dame en descendit et s’empressa d’entrer en demandant d’une voix tremblante au domestique : « Est-il encore vivant ? »

C’était la comtesse V., admiratrice enthousiaste du poète et toujours reçue par lui avec plaisir à cause de la vivacité réconfortante de sa conversation. Pendant qu’elle montait l’escalier, elle s’arrêta tout à coup en écoutant ; puis elle questionna le domestique :

« Comment donc ? De la musique dans cette maison ? Mon Dieu… comment peut-on faire de la musique un jour pareil, ici ! »

Le domestique écoutait à son tour, mais il était devenu pâle et tremblant et n’avait rien répondu. La comtesse, en attendant, avait traversé le salon et était entrée dans le bureau, où, seule, elle avait le privilège de pénétrer.

Frau von Goethe, belle-soeur du poète, alla à sa rencontre, les deux femmes s’abandonnèrent dans les bras l’une de l’autre, éclatant en larmes. La comtesse demanda ensuite :

« Mais, dis-moi, Ottilie ; pendant que je montais l’escalier, j’ai entendu de la musique chez vous… Pourquoi ? Pourquoi ? Me suis-je peut-être trompée ? »

- Tu l’as donc entendue aussi ?, répondit Frau von Goethe, c’est inexplicable ! Depuis l’aube d’aujourd’hui une musique mystérieuse retentit de temps à autre, en s’insinuant dans nos oreilles, dans nos coeurs, dans nos nerfs.

Juste à ce moment, résonnèrent d’en haut, comme s’ils venaient d’un monde supérieur, des accords musicaux suaves, soutenus, qui s’affaiblirent peu à peu, jusqu’à s’éteindre.

Simultanément, Jean, le fidèle valet de chambre, sortait de la chambre du mourant, en proie à une vive émotion en demandant avec anxiété :

« Avez-vous entendu, Madame ? Cette fois la musique venait du jardin et résonnait juste à la hauteur de la fenêtre. »

Non, répliqua la comtesse, elle venait du salon à côté.

On ouvrit les croisées et on regarda dans le jardin. Une brise légère et silencieuse soufflait à travers les branches nues des arbres ; on entendait au loin le bruit d’un char qui passait sur la route, mais on ne découvrit rien qui pût permettre de déceler l’origine de la musique mystérieuse. 

Alors les deux amies entrèrent dans le salon d’où elles pensaient que devait provenir la musique, mais sans rien remarquer d’anormal. 

La comtesse, en rentrant dans le salon dit : « Je crois ne pas m’abuser : il s’agit d’un quatuor joué à distance et dont nous parviennent, de temps en temps, des fragments. » 

Mais Frau von Goethe remarqua à son tour :

« Il m’a semblé, au contraire, entendre le son proche et net d’un piano. Ce matin je m’en suis convaincue au point d’envoyer le domestique auprès des voisins, en les priant de vouloir bien ne pas jouer du piano, par respect pour le mourant. Mais ils ont tous répondu de la même façon qu’ils savaient bien dans quel état se trouvait le poète, et qu’ils étaient trop consternés pour songer à troubler son agonie en jouant du piano. »

Tout à coup, la musique mystérieuse retentit encore, délicate et douce ; cette fois elle semblait prendre naissance dans la pièce même. Seulement, pour l’un, elle paraissait être le son d’un orgue, pour l’autre, un chant choral, pour le troisième, enfin, il s’agissait des notes d’un piano.

Rath S., qui, à ce moment-là, signait le bulletin médical avec le docteur B., dans l’entrée, regarda avec surprise son ami, en lui demandant :

« C’est un concertina qui joue ? »

- Il paraît, répondit le docteur, peut-être quelqu’un dans le voisinage songe à s’amuser.

« Mais non, répliqua Bath S., celui qui joue est sans doute dans cette maison. »

Ce fut ainsi que la musique mystérieuse continua à se faire entendre jusqu’au moment où Wolfgang von Goethe exhala le dernier soupir ; parfois en retentissant avec de longs intervalles, en d’autres cas après de très courtes interruptions, un peu dans une direction, un peu dans l’autre, mais paraissant toujours venir de la maison même, ou tout près d’elle.

Toutes les recherches et enquêtes accomplies pour résoudre le mystère sont restées sans résultat.

 

Sources :

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

S
Hon très, très intéressant.
Répondre
F
Je trouve aussi ;-)
Merci ma Suzanne pour ta visite qui me fait bien plaisir !
D
J'adore ce genre d'histoire. Je me suis régalé !
Répondre
F
Merci Daniel !
A
Jusqu'au bout la musique....
Bonne semaine à toi.
Bises
Répondre
F
C'est ça qui est incroyable, jusqu'à son dernier souffle cette musique "céleste" aura résonné...
Merci Alex et bonne semaine à toi aussi.
Bisous
P
Que de choses merveilleuses et inexpliquées dans ce monde. À l'heure précise où mon premier petit fils est né, au milieu de la nuit, un radio réveil s'est mis à jouer dans notre maison, un air russe qu'adorait mon défunt père... Je t'embrasse, douce journée magique. brigitte
Répondre
F
Merveilleux, j'en ai des frissons !! C'est tellement magique et émouvant, ces signes qu'arrivent à nous envoyer nos chers disparus. Ton papa, à sa façon et dans l'amour à travers cet air russe, a sonné trompettes et clairons pour vous informer de son arrivée. C'est beau. Merci Brigitte pour cet émouvant témoignage et douce journée magique à toi aussi, je t'embrasse
A
c'est impressionnant ; le fait aussi que chacun entende une musique en fonction de ce qu'il est. Quelle est la musique qu'entendait Goethe ? Celle des anges ? Quelle histoire ? Bises
Répondre
F
On aurait envie de l'écouter à notre tour, j'essayais d'imaginer ce que Goethe pouvait bien entendre et j'aime à penser qu'il entendait celle des anges...
Bisous
A
Cela me rappelle "l'inconnue du 17 mars", roman de D.Van Cauwelaert , dans lequel un inventeur propose une musique pour lutter contre les cellules atteintes par le covid, en 2020. Dans un autre ordre d'idées.
Répondre
F
Je ne savais pas que ce roman parlait de musique qui soigne. Merci Annie pour ce conseil et bonne semaine !
A
J'ignorais complètement cette histoire. Très mystérieuse !
Répondre
F
Un mystère qui le restera à tout jamais...
G
comme j'aimerais qu'une belle musique très douce et trés réconfortante accompagne mes derniers moments en ce mode
Répondre
F
Oh oui alors, surtout que la musique qu'entendent parfois les personnes qui vivent une EMI est extraordinairement belle !
B
Merci pour cette belle histoire mystérieuse que je découvre avec grand plaisir
Bisous ma chère Florinette et bon dimanche
Répondre
F
Merci ma Béa et bonne semaine !

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche