Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Un Autre Regard...
  • Un Autre Regard...
  • : Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog dans lequel je parle de tout ce qui me passionne, m'interpelle comme ces lectures, documentaires qui m'amènent à porter un regard différent sur notre monde. Bonne visite à tous ! Florinette
  • Contact
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 09:47

S17 Production

 

Ce qu'il faut avant tout savoir :

Éric Dudoit est diplômé en Théologie et Docteur en Psychologie clinique et Psychopathologie de Aix Marseille Université (AMU), où il est co-coordinateur du Diplôme Universitaire et DIU Soins palliatifs et éthiques, chargé de cours en Médecine, Psychologie clinique et Psychologie sociale de la santé. Il est aussi enseignant-chercheur associé au Laboratoire de Psychologie Sociale de la Santé (EA 849), responsable de l'Unité de Psycho-Oncologie du Service de Soins Palliatifs et Oncologie Médicale du CHU La Timone à Marseille. Il a publié de nombreux articles scientifiques en Français et en Anglais sur la spiritualité dans les soins. Il est aussi l'auteur de La Porte à franchir aux Éditions Le Passe-Monde.

 

Éliane Lheureux est sophrologue, praticienne en massages énergétiques, psychothérapeute, enseignante et exerce dans le service d'oncologie médicale et soins palliatifs de la Timone. Elle est co-créatrice avec Eric Dudoit de l'Unité de Soins et de Recherche sur l'Esprit (USRE) CHU Timone adultes.

 

Résumé du livre :

Dans un contexte social où « l'évènement » mort est tabou et dans un contexte spécifique - celui de la prise en charge des patients en fin de vie - où son appréhension revêt des enjeux professionnels, émotionnels et psychiques importants, l'utilisation d'un récit comme celui des EMI peut s'avérer utile. C'est le potentiel thérapeutique de ce mythe contemporain, dans le contexte de l'accompagnement de patients en soins palliatifs, qui a retenu notre attention. Plus spécifiquement, à notre sens, il peut constituer un « outil » de l'accompagnement des personnes en fin de vie pour les soignants en soins palliatifs. Il ne s'agit pas d'une simple adhésion à une représentation sociale ou à une croyance mais bien quelque chose de suffisamment transcendant pour opérer une profonde mutation du sujet humain.

L’accompagnement des personnes en fin de vie dans les services de soins palliatifs soulève bien des questions sur la mort. Ce questionnement est source d’angoisse et il est bien difficile de l’aborder, d’y mettre les mots qui bien souvent font défaut.

Dans le service d’oncologie médicale à l’hôpital La Timone à Marseille, Éric Dudoit, passionné de théologie et de philosophie, et Éliane Lheureux, sophrologue et praticienne en massage “psychocorporelles”, ont développé un dispositif favorisant cet échange par l’intermédiaire des récits d’E.M.I. ou de certaines citations philosophiques

Cet outil proposé aux patients aide à désamorcer leur anxiété leur permettant ainsi de vivre plus sereinement ces derniers instants, d’envisager la mort non pas comme une fin en soi, mais comme un passage. Dans cette unité on est au plus proche du bien-être du patient, cette thérapie teintée de spiritualité n’apaise pas que les angoisses, elle apaise le corps également, le régénère par des massages énergétiques que prodigue Éliane Lheureux avec des exercices de respirations, de méditation qui les aident à mieux vivre la maladie et ses traitements.

Nous sommes devenus des compagnons de route, le psychologue, eux, moi, la famille, les soignants, une équipe qui au fil du temps s’est faite de complicité, soins, écoute, échanges, provocations, plaisanteries. L’humour a fait passer des messages de désarroi autant que d’amour se glissant dans une recherche de l’Autre.

Le témoignage des patients, la réflexion des thérapeutes invitent à réfléchir sur cet accompagnement qui démontre que l’on ne peut dissocier le corps de l’esprit, que derrière toute maladie il y a une histoire, une vie.


Pour aller plus loin :

La question de l’Institute Suisse des Sciences Noétiques (ISSNOE) à Éliane Lheureux et Eric Dudoit : “Quelle est votre définition de la Spiritualité ?"

Pour aller encore plus loin :

Je ne résiste pas à l'envie de vous partager ce (trop) court extrait sur la peur de la mort qui à chaque fois que je l'écoute m'interpelle, me touche...

Extrait des 2iemes rencontres internationales sur les expériences de mort imminente à Marseille en Mars 2013 Conférence Eric Dudoit (France) Psychologue clinicien, docteur en psychologie, responsable de l'Unité de Soins et de Recherche sur l'Esprit - Hôpital de la Timone, Marseille

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Frances Véronique 02/12/2017 10:30

Bonjour Florinette
Il y a bien longtemps que nous nous "suivons" sur Facebook et j'ai enfin trouvé un peu de temps pour "feuilleter" votre blog.
Une petite pépite que vous avez là !
Je vous dis "merci" pour tous ces partages et j'espère sincèrement que nous aurons pour nous la synchronicité de nous croiser "en vrai" bientôt.
Très belle journée pleine de lumière.
Véronique Frances

Florinette 03/12/2017 17:06

Coucou Véronique,
Merci pour votre visite et votre compliment sur mon blog me touche beaucoup. Cela me fait très plaisir de vous voir ici !! :-)
A très bientôt et belle fin de journée, je vous embrasse

Josette T 24/11/2017 16:51

Bonjour Florinette,
Effectivement de bien belles personnes, j'ai lu "La porte à franchir d'Eric Dudoit", je trouve ce monsieur d'une sagesse infinie et d'une bienveillance pour ses frères humains, je ne me lasse pas de l'écouter dans une vidéo qu'il a faite avec Jean Charles Chabot, je la conseille vivement car on ressent toute la bonté qui émane de cette personne, namasté

Florinette 25/11/2017 10:25

Bonjour Josette,

Merci pour votre message ! Le livre “La porte à franchir” m'a beaucoup touchée et comme vous j'aime beaucoup écouter ses interviews.

J'en avais ajouté une en dessous de l'article que j'avais fait sur ce livre, vous pouvez la regarder en vous rendant à l'adresse ci-dessous. Ce qui m'a aussi beaucoup touchée et qui confirme tout ce que vous dites, c'est le commentaire qu'Eric Dudoit a laissé sous cet article :

http://www.leslecturesdeflorinette.fr/2016/09/la-porte-a-franchir-eric-dudoit.html

Bon week-end Josette !

Durgalola 21/11/2017 21:13

c'est un livre intéressant ; il est important dans le domaine médical de donner sa place à la spiritualité. Perso, je fais partie d'un groupe pour des proches de malade psychique et sommes accompagnés par un prêtre.Bises

Florinette 22/11/2017 10:05

Très important, car beaucoup de malades en souffrent de se retrouver sans aucun repère. C'est bien qu'il existe des groupes comme le tien, les malades, et même les personnes âgées ont besoin de cet accompagnement, de ce soutien.
Belle journée Durgalola, je t'embrasse

Guais Jacqueline 21/11/2017 20:30

Sublime mes frissons sont là Merci,Merci avec un grand amour

Florinette 22/11/2017 09:57

Je vous en prie Jacqueline, merci à vous pour votre message, je vous embrasse !

Plumes d Anges 21/11/2017 10:19

Je suis revenue visionner les vidéos que tu proposes, merci Florinette. "Est-ce que je suis capable de vivre sans mes liens ?" sera je pense ma "méditation" du jour...

Florinette 22/11/2017 09:56

Cela rejoint la notion d'impermanence chez les bouddhistes qui est un lâcher prise... Belle journée Brigitte, je t'embrasse

Alex-Mot-à-Mots 20/11/2017 12:54

Ce que j'aime dans ton billet, c'est que tu montres l'importance du corps.

Florinette 22/11/2017 09:51

Le corps a également toute son importance !

J'aime beaucoup ce que disait Platon en parlant de ce lien entre corps et esprit :

"Les maux du corps sont les mots de l'âme, ainsi on ne doit pas chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l'âme"

alainx 19/11/2017 12:56

L'accompagnement des personnes en fin de vie est évidemment une très bonne chose, d'autant que j'ai eu l'occasion de constater ses bienfaits.
Mais enfin, c'est quand même un peu tardif… sans aller jusqu'à l'outrance de dire que la fin de vie commence à la naissance, disons que l'intérêt que l'on peut avoir soi-même pour la mort pourrait assez valablement commencer vers la cinquantaine, ou la soixantaine, lorsqu'on commence à se poser quelque questions fondamentales sur le sens de sa vie. Et parler du sens de sa vie c'est forcément abordé le sens de la mort.
Pour ma part, ayant fait trois fois l'expérience d'aller titiller le menton de la Camarde, cela fait belle lurette que j'ai prise en considération toute l'importance de ma vie et de sa fin. Il ne se passe pas une seule journée sans que je pense à la mort, et cela me fait vivre beaucoup plus intensément ladite journée. il y va ainsi de mon bonheur du jour.

Ensuite, il faut bien reconnaître que l'expérience de la mort, personne de la faite, au sens de pouvoir venir en rendre contre aux vivants « a posteriori » personne donc ne sait ce qu'elle est. L'expérience de mort imminente n'est absolument pas la mort proprement dite, Sinon ceux qui l'ont vécu ne seraient pas là pour en exposer toutes sortes de versions.
La seule chose que l'on connaît c'est la mort des autres. Pas la sienne. Au mieux on fait l'expérience que l'on va bientôt mourir, cela peut se faire en une seconde en cas d'accident, ou durant plusieurs années en cas de maladie évolutive invalidante, où on se voit concrètement déchoir de jour en jour. Pour certains c'est insupportable, ils recourent à l'euthanasie. Pour d'autres… peut-on imaginer que ce soit un plaisir ?!
Alors bien sûr quand on est en bonne santé, on peut écrire des tonnes de bouquins sur la mort, tenir des conférences sans fin sur toutes les hypothèses, toutes les théologies, développer tous les paradigmes, des enfers, des paradis, de la vapeur de l'âme, et de l'envol de l'esprit. Cela ne peut rester ne restera jamais que de la spéculation qui fait du bien aux gens… ou pas…
En réalité c'est dans la solitude, le retour sur soi et la méditation personnelle que chacun peut trouver le chemin qui lui convient et s'y engager. la mort ne m'appartient pas, mais la mienne me concerne en premier.

Florinette 20/11/2017 09:01

C’est effectivement un chemin personnel, on peut avoir lu des livres ou écouter des conférences cela n’empêchera pas au moment venu de ressentir cette peur de la mort, mais elle sera différente, moins envahissante. À moins effectivement d’en avoir déjà fait l’expérience…

L’accompagnement des personnes en fin de vie ne veut pas dire que l’on soit âgé, il y a des gens de tout âge dans ces services, comme le démontre ce livre.

La mort peut venir à n’importe quel moment, sans que l’on ai eu le temps d’en parler, et encore moins de s’y préparer et je trouve que de mettre à la disposition ces récits d’EMI peut être très utile. Je l’ai vu en accompagnant mon petit frère, qui était bien loin de s’imaginer que sa vie pouvait s’arrêter si brusquement, que l’on pouvait mourir plus sereinement, sans colère ni révolte, non pas en ce droguant de médicaments, mais que l’on pouvait, par des récits ou autres, donner un autre visage à la mort. Ce que je peux en dire personnellement, ce qui m’en a fait prendre conscience, c’est qu’au moment de mourir mon petit frère s’est mis à sourire et que ce sourire ne l’a plus jamais quitté.

Merci Alain pour votre visite et bonne semaine !

Daniel 19/11/2017 11:47

Au moins ils ont donné un véritable sens à leur vie. J'avais vu à la télé un reportage sur Eric Dudoit. Avec un malade en fin de vie, il évoquait avec lui quelles étaient ses croyances. C'était très émouvant.

Florinette 19/11/2017 12:10

Oui, j'ai vu ce documentaire avec cette personne, cela m'avait vraiment bouleversée et c'est ce qui m'a poussée à en savoir plus sur leur démarche.

Plumes d Anges 18/11/2017 10:36

Je reviendrai écouter ces vidéos plus tard moi-aussi. C'est réconfortant de savoir que dans un très grand hôpital existe encore une belle humanité. Merci Florinette, beau week end. brigitte

Florinette 19/11/2017 12:06

Très réconfortant et c'est bien dommage que cette thérapie ne soit pas plus répandue, y compris dans les maisons de retraites... Beau dimanche Brigitte, je t'embrasse

Sandrine 18/11/2017 09:00

Je n'ai pas encore lu ce livre mais c'est probablement un ouvrage utile comme tous les témoignages et analyses sérieux sur la question. Je suis toujours surprise que, malgré la parole de plus en plus ouverte sur les NDE et les expériences de conscience modifiée, la plupart des gens soit encore ignorante sur ce fait, la plupart des religieux chrétiens aussi (hyper-sceptiques, ce qui est choquant). Pourtant, on touche là au coeur de la foi chrétienne : le salut, le royaume, c'est-à-dire la vie après la mort terrestre, la communion des saints, c'est-à-dire les liens entre vivants et défunts. Quant aux scientifiques en France, le blocage est toujours aussi raide et hargneux.

Florinette 19/11/2017 12:03

C'est un ouvrage qui peut être très utile pour toutes personnes qui accompagnent un proche ou un malade, c'est une autre façon d'aborder la mort.

Moi aussi, je suis toujours très étonnée de voir que certaines personnes ne connaissent pas ces expériences ou si peu, quand elles ne les classent pas systématiquement dans une défaillance du système nerveux...

@ Pour m'écrire

EnveloppeMail.png

Recherche